Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Manoir de la Touche-Brandineuf, en Plouguenast, bâti par Gilles de Kermené (XVe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Kerhoent - Maintenue de noblesse (1670)

Mardi 27 juin 2023, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31422 (Nouveau d’Hozier 197), dossier Kerhoënt, folio 15.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31422 (Nouveau d’Hozier 197), dossier Kerhoënt, folio 15, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2023, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 29 juin 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1565.

Kerhoent - Maintenue de noblesse (1670)

Télécharger ou imprimer cet article
236.8 kio.

Bretagne, 1670.

Copié sur l’original en parchemin.

 

Extrait des registres de la chambre établie par le roi pour la reformation de la noblesse du païs et duché de Bretagne.

Entre le procureur general du roi, demandeur, d’une part, et messire Jaques de Kermaingui, chevalier, sieur dudit lieu, tuteur de messire Bertrand-René de Querhoent, sieur de Lomaria, Coetanfao, demeurant à sa maison de Ꝃmaingui, paroisse de Cleder, evesché de Leon, ressort de Lesneven, deffendeur, d’autre part.

Vu par la chambre etablie par le roi pour la reformation de la noblesse du païs et duché de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté du mois de janvier 1668, veriffiées au parlement le 30e de juin suivant :

Un extrait de la présentation faite au greffe de ladite Chambre par ledit deffendeur le 27e de fevrier 1669, lequel, en ladite qualité, aurait declaré soutenir pour sondit mineur la qualité par lui et ses predecesseurs [prise] d’écuyers d’ancienne extraction et de chevalier, comme etant issus d’ancienne chevalerie, demeurant ledit mineur chez son tuteur, et porter pour armes écartelé, au premier et dernier echiquié d’or et de gueules, et au second et troisieme d’azur à la fleur de lis d’or, acostée de deux macles en pointe de meme.

Induction dudit de Quermaingui en ladite qualité de tuteur dudit messire Bertrand-René de Kerhoan, sieur de Lomaria, Coetanfao, sous le seing de maitre René Charlet, son procureur, [folio 15v] fournie et signiffiee au procureur general du roi le 4e de septembre 1669 par Testard, huissier en la Cour, par laquelle ledit sieur de Quermaingui en la susdite qualité declare que ledit Bertrand-René de Querhoent etre noble et issu d’ancienne extraction noble et de chevalerie, et comme tel devoir etre et ses descendans en legitime mariage maintenus auxdites qualités d’écuyer et de chevalier, pour jouir de tous les droits, honneurs, franchises, privileges et prééminences attribués aux nobles de cette province, et en consequence que son nom sera employé au rolle et catalogue des nobles de la juridiction royale de Lesneven.

Ecartelé d’or échiqueté de gueules ; et d’azur à une fleurs de lys d’or accostée en pointe de deux mâcles de même.

Pour etablir la justice desquelles conclusions, ledit sieur de Quermaingui, en ladite qualité de tuteur, articule pour son mineur, à faits de genéalogie, qu’il est issu de messire Claude de Querhoent, sieur de Lomaria Coetanfao, frère et second juvenieur de messire François de Querhoent, père dudit sieur de Coetanfao.

Un extrait de batême de l’age dudit Bertrand-René de Querhoent, fils legitime de messire Claude de Querhoent, seigneur de Lomaria Coetanfao, et de dame Marie Cheberi, dame de Lomaria. Ledit extrait d’age daté du 22e d’aout 1649, tiré dessus le papier baptismal de l’eglise Saint Pierre de Plourai, et datté au delivré du 8e d’aout 1669, signé Y. Yvonnic, recteur de ladite paroisse.

Copie par collationné d’un arrest rendu en ladite Chambre du 26e de fevrier par lequel messire Sebastien de Querhoent, chevalier, sieur de Coetanfao, chef de [folio 16] nom et d’armes de Querhoent et de Kergournadech, faisant tant pour lui que messire François-Toussaints et Rolland de Querhoent et Anonime de Querhoent, Toussaint de Kerhoent, sieur de Morizeur et de Crechqueraut, René de Querhoent, sieur de Querandraon, tresorier et chanoine de Leon, et Joseph de Querhoent, sieur du Mezcouin, officier sur les vaisseaux de Sa Majesté, freres juvenieurs dudit sieur de Coetanfao, deffendeurs, articule à faits de genealogie que lesdits François, Toussaints, Rolland, Anonime sont enfans dudit messire Sebastien de Querhoent, chevalier, comte de Penhoet, chef de nom et d’armes de Querhoent et de Quergournadech, et de dame Marie-Renée du Quergouet, fille de messire François, chef de nom et d’armes de Quergoet, president au presidial de Quimper, et de dame Marguerite de Loheac, sa compagne, seigneur et dame du Guilli, que ledit messire Sebastien de Queroent a pour frères puisnez lesdits messires Toussaints de Querhoent, sieur de Morizeur, Crecqueraut, René de Querhoent, sieur de Querandraon, tresorier et chanoine de Leon, et Joseph de Querhoent, sieur de Mezcouin, oficier sur les vaisseaux de Sa Majesté, les tous enfans de messire François de Querhoent et de dame de Querouzerch, sa compagne, que ledit François etoit fils de messire Charles de Querhoent et de dame Isabeau de Crehcqueraut, seigneur et dame de Coatanfao, lequel avoit pour frere ainé messire François de Querhoent, seigneur de Quergournadec, duquel François et de son mariage avec dame Jeanne de Botigneaux issurent deux filles, qui furent mariées, l’une qui fut mariée au marquis de Mollac et l’autre au baron de Querlech, que lesditsCharles [page 17] et François, son frere ainé, etoient enfans de noble et puissant Olivier de Querhoent et de dame Marie de Ploeuc, que ledit Olivier etoit fils de noble et puissant Allain de Querhoent et de dame Jeanne de Quergournadech, sa compagne, tous lesquels, comme leurs prédecesseurs, se sont de tous tems immemorial gouvernez et comportez noblement et avantageusement, tant de leurs personnes, biens que partages, et ont toujours pris et porté les qualitéz de noble, messire, chevalier, comme issus de chevalerie, ainsi qu’il en justifie par les actes certez par l’arrest dudit jour 26 de fevrier 1669.

Et tout ce qui a été mis et produit par ledit sieur de Quermingui, au desir de son induction et actes y certez, et conclusions du procureur general du roi, consideré.

 

La Chambre, faisant droit sur ladite instance, a declaré et déclare ledit Bertrand René de Querhoent noble et issu d’ancienne extraction noble, et comme tel lui a permis et à ses descendans en mariage legitime de prendre la qualité d’écuyer, et l’a maintenu au droit d’avoir armes et écusson timbré apartenant à sa qualité, et à jouir de tous droits, franchises, preéminences et privileges atribués aux nobles de cette province, et ordonné que son nom sera employé au rolle et catalogue des nobles de la jurisdiction royalle de Lesneven.

Fait en ladite Chambre, à Rennes, le 21e de may 1670.

Signé Le Clavier, per duplicata.