Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château du Boisorcan, Noyal-sur-Vilaine, bâti par Julien Thierry, argentier de la duchesse Anne (XIV-XVe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Les articles

  • Roue (de la) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 6 septembre 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Charles de la Roue, chevalier, sieur de la Ville-Hervé, Nicolas, Jean et Jacques de la Roue, ses frères puînés, Alain de la Roue, sieur des Aulnays, leur oncle, et Guy de la Roue son fils, le 7 juillet 1669.

  • Rouxeau - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 3 juin 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne d’Alexandre Rouxeau, écuyer, sieur de la Houssaye, et René Rouxeau, écuyer, sieur du Plessix, son frère puîsné, le 13 juillet 1669 à Rennes.

  • Rufflay (du) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Laurent Chauvin, le 3 mars 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne d’André du Rufflay, chevalier, seigneur de la Cornilière, le 27 juillet 1669.

  • Ruis (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1715)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 11 novembre 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Marie Anne Sidonie de Ruis, presentée pour estre reçue au nombre des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cir, dans le parc de Versailles.

  • Saint Pair (de) - Preuves pour la Grande Écurie (1761)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 8 février 2015.

    Preuves de la noblesse de François-Jean-Marie de Saint-Pair, agréé pour être élevé page du roi, dans sa Grande écurie, sous le commandement de S. A. monseigneur le comte de Brionne, Grand écuyer de France.

  • Saint Pair de Carlac (de) - Preuves pour le Collège royal de la Flèche (1768)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 1er février 2015.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Joseph-Ange de St-Pair-de Carlac, agréé par le Roi pour être admis au nombre des Gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le Collège royal de la Flèche.

  • Saint Pern (de) - Preuves pour la Grande Écurie (1704)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 4 juin 2012.

    Preuves de la noblesse de Bonaventure-Hilarion de Saint Pern de Ligoyer, présenté pour être reçu page du Roi, dans sa Grande Écurie, sous le commandement de S. A. monseigneur le comte d’Armagnac, Grand Écuyer de France.

  • Saint Pern (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1726)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 5 août 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Jeanne Françoise de Saint Pern Ligoyer de la Tour, agréée pour être admise au nombre des filles demoiselles de la Maison de St Louis, fondée par le Roi, à St Cyr, dans le parc de Versailles.

  • Guillaume-Jean, fils de Jacques-Thomas de Saint Pezran, sieur de Rozangat, et de Marie-Christine Suret-Desnaux, fait ses preuves de noblesse devant Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, pour son admission comme élève des Ecoles royale militaires, le 23 décembre 1784 à Paris.

  • Saint Pezran (de) - Réformation de la noblesse (1668)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 11 janvier 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Jean de Sainct-Pezran, écuyer, sieur de Rosangat, et René de Sainct-Pezran, écuyer, sieur de Kermeault, son frère, le 28 novembre 1668 à Rennes.

  • Saint-Gilles (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1687)

    par Guillaume de Boudemange, le 26 mars 2018.

    Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de René-François, fils de René-Nicolas de Saint-Gilles, seigneur de Romillé, et de Françoise du Boisbaudry son épouse, en vue de son admission comme page du roi dans sa Grande Ecurie, le 7 avril 1687.

  • Saint-Pern (de) - Réformation de la Noblesse (1668)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 12 janvier 2006.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de messire Jean de Saint-Pern, seigneur du Lattay, Pierre, Charles-Joseph, Charles et Gabriel, tous enfants du seigneur du Lattay ; et messire Gabriel de Saint-Pern, chevalier, seigneur de Saint-Pern, de Ligouyer et de Champallaume, et messire Jean de Saint-Pern, seigneur de Champallaume, la Tour et Barançon, le 13 décembre 1668.

  • Saisy de Kerampuil (de) - Certificat de services (1789)

    par Jean-François Coënt, le 30 mai 2022.

    Les six frères de Kerampuil, enfants de Charles-Robert de Kerampuil et de Charlotte-Sylvie de Rosmar, furent tous pages de la Grande Écurie et servirent tous dans les armées du roi, ainsi que le montre ce certificat du secrétaire d’État au département de la guerre en 1789.

  • Saisy de Kerampuil (de) - Preuves de noblesse (1669/1778)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 19 janvier 2006.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de MM. de Kerampuil, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1669.

  • Saisy de Kerampuil (de) - Preuves de noblesse pour la Grande Écurie (1769)

    par Tugdual Le Rouge de Guerdavid, le 20 juillet 2022.

    Denis-Louis d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Charles Marie, fils de Charles Robert de Saisy de Kerampuil et de Charlotte Sylvie de Rosmar, admis parmi les pages de la Grande Écurie, à Paris le 24 mai 1769.

  • Denis-Louis d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Pierre-Marie, fils de Charles-Robert de Kerampuil et de Charlotte-Sylvie de Rosmar, admis parmi les pages de la grande écurie du roi, à Paris le 9 mai 1773.

  • Salaun - Preuves de noblesse pour la Grande Écurie (1743)

    par Tugdual Le Rouge de Guerdavid, le 14 octobre 2020.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Bernard-François et Nicolas-Joseph de Salaun, frères, enfants de Yves-Joseph Salaun, seigneur de Keromnès, Marie-Anne Carré, son épouse, le 5 mars 1743 à Paris.

  • Salaun - Réformation de la noblesse (1670)

    par Jean-Claude Bourgeois, le 21 janvier 2009.

    Salaun D’argent à une hure de sanglier arrachée de sable couronnée d’or. Extrait des registres de la chambre etablie par le Roy pour la refformation de la Noblesse du pays et duché de Bretagne par lettres patentes de sa Majesté du mois de (...)

  • Saliou - Maintenue au Parlement de Bretagne (1671)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 28 février 2017.

    Arrêt de la Chambre de réformation de la noblesse maintenant Jean Saliou, sieur de Chef-du-Bois, conseiller au Parlement, en la qualité d’écuyer et de chevalier, le 24 mars 1671. Les deux manuscrits sont très similaires et ont probablement la même source, Ms 216 nous semblant le plus ancien.

  • Sansay (de) - Réformation de la noblesse (1670)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 26 mai 2006.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de MM. de Sansay, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1670.

  • Santo Domingue (de) - Réformation de la noblesse (1668)

    par Jean-Claude Michaud, Amaury de la Pinsonnais, le 21 mai 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne d’Yves de Santo-Domingue, écuyer, sieur de la Bouveraye, Claude de Santo-Domingue, écuyer, sieur de Villeneusve, et César de Santo-Domingue, écuyer, sieur du Bois, ses frères puînés, le 23 octobre 1668.

  • Sarrans (de) - Induction (1666)

    par Armand Chateaugiron, le 13 mars 2020.

    Bien que non originaire de Bretagne, la famille gasconne de Sarrans y a exercé des charges et fonctions militaires et fait quelques alliances, ce qui explique la présence de cette induction pour la réformation de la noblesse de l’élection de Condom aux archives départementales des Côtes-d’Armor.

  • Scliçzon (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Rémy Le Martret, le 16 juin 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de messire Marc de Scliçzon, chevalier, sieur de Keralio, chef de nom et armes, messire Sébastien de Scliçzon, chevalier, son fils aîné, et messire Olivier de Scliçzon, sieur de Lezernant, son fils puîné, le 15 avril 1669 à Rennes.

  • Secillon (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 4 février 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Claude de Secillon, écuyer, sieur du Cosquer, Arthur de Secillon, écuyer, sieur de la Millasiere, et les enfants de feu Jacques de Secillon, sieur du Blan et Michelle du Bot, le 7 février 1669.

  • Sérent (de) - Preuves pour Malte (1663)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 22 septembre 2018.

    Publié une première fois dans le Bulletin de la Société polymathique du Morbihan en 1897 par René de Laigue, puis sous un livret de quinze pages l’année suivante à Vannes (Imp. de Galles), cet article reprend la liste des pièces présentées par Pierre de Sérent en vue de son admission dans l’ordre de Malte en 1663.

  • Sesmaisons (de) - Preuves de noblesse pour la Petite Ecurie (1765)

    par Tugdual Le Rouge de Guerdavid, le 18 avril 2020.

    Louis Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Louis Henri Charles Rogatien, fils de Claude François de Sesmaisons et de Marie Louise Gabrielle de la Fontaine Solar de la Boissiere, pour son admission dans la Petite Écurie du roi, à Paris le 30 avril 1765.

  • Sesmaisons (de) - Preuves pour la Grande Écurie (1725)

    par Tugdual Le Rouge de Guerdavid, le 14 juin 2020.

    Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Claude-François, fils de Charles de Sesmaisons et de Julie Le Pennec, en vue de son admission comme les pages de la Grande Écurie du roi, le 16 mars 1725 à Paris.

  • Simon - Réformation de la noblesse (1669)

    par Jérôme Caouën, le 27 mai 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Jean Simon écuyer, sieur de la Villemoisan, le 6 juillet 1669 à Rennes.

  • Procès-verbal des preuves de la noblesse de Claude-Laurent-Joseph Siochan de Kersabiec, agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans l’Hôtel de l’École royale militaire.

  • Siochan de Kersabiec - Preuves pour le Collège royal de la Flèche (1775)

    par Marie-Dominique Dolo, le 23 décembre 2012.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Joseph-Pierre-Marie Siochan de Kersabiec, agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le Collège royal de la Flèche.