Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château du Boisorcan, Noyal-sur-Vilaine, bâti par Julien Thierry, argentier de la duchesse Anne (XIV-XVe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Le Douarain - Réformation de la noblesse (1668)

Jeudi 15 novembre 2018, transcription de Armand Chateaugiron.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2018 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI8.

Citer cet article

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI8, transcrit par Armand Chateaugiron, 2018, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 6 décembre 2018,
www.tudchentil.org/spip.php?article363.

Télécharger cet article

Le Douarain - Réformation de la noblesse (1668)
1.5 Mo.

Douarain, 13e novembre 1668

154 [1]

M. Loyasel, president
M. de Brehand, raporteur [2]

Entre le procureur general du roy, demandeur d’une part,

Et François Le Douarain, escuier sieur de Cambrigo, Thomas Le Douarain, escuier, sieur du Chesnorain, Joseph-Jan Le Douarain, escuier, sieur de Trevellec, Jacques Le Douarain, escuier, sieur dudit lieu, Gregoire Le Douarain, escuier, sieur du Boisbas, Jan Le Douarain, escuier, sieur du Tertre, Pierre Le Douarain, escuier, sieur de la Touraille et ledit Le Douarain, sieur du Tertre, faisant pour Berthelemi Le Douarain, escuier, sieur de Beauvays, et Jacques Le Douarain, escuier, sieur de Beauregard, ses enfens, deffendeurs, d’autre.

Veu par la Chambre establye par le Roi pour la reformation de la noblesse en ceste province de Bretagne, par lettres patantes de Sa Majesté du moys de Jenvier dernier et an present 1668, verrifyées en Parlemant, deux actes de comparutions faictes au greffe de ladite les 17 et 28e septembre aussy dernier, signés : Le Clavier, greffier, portant les declarations desdits deffendeurs de soustenir laditte qualitté d’escuier par eux et leurs predecesseurs prize, et qu’ils portent pour armes d’azur à un pal d’argeant, chargé de troys erminnes de sable.

Induction desditz François, Thomas, Joseph-Jan et Jacques Le Douarain, sur le seing de maitre Ollivier Pinnot, leur procureur, fournye et signiffiée au procureur general du roy par Nicou, huissier, le 30e octobre dernier audit an presant 1668, par laquelle ils soustiennent estre issuz d’antienne extraction noble et comme tels devoir estre maintenus et gardés, eux et leur posteritté née et à nestre en loyal mariage, dans la qualitté d’escuier et dans (et dans) tous les privileges, advantages, prerogatives, exemptions et honneurs atribués aux antiens nobles de ceste province, et qu’à cest effet ils seront mins et amployez au rolle et catologue des nobles du resort de la jurediction royalle [folio 1v] de Ploermel.

Pour establir la justice desquelles conclusions, ils articulent pour faitz de genealogie que ils sont enfans issus de Nicollas Le Douarain, issu de Jan Le Douarain, fils de Mathurin Le Douarain, quy estoit issu de Pregeant Le Douarain, sorty de Jan Le Douarain, fils d’Armel Le Douarain, sorty de Pierre Le Douarain, sixiesme ayeul desditz François Le Douarain et de ses freres.

Sur le degré dudict Nicollas est raporté deux pieces : la premiere est un contract de mariage passé entre lui et damoiselle Perrine Picaud, le 16e aoust 1631, signé Boscher, par lequel ledit Nicollas Le Douarain est qualiffyé d’escuyer.

La segonde est un extraict tiré sur papier baptismal de l’eglize et paroisse de Gourhel, trefve de Loyat, evesché de Sainct Malo, par lequel se void que François, Thomas, Joseph-Jan et Jacques Le Douarain, enfans de Nicollas Le Douarain, qualiffyé d’escuyer, et de damoiselle Perrine Picaud, furent baptizés en ladite eglize les 14e octobre 1632, 20e may 1636, 2e septembre 1642 et 1er aoust 1645. Ledict extraict signé Baignon subcuré, datté au délivré du 21e octobre 1668.

Deux autres pieces justiffians que les puisnés dudit François Le Douarain ont recongnu la succession dudit deffunct Nicollas Le Douarain, leur pere, noble.

La premiere est une action par eux faicte, en la cour es siege royal de Ploermel, audit François, leur frere aisné, pour voir juger le partage de la succession de leurdit deffunct pere, le 15e juillet 1666, signée : Hazart, sergent, dans lequel lesdits Le Douarain sont qualiffiés d’escuiers.

Et la segonde est la sentence quy juge ledit partage, randue audit Ploermel, quy qualiffye lesdits Le Douarain d’escuyers et ledit François d’heritier principal et noble de deffunct messire Nicollas Le Douarain, son pere, le 19e juillet audit an 1666, signé : Luadre, greffier.

Sur le degré dudit Jan Le Douarain, pere dudit Nicollas, est raporté deux pieces.

La premiere un contract de mariage d’entre lui et damoiselle Michelle Lucas, le 10e juin 1585, par lequel ledict Jan est qualiffyé de fils, heritier principal et noble de deffunct noble homme Mathurin Le Douarain, signé : Drugeon et Thomas.

La segonde est une transaction, en forme de partage noble du 24e juillet 1628 passée entre ledit Nicollas Le Douarain, escuyers Gregoire et Jan Le Douarain et autres ses puisnés, des successions leur escheues par le deceix de damoiselle Renée du Tertre, veusve de deffunct Mathurin Le Douarain, leur ayeulle, et de Michelle Lucas, leur mere, veusve [folio 2] dudit deffunct Jan Le Douarain, leur pere ; par lequel acte lesditz Le Douarain sont qualiffyés d’escuiers et par eux recongnus tels dans ledit partage et transaction signée par copye : Boscher, nottaire royal.

Sur le degré dudit Mathurin Le Dourain est raporté un acte de transaction en forme de partage noble par luy donné et faict en qualitté d’herittier principal et noble de deffunctz nobles gens Prigent Le Douarain et Françoise de Lescu, sa femme et compagne, à damoiselles Ysabeau et Hellayne Le Douarain, ses sœurs puinées, aussy herittieres desdits deffunctz Prigeant Le Douarain et femme, le 2e jenvier 1581, par lequel acte lesdits Le Douarain recongnoissent les successions de leursdits pere et mere nobles.

Sur le degré dudit Prigeant est raporté un contract de mariage passé entre lui et damoiselle Françoise de Lescu, le 7e febvrier 1529, par lequel ledit Prigeant est qualiffyé de nobles gens, seigneur de la Tyeullayes, fils aisné dudit feu Jan Le Douarain et de damoiselle Guillemette de Quejau, le 7e febrier 1529, signé : Le Feuvre, de Lescu, de Lescuz, Henri et Jehan Labbé, et scellé.

Un contract de mariage passé entre damoiselle Janne Le Douarain, fille de deffunct Jan Le Douarain et damoiselle Guillemette de Quejau, ses pere et mere, et nobles gens Jan Le Tenoux, son esperé espoux, le 10e decembre 1527, par lequel Pregeant Le Douarain, frere de ladite Janne, les partage noblemant et advantageusement, en qualitté de nobles, signé : Henri et de Gerguy, passe.

Un autre contract de mariage passé entre damoiselle Françoise Le Douarain avecq escuier Allain le Venneurs, le 9e septembre 1538, par lequel Pregeant Le Douarain, qualiffyé de noble homme, sieur de la Tyeullaye, frere aisné de ladite Françoise Le Douarain et fils aisné, heritier principal et noble dudit deffunct Jan Le Douarain, leur pere, partage noblemant et advantageusemant saditte sœur dans les successions dudit deffunct Jan Le Douarain et de ladite de Quejau, signé Bossuel, passe, et scellé.

Une transaction passée entre Armel Le Douarain, qualiffyé de nobles gens, et Jeanne Jouchet, sa femme et compagne, sieur et dame de Cambrigo, et escuyer Ollivier Jouchet, au subjet du partage noble de ladite Jouchet, le 15e mars 1517, signé Le Feuvre, passe et Larcher, passe.

Sur le degré dudit Armel est raporté une transaction en forme de partage noble, passé entre lui et damoiselle Janne Le Douarain, sa soeur, des successions de Pierre Le Douarain et damoiselle Janne Boisberard, [folio 2v] leurs pere et mere, par laquelle lesdits Le Douarain sont qualiffiés de nobles, et que ladite Janne Le Douarain recongneust que ledit Armel, son frere, est fils aisné, herittier principal et noble de leur deffunctz pere et mere et qu’en ceste quallitté il a recuilly leurs successions, ledit acte en datte du 17e febvrier 1515, signé : Brochant et Brochant, passes, et scellé.

Treze piesses justiffians que lesditz Le Douairain ont tousjours pris les qualittés de nobles et escuyers et se sont comportés et gouvernés noblement.

Les quattre premieres concernant Jan Le Douarain, ayeul dudit François et ses puisnés, et la premiere d’icelles est une comparution par ledit Jan faicte le 13e mars 1595 au greffe de la cour de Ploermel, où il declare renoncer à touttes ligues et asociations et au party de l’espagnol et voulloir vivre et mourir en l’obeissance de son roy, Henry quatriesme, et à cest effet preste le sermant, signé Cado, et scellé, dans laquelle ledit Jan est qualliffyé escuyer.

La segonde est un hommage par lui faict à la chambre des comptes de Bretagne, le 17e juin 1602, où il est qualiffyé d’escuyer, signé Guibourt, et scellé.

La 3e est un adveu par ledit Jan randu au roi, le 19e juin 1608, où il est qualiffyé escuyer, signé par copye Jan Le Douarain.

La quatriesme est un arrest de la chambre, randu sur la requeste dudit Jan Le Douarain, qualiffyé d’escuyer, le 20e juin 1608, signé Riou, pour le greffe, et scellé.

Les cinq, six, sept, huict et 9e regardent et concernent ledict Mathurin Le Douarain.

Les trois premieres sont des adveuz randus par ledict Mathurin Le Douarain, l’un au roi, pour la terre de Chesne Orain, le 18e avril 1567, signé Guilhan et le Marchant, avecq la reception au pied, signée Even ; l’autre au seigneur comte de Laval, propriettaire de la seigneurye de Largouet, pour raison de la terre de Cambrigo, le 14e juillet 1575, signé Ma. Le Douarain, de Sainct Guen et Boscher, avecq la reception au pied, signée R. Gameru ; et le troixiesme à la seigneurye de Trecesson, le 2e aoust 1578, pour cause de la terre de la Tieullaye, signé Jan Larchier et Desgrées, avecq la reception au pied ; dans lesquels la quallitté d’escuyer et de nobles homes a esté donnée audit Mathurin Le Douarain.

La 4e est une sentence de main levée adjugée audit Mathurin Le Douarain, [folio 3] de sa terre de Chesne Orain, quy avoit esté saizie d’authoritté de la juridiction de Ploermel, à deffault à luy d’avoir comparu à l’arrière ban de l’evesché de Sainct Malo, et ladite sentence en datte du 4e aoust 1573, signée Coz, et dans laquelle ledit Le Douarain est qualiffyé de noble homme.

La cinquiesme est un acte de rante passé avecq damoiselle Françoise de Lescu, veusve de Prigeant Le Douarain, mere et tutrice de Mathurin Le Douarain, qualiffyé d’escuyer, sieur de Cambrigo, son fils, le 3e aoust 1562, signé Le Feuvre et Dardan.

Les dix et unziesme sont deux busles de Sa Sainteté, atributives de privileges dans l’eglize, à escuyers Armel Le Douarain et Jan Le Douarain, son fils, les 14e mars 1503 et 25e octobre 1507, escrittes en langue latine et lettre gotique, signées et scellés.

Les 12 et 13e sont deux actes, l’une du 25e septembre 1534, par laquelle ledict Armel Le Douarain, sieur de Cambrigo, est qualiffié de noble et d’escuyer, et l’autre du 6e mars 1506, par laquelle ledit Armel Le Douarain est qualiffyé d’herittier principal et noble d’escuier Jan Le Douarain, par representation d’escuier Pierre Le Douarain, son pere.

Un arrest de ladite chambre, randu entre ledit procureur general du roy et lesdits Gregoire, Jan, Pierre Le Douarain, ledit Jan faisant pour lesdicts Bertelemy et Jacques Le Douarain, le 29e cctobre dernier, audit an present 1668, signé dudit le Clavier, greffier, par lequel la chambre auroit joinct l’instance desdits Le Douarain à celle dudit François Le Douarain, leur aisné, pour y estre instruite et estre faict droit comme il apartiendra.

Induction desditz Gregoire, Jan et Pierre Le Douarain, ledit Jan faisant pour lesdits Berthelemy et Jacques Le Douarain, ses enfens puisnés, sur le seing dudit Pinot, leur procureur, fournie et signiffyée audit procureur general du roy par Nicou, huissier, le 30e dudit moys d’octobre, par laquelle ils soustiennent qu’en concequence des actes et titres prodhuitz par ledit François Le Douarain, quy represante l’aisné des Douarains, comme estant issu de Nicolas Le Douarain, aisné desdits Gregoire et Jan Le Douarain, ils doivent estre maintenus dans la qualitté par lesditz François Le Douarain et ses freres, prize dans leur induction, avecq les mesmes privileges, prerogatives et atribus et examptions, comme estans sortis de mesme famille et extraction noble, et pour le justiffier, raporte :

Un acte de transaction du 24e juillet 1628, passé entre [folio 3v] Gregoire Le Douarain, Jan Le Douarain et Nicollas Le Douarain, sieur de Cambrigo, leur frere aisné, par laquelle il se void qu’ils sont qualiffyés d’escuyers, fils de deffunct Jan Le Douarain, escuyer, vivant sieur de Cambrigo, et damoiselle Michelle Lucas, et que ledit Nicollas Le Douarain avoit baillé ausdicts Gregoire et Jan, ses freres puisnés, partage noble et advantageux dans les successions de damoiselle Michelle Lucas, leur mere, et de damoiselle Renée du Tertre, leur ayeulle, ladite transaction signée par copye Monneraye.

Troys extraicts tirés sur le papier baptismal de la paroisse d’Augan, par lesquels conste que Pierre, Berthelemy et Jacques Le Douarain, enfans de Jan Le Douarain et de damoiselle Perronnelle Polluche, seigneur et dame du Tertre, furent baptizés en ladite eglize, les 15e juin 1636, 12e febvrier 1640 et 31e decembre 1648, deux d’iceux signés Cahelo, curé dudit Augan, Marquer et Le Borgne, notaires royaux à Ploermel, lesdits extraitz dattés au delivrement du 23e juin 1661, et l’autre signé Nouvel, curé dudit Augan, datté audit delivrement du 2e octobre dernier et an present 1668.

Et tout ce que par lesditz Le Douarain a esté mis et produit vers ladite chambre, conclusions du procureur general du roi, consideré.

Il sera dit que la Chambre, faisant droit dans l’instance, a desclaré et declare lesditz François, Thomas, Joseph-Jan, Jacques, Gregoire, Jan, Pierre, Berthelemy, et Jacques Le Douarain nobles et d’extraction noble et comme tels leur a permins et à leurs desandantz en mariage legitime de prendre la qualitté d’escuyer et les a maintenus au droit d’avoir armes et escussons timbrés apartenantz à leur qualitté et à jouir de tous droitz, franchises, preminances et privileges atribués aux nobles de ceste province, et ordonne que leur nom sera employé au rolle et catologue des nobles du resort de la jurediction royalle de Ploermel.

Faict en ladite Chambre, à Rennes, le XIIIe novembre 1668.

[Signé] Loaisel, de Brehand.


[1Il s’agit du numéro de l’arrêt au greffe du parlement.

[2En marge : Pinot, qui est le procureur, puis Pour chiffrature, de Lantivy, Aumone, et enfin Picquet du Boisguy, qui est un greffier du Parlement.