Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

La Roche-Jagu en Ploëzal, édifié en 1405 par Catherine de Troguindy après autorisation du duc Jean V.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Un armorial breton du XVIIe siècle (A-F) (2/4)

Vendredi 15 août 2008, texte saisi par François du Fou, Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Paul du Breil de Pontbriand, Revue Historique de l’Ouest, vol. 1, notices et mémoires, 1885, p. 433-445 ; vol. 4, documents, 1888, p. 20-33 (A-B), 53-59 (C-D-E), 88-97 ; (F-G-H-J), 205-214 (K-L) ; vol. 5, documents, 1889, p. 27-51 (M-Z).

Citer cet article

Paul du Breil de Pontbriand, Revue Historique de l’Ouest, vol. 1, notices et mémoires, 1885, p. 433-445 ; vol. 4, documents, 1888, p. 20-33 (A-B), 53-59 (C-D-E), 88-97 ; (F-G-H-J), 205-214 (K-L) ; vol. 5, documents, 1889, p. 27-51 (M-Z), 2008, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 17 août 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article432.

(voir la première partie)

Après avoir gracieusement accueilli l’étude que nous lui adressions naguère, la Direction de la Revue a pensé que le texte même du vieux Registre-armorial de M. de la Bourdonnaye était de nature à intéresser ses lecteurs autant et plus que notre sommaire exposé ; c’est d’après ce sentiment que nous revenons aujourd’hui à notre manuscrit. – Nous ne pouvions toutefois songer à une publication intégrale dont le moindre inconvénient eut été la longueur démesurée, l’auteur, avons-nous dit précédemment, se borne souvent à résumer les arrêts bien connus de la Réformation ; or en donner, après tant d’autres, une nouvelle analyse, eût été, à tout le moins, d’une parfaite inutilité. On comprendra aussi les raisons qui nous défendaient de reproduire certaines appréciations dont notre premier article a pu donner une idée ; ces appréciations seraient en effet sujettes à de trop nombreuses et trop justes réserves, et d’ailleurs il est certain que celui qui les a émises, s’il revenait au jour, trouverait actuellement parfaitement établie, grâce à uns consécration de plus de deux siècles, la noblesse qui, de son temps, lui semblait quelque peu honteuse.

En empruntant à notre recueil les pages qui vont suivre, nous nous sommes donc arrêté aux seuls articles qui, sans présenter un caractère par trop désobligeant, joignent à la substance des arrêts de la Réformation, quelques commentaire ou particularité digne d’attention. – On y trouvera notamment relevés la qualité, les services et l’ancienneté de beaucoup de familles ; mais il ne faudrait pas croire, d’après ces notes favorables à quelques-unes, que le silence gardé à l’égard des autres, soit toujours pour celles-ci la marque d’un jugement moins avantageux ; l’auteur en effet, est loin d’avoir formulé ses appréciations suivant une règle uniforme, il les multiplie au commencement de son ouvrage, mais plus il avance dans son travail, plus il en devient sobre, pour s’en abstenir presque complètement dans la partie qui correspond aux derniers mois de la Réformation ; ainsi plusieurs maisons des plus considérables à tous égards, n’obtiennent d’autre mention que celle de leur arrêt ; nous en donneront quelques exemples qui expliqueront suffisamment des omissions dont on pourrait sans cela, s’étonner à bon droit.

Pour la commodité du lecteur, nous avons cru devoir substituer l’ordre alphabétique à celui des arrêts suivi par M. de la Bourdonnaye ; et quoique nous ayions d’ordinaire respecté le texte jusque dans ses négligences, nous avons élagué certains détails absolument oiseux, supprimé quelques répétitions, et interprété de notre mieux des noms parfois défigurés ; enfin, nous avons dû ajouter, comme éclaircissement, quelques mots que l’on distinguera aisément, par la différence des caractères.

Vicomte du Breil de Pontbriand.


A

Acigné (d’).
Du 10e novembre 1670. – M. de Lesrat, rapporteur.
Honorat-Auguste d’Acigné, Sr comte de Grandbois et de la Roche-jégu (sic) et autres Chevaliers, et le Sr de Kernavalet. – Evêché de Tréguier, ressort de Lannion.
D’hermines à une fasce de gueules, chargée de 3 fleurs de lys d’or.
Les tous Chevaliers, demeurans en la ville de Paris, rue du Bac, paroisse St-Sulpice, originaires de la maison de la Rochejégu, près de la ville de Lannion, ressort dudit lieu [1].

Advocat (l’).
22e novembre 1668. – M. Descartes, rapporteur.
François l’Advocat, Sr de la Crochais et autres cadets, Ecuyers.
D’azur à une coquille d’or et une bande dentelée d’argent, accostée de 3 coquilles d’or 2. 1.
En marge : M. de Langle dit : d’azur à une bande endentelée d’argent, brochant sur la 1re coquille.
Bonne [2].

Angoulvent (d’).
Jean d’Angoulvent, Sr de la Guérinais et de Frémeur en la Chapelle-Blanche et Yvignac, évêché de St-Malo, Ecuyer.
De sinople à la fasce d’hermines.
Bonne noblesse. – M. Barrin, rapporteur.

Anthenoise (d’).
Charles d’Anthenoise, Sr dudit lieu, du Parc-Joullin, et de la Charlotière, à présent sous Nantes, ressort de Vallet, originaire d’Anjou. – Ecuyer.
D’argent à 6 bandes de gueules.
M. de Lopriac, rapporteur.
En note : M. de Langle met : à 3 bandes jumelles. – Autrefois, seigneur de Sévigné, en Gevezé.
Bonne et ancienne.

Appelvoisin (d’).
Du 25e février 1669.
D’Appelvoisin, vicomte de Fercé, de Châteaubriand, Chevalier.
De gueules à la herse d’or.
M. Barrin, rapporteur.
Bonne. – Du Poitou.

Autret.
Du vendredy 13e février 1669, de relevée.
François Autret de Kerguialot, Ecuyer, de St-Renan, évêché de Léon.
D’or à 5 fasces ondées d’azur.
M. de Larlan, rapporteur.
Ancienne noblesse, a fait voir la réformation de 1427.

Avaugour (d’).
Septembre (1668), du jeudy 27e.
Louis-Pierre d’Avaugour, Sr du Bois Kergrois ou Cargrois, et de Mauves, évêché de Nantes, – ont été maintenus en leurs qualités d’Ecuyers et Chevaliers. Le premier acte était d’un Louis d’Avaugour en 1494 ; depuis, beaux actes et employs.
D’argent au chef de gueules.
De la Bourdonnaye, rapporteur.

B

Barbier (le).
21e novembre 1668. – M. de Bréhand, rapporteur.
Sébastien Le Barbier, Sr de Kerjean a produit lettres de marquis de l’an 1618, non vérifiées, prenaient autrefois la qualité de « noble homme, maître », ce qui fait préjuger qu’ils étaient de judicature.
D’argent à 2 fasces de sables.

Ont eu belles alliances et grands biens.
Léon, ressort et évêché.

Barrin.
Du 22e mars 1669.
Monsr Barrin Boisgeffroy, aisné, le marquis de la Galissonnière sorty d’un puisné et autres, originaires d’Auvergne, des Srs de Milliers audit pays. Jacques ayeul de ceux-cy fut celuy qui s’établit le premier en la province, fut lieutenant-général d’Angoulesme, président à la Chambre et conseiller et président au Parlement de Bretagne. – Lesdits deux, Chevaliers et leurs fils aisnés, les autres Ecuyers.
D’azur à trois papillons d’or.
Ressorts de Rennes et Nantes.

Baud (de).
Du 21e juin 1670.
Mathurin de Baud, Sr de Bresséan ou Bretéan, paroisse d’Inguinel ou Inguiniel, ressort d’Hennebon.
D’azur à 10 billettes d’or 4.3.2.1.
Il y a plusieurs partages nobles et même un à viage de 1472.
Ecuyer d’ancienne extraction près Hennebon. – M. Barrin, rapporteur.

Beaucé (de).
Du 5e aoust 1669.
René de Beaucé, Sr de Chambellay, évêché et ressort de Rennes.
D’argent à une aigle de sable becquée et membrée de gueules, au bâton d’or brochant sur le tout.
Bon et ancien. – Chevalier.
M. Descartes, rapporteur.

Becdelièvre (de).
De relevée, 14e may (1669).
François de Becdelièvre, Sr vicomte de Bouexic, Chevalier, au rapport de M. Le Jacobin.
De sable à la croix d’argent, au pied fiché et losangé par le haut, séparée en pointe d’une coquille de même.
Le père et ayeul conseillers en la Cour ; les précédens, lieutenans en la sénéchaussée de Rennes. Bon et ancien.

Bégasson.
Lundy 18e février 1669.
Bégasson, Sr de la Lardais et Villeguehart l’aisné audit de la Lardais, Chevalier ; tous les autres Ecuyers.
D’argent à la bégasse (sic) de gueules. – Au rapport de M. Barrin.
Ont produit la réformation de 1427 et plusieurs partages à viage.

Belinaye (de la).
Ce 10e octobre 1668.
Le Sr de la Belinaye (Charles de la Belinaye), Ecuyer. Bonne noblesse.
D’argent à 3 testes de bélier de sable.
Ressort de Fougères. – Faisant aussy pour Charles, François et Paul, ses enfants et François et Charles, père et fils. – Au rapport de M. Denyau.

Bellingant (de).
Du 13e may 1669.
Jean-Baptiste de Bellingant, Sr de Kerbabu et Lanidy, Chevalier, de Lesneven, évêché de Léon.
D’argent à 3 quintefeuilles de gueules.
Bonne noblesse. – M. ……, rapporteur.

Berthelot.
Du 27e février 1669.
Jean-Baptiste Berthelot, Sr de St-Ilan, du Gage, de la Villebecart, de Letisy, Brangolo ; Moncontour, évêché de St-Brieuc. Ecuyer. – Bonne noblesse.
D’azur à 3 testes de léopard d’or.
M. Barrin, rapporteur.
En marge : les testes de léopards doivent être fleurdelisées.

Bertho.
11e décembre 1668. M. Denyau, rapporteur.
Guillaume Bertho et consorts, de la Villejosse et du Lez. Ecuyers.
D’or à un épervier (de sable), couronné, grillé et sommelé (d’argent) et 3 molettes d’éperon (de sable).
Bon.

Bigot (le).
28e février 1669.
Joseph Le Bigot Kerjégu, Sr du Boisglé vers Carhaix, évêché de Cornouaille, Ecuyer. – Bonne et ancienne noblesse.
D’argent à l’escurieu (écureuil), de pourpre, couronné d’or.
M. Huart, rapporteur.

Binet.
Article écrit en marge.
3e ou 4e avril 1669.
M de Langle met icy : Louis Binet, Sr de la Blottière.
De gueules au chef d’or chargé de 3 croix croisetées, fichées, au chef d’azur.
Bonne. – de Tours. – Chevalier. Il est aussy en mon livre voyez la page 72 [3].

Bintinaye (de la).
Arrest du 20e novembre 1668. – M. Descartes, rapporteur.
Paul de la Bintinaye, Sr de la Grignonais et de Beauregard, ressort de Rennes, Chevalier. – Ancienne extraction et bonnes alliances.
D’argent à 3 bandes et une fasce de gueules.

Boberil (du).
22e octobre 1668.
Louis du Boderil du Molant, Ecuyer et Chevalier ; les autres Chevaliers. – Ancienne noblesse.
D’argent à 3 ancolies d’azur arrachées de gueules.
Ressort de Rennes. M. Denyau, rapporteur.

Bois (du) ou Bouays (du).
21e novembre 1668. – M. Descartes, rapporteur.
René du Bois de Méneuf et Sauvagère, Chevaliers.
Bonnes alliances, ont été seigneurs de Carheil à Guerrande et comme ils y demeuroient, prenaient la qualité de « noble homme ».
D’argent au lion couronné, coupé de gueules et de sable.
Rennes.

Bois (du).
14e janvier 1669.
Charles du Bois de la Ferronnière, Ecuyer, Nantes.
De gueules à 3 coutelas d’argent, la pointe en bas.
Au rapport de M. Denyau. – Ressort de Nantes.
Bonne et ancienne noblesse.

Boisbaudry (du).
Le 17e novembre 1668. – M. de Lopriac, rapporteur.
M. du Boisbaudry, Sr de Langan, avocat général du Roy et les enfans de M. de Trans jugé l’aisné de sa maison, l’oncle qui a beaucoup servi et Madme de Langan descendus d’un second mariage avec une Brullon, déclarés Chevaliers, et les autres Ecuyers. – Ancienne noblesse et des plus belles alliances qu’on ait encore vu à la Chambre.
D’or à 2 fusées de sable chargées de 5 besans d’argent 3.2.
Fougères et Rennes.

Boisbilly (du).
4e décembre 1668. – M. de Langle, rapporteur.
Jean du Boisbili, Sr de Bodiffé, etc. Plélan-le-Petit, évêché de St-Brieuc.
De gueules à 5 molettes d’or 3.2.
Ecuyer d’ancienne extraction.
En marge : Il y a un prêtre de ce nom à l’hôpital, chre (chantre ?) et une tante, mariée au sr de St-Germain-Genesto. – Bon et pauvre.
Du 23e mars 1671. – M. de Langle, rapporteur.

Boiséon (du).
Du 23e mars 1671.
Hercule-François du Boiséon, Chevalier, Chef de nom et armes, comte dudit lieu et de la Bellière, baron de Kerouzeré, de Togof, la Tournerie, gouverneur pour le Roy des ville, château et pays voisins de Morlaix, capitaine du ban et arrière-ban, garde-costes de l’évêché de Léon, vicomte de Dinan et de la Bellière, la Tournerie, seigr chastelain de Coëtnizan, Runefaou, Coatreven, Grand-Querammo, Mesnant, Querbrat, Hellet et Montafilant ; messire Claude-François du Boiséon, son fils etc. Ressorts de Landerneau, Lesneven, Lanmeur.
D’azur au chevron d’argent, cantonné de 3 testes de léopard d’or.
Les tous Chevaliers [4].

Boisgeslin (du).
Ce 7e et 15e décembre 1668. – M. Descartes, rapporteur.
Le président de Meneuf et ses deux fils, Chevaliers. (Jean du Boisgeslin, vicomte du Méneuf).
Ecartelé de gueules et d’azur, le premier et dernier quartier chargés d’une molette d’azur.
Noble extraction. – Méneuf par sa grand’mère, fille d’une Rosmadec, grand’maître des eaux, bois et forêts. – St-Brieuc, Rennes, Tréguier.
Les lignes suivantes ont été ajoutées postérieurement : Jean du Boisgeslin du 13 juin 1653 fait conseiller d’Etat ; Gabriel du Boisgeslin président à mortier du 9e septembre 1689 a épousé Anne de la Bourdonnaye, fille de feu Louis de la Bourdonnaye, seigr de Couëtion et sœur d’Anne-Marie de la Bourdonnaye, qui a épousé la fille de M. de Ribère à Paris et est à présent conseiller d’Etat après avoir été intendant à Poitiers, à Rouen, en Aquitaine ; fixé à Orléans. Ledit Boisgeslin a acquis le marquisat de Cucé, a marié sa fille aisnée à …. Le Séneschal, baron de Carcado qui avait deux frères ; l’aisné tué à l’armée, le cadet mourut de son beau lit encore jeune [5].

Boisguéheneuc (du).
22e octobre 1668. – M. de Larlan, rapporteur.
Les Srs de la Bobinais, Cour-de-Bouée et de Bonnefons, portant tous deux le surnom de Boisguéheneuc, Ecuyers.
Bonne noblesse. – Sortys de la maison de Boisguéheneuc près de Ploërmel. – Rennes et Nantes.
D’argent à l’aigle éployée de sable, membrée et becquée de gueules.
Du 23e février 1669.
Charles du Boisguéheneuc, Sr de Minven, de Kermainguy, sorti de la maison du Clio en Caro (évêché de St-Malo), a présent tombée en quenouille, l’aisné : Chevalier, les cadets : Ecuyers ; – sous Ploërmel, évêché de St-Malo. – Bonne.
M. Barrin, rapporteur.

Boisriou (du).
Du 31e décembre 1668. – M. Raoul, rapporteur.
François du Boisriou, Sr dudit lieu, Chevalier.
Fort ancienne noblesse et chevalerie.
Fretté d’argent et d’azur.
Proche Dinan, paroisse de Quévert, évêché de St-Malo.

Borgne (Le).
5e avril 1669.
Vincent Le Borgne, Sr de Lesquifiou, proche Morlaix. Ecuyer. – M. Huart, rapporteur.
D’azur à 3 huchets d’or.
Bonne et ancienne. – Morlaix, Lesneven, Lannion.

Borgne (le).
13e septembre 1668. – M. Le Jacobin de Keramprat, rapporteur.
Guillaume le Borgne, Sr de Coëtnevenec, Ecuyer. – Ancienne noblesse. – Cadet du Rumen qui prétendoient être sortys de la maison des anciens comtes de Goëllo.
D’or au chef endenché de gueules.

Botmeur (de).
Du 12e novembre 1670. – M. Denyau, rapporteur.
Jacques de Botmeur, Sr dudit lieu et Jacques, Guillaume, ses enfans, demeurans à Botmeur, paroisse de Berrien, évêché de Cornouaille, ressort de Quimper-Corentin.
Ecartelé aux 1er et 4e d’or aux 2e et 3e d’argent chargé de 4 ….
1560, partage à viage. 1488, Guillaume, Sr de Quesmaire. Il y a encore d’autres de la même famille. Le frère et le fils (aîné) : Chevaliers, les autres : Ecuyers d’ancienne.

Bouays (du).
Du mardy 5e février 1668.
Dubouays Coabouc, de la Chaisne et du Mottay. Hédé. – Ecuyer, au rapport de M. de Langle.
De sable à la fasce d’argent bordée de gueules.
Bonne noblesse.

Bouestiez (du).
24e novembre (1668). – M. de Couëtion, rapporteur.
Jacques du Bouestiez, Sr du Bouestiez, Ecuyer.
D’azur à 2 fasces d’argent, accompagnées de 5 ou 6 besans d’or en chef.
Ancienne noblesse. – Ressort de Hennebon.
En marge : 6 besans 3.2.1.

Bouëxière (de la).
10e avril 1669.
Guillaume de la Bouëxière, Sr de la Villetanet, sénéchal de Moncontour, Chevalier ; les autres : Ecuyers.
D’argent à 2 fasces nouées de gueules.
M. de Lopriac, rapporteur. – Ressort de Rennes, Dinan, St-Brieuc.
Bonne et ancienne maison.

Bouëxière (de la).
Du 5e septembre 1669.
Louis de la Bouëxière, Sr de Rosneveguen, sénéchal de Carhaix, gendre de Chevrier, banquier.
De sable au sautoir d’or et le chef d’argent.
Ecuyer. – M. de Lesrat, rapporteur. – Cadet de la maison de M. de Trédudec et du Sr de Lannic. – Bon et ancien.

Bouilly (du).
(24) novembre 1668. – M. de Lesrat, rapporteur.
Du Bouilly, Sr de Trébry, de Rénon, de la Villemorin de St-Saudion et autres ont de belles alliances, et cependant annoblis en 1590, par lettres vérifiées, qui donnent aussy la permission d’ajouter la particule du, et ainsy déclarés Ecuyers seulement. – Lamballe.
D’azur à 2 croissants séparés d’une bande, le tout d’argent.
En marge : M. de Langle met : de Bouillé, Sr de Trebry, étoit fils d’un anobli en 1587 avec adjonction de la particule de.

Boullay (du).
8e février 1669.
Louis du Boullay Sénéchalais. Ecuyer.
D’azur à une croix engreslée de sable, cantonnée de quatre croissants de gueules.
St-Etienne de Montluc, évêché de Nantes.
Bonne noblesse.

Bourblanc (du).
29e mars 1669.
Paschal du Bourblanc, Sr de Carnabas.
De gueules au château d’or…
Ecuyer ayant fort bien prouvé.
M. Saliou, rapporteur. – Ressort de Lannion, St-Brieuc et Châteaulin.
Bourdin.
Du 24e mars 1671. - M. Saliou, rapporteur.
Henry Bourdin, Sr du Branday, avocat fameux au Parlement et très bien disant, ressort de Nantes, syndic de la ville de Rennes, mort assez jeune.
D’argent à l’aigle de sable.
Ecuyer.

Bourdonnaye (de la).
Du 21e octobre 1668. – M. de Bréhant, rapporteur.
Monsr de Couëtion, Messrs de Brats, de Keroset et autres cadets qui portent le nom de la Bourdonnaye, comme M. de Boisri, le recteur de Carro et M. de la Hunnelais établi à Nantes. – M. de Couëtion ; son fils aisné, Yves-Marie de la Bourdonnaye ; M. de Bratz ; M. de Keroset, Chevaliers, et tous les autres cadets des trois maisons dont celle de M. de Couëtion est le chef, Ecuyers. – Depuis, le fils aisné du second lit, Jacques-Renaud de la Bourdonnaye, non employé en la première instruction, déclaré Chevalier par un arrest sur requeste présentée par le frère. – Bonne et ancienne maison, érigée en vicomté. – Le Sr de Brats est un des cent chevaliers de l’ordre de St-Michel que le Roy a maintenus en France, ayant cassé tous les autres.
De gueules à 3 boutons d’argent.
Sous Ploërmel, évêché de Vannes, paroisse de Ruffiac.
Addition postérieure en marge : Anne-Marie de la Bourdonnaye a été depuis conseiller en la Cour, puis s’est marié à la fille de M. Riberre, président à Paris ; puis intendant du Poitou, Rouen, d’Aquitaine et enfin d’Orléans, conseiller d’Etat, secrétaire d’Etat, a trois enfans un garçon et deux filles, a acquis la terre et seigneurie de la Gacillée (Gacilly) [6].

Bourgon (de).
20e au 21e novembre 1668. M. de Couëtion, rapporteur.
De Bourgon de la Motte-Catoux, secrétaire du M. du Lys, sénéchal de Rennes ; – on disait le petit sénéchal, à cause du pouvoir qu’il avait auprès de son maître ; – Ecuyer.
M. de Langle met : pauvre gentilhomme.
(D’argent) à 3 écus d’or chargés chacune d’une bande d’azur.
Addition postérieure en marge : … A eu de la peine à passer attendu qu’il n’avait point d’actes suffisants pour prouver que Claude de Bourgon duquel il se faisait voir être descendu, fût fils d’Olivier, la qualité duquel était fort bien prouvée par bons actes, réformation même de 1427. – A eu deux conclusions, les premières étaient contre luy ; il n’y eut néammoins que M. le premier président et M. de Couëtion, rapporteur qui conclurent à l’interloquer, les autres étaient pour la confirmation de la qualité. – A depuis trouvé un acte à Châteaubourg qui prouve manifestement la descente cy dessus alléguée, et par conséquent : bonne noblesse.

Bouteiller (le).
16e janvier 1669.
Eustache Le Bouteiller des Blérons, Chevalier.
D’argent à une bande fuselée de sable.
M. de Lesrat rapporteur. – Ressort de Rennes. – Bonne noblesse. Sans biens à présent.

Boutier.
Du 29e aoust 1669.
Charles-Louis Boutier, Sr de la Hirlais, aisné à présent de la maison de Chateaudassi en Bretagne, (paroisse de Baguer-Morvan, évêché de Dol) le premier aisné étant hors de la Province, nommé le baron de Gif, entre Paris et Chartres.
Gironné de 8 pièces d’hermines et de gueules.
M. de Bréhand, rapporteur.
Chevalier. – Pays de Dol. – L’aisné le comte de Gif.

Bouvans (de).
16e janvier 1669.
Gabriel de Bouvans, Sr du Bois-de-la-Roche, originaire de Bugey en Bresse (sic). Chevalier.
De gueules à la croix endenchée d’argent.
Son grand père vint en Bretagne, page et gentilhomme avec M. de Sourdéac à Brest et épousa une demoiselle de la dame de Sourdéac, et depuis établi en l’évêché de Léon.
M. de la Faluère, rapporteur. – Ancienne noblesse audit pays de Bresse, mais n’avait pris qualité relevée en cette province.

Bréhand (de).
Du samedy 23e mars 1669.
Bernardin de Brehand, Sr de la Roche. – Brehand l’aisné, Chevalier, les autres, Ecuyers.
De gueules au léopard d’argent.
Gendre de M. de Lezonnet, conseiller en la Cour, vers Pleine-Fougères, évêché de Dol. – M. Saliou, rapporteur… Ressort de St-Brieuc, Rennes et Dinan.
Bonne et ancienne. – Prétend être chef du nom.

Breil (du).
Du 21e novembre 1668. – M. Descartes, rapporteur.
Du Breil Chalonge, Plessis de Rays, de l’Hommeaux (des Hommeaux) et Pin-Pontbriand faisant quatre anciennes souches des du Breil. Chevaliers ; et la Motte d’Olive, la Touche-de-Rays, Corbonnais et quantité au nombre de 30 ou 40 sortys cadets desdites quatre maisons, Ecuyers.
D’azur au lion d’argent, armé et lampassé de gueules.
Fort belle et ancienne noblesse. – Dinan.
En note : le gendre du procureur général, la Motte d’Olivet, Chevalier. – V. le Père Toussaint de St-Luc [7].

Brézal (de).
M. de Bréhand, rapporteur. – 13e décembre 1668.
Guy de Brezal, Chevalier et son fils. – Bonne et ancienne maison, près Landerneau. – Ressort de Lesneven.
De gueules à 6 besans d’or.
En marge : de gueules à 6 losanges d’or. – Très bonne.

Bruslon (de).
Le 17e décembre 1668. - M. de Couëtion, rapporteur.
Anne de Bruslon et son nepveu, (Le comte de Bruslon et le sr du Plessix, son nepveu) Chevaliers.
D’argent au griffon de sable.
Son bisayeul président au Parlement. – Belles alliances et extraction. – Le bisayeul, chevalier. – Bonne et ancienne.

Buzic.
Mercredy 3e avril 1669.
Buzic, Sr de Kerdaoulas : l’aisné : Chevalier, et les autres : Ecuyers ; – de l’évêché de Cornouailles.
Bonne et ancienne.
Ressort de Rennes.

C

Cadelac (de).
11e octobre 1668. – M. de la Bourdonnaye, rapporteur.
Le Sr de la Motte Bonnelais de Cadelac (Vitré et Rennes), et les Srs de Cadelac de Chaufour, cadets de sa maison, procureur et commis au greffe du Présidial de Rennes, Ecuyers comme descendus de Thomas, Sr de la Juberdière près la Gravelle, au pays du Maine, en 1447.
D’azur à la bande d’or.
Bonne et ancienne noblesse.

Cahideuc (de).
De relevée, 27e novembre (1668). – M. Raoul, rapporteur.
Sébastien-René de Cahideuc, père et fils, Chevaliers.
De gueules à 3 têtes de léopard d’or, lampassées de gueules.
Très ancienne noblesse. – Montfort.

Canaber (de).
Du 1er décembre 1668. – M. Raoul, rapporteur.
René de Canaber, Sr de Querlouët, olim Keranlouët, gouverneur, capitaine de Carhaix, Chevalier, suivant mes conclusions y prises, attendu l’absence de M. le procureur général, M. Raoul, qui fait la fonction comme dernier de la Chambre, étant rapporteur. – Carhaix.
D’argent au greslier de sable accompagné de 3 molettes de même, au chef de gueules chargé de quintefeuilles d’argent.

Cancoët (de).
Du samedy 23e février 1669, de relevée.
De Cancoët St-Gravé, sous Rieux, Chevalier.
D’argent au sanglier de sable, armé de gueules.
M. Descartes, rapporteur. – Ressort de Vannes.
Ancien et bon.

Carné (de).
De relevée du 26e novembre 1668. – M. Descartes, rapporteur.
Guillaume, comte de Carné, aisné et chef du nom, Chevalier ; il n’y avait que luy.
Ancienne noblesse, beaux employs dans la maison du Duc, chambellan, trésorier, maître d’hostel héréditaire, etc.
A produit comme Trécesson devait porter le nom changé (un cadet avait épousé l’héritière) par lettre du Prince [8].
En marge : Jean-Urbain de Carné. – Devise : Plutôt mourir que plier. – Très ancienne.

Castelan (de).
10e novembre 1668 ou 7e. – M. de la Faluère, rapporteur.
Jean de Castelan, Sr du Bois et François, Sr de la Giraudais, Ecuyers. – Sortis de la maison de Castelan, devant Renée, héritière, mariée au Sr de Rosampoul de Carné.
D’argent à 3 sangliers de sable.
Bonne et ancienne. – Nantes.

Cervon (de).
27e octobre (1668). – M. de la Faluère, rapporteur.
M. Joseph de Cervon, Sr des Arsis, conseiller en la Cour et son fils aisné, Chevaliers, et les cadets, Ecuyers.
Belle noblesse, décorés d’employs et alliances considérables. – Pays du Maine. – Rennes.
D’azur à un cerf rampant d’or.

Chaponnier (le).
9e février 1669.
Jean-Guillaume Le Chaponnier Bois-de-la-Salle, Ecuyer.
De sable à une lance passante d’argent.
M. Huart, rapporteur. – Bonne. – de Moncontour, ressort de St-Brieuc.

Charrette.
7e décembre 1668. – M. de Bréhant, rapporteur.
Les Srs de Montebert Charrette, sénéchal de Nantes, Gascherie et Collinière et autres, Ecuyers.
D’argent à un lion de sable, armé et lampassé de gueules, accompagné de 3 aiglettes de sable en pointe, membrées et becquées de gueules.
… De longtemps en charges. – Nantes.

Chastel (du).
M. de Lesrat, rapporteur. – 13e décembre 1668.
Charles Chastel, Sr de la Rouvrais, de Frémeur en Evran, Ecuyer.
De gueules au château de 3 tours sommées de 9 boulets de canon, 6 à fleur de pierre et 3 enfoncés.
Ancien gouvernement. – Evran, près Dinan.

Chastellier (du).
Du 20e novembre (1668). – M. Descartes, rapporteur.
Charles du Chastellier Préauvé et de la Hautais, et Chastellier, fils du président, cadet de ladite maison de Préauvé, déclarés Chevaliers.
De gueules à une (sic) dextrochère tenant une fleur de lys, accompagnée de 5 besans, 2 en chef et 3 en pointe, le tout d’argent.
Ancienne noblesse. – Rennes.

Châteaubriand (de).
Du 7e septembre 1669.
Christophe de Châteaubriand, Sr de la Guerrande, paroisse de Henant (Hénan-Bihen), en St-Brieuc, et Sr de Belestre, Chevalier, à mon rapport (M. de Couëtion) ; de la maison de Beaufort et du Tanet.
De gueules semé de fleurs (de lys) d’or, avec cette devise : Notre sang a rougi la bannière de France.
Evêché de St-Malo, ressort de Rennes. – Fort bonne maison et grosse.

Chef du Bois (de).
13e février 1669.
Antoine de Chef-du-Bois Restaudren, près Hennebont, Ecuyer.
Ancienne noblesse. – Cadet de la mère de la dame Chalucet, aisnée de ladite maison qui tomba en quenouille en celle de Maillé ou Ruaille (sic) dont ladite dame porte le nom.
De gueules au greslier d’argent enguiché de gueules.
M. de Lopriac, rapporteur. – Vannes.

Chevigné (de).
Le 5e décembre (1668). – M. de Bréhant, rapporteur.
Christophe de Chevigné, Sr de la Sicaudais, Ecuyer.
De gueules à 4 fusées (d’or) en fasce, et 9 besans d’or, 4 en chef et 4 en pointe.
D’ancienne extraction. – Pays de Rays. – Bonne et ancienne.

Chrétien.
14e janvier 1669.
Claude Chrétien, Sr vicomte de Pommerieu (Pommorio), l’aisné, Chevalier, les puisnés Ecuyers. – Descendu d’un chancelier de Bretagne, sous François II, dernier duc de Bretagne. – M. de la Bourdonnaye, rapporteur.
De sinople à une fusée d’or, accompagnée de 3 hermines de même.
St-Brieuc, ressort de Morlaix et Lannion.

Cleux (du).
Du vendredy 26e juillet 1669.
François ou Julien du Cleux, Sr du Gage, évêché de Dol, ressort de Rennes.
Endenché d’or et de gueules de six pièces.
Bon. – Chevalier. – M. …, rapporteur.

Clisson (de).
Du lundy 15e avril 1669.
Marc de Clisson, Sr de Keralio et ses enfants.
De gueules à un lion d’argent, armé, couronné et lampassé (d’or).
Bonne et ancienne. – le père et l’aisné Chevaliers. – M. Le Jacobin, rapporteur.

Coëtanscours (de).
Alexandre de Coëtanscours, Sr dudit lieu, conseiller en la Cour.
D’argent au chef endenché de gueules.
Près Morlaix. – Père et fils Chevaliers. – Bonne noblesse. – M. de Bréhand, rapporteur.
Selon M. de Langle, paroisse de Plourin, évêché de Tréguier, ressort de Lannion.

Coëtlosquet (de).
26e juin 1669.
Guy de Coëtlosquet, Sr dudit lieu, ses frères et enfans, sous Lesneven.
De sable à un lion morné d’argent, accompagné de 10 billettes de même 4.2 et 4.
M. de Larlan, rapporteur. – L’aisné Chevalier, les autres Ecuyers. – Bonne et ancienne.

Coëtmen (de).
Le 11e janvier 1669.
Olivier de Coëtmen, Sr de Kerangouez, Chevalier.
De gueules à 9 annelets d’argent.
Léon. – M. Raoul, rapporteur. – Sorty puisné d’un cadet du vicomte de Coëtmen dont la terre est tombée dans la maison de Brissac. – Ressort de Lanmeur.

Cognets (des).
14e décembre 1668. – M. de Couëtion, rapporteur.
Des Cognets, Sr de la Roncière, de l’Hôpital, Villeroger, de la Touche et Couroué, Ecuyer.
Bon et ancien nom noble, autrefois à Galinée en St-Postan, suivant la réformation de 1427.
De sable à la croix croisetée et recroisetée (d’argent).

Cornouaille (de).
Du 24e May 1669.
Jacques de Cornouailles, Sr de Kerinnou et autres de Lesneven (et) de Léon. – L’aisné Chevalier. – M. Huart, rapporteur.
Ecartelé : aux 1er et 4e d’argent au mouton de gueules accorné et onglé d’or : aux 2e et 3e fretté d’argent et d’azur, et sur le tout un écusson d’argent au croissant de gueules.
Bonne et ancienne noblesse.

Couëssin (de).
25e octobre 1668. – M. de Brehant, rapporteur.
Philippe de Couëssin, Sr de Bresehan, Ecuyer et Chevalier, et ses cadets Ecuyers.
D’azur à 2 branches d’argent. (M. de Langle met : d’or).
Ancienne noblesse. – En Caden, sous Vannes.

D

Denais (le).
15e décembre 1668. M. de la Faluère, rapporteur.
Jean le Denais de Cargouet, Ecuyer.
D’or à deux chevrons de sable, un lion de même sur le tout, lampassé de gueules.
Sr de la Villehomené. – Ressort de Rennes. – Lamballe.
En marge : Bon.

Dolier.
Du 22e novembre 1668. – M. Huart, rapporteur.
François Dolier, Sr de Port-de-Roche, Ecuyer. – Réformation, de 1513.
D’argent à 3 molettes de sable.
Ancien gouvernement. – Paroisse de Fougerai.

Dresnay (du).
Du 9e au 10e novembre 1668. – Au rapport de M. Raoul.
Penanrun du Dresnay et un cadet, Ecuyers.
D’argent à une croix nillée de sable, avec 3 coquilles de gueules, 2 en chef et 1 en pointe.
Basse-Bretagne. – Bonne noblesse.

E

Eslin (d’).
Ce 16e octobre 1668.
Le Sr de la Pinseguerrière d’Eslin, paroisse de Châteaugiron, est descendu d’un sénéchal de Rennes dans le commencement du siècle de 1400.
D’azur au chevron d’argent, et 3 molettes d’éperon d’or, 2.1.
Rennes. – M. Denyau, rapporteur.

Espinay (d’).
M. Descartes, rapporteur. – 2e janvier 1669.
De Broons d’Espinay, Chevalier.
D’argent au lion coupé de gueules et de sinople, armé et lampassé d’or.
Très ancienne maison et illustre. – St-Malo.

Espinay (de l’).
26e mars 1669.
De l’Espinay, Sr de la Villegeloüart et autres Cadets, dont l’un est procureur en la cour, l’aisné Chevalier, les cadets Ecuyers. – M. Denyau, rapporteur.
(De sable) au sautoir d’argent.
Ancienne noblesse.

Estourbeillon (de l’).
M. de Couëtion, rapporteur. – 22e novembre 1668.
Pierre de l’Estourbeillon de la Savinais, Ecuyer.
D’argent au griffon de sable, armé et lampassé de gueules.
Nantes. – Paroisse de Montoir [9].

Evesque (l’).
Du 28e aoust 1669, de relevée.
François Lévesque, Sr de Langourla, de Lorfeil, de St-Eloy, de Brignon et Christine sa sœur, paroisse de Langourla, évêché de St-Brieuc, et autres ses oncles, l’aisné Chevalier, les cadets Ecuyers.
De sable au chef d’argent, chargé de 3 fleurs de lys de gueules.
Originaire de Chavaigne près Rennes, comme seigneurs de Chavaigne. – M. de Langle, rapporteur.
Chambellan en 1380. – Guillaume épousa Jeanne de Montfort en 1360.

F

Faou (du).
Du samedy 11e may 1669.
Laurence du Faou, Sr de Nervois, de Béridel et autres cadets, vers Pontivi.
D’azur à l’aigle d’or.
M. Jacobin rapporteur.
Ont montré être issus des seigneurs de la Rocheguehenec, tombés en la maison de Kerveno, et par apparence issus juveigneurs des vicomtes du Faou ; L’aisné Chevalier, les autres Ecuyers.
Srs de la Villeneuve, de Lomaria, de la Moinerie, de la Porte. – Ressort de Ploërmel.
En marge : L’aigle éployée, – Les aisnés du Maine.

Ferré.
Le 8e octobre 1668.
Le Sr de la Villeaublanc, (Villèsblanc), René Ferré, gendre de M. Descartes, au rapport de M. de Lesrat, Ecuyer et Chevalier. – Descendu d’un sénéchal de Rennes, conseiller du Duc. – S
de la Garais. – Huit générations.
D’argent à la fasce d’azur, à 3 molettes d’éperon de gueules, 2 en chef, 1 en pointe.
Rennes.

Ferrières.
Du 20e aoust 1669.
Anne Ferrières, Sr de la Motte-Rogon, du Haut-Champ et du Pont, paroisse de Pléboulle, vers St-Brieuc.
D’argent à 6 fers de cheval de gueules 3.2.1. cloutés de 6 clous d’or.
L’aisné Chevalier, en prenait la qualité dès l’an 1427. – Il n’y a qu’une fille de l’aisné. – Très bonne maison.

Forsanz (de).
Arrest du 16e novembre 1668, au rapporteur de M. de Lesrat.
Le Sr de Gardisseul de Forsan Chevalier, les autres Ecuyers.
Gaillard de Forsan, grand capitaine en son temps, commença à paroître ; il vint s’établir en Bretagne, épousa une James, héritière de Gardisseul et fut capitaine de Dinan et chevalier de Saint-Michel ; il était hors la Province.
D’azur à 9 carreaux, ou billettes d’or, posées en sautoir ou croix de St-André.
Est sorty de la maison de Forsan près Condom, dans le comté d’Armagnac.

Freslon (de).
Le 12e octobre (1668).
M. de la Touche-Thrébri Freslon, conseiller en la Cour, Messire.
M. de Bréhand, rapporteur.
Bonne noblesse.
Rennes.
D’argent à la fasce de gueules, accompagnée de 6 ancolièes d’azur, tigées de gueules, 3 en chef, 3 en pointe.

Fresnay (du).
Du 26e novembre (1668). – M. Raoul, rapporteur.
Sébastien du Fresnai, Sr baron du Faouët, de Baragan, du Plessis et son fils aisné Chevaliers et les autres Ecuyers.
Vairé, contrevairé d’argent et d’azur.
Très ancienne noblesse. – Sortis autrefois du Queméhouët. – Cornouailles.

Fruglais (de la).
Du samedy 6e avril 1669.
François-Hyacinthe de la Fruglais, Sr de la Villaubault et de Kerver et autres, paroisse de Plurien, évêché de Saint-Brieuc, Ecuyer.
M. Barrin, rapporteur. – Bonne noblesse.
D’argent au lion de sable, armé, lampassé de gueules.
Ressort de Saint-Brieuc.

(...à suivre...)


[1Premier exemple d’une famille des plus illustres dont l’auteur se contente de relater l’arrêt, sans l’accompagner d’aucun commentaire.

[2Il y a un autre article concernant un second arrêt obtenu par la même famille. Nous ne le reproduisons pas parce qu’il n’offre rien de particulièrement intéressant, et nous avertissons qu’il en sera de même ultérieurement quand nous rencontrons des articles multiples relatifs à une même famille.

[3Cet article, ainsi que quelques autres, doit être de M. de Langle, d’après la comparaison des écritures attentivement faite par M. de Miniac ; et ces mots il est aussy en mon livre, etc., semblent indiquer que M. de Langle tenait un registre semblable à celui de M. de la Bourdonnaye.

[4Encore une famille considérable dont la situation nobiliaire n’est relevée d’aucune note spéciale.

[5Cette addition n’est évidemment pas de Mr de la Bourdonnaye, puisqu’il y est parlé de lui comme défunt ; nous pensons qu’elle doit être attribuée à son fils aîné, Anne-Marie ou Yvon-Marie, marquis de la Bourdonnaye, en raison des détails qu’elle contient relativement à ce dernier ; quelques autres notes du manuscrit nous semblent avoir la même origine, particulièrement celle que l’on trouvera à l’article La Bourdonnaye.

[6Voir la note sous l’article Boisgelin.

[7Les derniers mots de cette note doivent être une addition postérieure, car on sait que l’armorial du P. Toussaint de St-Luc ne parût qu’en 1691.
NdT : Les arrêts concernant cette famille ont été publiés sur Tudchentil.net.

[8Les armes ne sont pas indiquées.

[9NdT : Cet arrêt a été publié sur Tudchentil.net.