Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château de Champtocé, où naquit Gilles de Laval, seigneur de Rais (XIII-XVIe siècles) .
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Aubaud - Maintenue de noblesse (juillet 1669)

Dimanche 26 mars 2023, transcription de Loïc Chermat.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 30267 (Carrés de d’Hozier 38), fo 181.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 30267 (Carrés de d’Hozier 38), fo 181, transcrit par Loïc Chermat, 2023, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 3 mars 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1600.

Aubaud - Maintenue de noblesse (juillet 1669)

Télécharger ou imprimer cet article
126.5 kio.

Du 12e juillet 1669, titre d’Aubaud du Perron

 

Arrest des commissaires de Bretagne, deputés pour la réformation des nobles dans ladite province, rendue à Rennes, le 12e de juillet de l’an 1669, par lequel il declarent nobles et issus d’extraction noble René Aubaud, ecuyer, sr du Verger, demeurant dans la maison du Bois Durand, paroisse de Saint-Uniac, evesché de Dol, ressort de Rennes ; Pierre Aubaud, sr de la Commérière, demeurant dans sa maison de la Courbe, paroisse d’Iffendicq, eveché de Saint-Malo et ressort de Rennes ; et Jean Aubaud, ecuyer, sr de la Morandaie, demeurant dans la maison de la Villeneuve, paroisse de Plélan, evesché de Saint-Malo et mesme ressort de Rennes, ils leur permet de prendre la qualité [folio 181v] d’ecuyer et ils les maintiennent dans la possession d’avoir des armoiries timbrées et dans tous les privilèges des nobles en conséquence des titres qu’ils avoient produits pour justifier qu’ils étoient issus de Bertrand Aubaud et de demoiselle Guillemette de Bourgneuf, que ledit Bertrand fut père de François Aubaud, ecuyer, qui eut de demoiselle Bertranne Labé, Pierre Aubaud, ecuyer, que ledit Pierre eut pour fils de demoiselle Julienne Cheville, sa femme, Jean Aubaud, qui epousa demoiselle Perrine Le Vayer, qui eut de ce mariage Louis Aubaud, ecuyer, sr du Perron, son fils ainé et heritier principal et noble, et lesdits René Aubaud, sr du Verger, et Pierre Aubaud, sr de la Commerière, père dudit sr de la Morandaie, lesquels titres étaient entre les mains de Pierre Chevré, ecuyer, sr du Boiscoélan, [folio 182] tuteur des enfans mineurs dudit feu Louis Aubaud, ainé de la maison, etc.

Cet arret signé Malescot.