Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château de Bruc, en Guéméné-Penfao, berceau de la famille du même nom (XV-XVIIe siècles).
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Kerpezdron (de) - Réformation de la noblesse (1670)

Mercredi 18 décembre 2013, texte saisi par Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Extrait de La Noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 – Comte de Rosmorduc, 1896, tome I, p. 302-303.

Citer cet article

Extrait de La Noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 – Comte de Rosmorduc, 1896, tome I, p. 302-303, 2013, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 18 juillet 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article596.

Télécharger l’article

Kerpezdron (de) - Réformation de la noblesse (1670)
69.5 kio.
Kerpezdron (de)
D’argent à un croissant d’azur accompagné de trois molettes à cinq pointes de sable.

Extrait des registres de la Chambre establie par le Roi pour la reformation des Nobles de la province de Bretagne :

Entre le Procureur General du Roi, demandeur, d’une part.

Et Jean de Kerpezdron, ecuyer, sieur dudit lieu, et René de Kerpezdron [1], son frere, demeurans au bourg de Guegon, eveché de Vennes, ressort de Ploermel, deffendeurs, d’autre part [2].

Vu par ladite Chambre :

La declaration faite au Greffe d’icelle par lesdits defendeurs, de soutenir la qualité de noble et d’ecuyer d’ancienne extraction par eux et leurs predeceseurs prise, et porter pour armes : De sable à un croissant d’argent, acompagné de trois molettes d’epron, deux en chef et une en pointe [3], en datte du 7e Juin 1670, signé : le Clavier, greffier.

Induction desdits defendeurs, sur le seing de maître Jean Maujouan, leur procureur, signifiee au Procureur General du Roi par Busson, huissier, le 21e Juillet dernier, tendante à ce qu’ils soient declarez nobles, issus d’ancienne extraction noble, et comme tels les maintenur eux et leurs descendans en mariage legitime dans la qualité de noble et d’ecuyer, par eux et leurs ancestres prise de tout temps, et au droit d’avoir armes et ecussons timbres apartenants à leur qualité, et à jouir de tous droits, franchises, exemptions, immunites, privileges et preeminences atribues aux nobles de cette province, et ordonner que leurs noms seront employez au role et catalogue des nobles de la juridiction royale de Ploermel, ce qu’ils esperent de la justice de la Chambre, d’autant plus de raison que, par son arrest du 18e Mai 1669, elle a adjugé les memes qualites, droits, à Yves de Kerpezdron, sieur de Plestreven, leur ayeul, et à Gilles de Querpezdron, leur cousin germain, par devers lequel sont tous leurs titres et enseignements, et ainsi il leur sufit de faire voir leur atache audit Yves de Kerpezdron.

Et à cet effet disent et soutiennent qu’ils sont enfans de defunts noble ecuyer Jullien de Kerpezdron, de son mariage avec demoiselle Jeanne de Tregaro ; lequel Jullien [4] etoit fils dudit Yves de Kerpezdron, sieur de Plestreven, de son mariage avec demoiselle Jullienne de Guehenneuc, ce qu’ils ont duement justifié par leur induction, les actes et pieces certees en icelle.

Et tout ce que par lesdits defendeurs a eté mis et produit, conclusions du Procureur General du Roi, consideré.

LA CHAMBRE, faisant droit sur l’instance, a declaré et declare lesdits Jean et René de Kerpezdron nobles, issus d’ancienne extraction noble, et comme tels leur a permis et à leurs descendans en mariage legitime de prendre la qualité d’ecuyer, et les a maintenus au droit d’avoir armes et ecussons timbres apartenants à ladite qualité et à jouir de tous droits, franchises, privileges et preeminences atribues aux nobles de cette province, et ordonne que leurs noms seront employez au role et catalogue desdits nobles de la juridiction royale de Ploermel.

Faict en ladite Chambre, à Rennes, le 4e d’Aoust 1670.

Signé : J. LE CLAVIER.

(Copie ancienne. – Bib. Nat. – Cabinet des titres. Nouveau d’Hozier, vol. 197.)


[1René de Kerpezdron fut baptisé à Guégon, le 20 janvier 1650.

[2M. le Jacobin, rapporteur.

[3Ces armes diffèrent, quant aux émaux, de celles attribuées à la famille de Kerpezdron dans l’arrêt du 18 mai 1669, qui donne certainement la description la plus exacte.

[4Julien de Kerpezdron fut baptisé à Guégon, le 11 juin 1608.