Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Chapelle de Kerfons (Ploubezre), peut-être fondée par les Coatarel, jubé datant de 1480 environ.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Les articles

  • Huchet - Preuves pour Saint-Cyr (1764)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 18 mai 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Louise Hyacinthe Marie Huchet agréée pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison Royale de St Louis fondée à St-Cyr dans le parc de Versailles.

  • Huchet - Réformation de la noblesse (1668)

    par Jean-Claude Michaud, le 31 octobre 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de André Huchet, chevalier, sieur de la Bédoyère, procureur général du roi au Parlement, Gilles, son père, Charles-Marie, Julien Huchet, Gilles, Briand, Isaac, Jean, Gilles, Renaud, Louis et Laurent Huchet, le 7 octobre 1668

  • Huon (de Resgourel) - Réformation de la noblesse (1670)

    par Jean-François Coënt, le 4 novembre 2020.

    La Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne maintient dans leur noblesse Jean Huon, sieur de Resgourel, et Yves, Marie, Renée et Julienne, son frère et ses sœurs, ainsi qu’autre Yves Huon, sieur de Lezunec, le 26 juillet 1670 à Rennes.

  • Huon - Réformation de la noblesse (1668)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 10 novembre 2010.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de MM. Huon, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1668.

  • Huon - Réformation de la noblesse (1669)

    par Rémy Le Martret, le 12 juin 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de messire Alain Huon, chevalier, sieur de Kermadec, seigneur châtelain de Trogoff, Claude-René, son fils aîné, Guillaume-René et François-Mathurin Huon, ses autres enfants ; et écuyer Alain-François Huon, sieur de Lanhouardon, le 18 juillet 1669.

  • Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Jean-Marie, fils de Jean-Guillaume Huon, seigneur de Kermadec, et d’Anne-Françoise du Mescam, le 4 juin 1762, en vue de son admission comme page du roi dans sa Petite Ecurie à Versailles.

  • Huon de Kermadec - Preuves pour les Écoles royales militaires (1789)

    par Karl Enz, Jean-François Coënt, le 26 octobre 2018.

    Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Casimir-Marie, fils de Jean-Marie Huon, seigneur de Kermadec, et de Perrine Françoise de la Sauldraye, le 24 juillet 1789, en vue de son admission comme page du roi dans les Écoles royales militaires.

  • Imbault - Preuves pour Saint-Cyr (1701)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 12 mai 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Marie Jeanne Imbaut de Marigni, presentée pour estre reçue dans la communauté des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cir, dans le parc de Versailles.

  • Jarret - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 20 février 2006.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de Pierre Jarret, écuyer, sieur de la Trousselière, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1669.

  • Jars de Keranrouë (des) - Réformation de la noblesse (1670)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 24 avril 2006.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de MM. des Jars, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1670.

  • Jegou - Réformation de la noblesse (1670)

    par Jean-Claude Michaud, le 23 juillet 2014.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de François-de-Paulle Jegou, écuyer, sieur de Penanvern, François, René, Maurice, Louis et Jean Jegou, ses frères puînés, le 16 juillet 1670.

  • Jégou de Kervillio - Réformation de la noblesse (1668)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 27 janvier 2006.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de MM. Jegou, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1668.

  • Jousseaume - Maintenue à l’intendance (1699)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 5 juin 2021.

    Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge Louis Jousseaume, chevalier, seigneur de la Bretèche, de l’assignation à comparaître pour représenter les titres en vertu desquels il prend les qualités de messire et chevalier, et le maintient dans sa noblesse et ces mêmes qualités, le 1er avril 1699 à Rennes.

  • Jouyn - Décharge et maintenue de noblesse (1699)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 24 décembre 2019.

    Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge Jean Bertaut, sieur du Hertré, de l’assignation à lui donnée afin de présenter les titres justifiant sa noblesse, et le maintient en cette qualité.

  • Kerautem (de) - Certificat de noblesse (XVIIIe siècle)

    par Guillaume de Boudemange, le 1er septembre 2022.

    La Bibliothèque nationale de France conserve un certificat de noblesse basé sur l’arrêt de la Chambre de réformation du 13 août 1669 en faveur de MM. de Kerautem, arrêt qui ne nous semble plus être connu dans son intégralité de nos jours. Nous joignons à la transcription de ce certificat celle de trois extraits de baptêmes qui le suivent dans le Nouveau d’Hozier 196.

  • Kerbihan (du) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Marie-Dominique Dolo, le 9 mars 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne d’Yves du Kerbihan, écuyer, sieur de Gluisarchant et du Pouilladou, le 4 juin 1669 à Rennes.

  • Kerboudel (de) - Réformation de la noblesse (1668)

    par Jean-Claude Michaud, Amaury de la Pinsonnais, le 16 janvier 2012.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de messire Anne de Kerboudel, sieur de la Courpéan, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1668.

  • Kerboudel de la Courpéan (de) - Preuves pour la Petite Écurie du Roi (1734)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 29 décembre 2011.

    Preuves de la noblesse de Jean Marie de Kerboudel de la Courpéan, agréé pour estre élevé page du Roi dans la Petite Écurie sous la charge de monsieur le marquis de Béninghen, premier ecuyer de Sa Majesté.

  • Kerbouric (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Philippe Caron, le 24 novembre 2007.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de MM. de Kerbouric, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1669.

  • Kercabin (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Jean-Claude Michaud, le 1er mars 2014.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Jean de Kercabin, écuyer, sieur de Kermarquer, François, Pierre et Gervais de Kercabin, ses frères puînés, le 22 mai 1669.

  • Kerel (de)/Giquel - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, Maurice Oréal, le 19 février 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de François de Kerel, sieur de Kerel et de Kergarts, Julien, Jean et Jacques de Kerel, ses frères puînés, Pierre Giquel, Sébastien et Jean ses frères, le 29 mai 1669 à Rennes.

  • Kerenor (de) - Preuves pour les Écoles royales militaires (1781)

    par Jean-François Coënt, le 12 avril 2020.

    Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse les preuves de noblesse de Louis-Cyprien-Marie, fils de Jérôme-Olivier de Kerenor et de Anne-Julie du Parc, en vue de son admission dans les écoles royales militaires, le 18 décembre 1781 à Paris.

  • Kergadalen (de) - Maintenue à l’intendance (1699)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 19 août 2021.

    Jacques Sébastien de Kergadalen, sieur du Drevers, obtient le 2 juin 1699 de l’intendant de Bretagne la décharge d’une assignation à comparaître pour usurpation de noblesse, et sa maintenue dans la dite qualité.

  • Kergadiou (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 24 décembre 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de François, chef du nom et armes de Kergadiou, chevalier, sieur dudit lieu, François, son fils aîné, et Gabriel, son fils puîné, et demoiselle Suzanne de Kergadiou, le 13 juillet 1669.

  • Kergariou (de) - Preuves de noblesse pour la Grande Écurie (1738)

    par Tugdual Le Rouge de Guerdavid, le 28 septembre 2020.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Jonathas et Vincent-Joseph de Kergariou, frères, fils de Vincent-Jonathas de Kergariou et Claude Barbier, pour leur admission comme page de la grande écurie du roi, le 6 février 1738 à Paris.

  • Kergariou (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 26 avril 2015.

    Yves de Quergariou, sieur de Kerepol, ses fils, ses frères, ses neveux, et autres, sont maintenus nobles d’ancienne extraction par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne par arrêt du 21 mars 1669, à Rennes.

  • Kergoet (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1690)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 26 octobre 2019.

    Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Thomas-Corentin, fils de François de Kergoët, seigneur de Guily, et de Marie-Yvonne de Rosilly sa femme, le 10 mai 1690, en vue de son admission comme page de la Grande Écurie du roi.

  • Kergoet (de) - Preuves pour la Petite Ecurie (1706)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 9 juin 2020.

    Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de François-Jean-Baptiste, fils de François de Kergoët, seigneur de Kergoet, et de Marie du Dresnai, sa femme, le 1er décembre 1706, en vue de son admission comme page de la Petite Écurie du roi.

  • Kergoët (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Jean-Claude Michaud, le 27 juin 2013.

    Maintenue par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de François de Kergoët, chef du nom et d’armes, chevalier, seigneur du Guilly, et messire René-François du Kergoët, son fils aîné, le 21 mai 1669 à Rennes.

  • Kergrist (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Rémy Le Martret, le 24 décembre 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Geoffroy, Jean et Yves de Kergrist, le 14 août 1669.