Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Manoir de Crénan, Le Feuil, bâti par les familles Le Nepvou (XIVe s.) et Perrien (XVIIe s.).
Photo A. de la Pinsonnais (2008).

Les Premiers Bretons d’Armorique

Sous la direction de Pierre-Roland Giot, Philippe Guigon et Bernard Merdrignac.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2021 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Vous êtes ici

Initié par Pierre-Rolland Giot, préhistorien et précurseur de l’archéologie armoricaine moderne, cet ouvrage réalise la synthèse d’un demi-siècle de recherches sur la Bretagne. Les auteurs se sont constitué en équipe pluridisciplinaire pour aborder ces quelques « siècles obscurs », en confrontant des perspectives fort différentes, parfois contradictoires, ils ont entrepris de construire une « histoire » à plusieurs mains, en se gardant des chausse-trapes de la « pensée unique » . P.-R. Giot étant décédé avant d’avoir pu terminer l’ouvrage, ce ne sont pas moins que Bernard Merdrignac et Philippe Guigon qui ont pris la relève, pour en faire une belle référence en la matière.

Partie péninsulaire de l’antique Armorique, la Bretagne continentale actuelle doit son nom à l’immigration de Bretons originaires de Grande Bretagne, durant l’Antiquité tardive et le très haut Moyen Âge. Au fil des siècles, ce mouvement de population est demeuré quelque peu mythique. S’est-il agi d’un courant de colonisation massif, ou de la simple arrivée d’une élite restreinte de chefs et de « saints » accompagnés d’une poignée de compagnons fidèles, comme cela a été souvent le cas pour les migrations de tant de peuples de l’époque dite des « Invasions » ou des « Migrations de Peuples » ?

Préciser les modalités, les différentes causes, l’importance numérique et ethnique, les effets linguistiques, culturels, économiques, technologiques ou religieux de ces mouvements de population successifs, tel est le sujet de cet ouvrage. Celui-ci prend en compte les nouvelles données archéologiques et bio-anthropologiques tout autant que les acquis des sciences environnementales et s’attache à dégager les répercussions linguistiques, toponymiques, démographiques de cette migration.

Alors que les habitants de bien des régions d’Europe ressentent le besoin de retrouver leurs « identités » , beaucoup de Bretons actuels se réfèrent au duché de Bretagne du Moyen Âge tardif. En fait, il faut revenir à l’époque des racines. On pourrait même penser que, dès l’époque carolingienne, la conquête par les chefs bretons de territoires orientaux bien au-delà de leurs bases, a fait perdre sa spécificité et son « âme » à la « vraie » première Bretagne.

Commander l’ouvrage

Autres ressources

 Compte-rendu de lecture
 Bref article composé à partir de cet ouvrage

Broché : 246 pages
Editeur : Pressses Universitaires de Rennes (29 mai 2003)
Collection : Archéologie et Culture
ISBN-10 : 2868477887
ISBN-13 : 978-2868477880
Dimensions : 28 x 21,8 x 1,7 cm