Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

La Roche-Jagu en Ploëzal, édifié en 1405 par Catherine de Troguindy après autorisation du duc Jean V.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Drouälen - Présentation pour la Grande Écurie (1697)

Mardi 25 octobre 2022, transcription de Jean-François Coënt.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2022 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31345 (Nouveau d’Hozier 120), folio 7.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31345 (Nouveau d’Hozier 120), folio 7, transcrit par Jean-François Coënt, 2022, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 16 novembre 2022,
www.tudchentil.org/spip.php?article1556.

Drouälen - Présentation pour la Grande Écurie (1697)

Télécharger ou imprimer cet article
214.8 ko.

Droualen, Bretagne, février 1697.

 

Preuves de la noblesse de Jean-Benjamin Droüalen, presenté pour être reçu page du roi dans la Grande Écurie, sous le commandement de Son Altesse Monseigneur le comte d’Armagnac, grand écuier de France.

D’argent à trois papillons de sable, posés deux et un.

 

Voir les lettres de confirmation de noblesse, obtenues au mois d’août 1699, par Louis Droüalen, son oncle, sieur de Querazan.

 

Jean-Benjamin Droüalen, 1680. Point de preuves faites.

Extrait du régitre des batêmes de la paroisse d’Erguégaberic, au diocèse de Quimper, portant que Jean-Benjamin, fils de Joseph Droüalen, ecuyer, sieur de Lesnalec, conseiller du roi au siège présidial de Quimper, et de dame Marguerite Billoart, sa femme, naquit et fut batisé le 25e d’octobre de l’an 1680. Cet extrait délivré le 11e de mars de l’an 1697, signé Baudour, prêtre et recteur de la paroisse d’Erguégaberic et légalisé. Le parrain, Jean Le Sal, ecuyer, sieur de Ꝃvalot, et la maraine demoiselle Marie Bougeant, dame de Pentreff.

 

Ier degré, père et mère. Joseph de Droüalen, Marguerite Billoart, sa femme, 1665.

Contract de mariage de Joseph Droüalen, ecuyer, sieur de Lesnalec, conseiller du roi au siège présidial de Quimpercorentin, et fils de feu René Droüalen, ecuyer, et de demoiselle Marie Pencoët, sa femme, sieur et dame de Lesnalée, acordé le 2e jour de février de l’an 1665 avec demoiselle Marguerite Billoart, dame de Pendré, fille de feu Roland Billoart, ecuyer, et de demoiselle Marie Le Gubaer, sa femme, sieur et dame de Kervenen. Ce contract reçu par L’Etang, notaire roïal de la cour de Quimpercorentin. Les futurs [folio 7v] épous assistés de Jaques d’Estancguier, ecuyer, sieur de Ꝃaval, demeurant en son manoir de Ꝃaval, paroisse de Plomellin, en l’absence de Noël Bougeant, ecuyer, seigneur de Kergivet, curateur de la future épouse ; et messire François de Ꝃsulgar, seigneur de Mezaulez et de Ꝃvéhaut ; lequel sieur de Mezaulez, en considération dudit mariage, s’oblige envers la future épouse à la somme de 8000₶ sur laquelle somme il en a péié 3000₶ à demoiselle Françoise Amproux, dame douairière de la Forêt et tutrice des enfans de son mariage avec feu Sebastien Minou, ecuyer, sieur de la Forêt ; et encore les 5000₶ restant ont été péïés à la dite dame de la Forêt, pour la vente par elle faite au futur épous de l’ofice de conseiller au présidial de Quimpercorentin, que possedoit son dit mari.

D’argent à trois papillons de sable.

Arrêt rendu le 26e de mai de l’an 1694 par les commissaires generaux députés par le roi pour le recouvrement des droits dûs pour les francs-fiefs, dans l’étendue du roïaume, par lequel Hervé-Hiacinte Droüalen, ecuyer, sieur de Lesnalée, mousquetaire de la première compagnie de la garde de Sa Majesté, et fils de Joseph Droüalen, ecuyer, et de demoiselle Marguerite Billouard, sa femme, est déchargé de la somme de 860₶ de des 2 sols pour livre à la [folio 8] quelle il avoit été taxé, à cause des biens nobles qu’il possède dans le ressort du présidial de Quimper, au diocèse de Cornouaille, province de Bretagne, en conséquence de la représentation qu’il avait faite de ses titres, par lesquels il avoit articulé la possession de sa noblesse depuis le 16e de décembre de l’an 1437. Cet acte signé Hersent [1].


[1Cette copie, probablement incomplète, s’arrête ici.