Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Champtocé, où naquit Gilles de Laval, seigneur de Rais (XIII-XVIe siècles) .
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Plessis d’Argentré (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1697)

Lundi 26 septembre 2011, transcription de Loïc Le Marchant de Trigon.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Preuves de noblesses des demoiselles de Saint-Cyr, BNF, Département des manuscrits, Français 32121, fos 175 à 177.

Citer cet article

Preuves de noblesses des demoiselles de Saint-Cyr, BNF, Département des manuscrits, Français 32121, fos 175 à 177, transcrit par Loïc Le Marchant de Trigon, 2011, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 27 juillet 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article918.

Télécharger l’article

Plessis d’Argentré (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1697)
80.5 ko.

Bretagne – Avril 1697

Preuves de la noblesse de demoiselle Marguerite Charlote du Plessis d’Argentré, presentée pour etre reçue dans la communauté des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cir, dans le parc de Versailles.

D’azur à dix billettes d’or, posées quatre, trois, deux, et une.

Marguerite Charlote du Plessis d’Argentré, 1687.

Extrait du regitre des batemes de la paroisse d’Argentré, au ressort de Vitré, au dioceze de Rennes, portant que Marguerite Charlote, fille de messire Alexis du Plessis seigneur du Plessis d’Argentré, et de dame Marguerite Anne de Tanouarn, sa femme naquit le 30e d’aoust, et fut batisée le premier de septembre de l’an 1687. Cet extrait delivré le 17e mars de l’an 1697. Signé Le Jeune curé de la parroisse d’Argentré, et légalisé.

Ier degré – Pere, et mere. Alexis du Plessis, seigneur d’Argentré, Marguerite Anne de Tanouarn, sa femme, 1669. [D’azur] à trois molettes [d’or, à la] bordure de [meme,] chargée de huit [macles] d’argent.

Contract de mariage de messire Alexis du Plessis, seigneur du Plessis d’Argentré et de Cormerai, acordé le 3e de fevrier de l’an 1669 avec demoiselle Marguerite Anne de Tanouarn, dame de Pontestan, ce contract reçu par Guillon notaire à Rostrenan.

Partage noble donné le 4e de juillet de l’an 1680 par messire Alexis du Plessis seigneur d’Argentré, à messire Charle Marie du Plessis son frere, prieur et recteur de la Basoge du Desert, dans la succession de messire Jean Batiste du Plessis, et dans celle de dame Jeanne Biseul sa femme, leur pere et leur mere, cet acte reçu par Goupil, notaire à Rennes ;

[fo 175 verso] Arret rendu à Rennes, le 5e d’octobre de l’an 1668 par les commissaires de la Chambre etabli par le Roi, pour la reformation de la noblesse en Bretagne par lequel Alexis du Plessis ecuyer seigneur d’Argentré est maintenu dans la possession de sa noblesse comme issu d’ancienne extraction. Cet acte signé Malescot.

Jugement rendu à Rennes le 5e de janvier de l’an 1678 par les commissaires deputés par le Roi, pour la levée du 8e denier en Bretagne par lequel messire Alexis du Plessis, chevalier seigneur du Plessis-d’Argentré, est dechargé comme noble de la taxe à laquelle il avoit eté imposé à cause d’un fief que messire Giles du Plessis son ayeul avoit aquis des chanoines de Vitré, cet acte signé Bouetin.

IIe degré – Ayeul, et ayeule. Jean du Plessis, seigneur d’Argentré, [Jeanne] Biseul, sa femme, 1639. D’argent à deux chevrons de sable.

Contract de mariage de messire Jean du Plessis, chevalier seigneur du Plessis-d’Argentré, de la Chapelle, et de Cormerai, fils de messire Giles du Plessis, grand prevot de Bretagne, et de dame Julienne de Grasmenil sa femme, acordé le 17e de mai de l’an 1639 avec demoiselle Jeanne Biseul, fille de noble homme Simon Biseul, president et general des monnoyes de France, et de demoiselle Madeleine Hucher sa femme, ce contract reçu par d’Auvergne notaire au Chatelet de Paris.

Vente du lieu du Grand Cormerai, au comté de Laval, faite le 28e de janvier de l’an 1670 [fo 176 recto] par dame Jeanne Biseul veuve de messire Jean du Plessis, seigneur du Plessis, et de la Chapelle, et par Alexis du Plessis son fils, ecuyer. Cet acte reçu par Grigon notaire à Vitré.

Sentence rendue à Vitré le 26e de septembre de l’an 1633 au profit de messire Jean du Plessis seigneur du Plessis-d’Argentré, cet acte signé Tonnelier.

IIIe degré – Bisayeul, et bisayeule. Giles du Plessis, seigneur d’Argentré, Julienne de Grasmenil, sa femme, 1596. [D’azur] à une épée [de sable] posée en bande.

Contract de mariage de noble homme Giles du Plessis, seigneur du Plessis d’Argentré, et commissaire de l’arriere ban de l’eveché de Rennes, acordé le 31e de juillet de l’an 1596 avec demoiselle Julienne de Grasmenil, fille de noble homme Jean de Grasmenil seigneur [de] Cormerai, et de demoiselle Caterine Morel sa femme, ce contract reçu par Tricot notaire à Vitré.

Contract du premier mariage de Giles du Plessis ecuyer seigneur de Montersil grand prevot general de Bretagne et fils ainé de noble homme Maturin du Plessis seigneur du Plessis acordé le 11e d’aoust de l’an 1578 avec demoiselle Jeanne de Beaucé dame du Plessis Beaucé, ce contract reçu par Odion notaire à Rennes.

Provisions de la charge de commissaire de l’arriere ban de l’eveché de Rennes données le 10e de decembre de l’an 1588 au sieur du Plessis d’Argentré, par le duc de Mercœur gouverneur de Bretagne, cet acte signé Philipe Emanuel de Lorraine.

[fo 176 verso] IVe degré – Trisayeul, et trisayeule. Maturin du Plessis, seigneur du Plessis, Marie de Meaune, sa femme, 1540. D’argent à une bande fuselée de gueules accompagnée de six fleurs de lys de sable rangées en bande trois en chef, et trois en pointe.

Contract de mariage de noble homme Maturin du Plessis, fils ainé et principal heritier de noble personne Léonard du Plessis, seigneur du Plessis, acordé le 25e de juillet de l’an 1540 avec demoiselle Marie de Meaune fille de noble homme Josselin de Meaune et de demoiselle Cristoflette de la Houdiniere sa femme. Ce contract reçu par des Trougue notaire à Laval.

Transaction faite le 10e de novembre de l’an 1573 entre noble homme René Charton, seigneur de Boispinson, et noble Maturin du Plessis son cousin, sur la demande qu’il faisoit de la moitié de la seigneurie de Boispinson, comme heritier de Françoise Charton sa mere. Cet acte reçu par Auffrai notaire à Argentré.

Ve degré – 4e ayeul, et ayeule. Leonard du Plessis, seigneur du Plessis, Françoise Charton, sa femme, 1520.

Saisie du revenu du lieu du Boispinson faite le 8e de novembre de l’an 1558 à la requete de demoiselle Françoise Charton, veuve de noble homme Leonard du Plessis, grand prevôt de Bretagne, et de noble homme Maturin du Plessis son fils, seigneur du Plessis, cet acte signé Ladier sergent à Vitré.

Procuration generale donnée le onzieme de janvier de l’an 1537 par noble Leonard du Plessis, ecuyer seigneur du Plessis, et par demoiselle Françoise Charton sa femme. Cet acte reçu par Duhour, notaire à Vitré.

[fo 177 recto] Transaction faite le 21e de janvier de l’an 1506 sur le partage que demoiselles Madelene et Jaquine du Plessis demandoient à noble Leonard du Plessis leur neveu ecuyer seigneur du Plessis comme heritier principal et noble de Louis du Plessis son pere qui etoit aussi fils ainé et heritier principal et noble de Jean du Plessis, et de Tomine de Denoriaut sa femme. Cet acte reçu par de Neufville, notaire à Argentré.

Nous, Charles d’Hozier, conseiller du Roi, genealogiste de sa Maison, garde de l’Armorial general de France et chevalier de la religion et des ordres militaires de saint Maurice et de saint Lazare de Savoie, certifions au Roi que demoiselle Marguerite Charlote du Plessis d’Argentré a la noblesse nécessaire pour etre reçue dans la communauté des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la maison royale de St Cir fondée à St Cir dans le parc de Versailles, comme il est justifié par les actes qui sont énoncés dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée, et dressée à Paris le trentième d’avril de l’an mil six cent quatre vingt dix sept. Signé d’Hozier.