Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château du Boisorcan, Noyal-sur-Vilaine, bâti par Julien Thierry, argentier de la duchesse Anne (XIV-XVe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Daubert/d’Aubert - Maintenue de noblesse à l’Intendance (1698)

Vendredi 24 décembre 2021, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2022 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 32286, pages 94-97.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 32286, pages 94-97, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2021, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 28 septembre 2022,
www.tudchentil.org/spip.php?article1450.

Daubert/d’Aubert - Maintenue de noblesse à l’Intendance (1698)

Télécharger ou imprimer cette transcription
519.3 ko.

Louis Bechameil, chevalier, marquis de Nointel, conseiller du roy en ses conseils, maître des requêtes ordinaire de son hôtel, commissaire departy par Sa Majesté pour l’execution de ses ordres en Bretagne.

Entre messire Charles de la Cour de Beauval chargé par Sa Majesté de l’execution de sa declaration du 4 septembre 1696 concernant la recherche des usurpateurs du titre de noblesse, poursuite et diligence de maitre Henry Gras, fondé de sa procuration en cette province, demandeur en assignation du 6 avril dernier, d’une part.

Et Pierre Daubert, ecuier, sieur de Langron, demeurant en la paroisse du Pertre, evêché et ressort du presidial de Rennes, defendeur, d’autre.

Veu la declaration du roy dudit jour quatre septembre 1696, l’arrest du Conseil rendu pour l’execution d’icelle le 26 fevrier dernier 1697, l’exploit d’assignation donné devant nous audit sieur [page 95] Daubert le 6 avril dernier pour representer les titres en vertu desquels il prend la qualité d’ecuyer, sinon et à faute de ce estre condamné en l’amande portée par ladite declaration, aux restitutions et indemnitez de l’indue exemption, descharges et impositions de sa demeure, aux deux sols pour livre desdites amandes et restitutions, et aux depens.

La declaration faite à notre greffe le 1er may dernier par ledit sieur Daubert de soutenir les qualitez de noble et d’ecuier par luy et ses predecesseurs prises, et de porter pour armes de gueules à trois maillets d’or, pommettés et parsemés de sable.

La requeste à nous presentée, l’assignation donnée audit Gras en consequence de notre ordonnance estant au bas de ladite requeste pour estre present au proces verbal de la representation des titres dont ledit sieur Daubert entend se servir pour le soutient de sa noblesse.

Le proces verbal dressé le 7 may dernier par le sieur Beschart, alloué du presidial de Rennes, par nous commis et subdelegué, de la representation desdits titres.

De gueules à trois maillets d’or.

L’inventaire des titres produits par devant M. Voisin de la Noiraye, intendant en la generalité de Tours, par Pierre Daubert, ecuier, sieur de [page 96] Launay de Beaulieu, pere dudit sieur produisant, au bas duquel est l’ordonnance dudit Voisin de la Noiraye du 14 fevrier 1667 par laquelle il donne acte audit sieur Daubert de la representation de ses titres pour y avoir egard lors de la confection du catalogue des gentilshommes de ladite generalité de Tours, signée Voisin de la Noiraye.

Transaction en forme de partage passé entre ledit Pierre d’Aubert de Langron, produisant, Charles d’Aubert, son frere aîné, et damoiselles Elisabeth et Marie Daubert, ses sœurs, des biens dudit Pierre Daubert, sieur de Launay de Beaulieu, et de dame Marie Dubuart, leurs pere et mere, le 4 janvier 1673, signée Le Moine, notaire à Laval.

Contract de mariage dudit Pierre Daubert de Langron, fils dudit Pierre Daubert, sieur de Launay de Beaulieu, avec damoiselle Magdelaine Gascher, du 22 novembre 1682, signé Rouyn, notaire royal.

Arrest rendu le 26 janvier 1697 par messieurs les commissaires generaux deputez par le roy pour le recouvrement des francfiefs qui decharge ledit Charles Daubert, frere aîné dudit sieur de Langron, du payement d’une somme de 1000 livres à laquelle il avoit esté taxé, signé Hersent.

Quittance du 14 mars dernier de l’enregistrement des armes dudit sieur de Langron, signé d’Hozier.

La reponse [page 97] fourie par ledit Gras, par laquelle il declare n’avoir moyens oposans à la maintenue de noblesse demandée par ledit sieur de Langron.

Tout considéré.

 

Nous, commissaire susdit, ayant egard à la representation desdits titres et y faisant droit, avons dechargé et dechargeons ledit Pierre Daubert, sieur de Langron, de l’assignation à luy donnée à la requeste dudit de la Cour de Beauval le 6 avril dernier, en consequence le maintenons et gardons en la qualité de noble et d’ecuier ensemble ses descendants nez et à naître en legitime mariage, ordonnons qu’il jouira des privileges et exemptions attribuez aux autres gentilshommes du royaume tant qu’il ne fera acte derogeant à noblesse, et sera inscrit dans le catalogue des nobles de la province de Bretagne qui sera par nous envoyé au Conseil conformement à l’arrest du vingt six fevrier 1697.

Fait à Rennes le vingt six decembre mil six cent quatre vingt dix huit.

Signé Bechameil.