Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Joyeux Noël !

Tudchentil et toute son équipe vous souhaitent un joyeux Noël et une belle année 2020 !


Soutenez Tudchentil, en 2020, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château du Boisorcan, Noyal-sur-Vilaine, bâti par Julien Thierry, argentier de la duchesse Anne (XIV-XVe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Lespronnière (de) - Maintenue au parlement de Bretagne (1677)

Mercredi 1er février 2017, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2018 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque de Rennes Métropole, Les Champs Libres, ms 514, fo 67-68.

Citer cet article

Bibliothèque de Rennes Métropole, Les Champs Libres, ms 514, fo 67-68, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2017, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 21 septembre 2019,
www.tudchentil.org/spip.php?article64.

Télécharger l’article

Lespronnière (de) - Maintenue au parlement de Bretagne (1677)
127.3 ko.

Du 8 octobre 1677.

Extrait des registres du parlement.

Entre écuier Jean de Lespronnière, sieur dudit lieu de Lespronnière, et noble et discret Jean de Lespronnière, prieur de Châteaubourg, chanoine de l’église cathédrale de Rennes, son fils, demandeurs en exécution d’arrêt du 5 octobre 1677, d’une part, et le procureur général, défendeur, d’autre part.

Veu par la cour :

L’arrêt de l’exécution duquel est question, rendu en l’audience publique d’icelle le 5 octobre 1677, par lequel ladite cour ayant égard aux lettres en forme de requête civille, et icelles entérinant auraient remis les parties en tel et pareil état qu’elles étoient avant ledit arrêt (du 24 mars 1671), et pour faire droit au revisoire, auroit appointé les parties à écrire et produire dans le temps porté par l’ordonnance.

Les dittes lettres en forme de requête civile obtenues en la chancellerie de ce pays par les dits demandeurs le 5 septembre dernier.

L’arrêt entrepris par icelles du 24 mars 1671.

Carte généalogique des dits demandeurs contenant l’écusson de leurs armes qui sont d’argent à trois molettes d’épron de sable à cinq pointes.

[fol. 67v] Ledit noble et discret Jean, chanoine de Rennes, articule qu’il est issu dudit écuier Jean de Lespronnière, sieur dudit lieu de Lespronnière, et de demoiselle Marguerite de Launay, ledit Jean 3e du nom étoit issu d’autre Jean 2e du nom, et de demoiselle Sara Le Lymonnier, ledit Jean 2e du nom étoit fils aîné, héritier principal et noble d’écuier Artur de Lespronnière et de demoiselle Marie de Mégaudayes, ledit Artur étoit fils aîné d’écuier Jean, 1er du nom, et de demoiselle Olive Morel, ledit Jean 1er du nom étoit fils de Michel et de demoiselle Françoise Hoguerel, ledit Michel issu de Guillaume et de demoiselle Margueritte de Saint-Germain, ledit Guillaume issu de noble écuier Louis de Lespronnière et de demoiselle Isabeau de la Fontaine.

Pour preuve de laquelle filiation, les demandeurs rapportent les extraits cy-après mentionnés.

Un extrait de baptême dudit Jean de Lespronnière, 3e du nom, justifficatif qu’il est fils de Jean 2d du nom et de Sara Le Lymonier.

Une tutelle faitte après le décès dudit Jean 2e, où il y a plusieurs gentilshommes y appellés.

Acte de partage noble de la succession d’Artur de Lespronnière, entre les enfants, de l’année 1611.

Partages avantageux qu’ils remontent jusqu’en l’an 1514.

Trois extraits levez à la Chambre de la réformation de 1513. Par le 1er sous la paroisse de Princé, est dit que noble homme Michel de Lespronnière est demeurant en son manoir noble de Lespronnière, qu’il y possédoit des fiefs, et que ledit Michel étoit personne noble, fils de noble homme Guillaume de Lespronnière et de [fol. 68] demoiselle Marguerite de Saint-Germain.

Par le second extrait sous la paroisse de Broons, il est fait mention que noble écuier Jean de Lespronnière, fils mineur de noble homme écuier Michel de Lespronnière et demoiselle Françoise Hoguerel possédoit en la ditte paroisse de Broons un lieu et métairie nommée la Croix.

Par le troisième extrait sous la paroisse de Macent y est encor fait mention de noble écuier Michel de Lespronnière et de la ditte Françoise Hoguerel, sa femme.

La Cour, faisant droit au récitoire, a maintenu les dits de Lespronnière en la qualité de noble et d’écuier d’ancienne extraction, leurs a permis et aux descendants en légitime mariage du dit Jean de Lespronnière père de prendre les dittes qualités, de jouir des honneurs, privilèges et prérogatives attribués aux nobles de la province, même de porter armes et écussons timbrés appartenants à leur qualité, et ordonne que leurs noms seront inscripts au catalogue de la sénéchaussée de Rennes.

Fait en parlement le 8 octobre 1677.

Signé Le Clerc.