Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tonquédec, forteresse des Coëtmen, rebâtie à partir de 1406 et démantelée en 1626.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Chamballan (de) - Réformation de la noblesse (induction, 1669)

Mercredi 31 octobre 2018, transcription de Armand Chateaugiron.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2018 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI5.

Citer cet article

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI5, transcrit par Armand Chateaugiron, 2018, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 14 novembre 2018,
www.tudchentil.org/spip.php?article361.

Télécharger cet article

Chamballan (de) - Réformation de la noblesse (induction, 1669)
2.2 Mo.

16e aoust 1669 [1]

Induction d’actes et pieces que met en la Chambre establye par le Roy pour le refformation des nobles de la province, messire Samuel de Chamballan, chevallier, compte dudit lieu, deffandeur, contre monsieur le procureur general, demandeur.

A ce que s’il plaist à la Chambre maintenir ledit sieur de Chambalan ainsi que ses predecesseurs aux qualittez de messire, escuier et chevallier, comme issu d’antienne extraction et chevallerye, et à porter pour armes de sable à un lion rampan et deux espées d’argent, et sur le timbre de l’escusson une teste de lion arachée de sable, blazon, à jouir des privilleges, et ses dessendans, attribuez aux aultres nobles [folio 1v] de la province et qu’il sera amploié au cathologue des nobles de la province sous le ressort du presidial de Nantes.

A ses fins, produist la declaration du 15e decembre 1668 signée Le Clavier et cottée A.

Le deffandeur, quoy qu’issu de l’une des plus illustres familles de la province et dont l’histoire fait mantion mesme des faictz memorable de ses ancestres pour le service de sa province, n’a aucuns actes pour la justiffication, le sieur marquis de la Roche Giffart son frere aisné estant saisi [folio 2] de tous les tiltres de leur famille, mesme du contract de mariage faict entre leurs feu pere et mere communs par lequel il est dit que le premier cadet de la maison portera le nom de Chamballan, si en possedait la terre pour partage. C’est ce qui est treuvé en la personne dudit sieur produisant qui n’a d’aultre partage et qui actuellement jouist de la dite terre de Chamballan, où il demeure actuellement, et ne pouvant faire voir aultre acte.
Il est seullement saisi d’une coppie du procès verbal qui a esté faict des escussons qui sont au dehors [folio 2v] de l’eglisse de Rougé ou ses mesme armes sont et pour le faire voir, induist la coppie du procez verbal du 4e juillet 1506, cotté B.

Au moyen de quoy persiste à ses fins.

[Signé] Guybert.

Le 16e jour d’aoust 1669, fourny coppie à monsieur le procureur general en parlant à son segrettaire au parquet.

[Signé] Testan.


Déclaration du 15 décembre 1668

Extrait des registres de la chambre establye par le Roy pour la refformation de la noblesse de la province de Bretagne [2].

Du quinziesme decembre mil six cents soixante huict, a comparu messire Samuel de Chamballan, compte dudit lieu, demeurant à sa maison de Chamballan, paroisse de Rougé, evesché et ressort de Nantes, lequel a declaré maintenir ainsi que les encestres les qualitez de noble et de messire, et de chevalier et escuyer, et porter pour armes de sable à un lyon rampant et deux espées d’argeant et sur le timbre de l’ecusson une teste de lyon arrachée de sable, le le blazon, et a faict election de domicille chéé maître Pierre Guibert, qu’il a institué son procureur, et a signé sur le registre.

[Signé] Le Clavier.


Procès-verbal des écussons de l’église de Rougé

Du 4 juillet 1506 [3].

Le vingt quatriesme jour de juillet, l’an mil cinq cens seix au dehors de l’eglize de Rougé, a esté trouvé deux escussons neufs et nouvellement à sis, armoiries des armes de Chambalan, champ de sable à un lion rampant et deux espés d’argent avecque ung timbre desur les dicts escussons à une teste de lion arachée, de pareil blaison l’un desdicts escussons à sis sur la grande porte de l’eglize et l’aultre au pignon devers soullail levant.

Et après, deux aultres escussons vieux, de pareilles armes et blaison, l’un audit pignon près le nouveau fait, et l’aultre soubz le balut, pareille porte est estant dict.

Ausy y a un trou blanchy au cousté devers midy qu’il tesmoin Jan Deugiers panitre dit avoir preparé pour y mettre un autre escuson de pareille blaison et sans timbre.

Aultre plus a declaré et juré par [folio 1v] son sermant y avoir esdictz lieux desur la pierre et du cousté devers midy, aultres vieux escussons de pareille armes qu’il y a mis et voulloir mettre.

Et pareillement audit pignon ou on a faire ledit escuson et timbre, y a aparanses y en avoir vu ung aultre auquel n’aparoi point clairement lesdictes armes pour ce qu’estoient fort effacé.

Ainsy signé M. Rabu de la Rembaudiere et Artur Duval.


[1En marge : Guibert, qui est le procureur.

[2En marge : A (il s’agit ici de la cote du document) Guybert.

[3En marge : Procès verbal fait des escussons qui sont au dehors de l’eglise de Rougé qui sont des armes de Chamballan – B – Guybert P.