Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Le château de Suscinio, une des résidence des ducs de Bretagne (XIII-XVe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Montlouis (de) - Réformation de la noblesse (1670)

Vendredi 6 décembre 2013, texte saisi par Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Extrait de La Noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 – Comte de Rosmorduc, 1896, tome IV, p. 444-445.

Citer cet article

Extrait de La Noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 – Comte de Rosmorduc, 1896, tome IV, p. 444-445, 2013, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 23 avril 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article645.

Télécharger cet article

Montlouis (de) - Réformation de la noblesse (1670)
82.3 kio.
Montlouis (de)
D’azur à trois chevrons d’or et trois fleurs de lis au chef, aussi d’or.

Extrait des registres de la Chambre etablie par le Roy pour la reformation de la Noblesse du pais et duché de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté, du mois de Janvier 1668, verifiees en Parlement le 30e Juin ensuivant :

Veu par laditte Chambre :

La requeste de Louis de Montlouis, ecuier, sieur dudit lieu, faisant tant pour luy que pour ecuier Philippes-Emannuel de Montlouis, son nepveu, mineur, fils aisné, heritier principal et noble de defunt René de Montlouis, vivant ecuier, sieur dudit lieu, frere aisné du supliant, par lequel il remonstroit qu’il auroit, des le 5e Octobre 1668, compareu au Greffe de laditte Chambre et declaré pour luy et sondit nepveu, agé seulment de quatorze à quinze ans, soutenir la qualité d’ecuier et de noble par eux et leurs predecesseurs prise, ensuitte de quoy il auroit fourny son induction et n’estant lors saisi de tous ses titres, il y auroit eu arrest, le 27e Juillet 1669, a l’avantage du Procureur General du Roy, et lesdits de Montlouis auroient eté condamnes en chacun 400 livres d’amande au Roy ; contre lequel arrest ledit Louis se seroit pourveu et induit plusieurs nouveaux titres et auroit eté donné arrest [p. 445] contradictoire avec le Procureur General du Roy, le 12e de ce mois, par lequel, la Chambre, sans avoir egard a l’arrest dudit jour 27 Juillet 1669, declare ledit de Montlouis noble et issu d’extraction noble et comme tel qu’il auroit eté permis et à ses dessendans en mariage legitime de prendre la qualité d’ecuiers et en consequence l’a dechargé de l’amande portee par ledit arrest, et comme ledit ecuier Philippes-Emannuel de Montlouis, [qui] represente le frere aisné dudit supliant, auroit eté compris audit dernier arrest, à ces causes et autres le supliant requieroit qu’il plust à laditte Chambre, sans s’arrester à l’arrest du 27e Juillet 1669, declarer pareillement ledit Philippes-Emannuel de Montlouis noble et issu d’ancienne extraction noble, luy permettre et à ses descendans en mariage legitime de prendre la qualité d’ecuiers et le maintenir au droit d’avoir armes et ecussons timbres et de jouir des droits et privileges attribues aux autres nobles de la province, ordonner que son nom seroit emploié au rolle et catalogue des nobles de la juridiction royalle de Hennebond et le decharger de l’amande portee par ledit arrest dudit jour 27e Juillet 1669.

Et tout consideré.

La Chambre, aiant egard à la requeste et arrest d’icelle du 12e de ce mois, sans avoir egard à celuy du 27e de Juillet 1669, a declaré et declare ledit Philippes-Emannuel de Montlouis noble et issu d’extraction noble, et comme tel luy a permis et à ses descendans et mariage legitime de prendre la qualité d’ecuiers, et l’a maintenu aux droits d’avoir armes et ecussons timbres appartenans à laditte qualité et à jouir de tous droits, franchises, privileges et immunites attribues aux autres nobles de cette province, et ordonné que son nom sera employé au rolle et catalogue des nobles de la juridiction royalle de Hennebond.

Fait en laditte Chambre, à Rennes, le 14e jour d’Aoust 1670.

Signé : J. le Clavier.

(Copie ancienne. - Bib. Nat. - Cabinet des titres, Nouveau d’Hozier, vol. 245.)