Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Vue de Morlaix et de l'église Saint-Martin (XVIIIe-XIXe.)
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

L’opération généalogique

Sous la direction d’Olivier Rouchon.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2021 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Vous êtes ici

La place de la généalogie chez les historiens depuis longtemps est celle d’un instrument de recherche, rénové par les travaux d’anthropologie et justifié par le progrès de l’histoire sociale des familles. En revanche, on a accordé une attention plus restreinte à la culture généalogique des anciennes sociétés européennes. Depuis vingt ans, on constate dans l’historiographie européenne un regain d’intérêt très sensible à la fois pour l’émergence de la généalogie comme discours savant, mais aussi pour les formes textuelles ou imagées qui sont les vecteurs de son efficacité – et c’est ce retour vers l’objet généalogique, examiné pour lui-même, que l’on cherche ici à étudier. La culture des clercs et les modèles chrétiens de la parenté ont fortement imprégné la pensée généalogique du Moyen Âge et des siècles qui suivent, en témoigne par exemple l’histoire d’une représentation comme celle de l’arbre. En se plaçant entre le XVe et le XVIIIe siècle, on peut cerner ce qu’a été la fabrique des ancêtres dans le registre de l’écrit, de l’image et de l’imprimé. Trois grandes séries d’initiatives sont à prendre en compte : celles des princes et des institutions souveraines, celles des différentes formations nobiliaires européennes et enfin celles des hommes de l’art, savants réputés ou praticiens anonymes.Les dix contributions rassemblées dans ce livre ont choisi de donner un échantillon de la diversité des cultures généalogiques anglaises, allemandes, espagnoles, italiennes et françaises. Pour cela, on s’est attaché à des manières de faire et à des manières de penser, en étudiant à la fois des modèles de représentations des ascendances, des modalités de la preuve, des genres spécifiques ou des styles d’investigation. Au-delà des transformations qui affectent le travail d’un monde de lettrés, de savants et d’érudits, la question centrale reste la crédibilité des ascendances et des enjeux qu’elle représente pour les groupes, les familles et les individus engagés dans ces recherches généalogiques.

Les auteur

Olivier Rouchon est maître de conférences en histoire moderne à l’université d’Avignon. Il est membre du Centre Norbert Elias, UMR 8562 dans l’équipe Histoire de l’Europe moderne et contemporaine (HEMOC). Les textes réunis dans ce livre sont issus des contributions aux ateliers du Centre Norbert Elias qui se sont déroulés entre 2010 et 2012 à l’université d’Avignon.

Commander l’ouvrage

Autres ressources

 

 

Format broché : 277 pages
Editeur : PU Rennes (9 octobre 2014)
ISBN-10 : 2753534799
ISBN-13 : 978-2753534797
Dimensions du livre : 24 x 1,7 x 15,5 cm