Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Champtocé, où naquit Gilles de Laval, seigneur de Rais (XIII-XVIe siècles) .
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Déboutements et condamnations pour usurpations de noblesse.

Les articles

  • Dachon - Débouttement, réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 15 mai 2019.

    Arrêt de la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne condamnant René Dachon/d’Achon, sieur du Houssé, comme usurpateur de noblesse, et tardant à le condamner à l’amende de 400 livres.

  • Dodier - Arrêt de débouttement de noblesse (1671)

    par Armand Chateaugiron, le 11 mai 2019.

    Arrêt de la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne condamnant Guillaume, sieur de la Boullaye, Jullien, prêtre, Ollivier, sieur de la Sauldraye et Pierre Dodier, sieur du Temple-au-Cerisier, comme usurpateur de noblesse, et les condamnant chacun à l’amende de 400 livres, le 18 février 1671.

  • Espinay (d’) - Déboutement (1669)

    par Armand Chateaugiron, le 16 octobre 2018.

    Minute originale de l’arrêt de la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne déboutant Guillaume d’Espinay, sieur de Kerdelan, de ses prétentions de noblesse, par défaut d’avoir présenté ses actes et titres devant la Chambre afin de justifier de sa qualité, le 14 août 1669 à Rennes.

  • Boisleve - Condamnation pour usurpation de noblesse (1699)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 6 janvier 2018.

    Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, condamne Pierre Boisleve, procureur au parlement de Bretagne, comme usurpateur de noblesse, le 8 avril 1699 à Rennes.

  • Keranflec’h - Condamnation pour usurpation de noblesse (1699)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 18 novembre 2016.

    Condamnation d’Henri (de) Keranflec’h pour usurpation de noblesse, par Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, le 2 janvier 1699.