Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château de Bogard, Quessoy, bâti par Guillaume-François de la Nouë (fin XVIIIe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Évêché de Vannes

Les articles

  • Une montre à Malestroit en 1488

    par Amaury de la Pinsonnais, le 23 juin 2009.

    Une montre à Malestroit en 1488 C’est le rolle [1] de la monstre faicte à Malestroit au pays de Bretaigne le 10. jour de Mars l’an 1488. de 92. hommes d’armes & neuf vingt archers, du nombre de 95. lances fournies de l’ordonance du Roy (...)

  • Montre de 1694 à Vannes

    par Gaë l Le Maignan de Kerangat, Amaury de la Pinsonnais, le 1er février 2008.

    Rolles des gentilshommes sujets au ban de l’évêché de Vannes quy ont comparus en l’endroit de la revue faite en la lande du Pargo par monseigneur le marquis de Lavardin, chevallier des ordres du roy, lieutenant général de ses armées et du gouvernement de Bretagne, le sixiesme juillet mil six cens quatre vingtz quatorze.

  • Montres de l’évêché de Vannes en 1477

    par Amaury de la Pinsonnais, le 19 août 2007.

    Dans la première moitié de l’année 1477, la Bretagne fut menacée d’une attaque redoutable de la part du roi de France Louis XI. Le duc de Bretagne François II prit aussitôt, très activement, nombre de mesures utiles pour la défense du duché et de la nation bretonne, dont des revues militaires de sa noblesse, dont voici les montres qui nous sont connues pour l’évêché de Vannes.