Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Le château de Suscinio, une des résidence des ducs de Bretagne (XIII-XVe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Langlin - Décharge d’une taxe pour usurpation de noblesse (1701)

Vendredi 16 septembre 2022, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2022 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 32286, pages 742-743.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 32286, pages 742-743, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2022, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 17 septembre 2022,
www.tudchentil.org/spip.php?article1554.

Langlin - Décharge d’une taxe pour usurpation de noblesse (1701)

Télécharger ou imprimer cette transcription
140.3 ko.

 

Louis Bechameil, chevalier, marquis de Nointel, conseiller d’État, commissaire departy par Sa Majesté pour l’exécution de ses ordres en Bretagne.

 

Veu la requete à nous presentée par Charles Langlin, originaire d’Irlande, maitre thailleur d’habits, demeurant en la ville de Saint-Malo, par laquelle il conclud à ce que pour les causes y contenues et attendu qu’il n’a jamais pretendu la qualité d’écuier à laquelle il renonce, il nous plaise le decharger de l’assignation qui luy a esté donnée le 17 fevrier dernier à la requete de messire Charles de la Cour de Beauval, chargé par Sa Majesté de l’execution de sa declaration du 4 septembre 1696 concernant la recherche des usurpateurs du titre de noblesse, pour representer les titres en vertu desquels il a pris la qualité d’écuier dans un acte [page 743] de baptême du 22 fevrier 1696, sinon et à faute de ce estre condamné aux peines portées par ladite declaration. Au bas est notre ordonnance du 5 de ce mois portant que ladite requete sera communiquée audit de Beauval.

Renonciation faite à notre greffe ledit jour 5 du present mois à la qualité d’écuier par ledit Langlin, signiffiée avec ladite requete le 7 par Gaultier, controllé par Lambert.

Sept extraits baptistaires des enfans dudit Langlin des 20 janvier 1693, 15 mars 1694, 7 fevrier 1695, 22 fevrier 1696, 14 mars 1698, 2 juillet 1699 et 14 septembre 1700 dans six desquels il n’a pris aucune qualité, non plus que dans ses épousailles du 15 avril 1692.

Veu la declaration dudit jour 4 septembre 1696, l’arrest du Conseil du 26 fevrier 1697 et autres intervenus en consequence, l’exploit d’assignation donné audit Langlin le 17 fevrier dernier, et la reponse dudit de Beauval du 9 du present mois,

Tout consideré.

 

Nous, commissaire susdit, avons dechargé et dechargeons quand à present ledit Charles Langlin de l’assignation à luy donnée devant nous le 17 fevrier dernier à la requete dudit de Beauval.

Fait à Rennes le unze mars mil sept cent un.

 

Signé Bechameil.