Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2020, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château de Bogard, Quessoy, bâti par Guillaume-François de la Nouë (fin XVIIIe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

David - Maintenue de noblesse (1669)

Dimanche 20 septembre 2020, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2020 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI8.

Citer cet article

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI8, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2020, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 30 octobre 2020,
www.tudchentil.org/spip.php?article1331.

David - Maintenue de noblesse (1669)

Télécharger et imprimer cet article
922.6 ko.

16 février 1669, no 647

 

Monsieur d’Argouges, premier president,

Monsieur Lopriac, rapporteur

 

Entre le procureur general du roy, demandeur, d’une part,

Et François David, escuyer, sieur de K/dandraou, deffandeur, d’autre part.

Veu par la Chambre establye par le roy pour la refformation de la noblesse du pays et duché de Bretagne par lettres patentes de Sa Majesté, l’extrait de comparution fait au greffe de ladite Chambre par ledit deffendeur le 9e jour de decembre contenant sa declaration de voulloir soustenir la qualitté d’escuyer par luy et ses predecesseurs prise, qu’il demeure en la parroisse de Pleabihen, evesché de Treguier, en son lieu noble de Coathuon, sous le ressort de Lannion, et qu’il porte pour armes d’argent à un pin de sinople chargé de pommes d’or [1].

Filliation et genealogie dudit deffendeur inseré dans son induction cy apres par laquelle il est articullé que ledit François David est fils d’escuyer Henry David et de damoiselle Suzanne Salludou, sieur et dame de K/daudrau, que ledit Henry estoit issu de Jan David, escuier, sieur de K/daudrau, et de damoiselle Françoise Jagu, que ledit Jan ayeul dudit deffendeur estoit issu d’Yvon David et de damoiselle Françoise Lepennec, que ledit Yvon bizayeul dudit deffandeur estoit fils de Jehan David, escuyer, sieur de K/dandrou, et de damoiselle Françoise de K/leau, que ledit Jehan David escuyer, sieur de K/dandrau, trisayeul dudit deffendeur, estoit fils d’Yvon David et de damoiselle Marye du Boisgelin, lequel ledit Yvon quartayeul dudit deffendeur estoit fils de Guillaume David, escuyer, sieur de K/dandrau, et de damoiselle Adeline Pierre [2].

D’argent à un pin fruité d’or.

Ladite induction dudit deffendeur fournye audit procureur general du roy demandeur le 19e janvier dernier 1669 tendante et les conclusions y prises a ce que ledit François David soit maintenu en la qualitté de noble et d’escuyer d’antienne extraction et a porter les susdites armes aussy l’escusson timbré que luy et ses predecesseurs ont toujours pris et porter, et en consequence a jouir des privileges, preeminances et prerogatives attribuez aux autres nobles de la province, et ordonne qu’il soit inscript et employé au tableau et catalogue des nobles de l’evesché de Treguier au ressort de Lannion, et tout ce qu’a esté mis vers ladite Chambre au dessus de ladite induction,

Conclusions du procureur general du roy consideré,

 

[folio 1v] Il sera dit que la Chambre, faisant droit sur l’instance, a declaré et declare ledit François David noble et issu d’extraction noble, et comme tel luy a permis et à ses dessendans en mariage legitime de prendre la qualitté d’escuyer, l’a maintenu au droit d’avoir armes et escusson timbrés appartenant a sa qualitté, et a jouir de tous droits, franchises, preeminances et privileges attribuez aux nobles de cette province, et ordonne que son nom sera employé au roolle et catalogue des nobles de la juridiction royalle de Lannion.

Fait en ladite Chambre à Rennes le 16e fevrier 1669.

[Signé] D’Argouges, René de Lopriac


[folio 2]

 

Monsieur de Lopriac,

Veu l’induction des actes et tiltres de François [David] [3] sieur de la Villebasse [4] aux fins d’estre maintenu [en] la qualité d’escuier d’antienne extraction et [ses] armes d’argent a un pin de sinople chargé de po[mmes] d’or, les actes et tiltres employés en ladite indu[ction],

Je consent pour le Roy ledit David estre maintenu en la qualité d’escuier et comme tel mis au roolle des nobles de la senechaussee et juridiction royalle de Lannion.

Fait au parquet le septiesme febvrier 1669.

 

[Signé] André Huchet


[1En marge : J. Davy qui est le nom du procureur.

[2En marge : Pour chiffrature, de Lantivy, Aumon, Picquet du Boisguy.

[3Le bord du feuillet est abîmé et des mots manquant.

[4Kerandraou est l’équivalent breton de la Villebasse.