Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Le château de Suscinio, une des résidence des ducs de Bretagne (XIII-XVe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Penmarc’h (de) - Réformation de la noblesse (1669)

Mardi 1er février 2011, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives départementales du Finistère – Chartier de Kerezellec, 32J2.

Citer cet article

Archives départementales du Finistère – Chartier de Kerezellec, 32J2, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2011, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 27 mai 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article171.

Télécharger cet article

Penmarc’h (de) - Réformation de la noblesse (1669)
473.2 ko.

Penmarc’h (de)

Penmarc’h ancien
D’or à trois merlettes d’azur.

Extraict des registres de la Chambre establye par le Roy pour la refformation de la Noblesse en la province de Bretagne par lettres patantes de sa Majesté du moys de janvier mil six cents soixante et huict verifiées en parlement [1].

Entre le procureur general du Roy demandeur d’une part, et messire Vincent Gabriel de Penmarch chevallier baron dudict lieu, sire de Goulven, seigneur du Coulombier, [fo 1 verso] Coetlestreumeur, p. authorisé de dame Anne Gillette de Riouallen dame douairiere de Penmarch sa mere et curatrice, dame Anne Gabrielle de Penmarch compagne espouze de messire François du Poulpry chevallier seigneur dudict lieu, damoiselle Françoise Gabrielle de Penmarch, lesdictes de Penmarch filles de ladicte dame douairiere dudict lieu de son mariage avecq feu messire Vincent de Penmarch vivant [fo 2 recto] chevallier baron dudict lieu de Penmarch leurs pere et mere et audict sieur de Penmarch leur fils ; demeurants sçavoir ladicte dame douairiere de Penmarch, ledict sieur baron de Penmarch son fils et ladicte damoiselle Françoise Gabrielle de Penmarch sa fille puisnée en leur chasteau de Penmarch treffve de Sainct Fregan parroisse paroisse [2] de Guisseny et ladicte dame du Poulpry sa fille aisnée avecq [fo 2 verso] ledict sieur du Poulpry son mary en leur maison de Trebodenic parroisse de Ploudaniel les tous evesché de Leon ressort de Lesneven ; messire Claude de Penmarch chevallier sieur de K/anroy, Bourouguel, K/rlou, demeurant en la ville du Faou parroisse de Rosnoven evesché de Cornouaille ressort de Chasteaulin, et messire Vincent de Penmarch chevallier sieur de Bourouguel son fils, deffendeurs d’autre.

[fo 3 recto] Veu par ladicte Chambre les declarations faictes au greffe d’icelle par lesdicts deffendeurs de soustenir sçavoir ladicte dame douairiere de Penmarch pour ledict de Penmarch son fils aisné les qualités de noble escuyer, messire et chevallier et pour lesdictes dame Anne Gabrielle de Penmarch et damoiselle Françoise Gabrielle de Penmarch celle de noble damoiselle et ledict de Penmarch sieur [fo 3 verso] de K/anroy pour luy et ledict sieur de Bourouguel son fils aisné les qualités de noble escuyer, messire et chevallier comme estant lesdicts de Penmarch issus des premieres et antiennes chevallerye de Leon et porter pour antiennes armes de gueulle à une teste de cheval d’argeant et pour modernes d’or à trois merlettes d’azur non becquettées ny piettées deux en cheff et une en pointe [3], en datte des [fo 4 r] vingt huictiesme may et cincquiesme juillet present moys et an mil six cents soixante et neuff.

Penmarc’h moderne
De gueules à une tête de cheval d’argent.

Induction dudict messire Vincent Gabriel de Penmarch chevallier sieur baron dudict lieu, sire de Goulven, seigneur du Coulombier, Coelestremeur, authorisé de laditte dame Anne Gillette de Riouallen, dame douairiere de Penmarch, sa mere et curatrice, dudict messire Claude de Penmarch seigneur de Kanroy oncle dudict seigneur de Penmarch [fo 4 v] et seul juveigneur de ladicte maison faisant tant pour luy que pour messire Vincent de Penmarch son fils aisné, Amador, Jan Baptiste et François de Penmarch ses enfants, sur le seing de ladicte dame de Penmarch, dudict sieur de K/anroy et de maistre Jan Le Bel leur procureur, fournye et signiffiée au procureur general du Roy par Testart huissier le premier jour de juillet present moys [fo 5 r] et an mil six cents soixante et neuff par laquelle ils soustiennent lesdicts de Penmarch estre nobles issus de tres antienne et illustre noblesse, l’une des primitives chevallerye du pays de Leon decorée du titre de banneret et comme tels debvoir estre eux, leur posterité et dessendants en mariages legitimes, maintenus dans leur qualité de messire, escuyer et chevallier et dans tous les droicts, privilleges, preminences, exemptions, [fo 5 v] immunittes et prerogatives attribues aux antiens chevalliers, bannerets et nobles de cette province et qu’à cet effet ils seront employés au rolle et cathollogue d’iceux sçavoir ledict seigneur de Penmarch de la jurisdiction royalle de Lesneven et lesdicts sieurs de K/anroy et du Bourouguel son fils de celle de Chasteaulin.

Pour establir la justice desquelles conclusions articulle à faicts de genealogie que ledict messire Vincent [fo 6 r] Gabriel de Penmarch est est [4] fils aisné herittier principal et noble de deffunct messire Vincent de Penmarch chevallier baron dudict lieu et de dame Anne Gillette de Riouallen dame de Lanuzouarn ; que ledict deffunct Vincent seigneur de Penmarch et ledict messire Claude de Penmarch sieur de K/anroy son frere puisné estoient enfans de hauts et puissant messire René de Penmarch seigneur baron dudict lieu et de haute [fo 6 v] et puissante damoiselle Janne de Sansay fils du seigneur comte de Sanzay, colonnel et capitainne general de la noblesse de France au ban et arriere ban ; que ledict René estoit fils aisné de noble et puissant messire Claude, chevallier seigneur banneret de Penmarch et de dame Marye de Tuomelin que ledict Claude estoit fils aisné de noble et puissant messire Allain chevallier banneret [fo 7 r] de Penmarch de son mariage avecq dame Françoise du Parc Locmarya sa compagne ; que ledict Allain estoit fils de noble et puissant messire Henry de Penmarch chevallier banneret et de noble et puissante damoiselle Guillemette de K/loeguez ; que ledict Henry estoit issu aisné de noble et puissant messire Allain chevallier banneret de Penmarch et de noble et puissante damoiselle Anne du Juch ; que ledict [fo 7 v] Allain estoit fils aisné du mariage de noble et puissant messire Henry chevallier sieur de Penmarch et de noble et puissante damoiselle Allix de Coetivy sœur de messire Prigeant de Coetivy, admiral de France, d’eminantissime Allain de Coetivy, cardinal, et de messire Ollivier de Coetivy comte de Taillebourg ; que ledict Henry de Penmarch estoit issu de messire Allain chevallier, sieur de Penmarch et dame [fo 8 r] Alliette de Lanros ; que ledict Allain estoit fils aisné de messire Henry, chevallier sieur de Penmarch, et de dame Plessou Thouppin ; que ledict Henry estoit fils aisné de messire .... [5] de Penmarch de son mariage avecq dame Constance de Coetivy [6].

Dans la numeration des generations et genealogie cy dessus, lesdicts deffendeurs ayant employé les qualités de chevallier, de banneret, de baron et de noble et puissant, ils suplient la Chambre [fo 8 v] d’observer par les titres qu’ils ont produicts que ce n’est l’effet d’aulqu’une presomption, n’ayant donné que celles qui sont attribuées aux personnes dans les titres qui parlent d’eux il y a plusieurs siecles. En effect pour faire concevoir que c’est avecq justice que ses auctheurs ont estés qualiffiés de cette sorte, il ne seroit besoing que du tesmoignage de la Reyne Anne que dans ses lettes qu’elle conceda à Allain de Penmarch troisiesme [fo 9 r] du nom, cinquiesme ayeul du deffendeur, pour l’erection de la terre de Penmarch en titre de baniere, il y a pres de deux siecles, et qui sont produictes dans l’ordre de leurs dattes, declare que la maison de Penmarch est l’une des plus antiennes et primitives chevallerye de l’eveshé de Leon, ayant plusieurs intersignes de noblesse preminances, antallations, haute justice, que lesdicts seigneurs se sont de toute antiennetté [fo 9 v] gouvernés et traictes noblement, attaignant de lignage plusieurs contes, barons, bannerets, chevalliers et autres grands seigneurs tant du dusché de Bretagne que autres pays et regions ; que la terre de Penmarch est un assez grand contenant de terre dans l’evesché de Leon proche de l’Aune, marqué dans toutes les cartes geographiques ; où les seigneurs ont exercé toute haute justice, ce quy est un privillege qui a esté peu communiqué [fo 10 r] dans l’evesché de Leon et qui dans son origine n’a esté l’attribut que des grands et considerables fieffs qui n’estoient point possedés par des personnes de moindre qualité que des chevalliers, elle a mesme le droict de menée dans le siege royal de Lesneven apres le seigneur vicomte de Leon, qui est un privillege privatiff aux seigneurs bannerets de sorte que sy dans la noblesse et genealogie il est en consideration d’avoir [fo 10 v] surnom le nom d’une terre, ce qui faict presumer une antiquité de six ou sept siecles, c’est encore plus d’avantage de porter le nom d’une seigneurye sy antienne qu’elle est l’une des primitives chevallerye de l’evesché de Leon et donne le droict de haute justice, marque l’aucthorité qu’avoient les seigneurs quy y commandoeint.

Les chartes de l’evesché de Leon font foy qu’entre les droicts autrefois vendiqués par les seigneurs de Penmarch [fo 11 r] estoit celui de porter l’un des quattre bastons de la chaise lors de l’inauguration et premiere entrée solennelle des evesques dans leglize de Leon dans lequel office il avoit pour collegue les seigneurs de K/mavan ou Carman, de Coetivy, de K/guern, de Coetmenech, qui recevoit aussi le sermant de l’evesque. C’estoit une action que la piete des seigneurs avoit au temps passé rendue sy celebre que les exemple [fo 11 v] aprennent que l’on mettoit cette fonction entre les plus nobles droicts de la terre, en sorte que dans les evesches ou il y avoit des baronnies, il estoit de leur attribut preferablement a tout autres. Le thresor des chartres du dusché en conserve entre autres un fameux exemple pour l’evesque de Nantes, la chaise duquel le jour de son entrée solennelle estoit autresfois portée par les baronies du Pont, de Rays, d’Encenix, et de [fo 12 r] Chasteaubriand, de sorte qu’en l’an mil trois cents quattre vingt trois, le duc Jan Conquerant possedant la baronnie de Rays en proprietté et la baronnie de Chasteaubriand comme tombée en rachapt deputa pour la conservation de ces droict deux chevalliers qui firent le service à son nom à l’evesque de Nantes qui fist lors sa premiere entrée, à cause desdictes deux baronnies.
Ce que pour justiffier raportent deux pieces.

La [fo 12 v] premiere est copie du proces verbal en latin de la premiere entrée de Jan de Mantrelay [7] evesque de Nantes en l’an mil trois cents quattre vingt trois, faict par le commandement du duc par lequel se voit que les barons du Pont et le deputé du duc comme baron de Rays portoient les deux bastons de devant et que le baron d’Ancenix et l’autre deputé du duc à cause de la baronnye de Chasteaubriand qu’il tenoir en rachapt portoient [fo 13 r] les deux bastons de derriere et que lesdicts barons estoient fondes à cause de ce service à avoir les napes et autres meubles de table, apres la seremonie faicte.

La seconde est un proces verbal en latin faict à l’entrée de Vincent de K/leau evesque de Leon en l’an mil quattre cent soixante et traize par lequel se voit aussy que le seigneur de Penmarch portoit et estoit fondé à porter le quattriesme baston et qu’estant arrivé au pallais [fo 13 v] episcopal, il avoit luy et ses collegues la super intendance des viandes et pour raison de ce service, la vaisselle d’argeant dans laquelle on avoit servy leur apartenoit, en datte du traisiesme juin mil quattre cent soixante et traize.

Ces deux pieces conservées ensemble, on voit que les seigneurs de Penmarch dans l’evesché de Leon tient le mesme rang à cette ceremonye que le baron de Chasteaubriand a l’evesque de Nantes car [fo 14 r] ils portent l’un et l’autre le quattriesme baston, sur quoy on peut observer que les premiers honneurs estoit a porter les bastons de derriere, par ce que cette place donne l’advantage de voir celuy a quy on faict cet office, ce qui se pratique de mesme en plusieurs ceremonyes comme dans les pompes funebres où l’honneur est de porter les coings de derriere. Cette preseance se doit inserer de ce que par le procès verbal ceux [fo 14 v] quy portoient les bastons du derriere prenoyent la sur intendance des viandes, ce qui dans la maison royalle et dans celles des ducs et des comtes qui s’erigent en souverains s’estudierent à en instituer l’ordre, et estoit le premier et le plus haut office apellé le seneshal ou le dapister, lequel office le Roy d’angleterre comme duc ou conte d’Anjou pretendoit en la maison du Roy de France, et Henry son fils en fist les [fo 15 r] fonctions en l’an mil cent soixante et dix, servant à la table du roy Louis septiesme ainsy que dict Robert abbé du Mont Saint Michel, suject de ce prince in purificationes B. Mariæ fuit filius regis anglorum parisiis et servirit regi francorum admensant et senesculuir Franciæ. Hugues du Cleriis qui vivoit sous le mesme roy Louis septiesme, dans le procés verbal qu’il fist touchant les droicts despendants de [fo 15 v] l’office de marechal de France met aussy entre ses attributs en temps de guerre l’honneur de porter la banniere de France en la bataille. Jan de Mehun quy vivoit sous Philipes quattriesme explique le premier employs en les deux vertes porée ou li seneshal hasté, a la cuisine, la viande, sy bien que cet employ de porter l’evesque et debvoir ensuitte la super intendance des viandes estoit un honneur qui s’estoient [fo 16 r] reservés les premiers seigneurs du comté de Leon, et a present plus loing il semble que les evesques de Leon et de Nantes n’ayant entré en possession de cet honneur que comme subrogés aux droicts des antiens comtes de Nantes et de Leon quy tranchoient des souverains et dont ils prestendent que leur temporel est composé, s’atribuant aussy la qualité de comte, car il est certain que dans les entrées des souverains [fo 16 v] les principaux seigneurs ambitionnoient un pareil employ, ainsy les ducs faisant leur entree à Rennes recevoyent le mesme services de quatre grands seigneurs quy pretendoient ce droict a titre hereditaire, et au dernier couronnement qui se fist du duc François dauphin de France, les sire de Maure et de Molac et de Tournemine, à cause de leurs terres, et le seigneur du du [8] Bordage par commission [fo 17 r] s’en acquitterent. Les evesques de Paris reçoivent pareil service des quattre premiers barons de la provosté et vicomté de Paris, de sorte que ce droict de porter un des bastons attaché à la maison de Penmarch provient qu’elle est des plus considerables et comme disent les lettres de la duchesse Anne l’une des plus antienne et primitives chevallerye de l’evesché de Leon.

Ce que pour faire voir sont [fo 17 v] raportées des lettres octroyées par la duchesse Anne à son bien amé et feal chambellan Allain de Penmarch, sieur de Penmarch, par lesquelles recongnoissant les grands et bons services qu’il luy avoit rendus et à son feu pere le duc tant aux armées que autrement en plusieurs et maintes manieres, en quoy il se seroit tousjours et sans varier loyamment et curieusement conduict et porté liberallement et frayer et despenser du sien largement [fo 18 r] et que luy et ses predecesseurs paravant luy de toute ancienneté tant qu’il n’estoit de memoire du contraire estoient nobles et d’antienne noblesse atteignante de lignages a plusieurs comtes, barons, bannerets, chevalliers, escuyers et que ladicte maison de Penmarch estoit l’une des plus antiennes et primitives chevallerye de l’evesché de Leon, où elle est scittuée, ayant plusieurs intersignes de noblesse, preeminnences et antellations [fo 18 v] en divers lieux, garnye et apartenanance de haute justice moyenne et basse, et de plusieurs hommes, vassaux et sujects, outre plusieurs bonnes et grandes seigneuries, maisons et richesses appartenant audict sieur de Penmarch dans ledict pays de Bretagne.

Ladicte duchesse avoit erigé ladicte terre de Penmarch du nom, titre et seigneurye de banneret et permis audict sieur de Penmarch de s’en qualiffier, en datte du douze [fo 19 r] decembre mil quattre cent quattre vingt dix huict.

Allant à la preuve des generations et commançant au premier seigneur de Penmarch mentionné dans les titres qui restent ; dixiesme ayeul dudict sieur de Penmarch deffendeur, il est articullé qu’il estoit né environ l’an mil trois cent et mort en l’an mil trois cent cinquante. Il avoit espouzé dame Constance de Coetivy, maison illustre, et avecq laquelle celle de Penmarch [fo 19 v] contracta de recheff alliance cent ans après. La qualité de dame donnée dans les actes à ladicte Constance de Coetivy sa veuffve aprend que ledict seigneur de Penmarch estoit chevallier. Il laissa de son mariage messire Allain de Penmarch, premier [9] du nom, seigneur dudict lieu, neuffviesme ayeul dudict sieur de Penmarch deffendeur, auquel et dame Constance de Coetivy sa mere, Prigeant sire de Coetivy, ayeul de l’admiral de mesme [fo 20 r] nom bailla l’assiette qu’il leur debvoit et institua Hervé de Coetivy, son oncle, pour faire et acomplir ladicte assiette en l’an mil trois cent cinquante huict.

Ledict Allain deceda avant ladicte dame de Coetivy sa mere laissant pour herittier messire henry premier du nom sire de Penmarch, chevallier, huictiesme ayeul dudict deffendeur, lequel est apellé dans un acte de mil quattre cent trante et six herittier principal et noble de ladicte Constance [fo 20 v] à cause qu’il avoit recueilly directement la succession d’icelle Constance son ayeulle après la mort de son pere. Il fut pareillement chevallier comme il s’aprend de plusieurs actes scellés de son sceau portant les armes de Penmarch modernes avecq les ornements de chevallier quy sont les suports et timbres, et pour cimier une teste de cheval ; espouza dame Plesou Touppin ainsy qu’il se voit par le mesme acte de mil quattre cent [fo 21 r] trante six, duquel mariage il laissa deux enfans ; messire Allain, second, et fils ainsé, herittier principal et noble, chevallier, seigneur de Penmarch, septiesme ayeul dudict sieur de Penmarch et deffendeur ; et Ollivier de Penmarch puisné.

Lequel messire Allain de Penmarch second [10] du nom espouza dame Aliette de Lanros et fut chevallier de reputation, qui est un des quinze seigneurs qui en l’an mil quattre cent soixante [fo 21 v] et dix neuff [11] armerent les premiers pour la delivrance du duc Jan Cinquiesme lors qu’il fut faict prisonnier à Chastocaux [12] où l’Histoire le qualiffye chevallier, ce qui est signe qu’il avoit passé la plus part de ses jours à la guerre, car alors on ne meritoit l’ordre de chevallerye que par une longue suitte de services dans l’armée et la promotion ne s’y faisoit que dans les journées ou batailles ou autre glorieuses expeditions. Il [fo 22 r] eut de son mariage avecq ladicte dame Aliette de Lanros Hervé de Penmarch, sixiesme ayeul dudict deffendeur auquel il fist faire son aprantissage de guerre sous Richard de Bretagne, commandant le service que ledict Jan Cinquiesme son frere avoit envoyé à Charles septiesme lors Dauphin et regent de France contre les anglois ; et y étoit cheff d’une compagnie de vingt escuyers de l’an mil quattre cent vingt et un [fo 22 v], qu’il n’avoit pas encore este faict chevallier, comme il s’aprend de la quittance de sa paye dont l’original est conservé dans la Chambre des comtes de Paris, scellé et son sceau en sire rouge, qui porte une face avec six merlettes trois en cheff et trois en pointe, dans laquelle il se qualliffye escuyer et commandant à dix neuff autres escuyers.

Dans le mesme secours [13] estoient plusieurs autres jeunes seigneurs de Bretagne [fo 23 r] qui commandoient de semblables escouades sous la mesme qualité d’escuyer, et tous lesquels ainsy que le dict de Penmarch furent depuis en temps et heure chevalliers, sçavoir Louis d’Avaugour, Jacques de Dinan, Tanguy de K/gounadech, Ollivier de Coesquen et autres dont les quittances de la mesme année mil quattre cens vingt et un sont aussy à la Chambre des comtes de Paris.

Aliette de Lanros [fo 23 v] estoit aussy issue de la haute noblesse, et ceux de son nom ont participé aux grands employs de guerre sous les ducs, car la monstre de mil quattre cent quattre vingt et un qui est dans la Chambre des comtes et dont la Chambre voit journellement des extraicts faict foy que noble escuyer Bertrand de Lanros estoit un des commissaires du duc avecq les sieurs du Pont et de Rostrenen pour faire la reveue des gentilshommes.

Et pour [fo 24 r] justiffier ce que dessus raportent lesdicts deffendeurs sep pieces.

La premiere est un contract d’affeagement faict par Constance de Coetivy dame de Penmarch à Yvon, fils bastard de Raoul Gouzillon, en datte du lundy après la nativité Nostre Dame mil trois cent cinquante et un [14].

La seconde est un afeagement faict par Allan de Penmarch à Hervé, fils Jan Gorchaude, dattée du lundy après la Pentecoste mil trois cent cinquante et sept [15].

[fo 24 v] La troisiesme est un acte par lequel Prigeant sire de Coetivy donne pouvoir et procuration à Ollivier de Coetivy son oncle et Derien Le Baillif, seigneur de K/simon, de faire en son nom l’assiette qu’il debvoit à ladicte Constance de Coetivy et à Allain de Penmarch son fils, de certaine rente suivant l’accord d’entr’eux datté du vendredi de la Saincte Croix en septembre mil trois cent cinquante et huict [16].

La quattriesme est un acte [fo 25 r] de partage par lequel Henry seigneur de Penmarch second du nom, sixiesme ayeul dudict sieur de Penmarch deffendeur, baille partage à Ollivier de Penmarch son oncle, le recevant à homme de foy à charge et l’hommage de bouche et de mains en la maniere que les nobles juveigneurs de Bretagne tiennent de leurs aisnés, lequel partage ledict Allain [17] donne comme fils de messire Allain de Penmarch, frere aisné dudict [fo 25 v] Ollivier de Penmarch, enfants de messire Henry de Penmarch premier du nom et de dame Plessou Touppin ; lequel Henry de Penmarch avoit succedé a ladicte dame Constance de Coetivy, en datte du vingt neuffiesme juillet mil quattre cent trante et six.

La cinquieseme est un extraict tiré de l’Histoire de Bretagne livre dixiesme chapitre trois cent cinquante et huict contenant que Allain de Penmarch estoit l’un des capitainnes [fo 26 r] chevalliers quy avoit armé pour la delivrance du duc en l’an mil quatre cent dix neuff.

La sixiesme est copie de la quittance de Henry de Penmarch, second du nom, fils dudict messire Allain, de la paye qu’il reçut du sire Dauphin regent de France pour luy et les dix neuff escuyers de son escouade dans la guerre contre les anglois, en datte du dix septiesme may mil quattre cent vingt et un, tiré sur l’imprimé dont l’original est à la Chambre [fo 26 v] des comtes de Paris.

La septiesme est une transaction de l’an mil quattre cent cinquante et six entre ledict Henry seigneur de Penmarch et Henry Tuohuelin comme mary de Marguerite de K/sauson, qui faict voir que la mere de Henry de Penmarch second du nom, femme dudict Allain de Penmarch, estoit dame Alliette de Lanros, laquelle s’estoit remaryée en secondes nopces avecq le seigneur de K/sauson dont estoit ladicte Margueritte de [fo 27 r] K/sauson sœur uterine dudict Henry de Penmarch second du nom, en datte du saisiesme mars mil quattre cent cinquante et six.

Sur le degré dudict Henry second du nom, seigneur de Penmarch, sixiesme ayeul dudict seigneur de Penmarch deffendeur, sont raportés six pieces.

La premiere est un contract de mariage passé entre Henry seigneur de Penmarch et damoiselle Allix de Coetivy, fille de messire Allain de Coetivy, chevallier, et de dame [fo 27 v] Catherine du Chastel, en presence de messire Ollivier seigneur du Chastel et de ladicte dame Catherinne du Chastel sa sœur germaine, veuffve dudict deffunct de Coetivy, lesquels prommisrent et s’obligerent de faire ratiffier messire Prigeant de Coetivy, frere aisné de ladicte de Coetivy, future espouze, lors absant, la promesse qu’ils luy faisoient d’assoir en dot cent vingt livres de rente, en datte du cinquiesme aoust mil [fo 28 r] quattre cent trante et un.

La seconde est un acte de ratification faicte par Prigent sieur de Coetivy de ladicte dot prominse à ladicte Allix de Coetivy sa sœur, par dame Catherine du Chastel leur mere, mariage faisant avecq ledict Henry seigneur de Penmarch, en datte du dix huictiesme feuvrier audict an mil quattre cent trante et un.

La troisiesme est un extraict tiré de la Chambre des comtes de Bretagne dans lequel [fo 28 v] est marqué au premier rang des nobles de l’evesché de leon lors de la refformation en faicte sous le raport de la parroisse de Sainct Fregan en l’an mil quattre cent et quarante et trois, le sire de Penmarch.

La quattriesme est un contract de mariage d’entre noble escuyer Jan de la Haye, fils d’autre noble escuyer Raoul de la Haye, seigneur de Lisle et damoiselle Catherinne de Penmarch, fille dudict messire Henry de Penmarch, chevallier, seigneur dudict [fo 29 r] lieu de Penmarch, du consentement de noble escuyer Allain de Penmarch, fils aisné herittier presomptiff principal et noble dudict chevallier seigneur de Penmarch, en date du trante et uniesme janvier mil quattre cent cinquante et neuff.

La cinquiesme sont des lettres de don du rachapt escheu par le deces dudict Henry, chevallier, seigneur de Penmarch, faict à dame Allix de Coetivy sa veuffve, par Françoise, duchesse de [fo 29 v] Bretagne, en consideration des merites de son chevallier et bien amé ledict deffunct messire Henry, seigneur de Penmarch, mary de ladicte de Coetivy en datte du dix neuffiesme mars mil quattre cent soixante et cinq, avecq la presentation faicte aux generaux pledz de la juridiction de Chastaulin, par ladicte noble dame Allix de Coetivy, dame de Penmarch, le trantiesme juillet mil quattre cent soixante et six.

La sixiesme [fo 30 r] est un extraict de l’Histoire genealogique de la maison de France par les sieurs de Saincte Marthe [18] commençant : filles naturelles du roy Charles septiesme, Marye de Valoys, dame de Taillebourg, fut maryée avecq Ollivier de Coetivy, seigneur de Taillebourg, seneschal de Guyenne, frere de Prigent de Coetivy, admiral de France. Le roy Charles sept son pere luy donna en faveur de mariage les terres et seigneuries de Royan [fo 30 v] et de Mornac en Xaintonge, et luy perminst de porter les armoiries de France avecq la barre pour differencier par lettres données à Vendosme, les dix huictiesmes jour d’octobre mil quattre cent cinquante et huict, et que l’an mil quattre cent soixante et dix neuff, le roy Louis Unze donna audict Ollivier seigneur de Coetivy, la seigneurie de Rochefort aussy en Xaintonge à la Charge de rachapt perpetuel de mil huict cent escus pour [fo 31 r] la recompense de semblable somme à luy due par le roy pour moityé de la rançon du comte de Candale [19]. Duquel mariage d’Ollivier de Coetivy et de Marye de Valoys sortirent un fils et trois filles, à sçavoir Charles de Coetivy, comte de Taillebourg, qui espouza Janne d’Orleans, tante du roy François Premier, et en eut Louise de Coetivy, comtesse de Taillebourg, femme de Charles de la Trimoulle, prince de Tallemond, duquel sont [fo 31 v] issus les seigneurs de la Tremoille ducs de Touars, pairs de France ; que les trois filles d’Ollivier de Coetivy furent Gillette de Coetivy maryée deux fois, la premiere avecq Jacques d’Estouteville, baron de Baine et d’Yvri, prevost de Paris, qui eut deux filles dont l’une Marye d’Estouteville, femme de Gabriel, baron d’Alegré, dont sont issus entr’autres enfans Yves marquis d’Alegré mort sans hoirs, Christophe premier du nom aussy marquis [fo 32 r] d’Alegré, pere de Christophle deuxiesme et de plusieurs filles ; Charles [20] d’Estouteville sœur de Marye cy dessus espouza Charles de Luxembourg comte de Brienne et eut plusieurs enfans dont l’aisné fut Anthoine de Luxembourg, deuxiesme du nom, comte de Brienne, duquel sont issus les autres comtes de Brienne et ducs de Luxembourg pairs de France. En secondes nopces Gillette de Coetivy espouza Anthoine de Luxembourg aussy comte [fo 32 v] de Brienne, premier du nom, l’un des fils de Louis de Luxembourg comte de Saint Paul, connestable de France. Lequel Anthoine d’une autre femme avoit eu son fils Charles sus nommé. Marguerite de Coetivy, autre fille d’Ollivier de Coetivy et de Marye de Valloye, espouza François de Pons, premier du nom, comte de Montfort et de Brouage dont vint François second sire de Pons et comte de Marenes qui eut pour fils [fo 33 r] aisné Anthoine seigneur des mesmes lieux. Catherine de Coetivy sœur de Gillette et Marguerite fut conjoincte par mariage avecq Anthoine de Chourson seigneur de Maigné, qui eut un fils mort en jeunesse.

Dans le mesme extraict de ladicte Histoire sont aussy desnommés les enfans de Jan d’Orleans comte d’Angoulesme et de Margueritte de Rohan sa femme : Janne d’Orleans comtesse de Taillebourg fut conjoincte par mariage [fo 33 v] avec Charles de Coetivy comte de Taillebourg, fils d’Ollivier de Coetivy seigneur de Taillebourg et de Marye de Valloys, et de ce mariage sortit une fille unicque Louise de Coetivy femme de Charles de la Tremoille prince de Talmont, fils de Louys second, seigneur de la Tremouille et vicomte de Touars et de Gabrielle de Bourbon sa femme. De ce Charles tué à la bataille de Marignan sont sortis les autres seigneurs de la Tremoille qui ont esté [fo 34 r] depuis dans le mesme extraict.

Est un autre extraict de l’Histoire de la maison de Montmorency contenant que Marye de Laval dame de Raistz fut maryée deux fois : en premieres nopces elle espouza Prigeant de Coetivy seigneur de Taillebourg, admiral de France, et en secondes nopces André de Laval seigneur de Loheac aussy admiral puis mareschal de France, desquels deux maris elle n’eut aulqu’une ligné et mourut le premier [fo 34 v] jour de novembre mil quattre cent cinquante et huict ayant esleu sa sepulture en l’eglise prioralle et parroisialle de Nostre Dame de Vitré. Prigent de Coetivy son premier espouz eu pour herittier trois siens freres, à sçavoir Allain de Coetivy, cardinal d’Avignon, Ollivier de Coetivy, seneschal de Guienne, conjoinct avecq Marye de Valoys, fille naturelle du roy Charles sept, et Christophle de Coetivy escuyer d’escurie du mesme roy.

Sur le degré [fo 35 r] d’Allain seigneur de Penmarch troisiesme du nom sont raportés traize pieces.

La premiere est un contract de mariage entre damoiselle Guilerch de Penmarch, fille de feu haut et puissant seigneur Henry de Penmarch, seigneur dudit lieu de Penmarch et de haute et puissante dame Allix de Coetivy sa veuffve, et haut et puissant Ollivier de Tournemine sieur de Tuonsillit, en presence de haut et puissant seigneur messire Allain de Penmarch, en datte du dernier avril mil quattre cent soixante neuff.

[fo 35 v] Un contract de mariage d’entre Jan de Plouesquelleuc seigneur de Bruillac et damoiselle Alliette de Penmarch, sœur aisné d’Alain seigneur de Penmarch, en presence et du consentement de dame Allix de Coetivy mere desd. de Penmarch, et aussy en presence dudict Allain seigneur de Penmarch par lequel ledict seigneur de Ploesquellec avoit cedé toutes ses pretentions sur les seigneuries de Taillebourg et du Cluzeau en faveur de messire Ollivier de Coetivy, chevallier, comte [fo 36 r] de Taillebourg, herittier de l’admiral de Coetivy son frere aisné, et se faisant fort de Reverendissime Allain de Coetivy, cardinal d’Avignon, aussy son frere, moyennant la somme de trois mil livres, en datte du vingt deuxiesme novembre mil quattre cent soixante et traize.

La troisiesme est un acte entre ledict ledict [21] Allain seigneur de Penmarch, Ollivier de Tournemine seigneur de Trousillit et Yvon Le Bailliff seigneur de K/simon, touchant une transaction passée [fo 36 v] entre ledict Jan de Plousquellec seigneur de Brillac et noble et puissant messire Ollivier de Coetivy, chevallier, seigneur de Taillebourg, en son nom et se faisant fort de tres reverent pere en Dieu monseigneur Allain de Coetivy cardinal d’Avignon, par lequel ledict seigneur de Penmarch et lesdicts seigneurs de Tournemine et de K/simon s’obligent de faire executter le payement de ladicte somme de trois mil livres, en datte dudict jour vingt deuxiesme [fo 37 r] novembre mil quattre cent soixante et traize.

La quatriesme est une procuration baillée par ledict de Ploesquelleuc seigneur de Bruillac, à Henry de Villeblanche, escuyer, pour recevoir l’execution desdicts actes du mesme jour vingt deuxiesme novembre audict an.

La cinquiesme est un extraict de l’enqueste de Charles de Bloys contre le comte de Montfort tiré de l’Histoire contenant que le sire de Ploesquelleuc qui tenoit une baronnie avoit quattre freres. Ledict [fo 37 v] aisné mourut et laissa un fils, depuis moururent deux desdicts freres. L’heritage d’eux vint au fils de l’aisné par representation de son pere et exclu les autres.

La sixiesme est un contract de mariage d’entre ledict messire Allain seigneur de Penmarch et damoiselle Anne du Juch, fille de messire Henry du Juch, chevallier, seigneur de Pratanroux, et de dame Margueritte du Juch et sœur de Hervé du Juch, du premier mars mil quatre [fo 38 r] cent quattre vingt deux.

La septiesme est un extraict de l’inventaire des chartres du duché de Bretagne auquel sont marques en proces verbal de Bernard de K/ousil, president de Bretagne [22], et de Henry du Juch commis du duc de Bourgogne, garde du duc, de sommer le sire de Malestroit et le sire de K/ [23] son fils et autres de rendre la ville et chastau de Vennes, Auray et le Suscinio au duc, datté de l’an mil quattre cent deux.

Un mandement [fo 38 v] du duc Jean et consentement de l’evesque de Cornouaille, des seigneurs du Pont l’Abbé, du Juch, de Rosmadec, le vicomte du Faou, des impositions qu’il muist sus en Cornouaille pour deux ans, de l’an mil trois cent soixante et cinq.

Obligation sur messire Henry du Juch pour la garde de Concq du vingt troisiesme mars mil trois cent quattre vingt dix neuf.

Autre obligation sur ledict Henry du Juch et le vicomte du Faou touchant la garde [fo 39 r] de la place de Brest du dix septiesme octobre mil quattre cent quinze.

Deux lettres ensemble attachées sous un scel dattées du dernier jour d’octobre mil trois cent quattre vingt quinze contenant commission de par le duc au vicomte du Faou, Henry du Juch, Jan Priou et Gassien de Mousseaux quand affin de recevoir et accepter le sermant du comte de Peinthievre, du traité de paix faict entre le duc et luy.

Un extraict d’adveu et [fo 39 v] minu des terres et heritages et droicts heritels que noble et puissante damoiselle Marye du Juch, dame du Juch, de Coetivy et K/simon, curatrice à haut et puissant Claude, sires du Chastel, baron de Marcé, vicomte de Pommerit, seigneur de Poulmic et de K/salliou, congnoissoit tenir de monseigneur en sa duché de Bretagne en l’an mil cinq cent quarante et deux.

Extraict de l’histoire genealogique des barons de Chasteaubriand. Philipes de Montspedon, [fo 40 r] dame de Beaupreau et Beaumont, de Basoges, du Bas-Briacé, fille de Renée de la Haye dame de Passavan et de noble et puissant Joachin de Montespedon, baron de Beaupreau, espouza en premieres nopces haut et puissant René de Montejan, chevallier de l’ordre du Roy, mareschal de France, gouverneur et lieutenant general pour le Roy en Piedmont, lequel estant decedé sans enfans l’an mil cinq cent trante [fo 40 v] et huict elle se remaria en secondes nopces avecq tres haut et puissant Charles de Bourbon, prince de la Roche sur Yon, frere de Louys de Bourbon premier duc de Montpensier et fils de Louys de Bourbon seigneur de la Roche-sur-Yon, et de Louise de Bourbon, fille aisnée de Gilbert de Bourbon comte de Montpensier et de Claire Gonzague, fille de Frederic Gonzague marquis de Mentoue. Louise de la Haye fille de Jan de la Haye et de [fo 41 r] Thominne de Dinnan fut maryé avecq messire Jan de Sepeaux dont issut noble et puissant François seigneur de Sepeaux qui espouza Margueritte d’Estouteville. Guy de Sepeaux seigneur dudict lieu et autres espouza dame Janne, fille aisnée de la maison de Givry, dont il eut Guy de Sepeaux second du nom qui espouza Charlotte de la Marzelliere et recueillit la succession de Philippe de Montespedon, veuffve du prince de la [fo 41 v] Roche sur Yon et en partye celle de Jan de Laval, dernier baron de Chasteaubriand, et laissa Guy de Sepeaux troisiesme du nom qui espouza Marye de Rieux, fille aisnée de noble et puissant Guy de Rieux, seigneur de Chasteauneuff, chevallier de l’ordre du Roy et de sa premiere femme dame Janne du Chastel, fille de noble et puissant Claude du Chastel, seigneur dudit lieu, Pommerit, Marcé, et de Claude d’Assigné. Il ne [fo 42 r] laissa qu’une fille nommée Janne de Sepeauc maryée à noble et puissant Henry de Gondy, duc de Retz, qui en eut deux filles, l’esné desquelles nommée Catherinne fut mariée à haut et puissant Pierre de Gondy duc de Retz, comte de Joigny, et Margueritte puisnée, maryée à haut et puissant Louis de Cossé, duc de Brissac, marquis d’Assigné.
Led. extraict contenant aussy la genealogie des vicomtes de la Belliere dans [fo 42 v] lequel est dit que Claude d’Assigné fille de Jan d’Assigné septiesme du nom, sieur d’Assigné et de Fontenay, baron de Coatmen, et d’Anne de Montjan dame dudict lieu, vicomtese de la Belliere, fut mariée avec noble et puissant Claude du Chastel, sire dudict lieu, de Miniac, de Poulmic, baron de Marcé, vicomte de Pommerit et lieutenant pour le Roy en Bretagne, sous le duc d’Estampes, duquel mariage issut Janne du Chastel dame [fo 43 r] desdicts lieux qui fut maryée avecq hault et puissant Guy sire de Rieux, chevallier, seigneur de Chasteauneuff, vicomte de Donges, et en eut deux filles, Marye de Rieux aisné fut femme de noble et puissant Guy de Sepeau et en eut une fille maryée avec hault et puissant seigneur Henry de Gondy duc de Retz.

Extraict de l’histoire genealogique de la maison de France, contenant que Anthoinette d’Orleans fut compagne et conjoincte par mariage [fo 43 v] avecq Charles de Gondy, marquis de Bellisle, fils aisné d’Alber de Gondy duc de Retz, pair et mareschal de France, et de Claude Catherinne de Clermont sa femme. Ledict marquis de Bellisle mourut au Mont Saint Michel en Normandye l’an mil cinq cent quattre vingt saize, laissant pour fils Henry de Gondy duc de Retz, pair de France, qui espouza dame Janne de Sepeau, duchesse de Beaupreau, comtesse de Chemillé, de laquelle il eut [fo 44 r] deux filles, l’aisnée maryée au comte de Joigny duc de Retz, la puisnée au duc de Brissac.

Autre extraict de l’histoire de Bretagne ensuit contenant que derriere le duc estoit le sieur de Derval et Chasteaugiron, premier et grand chambellan heredital de Bretagne, par conccession et grace jadis faicte à ses predecesseurs, à cause de la seigneurye de Chasteaugiron, qui par raison de sondict office, servoit et portoit la queue du duc, manteau fouré d’herminnes, [fo 44 v] et à costé de luy estoit messire Henry du Juch chevallier, lequel de concession de don heredital par grace faicte à ses predecesseurs devoit porter le manteau du duc toutes fois qu’il sied en son parlement sy le duc ne le portoit sur luy et portoit lors ledict du Juch un chapron fouré sur le bras en signe de servir de son office et pour avoir le mantel à la fin du Parlement, ainsy qu’il luy apartenoit, lequel mantel il eut et en [fo 45 r] jouissoit au moyen dudict privillege.

La huictiesme est un extraict de la cronique de Bouschart [24], faisant mention d’Ollivier de Plusquellec et de Hervé du Juch, chevalliers, quy signerent avecq le duc le traicté de paix qu’il fist avecq le roy d’Angletette.

La neuffviesme est un partage provisoire baillé par ledict noble et puissant seigneur Allain de Penmarch, seigneur dudict lieu, herittier principal et noble, à damoiselle Janne de [fo 45 v] Penmarch, sa sœur, esoupze de noble homs Jan de de [25] Coesquelen, à valloir en la legitime de ladicte de Penmarch en succession de messire Henry de Penmarch et Allix de Coetivy leurs pere et mere en datte du vingt troisiesme decembre mil quattre cent quattre vingt traize.

La dixiesme est ledict proceix verbal de la premiere entrée de l’evesque de Leon en l’an mil quattre cent soixante et traize justiffiant que les seigneurs de K/mavan, de Coetivy, de K/vern, de [fo 46 r] Penmarch et de Coetmenech reçurent le sermant de l’evesque et l’assisterent dans l’eglise à cause de leurs droicts hereditaires, mesme que le seigneur Allain de Coetivy, cardinal, fist remplir sa place par le seigneur de K/simon, en datte du traisiesme juin mil quattre cent soixante et traize.

L’unziesme est une lettre escrite par le duc François second audict seigneur de Penmarch par laquelle il le prye de se trouver à Nantes au service de la duchesse son espouze [fo 46 v] où il desiroit estre notablement accompagné, en datte du sixiesme janvier mil quatre cent quattre vingt sept. Sur la superscription de laquelle est escrit à nostre amé et feal chevallier et chambellan le seigneur de Penmarch.

La douziesme est un extraict tiré de la Chambre des comtes de la monstre generalle des nobles dudict evesché de Leon, en l’an mil quattre cent quattre vingt [26] et un, dans lequel est marqué au rang desdicts nobles le sire de [fo 47 r] Penmarch.

La traisiesme est par employ qui sont lesdictes lettres de la reyne duchesse portant erection de la terre de Penmarch en banniere et quelle estoit l’une des antiennes et primitive chevallerye du Leon ayant toute justice et que lesdicts seigneurs de Penmarch sont nobles d’antienne noblesse et atteignent de lignage a plusieurs comtes, barons, bannerets et chevalliers, en date du douziesme decembre mil quattre cent quattre vingt dix huict.

[fo 47 v] Sur le degré de Henry troisiesme du nom, seigneur de Penmarch, quatriesme ayeul dudict sire de Penmarch deffendeur, sont raportées dix pieces.

La premiere est un acte judiciel rendu après le deceix de feu noble et puissant Allain de Penmarch, chevallier, seigneur dudict lieu, Coetlestremeur, K/anlean, par lequel noble et puissant Henry seigneur banneret de Penmarch, son fils aisné herittier principal et noble estant mineur, fut mins sous la tutelle du reverend [fo 48 r] pere en Dieu messire Louys de Penmarch, protonotaire du Saint Siege et archidiacre de Marceille son oncle, par l’advis de noble et puissante dame Anne du Juch sa mere et de reverendissime pere en Dieu messire Christophle de Penmarch evesque de Sainct Brieuc aussy son oncle, de nobles et puissants sire Henry de K/imel seigneur de Godelin, Hervé du Juch seigneur de Pratantoux, Guillaume de Tournemine [fo 48 v] seigneur de Trousillit, Henry seigneur de Mesnoallet, Jan seigneur de Nevet, Ollivier de Penmarch aussy oncle dudict mineur et Ollivier Le Moynne, ses parants, en datte du premier mars mil quattre cent quattre vingt dix huict.

La seconde est un acte d’assiette faict par ledict messire Louys de Penmarch en la qualité de tuteur dudict noble et puissant Henry seigneur de Penmarch, ladicte noble et puissante dame Anne du Juch sa mere, du [fo 49 r] douaire luy deub par le deceix du deffunct noble et puissant Allain seigneur de Penmarch son mary, pere dudict Henry, en datte dudict jour premier mars mil quatre cent quattre vingt dix huict.

La troisiesme est un rolle des monstres generalles des nobles de l’evesché de Leon dans lequel le sire de Penmarch estant apellé fut excusé pour estre auprès de la Reyne en l’an mil cinq cent trois.

La quatriesme est un apointement et acord en jugement d’authorité [fo 49 v] du conseil et chancellerye entre ledict noble et puissant Henry seigneur de Penmarch, herittier principal et noble de deffunct noble et puissant messire Xphle [27] de Penmarch evesque de Saint Brieuc et Louis de Penmarch archidiacre de Marceille, ses oncles et creantier pour les comte de sa tutelle, et messire Ollivier du Chastel successeur audict evesché et executeur testamentaire desdicts deffuncts. En datte des trois et vingt quattriesme [fo 50 r] decembre mil cinq cent six.

La cinquiesme est un partage noble et advantage donné par ledict noble et puissant Henry seigneur de Penmarch fils aisné herittier principal et noble à venerable personne Allain de Penmarch, chanoinne de Sainct Brieuc son frere puisné, dans les successions de nobles et puissants Allain de Penmarch et Anne du Juch leurs pere et mere qu’il a recongnu nobles et d’antien gouvernement noble [fo 50 v] par lequel partage ledict seigneur de Penmarch reçut sondict frere à homme de bouche et de main, en datte du quattrieseme decembre mil cinq cent quinze.

La sixiesme est un contract de mariage passé entre damoiselle Marye de Penmarch, sœur puisné de noble et puissant Henry sire de Penmarch, Clestremeut et K/anlean, et noble homs Tanguy de K/lech, aucthorisé de noble et puissant Tanguy sire du Chastel [fo 51 r] et de Poulmic son curateur par l’advis de nobles et puissants Allain et Charles de Penmarch, aussy freres de ladicte de Penmarch et de noble et puissant Ollivier de Penmarch, sieur de K/jagu son oncle, en date du dix septiesme feuvrier mil cinq cent quinze.

La septiesme est un acte de transaction passé entre ledict noble et puissant Henry de Penmarch, seigneur dudict lieu, et François sieur de K/gournadech, fils et herittier de deffuncte [fo 51 v] damoiselle Janne de Penmarch sa mere, touchant les suplements de partage deub à sadicte mere dans les successions de noble et puissants Henry de Penmarch et Allix de Coetivy sa compagne, seigneur et dame de Penmarch leurs ayeuls, en datte du neuffviesme feuvrier mil cinq cent dix huict.

La huictiesme est une transaction passée entre ledict noble et puissant Henry seigneur de Penmarch et reverend [fo 52 r] pere en Dieu messire Ollivier du Chastel evesque de Saint Brieuc, successeur de deffunct messire Christophle de Penmarch, touchant l’execution des testaments desdicts deffuncts nobles et puissants messire Christophle de Penmarch evesque de Sainct Brieuc, et Louis de Penmarch archidiacre de Marceille ses oncles, en datte du neuffviesme mars mil cinq cent dix huict.

La neuffviesme est un contract de mariage d’entre damoiselle Mauricette de [fo 52 v] de Penmarch, fille unicque dudict noble et puissant Henry de Penmarch et de dame Jacquette Le Forestier sa premiere espouze, seigneur et dame de Penmarch et noble et puissant Robert Eder seigneur de Beaumanoir, en datte du quiziesme juillet mil cinq cent vingt et un.

La dixiesme est un autre contract de mariage d’entre ledict noble et puissant Henry seigneur de Penmarch et damoiselle Guillemette de K/loeguen [fo 53 r] fille aisné de la maison de Rozampoul en datte du vingt sixiesme janvier audict an mil six cent vingt et un [28].

Sur le degré de messire Allain seigneur de Penmarch trisayeul dudict seigneur de Penmarch deffendeur sont raportées huict pieces.
La premiere est un extraict de la Chambre ds Comtes de Bretagne dans lequel allendroict de la refformation des nobles de l’evesché de Leon de l’an mil cinq cent trante et six est marqué sous le raport [fo 53 v] de la paroisse de Ploezeny le manoir et maison noble de Penmarch apartenant au sieur de Penmarch, mineur et gentilhomme.

La seconde est un acte de transaction passé entre noble et puissant Allain de Penmarch seigneur seigneur [29] de Penmarch, Coelestremeur et le Coulombier, fils aisné herittier principal et noble de feu noble et puissant Henry seigneur de Penmarch qui fils aisné estoit, herittier principal et noble d’Allain sieur de Penmarch [fo 54 r] et noble et puissante dame damoiselle Anne du Juch touchant le partage deub audict Allain seigneur de Penmarch par representation d’Allix de Coetivy sa bisayeulle dans les successions de Allain de Coetivy et Catherinne du Chastel dont ladicte dame du Juch possedoit partye des biens, en datte du huictiesme mars mil cinq cent quarante et six.

La troisiesme est un acte d’assiette faicte en execution de ladicte transaction entre lesdicts seigneurs de [fo 54 v] Penmarch et dame du Juch, le vingt sixiesme decembre mil cinq cent quarante et sept.

La quatriesme est un adveu fourny au roy par ledict noble et puissant Allain de Penmarch seigneur dudict lieu et de Coelestremeur des terres qui luy estoient escheues par le deceix de feu noble et puissant Henry seigneur dudict lieu de Penmarch, son pere, auquel sont desnommés et mentionnés l’estendue [fo 55 r]des domaines, fieffs, jurisdictions, preminences et prerogatives de la seigneurye de Penmarch, en datte du traiziesme juin mil cinq cent cinquante et six.

La cinquiesme est la presentation dudict adveu et l’hommage faict au roy en sa Chambre des Comtes par ledict noble et puissant Allain seigneur de Penmarch, en datte du dix septiesme juin audict an.

La sixiesme est un contract de mariage d’entre ledict noble et puissant Allain de Penmarch, seigneur dudict lieu, et damoiselle [fo 55 v] Françoise du Parc fille de noble et puissant Jacques du parc, seigneur du Parc Locmaria et de noble et puissante dame Perronnelle de Leservault, à la quelle luy est permis pour sa dot la somme de deux cent livres monnoys de rente un douziesme septembre mil cinq cent quarante et deux.

La septiesme est un acte d’assiete de ladicte dot receue par ledict seigneur de Penmarch comme pere et garde naturel des [fo 56 r] enfans de son mariage avecq ladicte du Par sa compagne, en datte du neuffviesme septembre mil cinq cent cinquante et quattre, ladicte assiette faicte par noble et puissant François du Parc seigneur de Locmaria, frere aisné de ladicte de Locmaria et herittiere principalle [30] et noble de leurs pere et mere.

La huictiesme est un roolle des nobles sujectz au ban et arriere ban de l’evesché de Leon sur lesquels estoit capitainne le seigneur [fo 56 v] de K/simon, dont le premier d’iceux est le sieur de Penmarch porte enseigne en datte du vingtquatriesme aoust mil cinq cent cinquante et sept.
Sur le degré de Claude fils dudict Allain seigneur de Penmarch sont raportées saize pieces.

Les cinq premieres sont procurations consentyes par les sieurs de K/salliou, de K/ervernemeur, de Bouteville, seigneur du Faouet, et de K/sauson pour le mariage d’entre noble et puissant messire Claude [fo 57 r] Penmarch fils aisné heritier principal et noble presomptiff de noble et puissant Allain de Penmarch sieur de Coatlestremeur, et damoiselle Marye de Tuomelin, fille unique, herittiere et noble de feus nobles homs Olivier de Tuomelin sieur de Bourouguel, en datte des vingt cinq, vingt six et vingt septiesme septembre et dix septiesme octobre mil cinq cent cinquante et trois, et douziesme juillet mil cinq cent soixante.

[fo 57 v] La sixiesme est une procuration consentye par lesdicts nobles et puissants Claude de Penmarch et Marye de Tuomelin son espouze, en datte du quattriesme aoust mil cinq cent soixante et six.

La septiesme est une transaction passée entre ledict noble et puissant Claude seigneur de Penmarch et noble homs Allain de Penmarch seigneur de Coatenez, fils de noble homs Charles de Penmarch puisné d’Allain seigneur de [fo 58 r] Penmarch troisiesme du nom, touchant certaines pretentions que ledict Charles de Penmarch avoit dans les successions d’Allain seigneur de Penmarch et de dame Anne du Juch par laquelle transaction il est recognut par ledict sieur de Coetenestz que son pere Charles de Penmarch n’avoit peu rien pretentre dans lesdictes successions en ce qui estoit de l’antien patrimoine qu’à viage [fo 58 v] et par usufruit et en avoir esté satisfait par la jouissance qu’il avoit eue de son vivant de quelques terres, mais soustenoit que dans lesdictes successions il y avoit des biens d’acquests quy ne tomboient pas sous le gouvernement de l’assize ; et en consideration du nom et que ledict Allain de Penmarch estoit seul dessendu des puisnés de la maison qui conservat le nom de Penmarch, ledict seigneur de Penmarch [fo 59 r] luy fist assise de quelque revenu, en datte du quatriesme juin mil cinq cent soixante et sept.

La huictiesme est un adveu fourny au Roy par noble et puissant Claude de Penmarch, sieur dudit lieu, de Coelestremeur, du Coulombier, des terres, fieffs, jurisdictions, seigneuries et preminences luy escheus par les deceix de deffunct noble et puissant Allain seigneur de Penmarch son pere, en datte du vingt huictiesme janvier mil cinq cent [fo 59 v] soixante et treize.

La neuffviesme est un arrest de la Chambre des Comtes portant la presentation dudit adveu en datte du huictiesme may audict an mil cinq cent soixante et Unze.

La dixiesme est une lettre missive du Roy Charles neuffviesme portant en la superscription à nostre cher et bien amé le sieur de Penmarch par laquelle il luy mande qu’il desire qu’il se trouve à l’assamblée des Estats assignée [fo 60 r] en la ville de Vennes au vingt cinquiesme septembre pour luy faire service et procurer le bien de la province, en datte du cinquiesme aoust mil cinq cent soixante et sept.

L’unziesme est une lettre contenant mesme advis et superscription escrittes par Henry troisiesme audict sieur de Penmarch le quinziesme aoust mil cinq cent soixante et quinze.

La douziesme sont des lettres par henry fils aisné du Roy dauphin [fo 60 v] de Viennois duc de Bretagne, octroyées en faveur de Jacques du Parc seigneur de Locmaria en datte du vingtiesme septembre mil cinq cent quarante et quatre, portant erection de foires et marchés au bourg de Goulven, evesché de Leon, et à Sainct Friacre près Morlaix, à Sainct Anthoine en l’evesché de Sainct Brieuc.

La douziesme [31] sont autres lettres octroyées par Henry troisiesme Roy de France audict [fo 61 r] Claude seigneur de Penmarch, portant establissement et creation au lieu et chapelle de Goulven d’une foire par chasque an pour s’y tenir le premier jour de juillet qu’on solemnise la feste de ladicte chapelle, dattées du moys de novembre mil cinq cent soixante et quinze.

La traisiesme sont autres lettres octroyées par Henry toisiesme, roy ds France, audict Claude seigneur de Penmarch, portant creation et establissement au bourg de Goulven audit [fo 61 v] seigneur de Penmarch apartenant d’un marché par chasque sepmaine et deux foires par chasqu’un an pour estre tenus sçavoir ledict marché le jour de samedy et lesdictes foires la premiere le premier jour de juillet et la deuxiesme le vingt et neuffviesme jour d’aoust, et outre creation au lieu de la chapelle Sainct Meen, paroisse de Ploudaniel au seigneur de Penmarch aussy apartenant, une foire pour y estre tenue [fo 62 r] chascun an le vingt et uniesme jour de juin. Les dictes lettres dattees du mois de juin mil cinq cent soixante et saize.

La quatorziesme est un acte judiciel portant la veriffication desdites lettres à requeste dudict noble et puissant Claude sieur de Penmarch, de Goulfen, du Coulombier, Coetlestremeur, faicte en la jurisdiction de Lesneven, en datte du troisiesme decembre audict an mil cinq cent soixante et [fo 62 v] saize.

La quinziesme sont autres lettres octroyées par Louys quatorziesme roy de France, au sieur baron de Penmarch par lesquelles Sa Majesté avoit transmué et eschandé le marché qui se tenoit au bourg de Goulven le jour de samedy pour estre tenu a l’advenir le vendredy de chasque sepmaine et de nouveau créé et erigé audict bourg de Goulven deux foires pour estre tenues l’une le jour sainct Vincent [fo 63 r] vingt et deuxiesme janvier et l’autre le jour Sainct Louys vingt cinquiesme aoust de chasque année. Lesdictes lettres du mois de septembre mil six cent cinquante et un, sur le reply desquelles est la veriffication en faicte tant en la juridiction de Lesneven qu’en la cour du Parlement les quinziesme mars et dixiesme juin mil six cent cinquante et deux.

La saiziesme est un contract de mariage passé entre haut et puissant seigneur [fo 63 v] messire Anne de Sanzay comte de la Meignanne, seigneur de Molac, chevallier de l’ordre du Roy et mestre de camp d’un regiment de pied françois, et haute et puissante dame Marye de Tuomelin, dame de Lanarnuz, douairiere de Penmarch, en datte du dixiesme juillet mil cinq cent quattre vingt huict.

Sur le degré de messire René seigneur de Penmarch, fils dudict Claude aussy seigneur dudict lieu, sont rapportées sept pieces.

[fo 64 r] La premiere est un extraict de baptesme dudict René de Penmarch, fils de noble et puissant Claude de Penmarch et de dame Marye de Tuomelin, seigneur et dame de Penmarch, tenu sur les saincts fondz de baptesme et nommé par noble et puissant François de Montmorancy seigneur du Hallot, les neuffvieseme juillet mil cinq cent quattre vingt quattre.

La seconde est un extraict des sepultures estant au pied dudict extraict [fo 64 v] de baptesme, portant que ledict seigneur de Penmarch, chevallier de l’ordre du Roy, pere dudcit René, deceda au moys de fevrier mil cinq cent quattre vingt cinq.

La troisiesme est un contract de mariage passé entre haut et puissant seigneur messire René de Penmarch fils de haut et puissant Claude de Penmarch, chevallier de l’ordre du Roy et de dame Marye de Tuomelin, seigneur et dame de Penmarch, et haute [fo 65 r] et puissante damoiselle Janne de Sansay, fille aisné de messire René comte de Sansay, vicomte hereditaire et parageur de Poitou, chambellan et conseiller du Roy en son Conseil d’Estat, colonnel et capitainne general de la noblesse de France au ban et arriereban et superintendant general des fortifications du royaume, en datte du quattorziesme septembre mil cinq cent quattre vingt dix neuff, scellé du [fo 65 v] sceau dudict comte de Sansay représentant un chevallier armé et au contrescel aux armes de Sansay.

La quatriesme est un partage noble et advantageux donné par haut et puissant messire Anne de Sansay comte de la Maignanne, chevallier de l’ordre du Roy, capitainne de cinquante hommes d’armes de son ordonnance, mareschal de camps en ses armées, seigneur baron de Bourgeuil et de Mollat, curateur de haut et puissant René baron [fo 66 r] de Penmarch, seigneur du Coulombier, fils aisné herittier principal et noble, à noble et puissant messire Vincent de K/sauson, seigneur de Penhoat, chevallier de l’ordre du Roy, et noble et puissante dame Claude de Penmarch sa compagne, sœur dudict seigneur de Penmarch, dans la succession dudict deffunct seigneur de Penmarch leur pere commun, en datte du quattriesme juillet mil six cent.

La cinquiesme est un [fo 66 v] autre partage difinitiff donné par ledict haut et puissant seigneur messire René baron de Penmarch, fils aisné herittier principal, à messire Saulde Breuil [32] de Busson, seigneur baron de la Musse et dame Janne de Penmarch sa compagne, et messire Louys Gouyon [33] seigneur de Lesireur et dame Claude de Penmarch sa compagne, elles sœurs puisnées dudict seigneur baron de Penmarch, dans les successions de deffunctz [fo 67 r] noble et puissant messire Claude de Penmarch vivant seigneur baron de Penmarch et dame Marye de Tuomelin leurs pere et mere, qu’ils recongnurent nobles et de gouvernement noble, en datte du vingt et huictiesme juillet mil six cent dix neuff.

La sixiesme est un hommage faict au Roy en sa Chambre des Comtes de Bretagne par ledict haut et puissant messire René baron de Penmarch le quinziesme juin mil [fo 67 v] six cent dix huict.

La septiesme est un extraict de mariage passé entre haut et puissant messire René [34] du Boiseon, baron de K/ouseré, seigneur de Mesnaule, le Cosquer, et damoiselle Suzanne de Penmarch fille aisnée de haultz et puissants messire René seigneur baron de Penmarch, chevallier de l’ordre du Roy, gentilhomme ordinaire de sa Chambre, sire de Goulven, seigneur du Coulombier, Bourouguel, Colestremeur, [fo 68 r] K/anroy, et de dame Janne de Sansay son espouze en datte du septiesme aoust mil six cent vingt et huict.

Sur le degré d’autre René de Penmarch, fils dudict René, seigneur baron de Penmarch, sont raportées six pieces.

La premiere est un partage noble et provissionnal donné par haut et puissant messire René baron de Penmarch, sire de Gaulfen [35], seigneur du Coulombier, Coelestremeur, K/visien, [fo 68 v] Bourouguel, fils aisné, herittier principal et noble de deffunct haut et puissant messire René, baron de Penmarch, seigneur desdicts lieux, son pere, à haute et puissante dame Janne de Sanzay, dame baronne douairiere desd lieux sa mere, en qualité de curatrice de ses enfans mineurs de son mariage avecq ledict deffunct seigneur de Penmarch qui sont Vincent, Claude, François, Gillette, Guillemette et Marye [fo 69 r] de Penmarch ses juveigneurs pour la succession de leurdict deffunct pere, en datte du vingt cinquesme septembre mil six cent trante et trois.

La seconde est un contract de mariage d’entre haut et puissant seigneur messire Vincent de Penmarch, seigneur baron dudict lieu de Penmarch, sire de Goulfen, seigneur du Coulombier, Bourouguel, Coatlestremeur, K/anroy, chevallier de l’ordre du Roy, fils aisné [fo 69 v] herittier principal et noble de deffunct hault et puissant seigneur messire René de Penmarch, seigneur baron de Penmarch et desdictz lieux, et de haute et puissante Janne de Sansay, dame douairiere desdicts lieux et damoiselle Anne Gillette de Rioualen, fille unique de haut et puissant seigneur messire Jan de Rioualen, seigneur de Meslean, et de haute et puissante dame Marguerite Barbier sa compagne, en datte du septiesme [fo 70 r] aoust mil six cent trante et huict.

La troisiesme est un hommage faict au roy en sa Chambre des Comtes de Bretagne par messire Vincent de Penmarch des heritages luy escheus de la succession de deffunct messire René de Penmarch son frere, en datte du vingt huictiesme septembre mil six cent trante et neuf.

La quattriesme est un adveu presenté en ladicte Chambre des Comptes par haut et puissant messire René [fo 70 v] baron de Penmarch, seigneur dudict chasteau et baronnie de Penmarch, sire de Goulven, chastelain de Coetlestremeur, du Coulombier, Ville Roy, K/anroy, en datte du vingt troisiesme octobre mil six cent cincq.

La cinquiesme est un arrest de la Chambre des Comtes de Bretagne portant la reception dudict adveu en datte du dixiesme decembre mil six cent trante et neuff.

La sixiesme est un partage noble et advantageux donné par [fo 71 r] noble et puissant messire Vincent de Penmarch, chevallier, baron dudict lieu, fils aisné herittier principal et noble de haut et puissant seigneur René seigneur de Penmarch son pere par representation d’autres haut et puissant René seigneur de Penmarch son frere aisné et aussy herittier principal et noble de dame Janne de Sansay sa mere, à messire Claude de Penmarch, sieur de K/anroy son frere puisné, au sieur du Boiseon fils et herittier [fo 71 v] de dame Susanne de Penmarch, dame Marye de Penmarch, espouse de messire François du Dresnay, dame Gilette de Penmarch, espouze de messire Louis de K/sco seigneur du Parc, damoiselle Guillemette Renée de Penmarch ses freres et sœurs puisnés dans les successions de leurs dicts pere et mere en datte du vingt troisiesme septembre mil six cent quarante et sept.

Sur les degrés dudict Vincent de Penmarch est outre les actes cy dessus raporte [fo 72 r] un acte judiciel portant la tutelle et pourvoyance de messire Vincent de Penmarch et damoiselle Françoise Gabrielle de Penmarch, enfans mineurs de feu messire Vincent de Penmarch, chevallier, baron dudict lieu et dame Anne Gillette de Riovalen, demeurée sa veuffve, en datte du vingt quattriesme may mil six cent soixante et six.
Sur les degrés de Claude de Penmarch, sieur de K/anroy deffendeur sont [fo 72 v] raportent deux pieces.

La premiere est un contract de mariage passé entre messire Claude de Penmarch, seigneur de K/anroy, premier juveigneur de la maison et baronnie de Penmarch, sorty du mariage de feuz Hautz et puissant messire René baron de Penmarch et de haute et puissante dame Janne de Sanzay fille aisnée de la maison et comte de Sanzay en Poitou, seigneurs et dame desdicts baronnie de Penmarch, du Coulombier [fo 73 r] Bourouguel, K/anroy, Coatlestremeur, K/elou, sires de Goulven, et de damoiselle Anne de K/sauson, fille aisné de messire Tanguy de K/sauson et de dame Gabrielle Rannou, en datte du vingt troisiesme novembre mil six cent quarante et huict.

La seconde est un memoire de l’aage des enfants sortis dudict mariage.

Et tout ce que par lesdicts deffendeurs a esté mins et induit,
Conclusions du procureur [fo 73 v] general du Roy considedé,

La Chambre, faisant droict sur l’instance, a declaré et declare lesdicts Vincent Gabriel de Penmarch, Claude de Penmarch et Vincent de Penmarch son fils, Anne Gabrielle de Penmarch, Françoise Gabrielle de Penmarch et leurs dessandants en mariage legitime desdicts de Penmarch masle, nobles, issus d’antienne extraction noble, et comme tels a permis ausdicts Vincent Gabriel de Penmarch, [fo 74 r] Claude de Penmarch et Vincent son fils, de prendre les qualités d’escuyer et de chevallier, et ausdites de Penmarch celle de damoiselle, et les a maintenus au droict d’avoir armes et escussons timbres apartenants a leur qualité et à jouir de tous droicts, franchises, privilleges et preminences attribuées aux nobles de cette province et ordonné que les noms desdicts de Penmarch masles seront employes aux rolles [fo 74 v] et cathologues d’iceux, sçavoir celuy dudict Vincent Gabriel de Penmarch de la jurisdiction royalle de Lesneven et ceux desdicts Claude et Vincent de Penmarch de la jurisdiction royalle de Chasteaulin.

Faict en ladicte Chambre à Rennes le neuffviesme jour de juillet mil six cent soixante et neuff.

[Signé :] Malescot.


[1L’original ne distingue que le premier paragraphe, nous les avons recréés pour une meilleure lisibilité. En marge de la première page, en haut : Juillet 1669 – Gernigou. Puis, en bas : Mr d’Argouges P[remier] P[résident], Mr Le Jacobin R[apporteur]. Merci à Jean-Claude Michaud pour sa relecture attentive.

[2Ce mot ainsi en double.

[3C’est bien entendu l’inverse : les armes anciennes des Penmarc’h sont d’or à trois merlettes d’azur, et à partir du XVIIe siècle, la mode des armes parlantes (pen=tête, marc’h=cheval) leur attribuera comme armes « antiques » un écu de gueules à une tête de cheval d’argent que les Penmarc’h n’ont jamais porté auparavant, mais qu’ils utiliseront de plus en plus à partir du milieu du XVIIe.

[4Ce mot en double.

[5Ainsi en blanc. Probablement Henry, ainsi que le laisse supposer la succession des prénoms (cf aussi note suivante).

[6Il manque ici une génération, donnée dans les actes qui suivent : Henry de Penmarch époux de Plesoue Touppin était fils d’Alain de Penmarch, lui-même fils du premier seigneur de Penmarch et de Constance de Coetivy.

[7Montrelais.

[8Ainsi en double.

[9En interligne, une main au crayon a corrigé, au XIXe ou XXe siècle, par deuxième.

[10La même main qu’à la note précédente a mis en interligne troisième.

[11Erreur pour mil quattre cent dix neuff, le siège de Champtoceaux ayant eu lieu en 1420.

[12Champtoceaux.

[13Comprendre dans l’armée qui a délivré Jean V de Champtoceaux.

[14Soit le 12 septembre 1351.

[15Soit le 29 mai 1357.

[16Soit le 14 septembre 1358.

[17Nommé Henry plus haut.

[18Gaucher et Louis de Sainte-Marthe, frères jumeaux (1571-1650), ont écrit en 1619 une Histoire généalogique de la Maison de France, et furent l’année suivante nommés historiographes du roi Louis XIII.

[19Peut-être Gaston II de Foix, comte de Candale ou son père Jean de Foix, vicomte de Castillon, cadet de la maison de Foix, qui reçut le titre de comte de Candale (ou Kendal) du roi d’Angleterre en 1446. Gaston II de Foix-Candale avait épousé Catherine de Foix, sœur de Marguerite de Foix, duchesse de Bretagne comme seconde épouse du duc François II (Foundation for Medieval Genealogy, http://fmg.ac/Projects/MedLands/, consulté en novembre 2010).

[20Les généalogies traditionnelles de la famille d’Estouteville, comme l’Histoire de la Maison d’Estouteville en Normandie de Gabriel de La Morandière (Paris, 1903), écrivent Charlotte.

[21Ainsi en double.

[22Pour Bernard de Kerourcuff.

[23Lire Kaer.

[24Grandes Chroniques de Bretaigne, par Alain Bouchart, dont la première édition paru en 1514.

[25Ce mot ainsi en double.

[26Ces deux derniers mots étaient en double, le rédacteur a rayé la première occurrence.

[27Christophle.

[28Le millésime est anachronique, il doit s’agir de 1521.

[29Ce mot en double.

[30Ces deux mots devraient être au masculin...

[31Erreur d’énumération, il y a donc dix-sept pièces pour ce degré.

[32Ou Sauldebreil, prénom en usage notamment dans la maison de Sansay, voir leur arrêt de maintenue de noblesse dans la Revue Historique de l’Ouest, année 13 (1897 - Documents), p. 35-46, ou en ligne sur Tudchentil en http://www.tudchentil.org/?article133.

[33Il s’agit de Louis Gourio, comme le montrent les arrêts Buzic ou du Mescam in Georges Le Gentil de Rosmorduc, La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671, t. i, p. 61-66 et t. iv, p. 397-409.

[34Appelé Roland dans l’arrêt des Boiséon in Georges Le Gentil de Rosmorduc, La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671, t. i, p. 32-60.

[35Pour Goulven.