Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Vue de Morlaix et de l'église Saint-Martin (XVIIIe-XIXe.)
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

État de la noblesse bretonne déclarée d’ancienne extraction (L-Y)

Samedi 26 décembre 2009, texte saisi par Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Hypollite du Plessis de Grenédan, État de la noblesse bretonne déclarée d’ancienne extraction, Rennes, 1884.

Citer cet article

Hypollite du Plessis de Grenédan, État de la noblesse bretonne déclarée d’ancienne extraction, Rennes, 1884, 2009, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 3 août 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article693.

Télécharger cet article

État de la noblesse bretonne déclarée d’ancienne extraction (version complète)
398.2 ko.

[ ...voir la première partie... ]

L

Lagadec [1] (Le) - D’argent [2], à trois trèfles d’azur, 2 et 1.

[p. 83]

Lambert - de la Rigourdaine, de la Havardière, du Bois-Jan [3] - D’argent [4], au chevron de gueules.

Lambilli (de) - D’azur, à six quintefeuilles d’argent, 3, 2, 1.

Lande [5] (de la) - D’azur, à un léopard d’argent armé, couronné d’or, surmonté de quatre macles de même et trois en pointe [6].

Lande [7] (de la) - De gueules, à une fasce crenelée d’argent.

[p. 84]

Landelle [8] (de la) - D’argent, à trois merlettes de sable.

Langan [9] (de) - du Boisfeuvrier [10], de Quinformel - De sable, à un léopard d’argent armé, lampassé, couronné de gueules.

Langlais [11] - D’argent, à trois roses de gueules.

Langle [12] (de) - D’azur, au sautoir d’or cantonné de quatre billettes de même.

[p. 85]

Langle [13] (de) - D’argent, à une aigle éployée de sable becquée, membrée d’or, accompagnée de trois tourteaux de sable, 2 en chef et 1 en pointe, chargés, chacun, d’une molette d’or.

Langourla [14] (de) - D’azur, à trois bandes d’or.

Lanjamet [15] (de) - de Miniac - D’argent, à l’aigle éployée de sable [16].

Lanloup [17] (de) - D’azur, à six annelets d’argent, 3, 2, 1.

Lannion [18] (de) - D’argent, à trois [p. 89] merlettes de sable, au chef de gueules chargé de trois quintefeuilles d’argent.

 [19]

Lantivi [20] (de) - De gueules, à une épée d’argent en pal, la pointe en bas.

Larlan (de) - de Penhers, de Rochefort - D’argent, à une croix de sable chargée de neuf mâcles d’argent [21].

Lart (Le) - De gueules, semé de billettes d’argent sans nombre.

[p. 87]

Lavocat [22]  [23] - D’azur, à trois [24] coquilles d’or, à la bande dentelée d’argent sur le tout.

Lescouët [25] (de) - De sable, à un épervier d’argent becqué, grilleté, longé d’or, accompagné de trois coquilles aussi d’argent, 2 en chef et 1 en pointe.

 [26]

[p. 88]

Lesildry [27]  [28] (de) - D’azur, à un croissant d’argent accompagné de trois besans de même, 2 en chef et 1 en pointe.

Lesparler - De gueules, à une épée d’argent en bande, la pointe en bas.

Lespinay [29] (de) - D’argent, à un croissant de gueules bordé de sable, surmonté de trois billettes de sable et autant en pointe.

Lespinay (de) - De sable, à un sautoir d’argent.

[p. 89]

Lesquen [30] (de) - De sable, à trois jars d’argent becqués, membrés de gueules.

Lesquern [31] (de) - Fascé de vair et de gueules.

Lesrat [32] (de) - D’azur, au chef d’argent chargé d’une tête de loup d’or [Sup. Le chef est à enquerre].

Levesque [33] - De sable, au chef d’argent chargé de trois fleurs-de-lys de gueules.

Levroux (Le) - De sable, à une fasce d’argent chargée de trois coquilles de gueules, et une coquille d’argent en pointe.

Liscouët (du) - des Planches, de Coëtmen [34] - [p. 90] - D’argent, au chef de gueules chargé de sept billettes d’argent, 4, 3.

Lisle (de) - de la Nicolière, de la Martelière, du Souchay, de la Gravelle [35] - De gueules, à dix billettes d’or, 4, 3, 2, 1.

Loaysel - de Brie, de Cambières [36], de Saint-Benoist - D’argent, à trois merlettes [37] de sable, 2 et 4.

Lolivier [38] - D’argent, à une fasce de gueules grillée d’or accompagnée [p. 91] de trois quintefeuilles d’argent [39] [40], 2 et 1 [Sup. grillée, pour dire treillissée].

Long (Le) - D’or, à une quintefeuille de sable.

Lopriac (de) - De sable, au chef d’argent chargé de trois coquilles de gueules.

Lorveloux [41] (de) - D’argent, à une bande de sable chargée de trois croisettes d’or.

Loüet (du) - Fascé de vair et de gueules de six pièces [42].

[p. 92]

Loz - de K/naleguen, de Langar, de K/ilis [43] - De gueules, à trois éperviers chaperonnés, longés, grilletés d’or [44]]. [Sup. L’émail des éperviers paraît manquer.]

M

Madaillan [45] (de) - Ecartelé, aux 1 et 4 tranché d’or et de gueules ; aux 2 et 3 d’azur, au lion couronné d’or.

Mahé [46] - D’argent, à deux haches d’armes [p. 93] adossées de gueules [47] surmontées d’un croissant de même.

Marbeuf (de) - D’azur, à deux épées en sautoir d’argent, la poignée d’or, la pointe en bas.

Marcillé (de) - d’Argentré et de Launay [48] - D’argent, à une bande de gueules chargée de trois channes d’or.

Marie [49] - D’argent, à trois coquilles de sable.

Marigo - Ecartelé, aux 1 et 4 de gueules, au lion d’or ; aux 2 et 3 d’or, à trois rencontres [50] [51] de gueules.

[p. 94]

Marin [52] (de) - D’azur, à trois chevrons d’or, au chef d’argent chargé de trois roses de gueules.

Marnière (de) - D’azur, au chevron d’or brisé accompagné de deux roses en chef, et un lion en pointe de même [53]. [Sup. Ce blason serait plus clair si, au lieu de et un lion en pointe de même, on avait mis et un lion en pointe, le tout de même.]

Martel - de la Chenardière, de la Malonnière [54] - D’or, à trois marteaux de sable.

Masle (du) - De gueules, à trois cignes d’argent becqués, membrés d’or.

[p. 95]

Massüel [55] - Gironné d’hermines et de gueules de six pièces [56].

Maudet - Losangé d’or et de gueules.

Mellet [57] - D’argent, à trois merlettes de sable.

Mescam [58] (de) - D’azur, à trois têtes d’aigle arrachées d’argent.

Metaër [59] (Le) - de la Villebarbou [60] - [p. 96] - D’argent, à trois merlettes [61] de gueules.

Michael [62] - Ecartelé, aux 4 et 4 de sable, à une tour d’argent ; aux 2 et 3 d’or, à une croix pattée de gueules.

Mintier (Le) - des Granges, de la Touche, du Chalonge, du Bourgneuf, de la Villeblanche, de Carmené, du Boisgueret, de la Mottegloret, du Bignou [63], de Beauchesne - De gueules, à la croix engreslée d’argent.

[p. 97]

Moëllien [64] (de) - D’azur, à un annelet d’argent accompagné de trois fers de lance [65], en pairle, touchant de la pointe à l’annelet.

Moenne [66] (Le) - D’or, à trois faux de sable.

Moine [67]  [68] (Le) - D’argent, à trois merlettes de sable, au chef de gueules chargé de trois besans [69] d’argent.

[p. 98]

Mol - de K/jean, de Cleguer, de Lambien, du Heuguer, de Moalec, du Restaut [70] - D’argent, à trois ancres de sable.

Montagu [71] (de) - D’azur, à deux lions d’or lampassés et armés d’argent.

 [72]

Montigny [73] (de) - D’argent, au lion de gueules chargé d’une étoile d’or [p. 99] sur l’épaule, à l’orle de huit coquilles d’azur.

Monty (de) - D’azur, à la bande d’or accompagnée de deux montagnes de même, à chaque pointe.

Moraud [74] - De sable [75], à trois coquilles d’argent.

Morin - D’argent, à l’arbre de sinople sur une terrasse de même, chargé d’un porc-épic de sable.

Moro - de Montgouarin [76] [77] - Ecartelé, aux 1 et 4 d’or, au lion de sable armé, lampassé et couronné de gueules ; aux 2 et 3 de gueules, au croissant d’or.

[p. 100]

Moro - D’argent, à un renard de sable accompagné de cinq mouchetures d’hermines de même.

Motte (de la) - De sable, à sept macles [78] [79] d’or, 3, 3 et 1.

Motte (de la) - de Pontruays, de la Tronchais, de Vauvert [80] - D’azur, fretté d’argent [81].

Motte (de la) - de la Motteportal et de Pontmessart [82] - De gueules, au lion d’argent.

[p. 101]

Motte [83] (de la) - De gueules, à trois bandes engreslées d’argent.

Mouesson - D’argent, à trois mouessons ou trois moineaux de sable.

Mouraud - D’argent, à trois poteaux de gueules.

Moussays (de la) - D’or, fretté d’azur.

Moyne (Le) - D’argent, à trois coquilles de gueules.

Muce (de la) - De gueules, à neuf besans d’argent.

N

Nevet [84] (de) - D’or, au léopard morné de gueules.

[p. 102]

Nicolas [85] - De gueules, à la fasce d’argent chargée de trois merlettes de sable, surmontée de [86] deux têtes de lion arrachées d’or, et une en pointe.

Noë (de la) - D’azur, à un lion d’or armé et lampassé de gueules.

Noës [87]  [88] (des) - du Pontouraude, des Fossés, de Cariol [89], de la Villedaniel. - D’argent, au lion de sable armé, lampassé et couronné de gueules.

Noir (Le) - D’azur, à trois chevrons d’or, [p. 103] au franc quartier de gueules chargé d’une fleur-de-lys d’argent [90].

Normand [91] (Le) - D’azur, au rencontre de cerf d’or accompagné de [92] trois molettes de même, 1 en chef et 2 en pointe.

Noyal (de) - D’argent, à [93] trois fasces de sable.

Ny (Le) - Ecartelé, aux 1 et 4 d’argent, à un écu d’azur en cœur, à l’orle de six annelets de gueules ; aux 2 [p. 104] et 3 de gueules, à une tête [94] de lièvre [95] [96].

P

Paige [97] (Le) - de K/grist - D’argent, à une aigle de sable éployée et armée de gueules [98].

Paillevé - De gueules, à une fasce d’argent accompagnée de trois gantelets de même.

[p. 105]

Pantin - D’argent, à la croix de sable cantonnée de quatre molettes [99] de gueules.

Parcevaux [100] (de) - D’azur, à trois chevrons d’argent [101].

Parq [102]  [103] (du) - D’argent, à trois jumelles de gueules en fasce.

Parq (du) - D’argent, à trois jumelles de gueules brisées, en chef, d’une étoile de même.

[p. 106]

Pastour - de K/jean. - D’or, à un lion de gueules, à l’orle de cinq billettes d’azur.

 [104] (du) - De gueules, à trois lions d’argent.

Péan [105] - D’or, à trois têtes de maures en profil de sable.

Penancoüet [106] (de) - Fascé d’argent et d’azur.

Penandreff (de) - D’argent, à un croissant de gueules surmonté de deux étoiles de même.

Penfenteniou (de) - Burelé d’argent et de gueules de dix pièces.

[p. 107]

Penmarch [107] (de) - Ecartelé, aux 1 et 4 de gueules, à une tête de cheval d’argent ; aux 2 et 3 d’or, à trois merlettes d’azur.

Pépin - D’azur, au chevron accompagné [108] d’argent et de gueules accompagné de trois pommes de pin d’or [109].

Perrenno [110] (de) - D’azur, à une fleur-de-lys d’argent accompagnée de trois poires d’or avec leurs feuilles.

Perrien (de) - D’argent, à cinq fusées de gueules en bande [111].

[p. 108]

Perrier (du) - du Menez. - D’azur, à dix billettes d’or, 4, 3, 2, 1.

Perrouse [112] (de) - Coupé, au 1 d’azur, chargé d’un lion d’argent armé, lampassé et couronné de gueules ; au 2 d’argent, à un croissant de gueules.

Peschart - De gueules, à la bande d’or chargée de quatre roses d’azur, accompagnée de quatre ducs ou chatrains d’argent [113], 2 en chef et 2 en pointe.

Picart (Le) - D’argent, à un lion de sable et trois [114] molettes de même.

Picaud - de Morfouace, du Vertin, de Queheon, du Parq, de la Chancelière, [p. 109] de Saint-Gouesnou, de la Villequeury [115] - D’argent, fretté de gueules, au chef de gueules chargé de trois trèfles d’or.

Pinart - Fascé onde d’or et d’azur, au chef de gueules chargé d’une pomme de pin d’or.

Piquelays [116]  [117]

 [118] (de la) - D’argent, à un épervier au naturel [119] [p. 110] becqué [120], armé d’or, sur un écot arraché de gueules. [121]

Plexis (du) - D’argent, à une bande de gueules chargée de trois macles d’or, surmontée d’un lion de gueules couronné, lampassé d’or.

Ploesquellec (de) - du Boisrio, de K/neques [122] - Chevronné d’argent et de gueules, au lambeau d’argent à trois pendans [123].

[p. 111]

Ploeuc (de) - Chevronné d’hermines et de gueules.

Poilley [124] (de) - D’argent, parti d’azur, au lion léopardé de gueules lampassé, couronné d’or. [Sup. Il est probable que le lion est brochant sur le tout.]

Pois [125] (de) - Ecartelé, aux 1 et 4 d’or, à un vol de gueules ; aux 2 et 3 de gueules, à la bande d’argent accompagnée de six croix recroisettées au pied fiché d’or.

Pont [126] (du) - D’argent, a une fasce pontée de sable chargée d’une molette d’or, accompagnée de trois roses de gueules.

Pontual (de) - de la Villernault, de Jouvante [127]. - De sinople, à un pont [p. 112] de trois arches d’argent, chargé de trois cignes de même becqués et membrés de sable.

Porcarro [128] (de) - De gueules, à un [129] héron d’argent.

Porrée [130] - De gueules, à la bande d’argent chargée de trois merlettes [131] de sable.

Porte (de la) - De gueules, au croissant [132]] chargé de cinq mouchetures d’hermines.

[p. 113]

Pou [133] (du) - De sable, à un lion d’argent armé, lampassé, couronné d’or.

Poullain [134] - de Mauny et de la Noë, de la Vallée, de Launay, de la Mégrie, de Lisle, de Tremain, de Gautret, du Valmartel, du Chesnay, de la Villeguen, des Dixmes [135]. - D’argent, à un houx de sinople, au franc canton de gueules chargé d’une croix engreslée d’argent.

Poulpiquet (du) - D’azur, à trois poules d’argent becquées, membrées de sable.

Poulpry (du) - D’argent, à une rencontre de cerf de gueules. [Sup. C’est un rencontre.]

[p. 114]

Preauvé [136] (du) - De sable, à trois annelets d’argent.

Prestre (Le) - De gueules, à trois écussons d’argent bordés d’or, chargés, chacun, de trois mouchetures d’argent [137] [138]. [Sup. Il est probable que les mouchetures sont d’hermines.]

Provosté (de la) - D’argent, à trois bandes de sable.

Q

Quelen (de) - de Saint-Bihy, de la Cossonnays, du Plessix, de K/ampoul, de Châteauriec [139] - Burelé d’argent et de gueules de dix pièces.

[p. 115]

 [140]

Quengo [141] (du) - D’or, à un lion de sable armé et lampassé de gueules.

Quifistre (de) - D’argent, à [142] deux fasces de sable.[p. 116]

R

Rado - D’azur, à trois étoiles à six pointes d’or.

Raoul - De sable, à un poisson d’argent en fasce, surmonté de trois annelets et un annelet en pointe de même.

Refuge [143] (de) - D’argent, à deux fasces de gueules, à deux serpens [144] [145] affrontés en pal, lampassés de gueules, sur le tout.

Riaud - De sable, au sautoir d’argent.

[p. 117]

Rivière [146] (de la) - D’azur, à la croix engreslée d’or.

Robert [147] - De sable, à trois coquilles d’or, 2 et 1.

Robien (de) - de K/ambourg, de Peros, de Sainte-Geneviève [148] [149] - D’azur, à dix billettes d’argent, 4, 3, 2, 1.

[p. 118]

Roblot [150]  [151] - D’argent, à trois cœurs de gueules.

Roche [152] (de la) - D’or, à la fasce d’argent [153] [154].

Rocher (du) - D’azur, à une bande d’argent accostée de deux molettes de même.

Rochère (de la) - De sable, à trois corneilles d’argent posées 2 et 1.

Roche Rousse [155] (de la) - De gueules, [p. 119] à trois fleurs-de-lys d’argent, une étoile d’or en chef.

Roche Saint-André [156] (de la) – De gueules, à trois roquets d’or, 2 et 1.

Rochier (du) - D’argent, à la fasce de gueules accompagnée, en chef, de deux coquilles de sable, et, en pointe, d’une molette de même.

Rogier [157] - D’argent, au greslier de sable accompagné de cinq mouchetures d’hermines.

Rogon - de Beaubois, de Coëtquel, du Parc, des Gautrais, de Crossac, du Tertre, du Prerond, de la Villebargoüet, de la Plesse, de K/tanguy, de Saint-Rieu, de la Villeroux, [p. 120] de K/sulio, de la Villeon [158] - D’azur, à trois roquets d’or.

Rohan (de) - Autrefois, De gueules, à sept macles d’or ; maintenant neuf, 3, 3, 3.

Rohello [159] (de) - De gueules, à la fleur-de-lys d’or portant, sur les fleurons, deux aiglettes d’argent affrontées, becquées et membrées d’or.

 [160]

[p. 121]

 [161]

Rommilley [162] (de) - de Mausson et de la Chesnelays, d’Ardainne [163] - D’azur, à deux léopards d’or [164] couronnés, armés et lampassés de gueules.Rondiers (des) - D’azur, au lion d’or.

Roscoët [165] (du) - D’argent, à trois roses de gueules tigées de sinople, 2 et 4.

[p. 122]

Rosily [166] (de) - D’argent, au chevron de sable accompagné de trois quintefeuilles de même, 2 et 1.

Rosmar (de) - de K/daniel, de K/veno, de K/bisien, de K/hervé [167] - D’azur, à un chevron d’argent accompagné de trois molettes de même.

Rosnyvinen [168] (de) - D’or, à une hure de sanglier de sable [169] armée et arrachée de gueules, à la bordure engreslée de même.

Rouge (Le) - Ecartelé, aux 1 et 4 d’argent [p. 123], au Lion morné de sable coupé de gueules ; aux 2 et 3, burelé d’argent et de gueules de dix pièces.

Rougeart [170] (Le) - D’argent, au pin arraché de sinople, le tronc chargé d’un greslier de sable aux pendans de même [171].

Rousseau (Le) - D’argent, à trois fasces de gueules.

Roux (Le) - Gironné d’argent et de sable.

Rouxel [172] - de Perrouse, de la Grange, de Ranliou, de la Landeboisridou [173]- D’azur, à trois roussettes [174] [p. 124] (espèce de poisson) en pal [175].

Roy [176] (Le) - D’azur, à un épervier couronné, longé et armé d’or, et une fleur-de-lys de même en chef. [Sup. L’émail de l’épervier semble manquer.]

Ruellan [177] - D’argent, au lion de sable [178] lampassé et couronné d’or.

Rufflay [179] (du) - D’argent, au chevron [p. 125] de gueules accompagné de trois quintefeuilles de même.

S

Saguier [180] - Ecartelé, aux 1 et 4 d’argent, à une tète de maure [181] bandée d’argent ; aux 2 et 3 d’argent [182], à un écureuil de gueules.

Saint Gilles (de) - D’azur, semé de fleurs-de-lys d’argent.

Saint Pern (de) - D’azur, à dix billettes clechées [183] d’argent.

[p. 126]

Saint Perran (de) - De sable, à la croix pattée d’argent.

Salliou - D’argent, à un chevron de gueules accompagné de trois quintefeuilles de même.

Sanguin - D’azur, à une bande d’argent accompagnée, en chef, de trois glands d’or, et deux pattes de griffon de même, en pointe.

Sansay (de) - D’or, à trois bandes d’azur et une bordure de gueules, et un écusson [184] de même en cœur.

Savonnière [185] (de) - De gueules, à la croix pattée d’or.

Sauvaget [186]  [187] - des Clos - De gueules, à la croix pattée d’argent.

[p. 127]

Senechal [188] (Le) - D’azur, à neuf macles d’or.

Serré (Le) - [189] D’azur, à dix billettes d’argent, au canton de gueules chargé d’un croissant montant d’or [190].

Sesmaisons [191] (de) - De gueules, à trois maisons d’or.

Sevigné (de) - Ecartelé d’argent et de sable.

Soussay [192] (du) - De gueules, à-trois coquilles [193] d’argent.[p. 128]

T

 [194]

Talhouet [195] (de) - De Kerio - Losangé d’argent et de sable sans nombre [196].

 [197]

[p. 129]

 [198]

 [199]

 [200]]

[p. 130]

 [201]

 [202]

 [203]

[p. 131]

 [204]

 [205]

 [206]

 [207]

[p. 132]

 [208]

Tregoazec [209] (de) - D’argent, à la croix pattée de gueules chargée d’une coquille d’or au milieu.

Tremenec [210] (de) - D’argent, fretté de gueules de six pièces, au canton d’azur chargé de trois [211] cotices d’argent.

[p. 133]

Tremereuc [212] (de) - Échiqueté d’argent et de gueules.

Tremic [213] (de) - D’argent, à la rose de gueules.

Tremigon [214] (de) - D’argent, à trois écussons de gueules, 2 et 1, chargés, chacun, de trois fusées d’or en fasce.

Treouret [215] (de) - D’argent, au sanglier passant de sable.

[p. 134]

Tressay [216] (du) - D’argent, à la fasce nouée de gueules chargée de trois besans d’or.

Trevegat (de) - [217] D’azur, à la fasce de gueules chargée de trois têtes de maures de sable de profil, bandées d’argent [218].

Trevellec [219] (de) - D’azur, à trois croissans d’or et une fleur-de-lys de même en abyme.

Trevou (du) - D’argent, au léopard de sable.

[p. 135]

Trezle (Le) - [220] D’azur, au cigne d’argent membré et becqué de sable.

Triac [221] (de) - de la Demieville - D’azur, au lion d’argent rampant armé, couronné et lampassé d’or [222].

Tribouille [223] (de la) - D’azur, à trois roquets d’argent, 2 et 1.

 [224]

[p. 136]

Trogoff [225] (de) - D’argent [226], à trois [227] fasces de gueules [228].

Trolong (de) - Écartelé, aux 1 et 4 d’argent, à cinq tourteaux de sable, 2, 1 et 2 ; aux 2 et 3 d’azur, au château [229] d’argent.

[p. 137]

Tronchaye [230] (de la) - D’azur, à trois fleurs-de-lys d’argent, 2 et 1.

Troussier - de la Gabtière, de K/brat de la Villegloux, de la Villegeffroy [231]. - D’hermines, au lion rampant de gueules.

Tuffin [232] - de Sesmaisons, de la Vigne - [p. 138] - D’argent, à la bande de sable chargée de trois croissans [233] d’argent.

 [234]

Tuomelin [235] (de) - du Parck/negau, de Lesguily, de K/beriou, du Clos [236] - D’argent, à deux fasces de sable.

 [237]

[p. 139]

U

Ugues [238] - D’azur, au cerf passant d’argent sommé et onglé d’or.

Uguet - D’azur, à trois têtes de léopard [239] arrachées et lampassées d’or, 2 et 1 [240].

[p. 140]

Uguet [241] - D’argent, à deux croissants adossés de gueules.

Urvoy [242] - D’argent, à trois chouettes de sable becquées, membrées et armées de gueules [243].

V

Valleaux (de) - D’or, à trois bandes de gueules.

[p. 141]

Vallée [244] (de la) - de la Burye, de la Chaise, de la Forestrie [245] - De gueules, à trois fermaux d’argent, 2 et 1.

Valette [246] (de la) - D’argent, à trois hures de sanglier arrachées de sable, 2 et 1.

 [247]

[p. 142]

Vauborel (de) - [248] D’azur, à la tour d’argent.

Vaucouleurs (de) - D’azur, à la croix pleine d’argent.

Vauferrier (du) - D’or, au chef de sable chargé de trois coquilles d’argent.

Vay [249] - De gueules, au croissant d’hermines surmonté d’une croisette d’argent.

[p. 143]

Veneurs [250] (Le) - D’argent, au cerf lancé de gueules sommé, ou ramé, et onglé d’or. [Sup. C’est élancé, et non lancé.]

Verger [251] (du) - D’argent, au lion de sable armé, couronné et lampassé d’or.

Vergier [252] (du) - De gueules, à deux bandes de vair [253].

[p. 144]

Veyer [254] (Le) - De gueules au lion d’or rampant armé, couronné et lampassé d’or.

Veyer [255] (Le) - D’or, à trois merlettes de sable, sans pieds ni bec, 2 et 1.

Vicomte [256] (Le) - D’azur, au croissant d’or.

Viesque [257] (de) - D’azur, à trois fleurs-de-lys d’argent, 2 et 1.

[p. 145]

Vieuville (de la) - D’argent, à [258] trois fasces d’azur.

Vieuxchâtel [259] (du) - D’azur, au château d’argent à trois tours [260].

Vigne (de la) - D’argent, au cep de vigne serpentant de sinople, avec tout son feuillage et racines, chargé de trois grappes de raisin de pourpre [261]. [Sup. Le feuillage et les racines sont apparemment aussi de sinople.]

[p. 146]

Vigré (de) - D’argent, au pin de sinople, le pied d’or, chargé aussi de trois [262] pommes d’or, accompagné de trois merlettes de sable, 1 en chef et 2 en pointe.

Villeneuve [263] (de) - D’argent, au lion rampant de sable.

Villeon [264] (de la) D’argent, au houx arraché [p. 147] de sinople, au chef de sable fretté d’or de six pièces [265].

Villeon (de la) - du Boisfeuillet, de la Villeaudren, de Launaymur [266] - D’argent, au houx [267] arraché de sinople, au franc quartier de sable fretté d’or.

Villethebaut [268] (de la) - Écartelé, aux [p. 148] 1 et 4 d’argent, à la tour de sable crénelée et maçonnée d’argent ; aux 2 et 3 d’argent [269], à la tête de loup de sable arrachée et lampassée de gueules [270].

Villette (de la) - [271] [272].

Visdelou - de la Goublays, de Bienassis, de Saint-Querreuc, du Hilguit, du Hilguy [273], de la Villetheart, de Saint-Glé [274] - D’argent, à trois [p. 149] têtes de loup de sable arrachées et lampassées de gueules, 2 en chef et l’autre en pointe [275].

Volant [276] (de) - D’argent, au cerf-volant d’or [277].

Volvire (de) - Burelé ou fascé d’or et de gueules de dix pièces.

[p. 150]

Voyer [278] (Le) - D’argent, à la fleur-de-lys de sable.

Voyer [279] (Le) - D’argent, à trois haches d’armes de sable, 2 et 1 [280].

Y

 [281]

[p. 151]


Nous donnons ici un arrêt compris dans le supplément, et évidemment omis dans le texte de notre manuscrit, puisqu’il est de1669, et, afin de rendre notre travail aussi complet que possible, nous ajoutons les quelques maisons que nos manuscrits donnent comme ayant été déclarées d’ancienne extraction postérieurement à la Réformation.

[p. 152]

[p. 153]

Cam [282] - D’argent, au chevron de sable accompagné de trois annelets de même en chef et 1 en pointe.

Ravenel [283] - De gueules, à six croissans d’or surmontés d’autant d’étoiles [284] [285] de même en pointe.

Segaller [286] - D’azur, au sautoir d’argent [p. 154] cantonné de quatre quintefeuilles [287] de même [288].

Vieuville-Garel [289]  [290] (de la) - [291].

FIN.

[p. 155]

SUPPLÉMENT

Aux Notes qui concernent les Blasons.

Page 12, Barillon. - Il est probable qu’il doit y avoir barillets au lieu de billettes.

Page 20, Boisgeslin. - Armes à enquerre.Page 24, Botmeur. - Armes à enquerre.

Pages 31 et 32, aux notes, de Brunnes. - Il y a évidemment erreur dans le mot bandes.

Page 34, Carheil. - C’est essorantes qu’il doit y avoir, et non essorées. - Aux notes, de Castel. - de l’un à l’autre, et non de l’un en l’autre.

Page 39, Cleux. - Emanché. La disposition en est omise.

Page 42, Conen. - Ces armes sont à enquerre. - de l’un à l’autre, et non de l’un en l’autre.

Pages 51 et 52, aux notes, Estienne. - Les fleurs- de-lys étant posées 2 à 2 sur le fond, il est évident qu’il y a trois fasces.

[p. 156]

Page 53, Febvre. - bouclée ou annelée, et non bouclée et annelée.

Page 56, Fresnay. - Ces armes, telles que les donne le manuscrit qui forme le texte, doivent se blasonner : De contre-vair.

Page 63, Guegant. - Il est probable que les deux fusées sont posées en fasce.

Page 64, note 3. - Grilleté. C’est grillé qu’on a voulu mettre.

Page 70, Jacquelot. - Il est évident que le mot accolé manque au texte.

Pages 74 et 75, K/gozou. - Il est probable que la bande est brochante sur le tout.

Page 81, K/ret. - Armes à enquerre.

Page 83, Lande, ligne 6. - La citation de la version du Manuscrit des Etats prouve que le nôtre entend, contrairement à ce qu’il semblerait résulter des termes de sa description, que les macles sont d’argent.

Page 86, aux notes, de Lanrivinen. - Le Nobiliaire breton mettant couleur sur couleur, il est probable que les véritables armes sont [p. 157] celles données par notre manuscrit et la Nouvelle réformation.

Page 89, Lesrat. - Le chef est à enquerre.

Page 90, Lolivier. - grillée, pour dire treillissée.

Page 92, Loz. - L’émail des éperviers paraît manquer. - Il est probable qu’à la version du Manuscrit des Etats, campanés a été mis pour chaperonnés.

Page 94, Marnière. - Ce blason serait plus clair si, au lieu de et un lion en pointe de même, on avait mis et un lion en pointe, le tout de même.

Page 110, aux notes, du Plessier. - Armes à enquerre.

Page 111, Poilley. - Il est probable que le lion est brochant sur le tout.

Page 112, Porte. - Il est probable que le croissant est d’argent.

Page 113, Poulpry. - C’est un rencontre.

Page 114, Prestre. - Il est probable que les mouchetures sont d’hermines.

[p. 158]

Page 124, Roy. - L’émail de l’épervier semble manquer.

Page 129, aux notes, Le Texier. - en pied. On a peut-être voulu dire par là rampant.

Page 130, aux notes, Thomelin. - Armes à enquerre.

Page 143, Veneurs. - C’est élancé, et non lancé.

Page 145, Vigne. - Le feuillage et les racines sont apparemment aussi de sinople.


[1Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[2D’or, suivant la Nouvelle réformation.

[3La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton écrivent : Boisjan.

[4D’azur, suivant le Nobiliaire breton.

[5Deficit à la Nouvelle réformation. - (Les feuillets 655, 656, 657, 658, 659, 660 et 661 ont été enlevés).

[6Les macles sont d’or. [Sup. La citation de la version du Manuscrit des Etats prouve que le nôtre entend, contrairement à ce qu’il semblerait résulter des termes de sa description, que les macles sont d’argent].

[7Deficit à la Nouvelle réformation. (Voyez note 259).

[8Deficit à la Nouvelle réformation.

[9Deficit ibidem. Voy. à la note 259.

[10Boisfevrier. Nobiliaire breton.

[11Deficit à la Nouvelle réformation. (Voy. à la note 259). - Langlays, suivant le Nobiliaire breton.

[12Deficit à la Nouvelle réformation. (Voy. à la note 259).

[13Deficit à la Nouvelle réformation.

[14Deficit ibidem.

[15Deficit ibidem. Voy. note 259.

[16À deux têtes. Manuscrit des Etats.

[17Deficit à la Nouvelle réformation.

[18Deficit ibidem. Voy. note 259.

[19De Lanrivinen, portant : D’azur, au pin de sinople et un papillon de gueules ; ancienne extraction, suivant le Nobiliaire breton. - D’or, au pin, etc., suivant notre manuscrit et la Nouvelle réformation. [Sup. Le Nobiliaire breton mettant couleur sur couleur, il est probable que les véritables armes sont celles données par notre manuscrit et la Nouvelle réformation.]

[20Deficit à la Nouvelle réformation. - (Les feuillets 663 et 664 ont été enlevés).

[21Le Manuscrit des Etats dit : D’argent, à neuf macles de sable en croix.

[22Ce nom étant placé, dans le manuscrit, avant Lagadec, il est probable qu’il s’écrit : Ladvocat.

[23Ladvocat, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. - Simple extraction, selon ce dernier.

[24Le Manuscrit des Etats ne met que deux coquilles.

[25Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[26De Lescu, portant : D’azur, à six billettes d’argent, 3, 2, 1, le chef séparé d’une devise d’or surmontée de trois larges ou vieux escus d’argent : ancienne extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[27Le Manuscrit des Etats écrit : Leshildry.

[28De Lezildry, suivant la Nouvelle réformation ; de Lesildri, suivant le Nobiliaire breton.

[29De L’Espinay, suivant la Nouvelle réformation, qui cependant comprend ce nom sous la lettre L.

[30Deficit à la Nouvelle réformation. - (Les feuillets 689 et 690 ont été enlevés).

[31De Lesquerne. Nouvelle réformation.

[32Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[33Levêque, suivant la Nouvelle réformation.

[34La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton écrivent : de Planches et de Coetmen.

[35La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton écrivent : Nicollière, Mahtellière  ; la première écrit : Souschay.

[36Chambières, suivant le Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[37Le Manuscrit des Etats dit : molettes.

[38Lollivier. Nobiliaire breton.

[39Il y a nécessairement erreur pour cet émail.

[40De gueules, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[41Lorveloux, sans de, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[42La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton ne mettent pas : de six pièces  ; ce qui, au reste, est superflu.

[43La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton écrivent : K/illis.

[44Le Manuscrit des Etats dit : De gueules, à trois éperviers d’argent campanés et grilletés d’or. [Sup. - Il est probable qu’à la version du Manuscrit des Etats, campanés a été mis pour chaperonnés.

[45De Madaillon, suivant la Nouvelle réformation.

[46Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation.

[47À trois haches d’armes adossées, etc., selon la Nouvelle réformation ; ce qui est évidemment une faute.

[48Launays, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[49Marié, suivant la Nouvelle réformation.

[50Le nom de l’animal auquel elles appartiennent manque.

[51De cerf. Nouvelle réformation et Nobiliaire breton.

[52Marin, sans de, suivant la Nouvelle réformation.

[53La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton ne mettent point : brisé ; celle-là dit : trois roses.

[54La Nouvelle réformation ne donne que la simple extraction au sieur de la Chenardière, et le Nobiliaire breton range tous ceux des mêmes nom et armes dans l’ancienne extraction.

[55Massuel, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[56La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton ne disent pas : de six pièces.

[57Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[58Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation.

[59Metaer et sans Le, suivant la Nouvelle réformation ; Le Metaer, suivant le Nobiliaire breton, qui range tous ceux des mêmes nom et armes dans la simple extraction.

[60Villebarbon, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[61De sable, selon la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[62Micael, suivant le Nobiliaire breton, qui décrit ainsi les armes : Ecartelé, aux 1 et 4 d’azur, à la tour d’argent, aux 2 et 3 d’or, à trois croix pattées de gueules, à la bordure d’argent chargée d’un noisillier de sinople.

[63La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton écrivent : Bignon.

[64De Moelien, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton, qui décrivent ainsi les armes : D’azur, à un annelet d’argent en cœur, accompagné de trois fers de lance de même, en pairle, touchant de la pointe à l’annelet.

[65L’émail manque.

[66Le Moënne, suivant la Nouvelle réformation.

[67Ce nom étant placé, dans le manuscrit, après Moyne, s’écrit probablement de la même manière.

[68Le Moyne, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[69D’or, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[70La Nouvelle réformation écrit : de Langbien, du Henguer, du Restan ; le Nobiliaire breton, dans la généalogie duquel on ne trouve pas les deux premiers de ces noms, dit : de Rentan ; les deux mettent : de Lesmoalech.

[71Deficit à la Nouvelle réformation. - (Le feuillet 800 a été enlevé).

[72De Montbourcher, portant : D’or, à trois marmites de gueules ; ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation. - (L’arrêt manque au Nobiliaire breton).

[73De Montigni, suivant le Nobiliaire breton.

[74Mouraud, suivant la Nouvelle réformation.

[75D’or, suivant le Nobiliaire breton.

[76Le manuscrit porte aussi : de Montouaran.

[77La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton écrivent : Montgouairan  ; selon la première, tous ceux des mêmes nom et armes ont été déclarés d’ancienne extraction.

[78Le Manuscrit des Etats dit : d’argent.

[79Suivant les trois manuscrits que nous employons, ceux qui portent les macles d’argent n’ont été déclarés que de simple extraction.

[80La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton disent : du Pontruays, et écrivent Tronchays.

[81Dans le Manuscrit des Etats, il est dit : D’argent, fretté d’azur de six pièces.

[82Pontmassart, suivant la Nouvelle réformation ; Pontmusart, suivant le Nobiliaire breton.

[83Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[84Nevet, sans de, suivant la Nouvelle réformation.

[85Nicollas, suivant. la Nouvelle réformation.

[86Trois. Nouvelle réformation.

[87Dans le Manuscrit des Etats, il est écrit : des Nos.

[88Des Nos, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[89Cariot, suivant le Nobiliaire breton.

[90De neuf fleurs-de-lys d’argent  ; suivant la Nouvelle réformation.

[91Normand, sans Le, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. - Simple extraction, selon le premier de ces manuscrits.

[92Quatre, suivant le Nobiliaire breton.

[93Deux, suivant le Manuscrit des Etats.

[94De lévrier, suivant la Nouvelle réformation.

[95L’émail manque.

[96D’or. Nouvelle réformation et Nobiliaire breton.

[97Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation.

[98La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton blasonnent : D’argent, à une aigle éployée de sable, armée de gueules ; ce qui est plus clair.

[99De même. Nobiliaire breton.

[100Deficit à la Nouvelle réformation. - (Les feuillets 852 et 853 ont été enlevés).

[101Le Manuscrit des Etats dit : D’argent, à trois chevrons d’azur.

[102Ce nom et le suivant étant, dans le manuscrit, avant Parcevaux, s’écrivent probablement Parc.

[103La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton écrivent : du Parc.

[104Deficit à la Nouvelle réformation.

[105Deficit ibidem. Le feuillet 858 a été enlevé.

[106De Penancoet, suivant le Nobiliaire breton.

[107De Penemarch, suivant le Nobiliaire breton.

[108Il y a erreur dans ce mot.

[109D’azur, au chevron comporté d’argent et de gueules accompagné de trois pommes de pin d’argent, suivant le Nobiliaire breton. La Nouvelle réformation omet le second émail du componé.

[110De Perenno. Nobiliaire breton.

[111La Nouvelle réformation ne met pas : en bande.

[112Perrouse, sans de. Nouvelle réformation.

[113Ou chats-huants d’argent, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[114Merlettes. Nouvelle réformation et Nobiliaire breton.

[115De Vertin, du Parc, suivant la Nouvelle réformation ; Gueheon, Parcq, Chanchellière et Villegueury, suivant le Nobiliaire breton.

[116Il est écrit dans le Manuscrit des Etats : de la Piguelays.

[117Ce nom précédant, dans le manuscrit, Pinart, s’écrit peut-être aussi : Picquelays.

[118De la Piguelays, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[119Dans le Manuscrit des Etats, on ne trouve point ces mots : becqué, armé d’or.

[120La Nouvelle réformation met : membré au lieu d’armé.

[121Du Plessier, portant : Ecarlelé, aux 1 et 4 d’argent, à une fasce de gueules chargée d’un filet vivré d’argent ; aux 2 et 3 d’or, à cinq chausse-trapes de sable : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. [Sup. Armes à enquerre.]

[122K/negues. Nobiliaire breton.

[123Le Nobiliaire breton met : au lambeau d’azur à trois pendans.

[124L’arrêt manque au Nobiliaire breton.

[125Du Pois. Nouvelle réformation.

[126Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[127Villerevaud et Jouvente, suivant la Nouvelle réformation ; Villerevault, suivant le Nobiliaire breton.

[128De Porcaro, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. - Celui-ci ne donne que la simple extraction au sieur de la Gondrays.

[129Chevron, suivant la Nouvelle réformation.

[130Porée, suivant la Nouvelle réformation.

[131La Nouvelle réformation dit : de même  ; ce qui est évidemment une faute.

[132L’émail manque. [Sup. Il est probable que le croissant est d’argent.

[133Deficit à la Nouvelle réformation. (Les feuillets 913, 914 et 915 ont été enlevés).

[134Deficit ibidem.

[135Le Nobiliaire breton met : Valmartin et Disnes.

[136Du Préauvé. Nobiliaire breton.

[137Il y a erreur pour cet émail ou pour celui des écussons.

[138D’hermines, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[139La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton écrivent : Saint-Bihi, la Lezonnays, au lieu de la Cossonnays et Plexis ; celle-là écrit : Chasteauriec, et ne donne que la simple extraction au sieur de la Cossonnays ou Lezonnays ; et celui-ci comprend dans l’arrêt d’ancienne extraction, ceux de la Roche-Saint-Bihi et des Clos.

[140De Quenechquivilli, portant : De sable, à trois défenses de sanglier d’argent : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. - (Notre manuscrit, qui écrit : de Quenechquivilly, ne donne point l’arrêt ; il met, en note, celui relaté par le Manuscrit des Etats, et d’après lequel cette maison n’aurait été déclarée que de simple extraction).

[141De Quengo, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[142Trois, suivant le Manuscrit des Etats.

[143Refuge, sans de, suivant la Nouvelle réformation.

[144L’émail manque.

[145D’azur. Nouvelle réformation et Nobiliaire breton.

[146La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton ne donnent, comme ayant été déclarés d’ancienne extraction, que les sieurs de Saint-Quiouait et du Plexis, ainsi que Charles-François et Charles-Yves, leurs fils. - Le Nobiliaire breton écrit : Quiouay.

[147Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[148Et l’aîné de la maison dont le fief n’est pas nommé.

[149La Nouvelle réformation écrit : Perros.

[150Ce nom se trouvant, dans le manuscrit, avant Robert, s’écrit probablement Robelot.

[151Robelot, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[152Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[153À enquerre.

[154D’or, à la fasce d’azur, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[155De la Rocherousse, suivant le Nobiliaire breton.

[156Deficit à la Nouvelle réformation.

[157Deficit ibidem. Les feuillets 983 et 987 ont été enlevés.

[158La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton écrivent : Gautrays ; la première met : Coetquel, Villebargouet, K/salio, et donne l’ancienne extraction au sieur de la Villehingant ; on trouve dans le second Coisgneull au lieu de Coëtquel, Parcq, K/tangui et K/sallio.

[159Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[160Roland, portant : D’argent, à trois gresliers de sable enguichés, liés, bouclés et viroles d’or : ancienne extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[161Roland, portant : D’argent, à un chevron de gueules accompagné de trois molettes de même : ancienne extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[162Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation.

[163Maubusson, Ardennes, suivant le Nobiliaire breton.

[164Le Nobiliaire breton met seulement : couronnés, ongles de gueules.

[165Du Roscouet, suivant la Nouvelle réformation, et du Roscoet, suivant le Nobiliaire breton.

[166De Rosili. Nobiliaire breton.

[167On ne trouve point dans la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton K/bisien, et ces deux manuscrits comprennent dans l’arrêt d’ancienne extraction ceux de Goudelin et de K/groas, dont notre manuscrit ne fait pas mention.

[168De Rosnevinen, suivant le Nobiliaire breton.

[169Aux défenses d’argent, suivant le Manuscrit des Etats.

[170Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation.

[171Suivant le Nobiliaire breton, le greslier et les pendans sont aussi de sinople.

[172Deficit à la Nouvelle réformation. - (Les feuillets 1015, 1016, 1017, 1018 et 1019 ont été enlevés).

[173Le Nobiliaire breton met : de la Perrouze, Ranleon et seulement de la Lande. Il comprend dans l’arrêt d’ancienne extraction, Nicolas, sieur de la Barre, dont le fief, du moins, n’est pas nommé dans la généalogie donnée par notre manuscrit.

[174L’émail manque.

[175Le Nobiliaire breton ajoute : d’argent.

[176Deficit à la Nouvelle réformation. - (Voyez à la note 411).

[177Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[178Le Nobiliaire breton ajoute ici : armé.

[179Du Ruflay, et simple extraction, suivant le Nobiliaire breton. - La Nouvelle réformation seule parle de Rufflay, portant les mêmes armes, et simplement maintenus par l’intendant. Le fief de ceux déclarés d’ancienne extraction par la Chambre de réformation est : la Cornillière.

[180Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[181L’émail manque.

[182A enquerre.

[183Il y a ici erreur ; c’est probablement : percées.

[184Le Manuscrit des Etats ajoute : échiqueté d’or et de gueules.

[185Deficit à la Nouvelle réformation. Les feuillets 1037, 1038, 1039, 1040, 1041 et 1042 ont été enlevés.

[186Deficit ibidem.

[187Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[188Le Seneschal, suivant le Nobiliaire breton.

[189D’argent, à dix billettes d’azur, suivant le Manuscrit des Etats.

[190La Nouvelle réformation met : D’azur, à six billettes d’argent, du canton de gueules chargé de trois croissans montants d’or.

[191Deficit à la Nouvelle réformation. - (Le feuillet 1048 a été enlevé).

[192Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[193d’or, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[194De Taillefer, portant : De gueules, à deux léopards d’or : ancienne extraction, suivant le Nobiliaire breton. - Deficit à la Nouvelle réformation. - (Les feuillets 1058, 1059 et 1060 ont été enlevés).

[195De Talhoüet, suivant le Nobiliaire breton, qui comprend tous ceux des mêmes nom et armes dans l’ancienne extraction. - Deficit à la Nouvelle réformation. (Voy. la note précédente).

[196Le Nobiliaire breton ne met pas : sans nombre.

[197De Talhoüet, portant : D’argent, à trois pommes de pin renversées de gueules : ancienne extraction, suivant le Nobiliaire breton. - Deficit à la Nouvelle réformation. (Voy. note 430).

[198De Tanouarn, portant : D’azur, à trois molettes d’or, à la bordure de même chargée de huit macles d’or : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. Ce dernier écrit : de Tanoüarn. - (Il y a faute, dans la description des armes, pour l’émail de la bordure ou celui des macles. Notre, manuscrit dit : chargée de huit macles d’azur en orle, 3, 2, 2, 1).

[199De Tehillac, portant : De gueules, à trois croissants d’argent : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[200Le Texier, que notre manuscrit écrit : Le Tessier, portant : D’azur, à un lion d’or en pied, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton, et : D’azur, au lion léopardé d’or, suivant notre manuscrit, est donné comme d’ancienne extraction par la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. [Sup. en pied. On a peut-être voulu dire par là rampant.

[201Thomas - de la Caulnelays (notre manuscrit écrit : Caunnelays), de la Ribaudière, - portant : D’or, à une bande engreslée d’azur : ancienne extraction, suivant le Nobiliaire breton. - Deficit à la Nouvelle réformation. - (Le feuillet 1075 a été enlevé).

[202Thomelin, que notre manuscrit écrit : Thommelin, portant : Ecartelé, aux 1 et 4 d’azur, à cinq billettes d’or (d’argent, suivant notre manuscrit), en sautoir ; aux 2 et 3 de gueules : ancienne extraction, selon la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. [Sup. Armes à enquerre.]

[203De Tintiniac, que notre manuscrit écrit : de Tinteniac, portant : D’hermines, au croissant de gueules : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton

[204Touronge - de K/veatoux, de la Villestang (que notre manuscrit écrit : Villeétang), - portant : De gueules, au chef endenché d’or chargé de trois étoiles de sable : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[205De la Tousche, portant : D’argent, au lion de sable armé, lampassé de gueules : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[206Tranchant, portant : D’argent, à un lion d’azur armé, lampassé et couronné de gueules, à trois fasces de même sur le tout : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. (Notre manuscrit dit : à trois fasces d’azur sur le tout).

[207Treanna (de Treanna, suivant le Nobiliaire breton et notre manuscrit), portant : D’argent, à une macle d’azur : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[208De Trecesson, portant : De gueules, à trois chevrons d’hermines : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[209Simple extraction, suivant la nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[210Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[211Coquilles de gueules, suivant la Nouvelle réformation, et cotices de gueules, suivant le Nobiliaire breton.

[212La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton ne donnent que la simple extraction aux sieurs de Vaumaby et de la Villeneuve.

[213Du Tremic, et simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[214Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation.

[215Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[216de Tressay, et simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[217D’argent, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[218A enquerre.

[219De Trevelec, et simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[220D’or. Nouvelle réformation.

[221Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[222De gueules, suivant la Nouvelle réformation. Le Nobiliaire breton met seulement : D’azur, au lion d’argent couronné de gueules.

[223De la Triboüille, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton, qui ne donnent que la simple extraction au sieur de la Haye. Le Nobiliaire breton comprend dans le même arrêt de simple extraction, le sieur de Beauchesne. Il écrit : la Hays ; notre manuscrit : la Haie.

[224De Troerin, portant : D’azur, à une fasce ondée d’argent accompagnée de six besans de même : noblesse d’ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation.

[225Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[226On trouve aussi dans le manuscrit : D’azur, à trois fasces de gueules. Nous avons pensé que c’était une faute, et que cette différence n’indiquait pas une autre famille.

[227Deux, suivant la Nouvelle réformation.

[228Le Nobiliaire breton met : D’argent, a trois fusées de gueules.

[229Crénelé, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[230De la Tronchays et simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[231La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton rangent dans la simple extraction le sieur de la Villegeffroy et ses frères René, Joseph et Jean : le premier de ces manuscrits y ajoute le sieur de la Villegloux qu’il écrit, ainsi que le Nobiliaire breton : Villegleix, et ne rapporte pas l’arrêt de simple extraction, concernant Mathurin, ceux des Hays et du Bois. Il écrit : Gabettière, et le Nobiliaire breton : Gabetière.

[232Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[233D’or, suivant la Nouvelle réformation.

[234De la Tullays, portant : D’or, à un lion de gueules  : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[235Tuommelin et sans de, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[236Parck/vegan et K/behio, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton ; Lesquilli, suivant ce dernier ; Lesquily, selon celle-là.

[237Tyerry, que notre manuscrit écrit : Tierry, et qui manque à la Nouvelle réformation (les feuillets 1075 et 1102 ont été enlevés), portant : D’azur, à trois têtes de lévrier coupées d’argent accolées de gueules, bouclées d’or, selon le Nobiliaire breton, et suivant notre manuscrit : D’azur, à trois têtes de lévrier d’argent coupées et accolées de gueules, cloutées et bouclées d’or, est donné comme d’ancienne extraction par le Nobiliaire breton.

[238Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[239L’émail semble manquer.

[240La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton mettent seulement : D’azur, à trois têtes de léopard d’or.

[241Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[242La Nouvelle réformation ne donne l’ancienne extraction qu’aux sieurs de la Touschebrehant, de Trondelin, de la Rocheclosmadeuc et de Champmadeuc, et le Nobiliaire breton ne l’accorde qu’aux trois derniers. Notre manuscrit et le Nobiliaire breton écrivent, l’un, Touchebrehaut, l’autre, Touschebrehault  ; celui-ci met : Troudelain et celui-là : Tourdelain.

[243Le manuscrit porte encore : D’argent, à trois chouettes de sable, bec et pieds de gueules, et D’argent, à trois chouettes de sable becquées et pattées de gueules. Il est évident que ce sont les mêmes armes.

[244Simple extraction, suivant le Nobiliaire breton.

[245La Nouvelle réformation comprend dans l’ancienne extraction ceux de la Hinguerays, que notre manuscrit écrit : Hingrais, et le Nobiliaire breton : Hingrays. La Nouvelle réformation et ce dernier écrivent : Cheze et Burie.

[246Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[247Le Vallois, portant : D’azur, à deux vautours affrontes d’argent enchaînés d’or : ancienne extraction, suivant la Nouvelle réformation. - (Notre manuscrit, qui écrit : Le Valloys, dit : enchaînés d’or par le col).

[248D’or, suivant la Nouvelle réformation.

[249De Vay et simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton, qui décrivent les armes : De gueules, au croissant d’hermines surmonté d’une croix alézée d’or.

[250Le Venneurs, suivant la Nouvelle réformation ; simple extraction, selon ce manuscrit et le Nobiliaire breton.

[251Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[252La Nouvelle réformation ne donne l’ancienne extraction qu’au sieur du Meneguen. - Le Nobiliaire breton dit : de Meneguen.

[253On trouve encore, dans le manuscrit : De gueules, à deux bandes d’argent vairées d’azur : ce qui n’indique point une autre maison, n’étant qu’une description vicieuse des mêmes armes.

[254Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton, qui décrivent les armes : De gueules, au lion d’or.

[255Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton, qui blasonnent simplement : D’or, à trois merlettes de sable.

[256Le Viconte, suivant le Nobiliaire breton, lequel, ainsi que la Nouvelle réformation, ne donne que la simple extraction au sieur de K/mabon.

[257Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[258Deux, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[259Du Vieuxchastel et simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton, qui blasonnent : D’azur, à un château sommé de trois tours d’argent.

[260Le manuscrit donne encore les armes que voici : D’azur, au château d’argent surmonté de trois tours de même. Il est d’autant plus probable qu’il y a faute dans l’une ou dans l’autre description, que, selon le manuscrit, il s’agit de la même famille.

[261La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton blasonnent : D’argent, à un cep de vigne de sinople partant trois grappes de pourpre.

[262La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton ne déterminent pas le nombre.

[263Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[264Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation. Le Nobiliaire breton ne comprend dans la simple extraction que le sieur du Bourgneufmarin. Ces deux manuscrits blasonnent : D’argent, au houx de sinople, au chef de sable fretté d’or. Notre manuscrit met : du Bourgneufmarais, et la Nouvelle réformation seulement : du Bourgneuf.

[265On trouve encore dans le manuscrit : D’argent, au houx de sinople, au chef de sable fretté d’or. Il est à croire qu’il y a omission dans cette dernière description, et que les deux appartiennent à la même maison.

[266Du Boisfeillet, de Launaymeur, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton. Ce dernier manuscrit donne l’ancienne extraction au sieur de la Villegourio.

[267La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton ne mettent point : arraché.

[268Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton

[269A enquerre.

[270Dans la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton, on ne trouve point ces mots : crénelée et maçonnée d’argent ; ni celui-ci : arrachée.

[271Blason deficit. Porte, selon le P. Toussaint : D’azur, à la croix d’argent bordée d’or.

[272Porte : D’argent, à la croix d’azur bordée d’or, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[273Il est probable qu’il y a erreur pour ce nom ou le précédent.

[274La Nouvelle réformation, qui range le sieur de la Villethéart dans la simple extraction, écrit : Saint-Quereuc, et met, avec le Nobiliaire breton : Saint-Gué au lieu de Saint-Glé  ; ce dernier écrit : Goubelays et Villetehart ; tous deux mettent : Jacques, sieur de Delien, au lieu de : Jacques, sieur du Hilguit ; enfin, la Nouvelle réformation donne l’ancienne extraction aux sieurs des Aubiers, de Bonamour, des Mezues et de Saint-Laurent. Le Nobiliaire breton et notre manuscrit écrivent : Mezües.

[275La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton décrivent les armes : D’argent, à trois têtes de loup arrachées de sable lampassées de gueules.

[276De Voland et simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton, qui mettent, pour le fond des armes : D’azur.

[277A enquerre.

[278Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[279La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton n’accordent l’ancienne extraction qu’au sieur de Tregommar, selon la première, et de Tregomar, suivant le second. Notre manuscrit, qui met : de Tregoumar, ne donne que l’arrêt regardant ce seigneur.

[280La Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton mettent : D’argent, à deux haches d’armes de sable adossées.

[281D’Yvignac, portant : D’argent, à deux fasces de sable : ancienne extraction, suivant le Nobiliaire breton. L’arrêt manque à la Nouvelle réformation.

[282Arrêt du 9 juin 1734. - Cet arrêt manque au Nobiliaire breton.

[283Arrêt de la Cour-des-Aides de Paris, du 16 juillet 1677, en faveur de Luc Ravenel, et arrêt du 25 mars 1680, qui déclare le premier commun à Benjamin, sieur du Boisteilleul, et à Jean, sieur des Roches.

[284Il doit manquer ici et, et le nom d’un ou de plusieurs meubles.

[285De même, 2, 2, 2, et une étoile de même en pointe, suivant la Nouvelle réformation et le Nobiliaire breton.

[286Simple extraction, suivant la Nouvelle réformation, qui dit : Le Segaller. - Le Nobiliaire breton ne rapporte pas le présent arrêt du 18 février 1669, mais seulement celui du 8 février de la même année, qui n’accorde que la simple extraction.

[287Roses, suivant le Manuscrit des Etats.

[288D’or, suivant le Nobiliaire breton.

[289Deficit à la Nouvelle réformation et au Nobiliaire breton.

[290Arrêt du 17 juillet 1739.

[291Les armes manquent.