Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de la Moglais, bâti par la famille du Bouilly, près de Lamballe (XVIIIe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2005).

Launay de Pencrech (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1702)

Mardi 14 juin 2011, transcription de Loïc Le Marchant de Trigon.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2018 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Preuves de noblesses des demoiselles de Saint-Cyr, BNF, Département des manuscrits, Français 32122, fos 94-95.

Citer cet article

Preuves de noblesses des demoiselles de Saint-Cyr, BNF, Département des manuscrits, Français 32122, fos 94-95, transcrit par Loïc Le Marchant de Trigon, 2011, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 22 novembre 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article810.

Télécharger cet article

Launay de Pencrech (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1702)
82.1 ko.

Mars 1702 - Bretagne

Preuves de la noblesse de demoiselle Marie Gabrielle Ivonne de Launoi-Penchrech, presentée pour etre reçue dans la communauté des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cir, dans le parc de Versailles .

De gueules à une croix d’argent, cantonnée de dix croisettes de même, posées deux et une au 1er et au deuxieme canton ; et deux au troisieme et au quatrieme canton.

Marie Gabrielle Ivonne de Launoi-Penchrech, 1690.

Extrait du registre des batemes de la paroisse de Pleubihan, au diocese de Tréguier, portant que Marie Gabrielle Ivonne, fille de Jean-Ive de Launoi, seigneur de Pencrech, et de dame Fiacre de Montfort sa femme, naquit le 31e de decembre de l’an 1690 et fut batisée le 2e de janvier de l’an 1691. Cet extrait delivré, le 20e de novembre de l’an 1701. Signé Conan, recteur de l’eglise de Pleubihan, et légalisé.

1er degré – Pere, et mere. Jean-Ive de Launoi, seigneur de Pencrech, Fiacre de Montfort, sa femme, 1688. D’azur plein, ecartelé de gueule, à une croix [endenchée] d’argent cantonnée au premier et quatrieme canton d’un cigne d’argent, au deuxieme et troisieme canton d’une molette de même.

Contract de mariage de messire Jean Ives de Launoi, seigneur de Pencrech, fils et heritier principal et noble, de messire François de Launoi, et de dame Françoise Le Bigot, sa femme, acordé le 23e de novembre de l’an 1688 avec demoiselle Fiacre de Montfort, fille de messire Louis de Montfort, seigneur de Penquer, et de dame Marie Simon, sa veuve. Ce contract reçu par Le Saulx, notaire à Treguier.

Arrest rendu le 29e d’octobre de l’an 1668 par les commissaires de la Chambre etablie par le Roi, pour la reformation des nobles en Bretagne, par lequel, François de Launoi, sieur de Pencrech, dans la paroisse de Pleubihan, eveché de Treguier, et ressort de Lannion, est confirmé dans la possession de son ancienne noblesse, avec Jean Ive de Launoi son fils ainé, et heritier principal et noble ; Cet arrest signé Malescot.

II degré – Ayeul, et ayeule. François de Launoi, sieur de Pencrech, Françoise Le Bigot, sa femme, 1656. De sable, à un loup passant d’argent, et un croissant de même en chef.

Partage de la succession d’Ive de Launoi, ecuyer sieur de K/riel, fait le 28e de juillet de l’an 1656 entre [fo 94 verso] demoiselle Claude du Halgoet sa veuve, et demoiselle Jeanne Garnier, dame de la Guérine, au nom et comme procuratrice de noble homme François de Launoi son fils, ecuyer seigneur de Pencrech, et heritier principal, et noble, de Jean de Launoi son pere, ecuyer. Cet acte reçu par Logiou, notaire à Treguier.

Creation de tutelle, à François ; Pierre ; Louis ; et Vincent de Launoi, enfans de noble homme de Jean de Launoi, seigneur de Pencrech, faite en la cour royale de Morlaix, le 12e d’octobre de l’an 1637 et donnée à demoiselle Jeanne Garnier leur mere ; Cet acte signé Le Corre.

III degré – Bisayeul, et bisayeule. Jean de Launoi, seigneur de Pencrech, Jeanne Garnier, sa femme, 1625.

Contract de mariage de Jean de Launoi, ecuyer sieur de Pencrech, et de Kerriel, acordé le 3e de janvier de l’an 1625 avec demoiselle Jeanne Garnier, fille de Pierre Garnier, ecuyer sieur de la Chalau, conseiller du Roi, et auditeur honoraire en sa Chambre des Comptes de Bretagne, et de demoiselle Claude Le Corre sa femme ; Ce contract reçu par Houesnel, notaire à Rennes.

Contract de mariage de François Lesné, ecuyer sieur de K/jacob, acordé le 1er de juillet de l’an 1624 avec demoiselle Marguerite de Launoi, dame de K/roc, du consentement de Jean de Launoi son frere, ecuyer sieur de Pencrech, comme fils ainé, et heritier de Sebastien de Launoi, ecuyer sieur de K/riel, et de demoiselle Marguerite de la Villeneuve sa 1ere femme, dame et heritiere de Pencrech ; Ce contract reçu par Lesné, notaire au bourg de Pleubihan.

Acord fait le 9e de septembre de l’an 1621 sur l’administration que Sebastien de Launoi, ecuyer sieur de K/riel, avoit eue des biens de Jean de Launoi [fo 95 recto] son fils et de demoiselle Marguerite de la Villeneuve sa femme, dame de Pencrech ; Cet acte reçu par Lesné, notaire à Lantreguier.

IV degré – Trisayeul, et trisayeule. Sebastien de Launoi, sieur de K/riel, Marguerite de la Villeneuve, sa femme, dame de Pencrech, 1621.

Compte de la tutelle de noble homme Jean de Launoi, sieur de Pencrech, fils unique et heritier de Sebastien de Launoi, ecuyer sieur de K/riel, et de demoiselle Marguerite de la Villeneuve sa femme, presenté au senechal de la cour du prieuré de Saint George de Pleubihan, le 30e de septembre de l’an 1621 et reçu par Lesné, notaire à Lantreguier.

Partage donné le 30e de mars de l’an 1595 par nobles gens, Ive de Launoi, sieur de K/velvar, et Jeanne de K/nechriou sa femme à noble Ive de Launoi, leur fils ainé, et heritier principal, et noble, et à Sebastien de Launoi son frere juveigneur, sieur de K/cadiou, dans la paroisse de Ploezal ; Cet acte reçu par Cillart, notaire de la Cour de Botloi en Pleuhiban.

V degré – 4e ayeul, et ayeule. Ivon de Launoi, sieur de K/velvar, Jeanne de K/nechriou, sa femme, 1559. D’argent ecartelé de sable.

Partage noble et avantageux, en juveigneurie, donné le 27e de mai de l’an 1559 à nobles gens Riou de K/nechriou, et Jeanne de K/nechriou, femme de noble homme Ivon de Launoi, par noble homme Tugonnal  [1] de K/nechriou leur frere, comme fils ainé et heritier principal, et noble, de nobles gens Jean de K/nechriou, sieur de Plebizien, et Lize du Halgoet sa femme ; Cet acte reçu par Michel, notaire à la Roche Derrien.

Acord fait le 27e de mars de l’an 1568 entre nobles gens Adelice de Launoi, femme de Raoul de Lesné, et Ive de Launoi son frere, sieur de K/velvar, fils ainé et heritier principal et noble [fo 95 verso] de nobles gens, Pierre de Launoi, et Amice Le Merdi sa femme ; Cet acte reçu par du K/nevez, notaire de la cour de Launoi-Botloi.

VI degré – 5e ayeul, et ayeule. Pierre de Launoi, sieur de K/velvar, Amice Le Merdi, sa femme, 1562. Ecartelé d’argent et de gueules à trois fleurs de lis de l’un, en l’autre.

Transaction faite le 31e de decembre de l’an 1562 sur le partage que nobles gens François, et Artus de Launoi, demandoient à noble homme Ive de Launoi leur frere ainé, dans la succession noble de demoiselle Amice Le Merdi, leur mere femme de noble homme Pierre de Launoi, sieur de K/velvar. Cet acte reçu par Kerouniant, notaire à Pleubihan.

Acord fait le 20e d’aoust de l’an 1555 sur les diferens que la fabrique de l’eglise de Pleubihan, avoit avec Pierre de Launoi, comme heritier principal, et noble de Ivon de Launoi, sieur de K/velvar, au sujet d’une rente qu’il avoit vendue à cette fabrique, le 7e de mars de l’an 1517. Cet acte reçu par du Cameru, notaire de la Cour de Launoi-Botloi, dans la paroisse de Pleubihan.

Nous, Charles d’Hozier, conseiller du Roi, genealogiste de sa Maison, juge general des armes, et des blazons, et garde de l’armorial general de France, et chevalier de la religion, et des ordres militaires de saint Maurice et de saint Lazare de Savoie, certifions au Roi que demoiselle Marie Gabrielle Ivonne de Launoi-Penchrech a la noblesse nécessaire pour etre reçue dans la communauté des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la maison royale de St Louis, fondée à St Cir, dans le parc de Versailles, comme il est justifié par les actes qui sont énoncés dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée, et dressée à Paris le vingt septieme jour du mois de mars de l’an mile sept cent deux. Signé d’Hozier.

[Signé : ] d’Hozier.


[1Le rédacteur a d’abord mis Tugdual, qu’il a rayé et corrigé en marge par Tugonnal.