Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Joyeux Noël !

Tudchentil et toute son équipe vous souhaitent un joyeux Noël et une belle année 2020 !


Soutenez Tudchentil, en 2020, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château du Boisorcan, Noyal-sur-Vilaine, bâti par Julien Thierry, argentier de la duchesse Anne (XIV-XVe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Amaury de la Pinsonnais

Ses articles

  • Lambilly (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1721)

    Transcription, le 8 novembre 2019.

    Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Charles-Hyacinthe, fils de Pierre de Lambilly, seigneur de Lambilly, et de Hélène-Céleste Magon sa femme, le 10 juin 1721, en vue de son admission comme page de la Grande Écurie du roi.

  • Lambilly (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1720)

    Transcription, le 4 novembre 2019.

    Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Marie-Jean-Louis, fils de Pierre de Lambilly, seigneur de Lambilly, et de Hélène-Céleste Magon sa femme, le 10 juin 1720, en vue de son admission comme page de la Grande Écurie du roi.

  • Kergoet (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1690)

    Transcription, le 26 octobre 2019.

    Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Thomas-Corentin, fils de François de Kergoët, seigneur de Guily, et de Marie-Yvonne de Rosilly sa femme, le 10 mai 1690, en vue de son admission comme page de la Grande Écurie du roi.

  • Induction présentée par Pierre du Bourblanc, chef de nom et d’armes, seigneur de Guermel et de Carmana, au procureur général du roi le 21 septembre 1668 à Rennes, pour justifier et de sa noblesse et être ainsi maintenue en cette qualité devant la Chambre de réformation en Bretagne.

  • Chardonnay (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1737)

    Transcription, le 29 septembre 2019.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de René, fils de Claude de Chardonai, seigneur de Bicherel, et de Michelle Bernard, sa femme, le 3 juin 1737, en vue de son admission comme page de la Grande Écurie.

  • Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Charles-Emmanuel, fils de Charles Haisdurant, sieur du Fresne, et de Marguerite Béchu sa femme, le 3 octobre 1786, en vue de son admission dans les Écoles royales militaires.

  • Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Jean-François, fils de Jean-Baptiste Haisdurant, sieur du Fresne, et de Perrine Presse sa femme, le 26 septembre 1785, en vue de son admission dans les Écoles royales militaires.

  • Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge Jean Amproux, sieur de Pontpietin, d’une assignation à comparaître comme usurpateur de noblesse, et le maintient dans la qualité de noble et d’écuyer, le 18 janvier 1700 à Rennes.

  • Maurice de Chasteaufur, sieur de Kervolant, est maintenu noble et d’ancienne extraction noble par la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne à Rennes en 1671 ; mais est condamné à 100 livres d’amende pour s’être servi d’un document suspect de faux.

  • Trogoff (de) - Capitaine de milice (1692)

    Transcription, le 31 juillet 2019.

    Pièces concernant Louis de Trogoff, seigneur de Coattalio, et ses nominations comme capitaine de la milice de Kermaria-Sular.

  • Charpentier - Réformation de la noblesse (1669)

    Transcription, le 10 juillet 2019.

    Jean et Olivier Charpentier, sieurs de Lessac et de Hardas, présentent leurs preuves de noblesse devant la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne à Rennes en 1669. Jean est maintenu en vertu de lettres d’anoblissement de 1655, tandis qu’Olivier, qui n’en bénéficie pas, est débouté.

  • Louise de la Vigne, veuve de Guillaume Bertho, sieur de Lescouët, et tutrice de leurs fils Jacques, Jean et Louis, demande à produire conjointement avec la veuve de François Bertho, sieur des Haies, en utilisant le sac de Guillaume Bertho, sieur de la Ville-Josse, leur aîné, qui a déjà fait reconnaitre sa qualité de noble devant la Chambre de la réformation de la noblesse de Bretagne.

  • Jacques de Benerven, sieur de Kergevenel, a rédigé une induction afin de soutenir sa qualité de noble devant la Chambre de la réformation de la noblesse de Bretagne. Il s’agit de l’original qui a été présenté au procureur général du roi, signé par son secrétaire le 28 mai 1669.

  • Daen - Maintenue de noblesse (1668)

    Transcription, le 30 mai 2019.

    Minute originale de l’arrêt de la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne maintenant dans leur noblesse François Daen, sieur de Launay-Bregault, et ses enfants, Pierre Daen, sieur de Launay-Cosquer, et Philippes Daen, sieur de Pierny, le 19 décembre 1670 à Rennes.

  • Achon (d’) - Réformation de la noblesse (1670)

    Transcription, le 19 mai 2019.

    Arrêt de la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne maintenant dans leur noblesse Amand Dachon/d’Achon, sieur des Rigaudières, Michel et Guillaume Dachon, sieurs de la Salmonière et de Flessan, ses frères, le 3 juillet 1670 à Rennes.

  • Arrêt de la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne condamnant René Dachon/d’Achon, sieur du Houssé, comme usurpateur de noblesse, et tardant à le condamner à l’amende de 400 livres.

  • Ertault - Décharge et maintenue de noblesse (1701)

    Transcription, le 29 avril 2019.

    Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge Mathurin Ertault, sieur de la Bretonnière, d’une assignation à comparaître comme usurpateur de noblesse, et le maintient dans en la qualité de noble et d’écuyer.

  • Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Claude-Charles, fils de Charles Goyon, seigneur du Vaurouault, et de Françoise-Hyacinthe Boschier, pour son admission en tant que page dans la Grande Écurie du roi, le 8 avril 1712.

  • Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse d’Alexis-Claude-Louis, fils de René-François Goyon, seigneur de Thaumas, et de Marguerite-Anne-Jeanne Poullain, pour son admission en tant que page dans la Grande Écurie du roi, le 8 juin 1753.

  • Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge Jean-Baptiste Querviche, avocat du roi au présidial de Vannes, de l’assignation à lui faite afin de présenter les titres justifiant sa noblesse.

  • Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Pierre-Louis de Becdelievre, fils d’Alexandre-Gabriel de Becdelievre, seigneur du Brossay, en vue de son admission comme page de la Grande Écurie, le 28 juin 1754.

  • Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de François-Yves, fils de Jean-Baptiste-François, seigneur de Coëtlosquet, en vue de son admission comme page du roi dans sa Petite Ecurie, le 19 mars 1743.

  • Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Jean-Baptiste-François, fils de Jean-Baptiste du Rocher, sieur du Pargat, et de Rose-Françoise Pigeon, sa femme, le 14 septembre 1781, en vue de son admission dans les Écoles royales militaires.

  • Gouyon (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1734)

    Transcription, le 25 février 2019.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Louis-Charles, fils de Guillaume Gouyon, seigneur de Vaux, dressées par Louis-Pierre d’Hozier, pour être admis parmi les pages de la Grande Écurie, le 16 février 1734.

  • Lespinay (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1774)

    Transcription, le 4 février 2019.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Samuel-Alexis de Lespinay, dressées par Louis-Pierre d’Hozier, pour être admis les pages de la Grande Écurie du roi, le 18 mars 1744.