Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Le château de Suscinio, une des résidence des ducs de Bretagne (XIII-XVe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Courson (de) - Maintenue devant la Chambre de réformation (1669)

Samedi 26 février 2022, texte saisi par Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2022 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671, Georges Le Gentil de Rosmorduc (ed.), 1896, tome IV, p. 124-130.

Citer cet article

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671, Georges Le Gentil de Rosmorduc (ed.), 1896, tome IV, p. 124-130, 2022, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 27 mai 2022,
www.tudchentil.org/spip.php?article1436.

Courson (de) - Maintenue devant la Chambre de réformation (1669)

Télécharger ou imprimer cet article.
268.9 ko.

Extraict des registres de la Chambre establie par le Roy pour la refformation de la Noblesse du pays et duché de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté, du mois de Janvier 1668, verifiees en Parlement :

 

Entre le Procureur General du Roy, demandeur, d’une part.

Et Pierre Courson, escuier, sieur de Quermescop, demeurant en la parroisse de Plouha, faisant pour Henry Courson, escuier, sieur de Quersallio, son frere puisné, demeurant en la paroisse de Plesidi, Claude Courson, escuier, sieur de Querdaniel, Vincent Courson, escuier, sieur de Quersanbic [1], demeurant en ladicte parroisse de Plouha, et Jan Courson, escuier, sieur de Grandpré, demeurant en la parroisse de Boqueho, les tous, evesché et ressort de Sainct-Brieuc, deffandeurs, d’autre part [2].

 

Veu par la dicte Chambre :

[page 125] L’extraict de presentation faicte par lesdits deffandeurs, au Greffe d’icelle, le 17e Avril 1669, contenant la declaration de maitre Jan Davy, leur procureur, de soutenir les quallitez de noble et d’escuier par eux et leurs predecesseurs cy-devant prinses, aux fins des tiltres qu’ils produiroient, avec l’escusson de leurs armes. Ladicte declaration signee : le Clavier, greffier.

Induction desdicts deffandeurs, soulz le sing de P. Courson [et] de Davy, leur procureur, fournye audit Procureur General du Roy, par du Tac, huissier en la Cour, le 17e de cedit mois et an 1669, par laquelle auroit eté conclut à ce que lesdictz deffandeurs soient declarez nobles, d’antienne extraction et maintenus, avec leurs enfants et dessendants naiz de legitime mariage, en la quallité de noble et d’escuier par eux prinses et leurs predecesseurs, de tout temps immemorial, à porter armes timbrez et à jouir des aultres droictz, exemptions, franchises et privilleges de noblesse, comme les autres nobles de la province, et ensuitte il soict ordonné qu’ils seront emploiez et leurs nomps au catalogue des nobles de la juridiction royalle de Sainct-Brieuc, sous le ressort de laquelle ils sont domicilliers.

Pour establir la justice desquelles conclusions articullent à faicts de genealogie que lesd. deffandeurs tirent leur origine de la maison noble de Quernescop, scituee en la paroisse de Plouha, evesché de Sainct-Brieuc, tenue prochement de la seigneurye dudict Plouha, appartenante à ladicte princesse de Guemené, laquelle maison a esté possedee, noblement par les encestres desdicts deffandeurs, du mesme surnom, de tout temps immemorial, sans qu’il se trouve que jamais autres l’ayent possedees ; entres lesquelz predecesseurs estoit François Courson, premier du nom, sieur dudit lieu de Kernescop, duquel et de son mariage avecq damoiselle Françoise Taillard yssurent plusieurs enfans, entres lesquels estoit aultre François Courson, second de nom, fils aisné, heritier principal et noble, Jan, Rolland, Catherine, Rollande et Marie de Courson, puisnez ; que dudict François, second du nom, et de damoiselle Jacquelle Harscouet, sa compaigne, issurent deux enfants, scavoir Jan Courson, leur fils aisné, heritier principal et noble, et noble damoiselle Francoyse Courson ; que dudict Jan Courson, sieur de Quernescop, et de damoiselle Janne Loz, fille de la maison de Quergoanton, issurent Claude Courson, leur fils aisné, heritier principal et noble, Regnault Courson et damoiselles Lucresse et Marguerite Courson ; que dudict Claude Courson et de damoiselle Janne Chrestien, sa compagne, fille de la Villehelio, juveigneure de [page 126] Pommorio, issurent plusieurs enfants, entr’aultres Melchior Courson, fils aisné, heritier principal et noble, Jan Courson, sieur de Grandpré, deffandeur, et Claude Courson, sieur de Querdaniel, aussi deffandeur ; que dudit Melchior Courson et damoiselle Hellaine Giquel, sa compaigne, fille de Lecluse, sont issuz lesdicts Pierre Courson, leur fils aisné, heritier principal et noble, à present sieur de Quernescop, et Henry Courson, sieur de Quersallio, son frere puisné, deffandeurs ; que dudict Regnault Courson, frere puisné dudict Claude Courson, de son mariage avecq damoiselle Janne du Boisgeslin est issu ledict Vincent Courson, aussi deffandeur, sieur de Garzambic.

Pour preuve de laquelle genealogie ainsy articullee sont rapportez, aux fins de la dicte induction, les actes qui ensuivent :

Sur le degré dudict François Courson, premier du nom, rapporte :

Un extraict des registres de la Chambre des Comptes, levé à la requeste dudict Pierre Courson, deffandeur, le 29e Mars dernier, an present 1669, signé, par les gens des Comptes : Petiteau, Yves Morice et Forcheteau, par lequel ce voict que ledict François Courson estoit employé en la refformation de l’an 1513, entre les nobles de la parroisse de Plouha, soubz l’evesché de Sainct-Brieuc, et en celle de 1535 se trouve aussi employé un Ollivier Courson, sieur de Lisineuc et de Liffiac, noble homme.

Sur le degré dudict Francois, second du nom, rapporte :

Un acte de partage passé entre nobles gens Francois Courson, sieur de Quernescop, fils aisné, principal heritier noble de feu François Courson et de damoiselle Francoyse Taillart, ses pere et mere, sieur et dame en leur temps dudict lieu de Qernescop, de la paroisse de Plouha, d’une part, et Jan Courson, faisant tant pour luy et Rolland Courson, son frere mineur, Catherine, Rollande et Marie Courson, puisnez, d’autre part, des successions desdicts deffuncts François Courson et de ladicte Françoise Taillard, leur pere et mere communs, dans lequel il est rapporté que chascun des dicts partageans estoient fondez à succéder noblement, pour son regard et cottité, et ensuilte ledit François Courson, aisné, heritier principal et noble, retient pour son droict d’ainage, preciput et advantage des dictes successions, ladicte maison et lieu noble de Quernescop, et donna à chascun de ses puisnez les autres heritages y mantionnez. Ledict acte datté du 16e Decembre 1559, deument signé et garanti.

Sur le degré dudict Jan Courson, rapporte :

Un acte de partage faict entre nobles gens ledict Jan Courson, sieur de Kernescop, [page 127] et Françoise Courson, sa sœur unicque, de la succession heritiere et mobiliere de François Courson, leur pere commun, lors escheue, et de celle à escheoir de damoiselle Jacquette Harscouet, sieur et dame du dict lieu de Quernescop, leur pere et mere communs, par lequel il est recongneu que lesdictes parties etoient nobles personnes et que leurs predecesseurs s’estoient gouvernez noblement et avoient partagé les mesmes biens noblement, comme gens d’extraction noble, en consequence de quoy ledict Jean Courson, heritier principal et noble, avoit baillé à sadicte sœur, pour sa portion esdictes succession, les chozes y employees, avecq promesse d’en faire assiepte apres le deceds de la dicte Harscouet, en bon fond d’heritage. Le dict acte datté du 1er Octobre 1586, deument signé et garanti.

Sur le degré desdicts Claude et Regnaud Courson, sont rapportez deux pieces :

La premiere est le contrat de mariage faict entre nobles gens Jan Courson, sieur de Quernescop, et damoiselle Janne Loz, fille de François Loz, sieur de Coatcourchant, en datte du 14e Juillet 1575, deument signé et garanti.

La seconde est un acte de partage faict entre ledict noble homme Claude Courson, sieur de Quernescop, fils aisné, heritier principal et noble de deffuncts nobles gens Jan Courson et Janne Loz, sa compagne, vivants sieur et dame dudict lieu de Quernescop, ses pere et mere, et noble homme Regnault Courson, damoiselle Marguerite et Lucresse Courson, ses puisnez, des successions desdicts deffuncts leur pere et mere communs, par lequel est recongneu leur qualité et noblesse et que lesdictes successions paternelle et maternelle estoient nobles et s’estoient de tout temps gouvernez noblement et au desir de la Coustume, en consequence de quoy ledict Claude Courson, heritier principal et noble, auroict baillé à sesdicts puisnez, pour leur parts et portions, les heritages et revenus y mentionnez. Ledict acte en datte des 15e et 16e Janvier 1603, deubment signé et garanti.

Sur le degré desdicts Melchior Courson, Jan et Claude Courson, ses freres, deffendeurs, rapporte :

Un acte de partage faict entre ledit Melchior Courson, escuier, sieur de Quernescop, qualliffié fils ainé, heritier principal et noble desdicts Claude Courson et Janne Chrestien, sa compagne, et nobles gens Catherine Courson, dame du Glesquer, et Regnaud Courson, sieur de Garzambic, curateur special de François et Marie Courson, et curateur general de Claude, Jan et Margueritte Courson, freres et sœurs puisnez [page 128] dudict Melchior, par lequel est dict que, attandu le gouvernement noble de la famille recogneu, qu’il n’apartenoit ausdicts puisnez qu’un tiers aux successions de leursdicts feus pere et mere communs, et que ledict Melchior, aisné, estoict fondé à prendre les portions de trois autres puisnes, en la succession de leurdict pere decedez apres luy, d’un autre en la succession maternelle, decedé appres leurdicte mere commune, oultre son preciput, advantage et ses deux tiers ; ensuilte de quoy, appres avoir fourny estat et gros du bien à ses dicts puisnez, en presance de leur parans, venants à partage les choses y employees. Ledict acte en datte du 11e Juin 1624, deubment signé et garanti.

Sur le degré desdicts Pierre et Henry Courson, deffandeurs, rapporte :

Un acte de partage en forme de transaction et cession de droits, faict entre ledict Pierre Courson, sieur de Quernescop, qualliffié filz aisné, heritier principal et noble, et ledict Henry, son puisné, es successions desdicts deffuncts escuier Melchior Courson et damoiselle Hellaine Gicquel, en leur vivantz sieur et dame de Quernescop, leur pere et mere communs, par lequel ledict Henri Courson, puisnez, quitta audict Pierre, son aisné, pour la somme y contenue, touttes ses pretentions aux dictes successions et mesmes en deux aultres successions collateralles, et ce appres avoir ledict puisné recogneu que lesdictes successions estoient nobles et se debvoient par consequant partager noblement. Ledict acte datté du 5e Juillet 1658, deubment signé et garanti.

Sur le degré dudict Vincent Courson, deffandeur, rapporte :

Un extraict du papier baptismal de la paroisse de Plouha, contenant que noble homme Vincent Courson, fils aisné de nobles gens Regnault Courson et Janne du Boisgeslin, sieur et dame de Garsambic, fut baptisé le 24e Apvril 1630, datté au dellivrement en faict les juges et officiers de la jurisdiction de Plouha et d’eux signé le 10e Febvrier an presant 1669.

Sont oultre rapportes le nombre de dix pieces, justifiants que lesdicts Courson cy-devant ont esté recogneuz nobles et se sont comportez noblement :

La premiere est un extraict des hommages de la seigneuryes de Plouha, du 15e May 1565, où auroit comparu noble homme Francois Courson et damoiselle Jacquette Harcouet, sa compagne, qui auroient faict la foy et hommage à ladicte seigneurye pour les heritaiges qu’ils en relevoient. Ledict acte deubment signé et garanty.

La seconde est un acte prosnal faict en l’assemblee du general de ladicte parroisse de [page 129] Plouha, le 6e Octobre 1565, où est emploié, entre les nobles de la dicte parroisse, François Courson, sieur de Quernescop. Ledit acte deubmant signé et garanti.

La troisiesme est autre acte prosnal, du 2e Octobre 1574, auquel est pareillement desnommé, entre les nobles de ladite parroisse, Jan Courson, sieur de Quernescop, ledit acte deubment signé et garanti.

La quatriesme est autre acte prosnal auquel est pareillement desnommé, entre les nobles de ladicte parroisse, ledict Jan Courson, sieur de Quernescop. Ledict acte datté du 27e Mars 1583, deubment signé et garanty.

La cinquiesme, du 16e Septembre 1568, est un certifficat du cappitaine Quergouanton-Loz, ayant charge de deux cents arquebusiers pour le service du Roy, que noble Francois Courson, sieur de Quernescop, s’estoit enrollé en sa compagnie pour lui servir d’exemption en l’arrière-ban. Ledict acte deubmant signé et garanty.

La sixiesme, du 15e Mars 1573, est une déclaration fournie par noble homme Jan Courson, sieur de Quernescop, aux commissaires du ban et arriereban, des heritaiges qu’il possedoit, pour raison de quoy il recognoissoit estre subject audit arriereban. Ledict acte signé et garanty.

La septiesme, du 11e Juin 1573, est autre certifficat dudict Quergouanton-Loz, que led. Jan Courson, sieur de Quernescop, avoit faict le service au Roy, les quattre mois lors derniers, en la retenue de l’isle de Brehat. Ledict acte deubmant signé et garanti.

La huictiesme, du 15e Aoust 1608, est un extraict du minu fourni par escuier Claude Courson, sieur de Quernescop, fils aisné, heritier principal et noble de deffunct escuier Jan Courson, son pere, pour le rachapt deub par son deceds au fermier general du domaine du Roy. Ledict acte deubmant signé et garanti.

La neufviesme, du 18e Apvril 1624, est une declaration et minu fourni par escuier Melchior Courson, sieur de Quernescop, fils aisné, heritier principal et noble de deffuncts nobles gens Claude Courson et Janne Chrestien, sieur et dame en leur vivans dudict lieu, pour le rachapt deub par leur deceds au recepveur du domaine du Roy. Ledict acte deubmant signé et garanti.

Et la dixsiesme, du 22e Octobre 1636, est une declaration presantee au sieur senechal de Rennes, commissaire du ban et arrierreban, par ledict Melchior Courson, escuier, sieur de Quernescop, tant en privé nom que comme procureur de droict de [page 130] damoiselle Helaine Gicquel, sa femme, des heritaiges par eux possedez, subjects à l’arrierreban. Ledict acte aussi deubment signé et garanti.

Et tout ce que vers ladicte Chambre a esté mins et induict par les dicts deffandeurs, aux fins de leurdicte induction, murement considéré.

 

La Chambre, faisant droict sur l’instance, a declare et declare lesdictz Pierre, Henri, Claude, Jan et Vincent Courson nobles et issus d’extraction noble, et comme tels, leur a permis et à leurs dessandants en mariage legitime de prendre la qualité d’escuier, et les a maintenus aux droicts d’avoir armes et ecussons timbres appartenants à leur quallitez et à jouir de tous droicts, franchises, exemptions, immunitez, preeminances et privilleges attribuez aux nobles de cette province, ordonne que leurs noms seront employez au rolle et catollogue des nobles de la juridiction roialle de Saint-Brieuc.

Faict en la dicte Chambre à Rennes, le 30e Apvril 1669.

Signé : Malescot.

 

(Copie ancienne, vérifiée par Antoine-Marie d’Hozier de Sérigny. - Archives de M. le vicomte Robert de Courson.)


[1Garzanbic.

[2M. Denyau, rapporteur.