Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2020, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Tonquédec, forteresse des Coëtmen, rebâtie à partir de 1406 et démantelée en 1626.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Artur - Maintenue à l’intendance (1700, IV)

Jeudi 20 août 2020, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2020 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Ms fr 32286, p. 639.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Ms fr 32286, p. 639, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2020, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 12 septembre 2020,
www.tudchentil.org/spip.php?article1323.

Artur - Maintenue à l’intendance (1700, IV)

Télécharger et imprimer cet article.
892.1 ko.

[page 639]

Louis Bechameil, chevalier, marquis de Nointel, conseiller d’Etat, commissaire departy par Sa Majesté pour l’execution de ses ordres en Bretagne,

 

Veu la requete à nous presentée par messire Jean Artur, sieur de la Gibonnaye conseiller du roy, maitre ordinaire en sa chambre des comptes à Nantes, y demeurant ordinairement, par laquelle il conclud à ce qu’attendu qu’il est fils de Jullien Artur, sieur de Pellan et de Pontpais, qui estoit frere aîné d’Allain Artur, sieur de Pellan, lequel a produit devant nous les titres de sa noblesse justiffiant qu’il est issu de Jehan Artur, seigneur du Stang, employé en 1427 en la reformation des [page 640] nobles de l’eveché de Cornouaille, il nous plaise declarer l’ordonnance qui interviendra commune à son profit, et de damoiselle Jeanne Artur sa sœur, ce faisant les maintenir en leur noblesse, et au droit d’avoir pour armes d’azur au croissant d’or surmonté de deux étoilles de mesme. Ladite requete signifiée à maitre Henry Gras procureur special en cette province de messire Charles de la Cour de Beauval, chargé par Sa Majesté de l’execution de sa declaration du 4 septembre 1696 [concernant] la recherche des usurpateurs du titre de noblesse le 27 octobre dernier.

Declaration faite à notre greffe le 24 dudit mois d’octobre par maitre François Louvet procureur au presidial de Rennes, de soutenir la qualité de noble et d’ecuier tant pour ledit sieur de la Gibonnaye que pour ladite Jeanne Artur, sa sœur, y estre maintenus, et ledit sieur de la Gibonnaye dechargé de l’assignation a luy donnée pour representer ses titres à la requete dudit de Beauval.

Ordonnance par nous rendue le 5 du present mois de novembre portant maintenue de noblesse en faveur d’Allain Artur, sieur de Pellan, comme estant issu dudit Jehan Artur, seigneur du Stang, et dans laquelle est inceré un partage fait le 2 juillet 1665 des biens de deffunts nobles gens Pierre Artur et Jeanne Le Breton sa femme, vivants sieur et dame de la Vieuxville, entre nobles gens Jullien Artur, sieur de Pontpais, et Allain Artur, sieur de Pellan, [page 641] leurs enfans.

D’azur à un croissant d’or surmonté de deux étoiles de même.

Partage du 12 may 1684 fait entre messire Jean Artur, seigneur de la Gibonnais, maitre des comptes à Nantes, fils et heritier principal et noble de deffunt ecuier Jullien Artur, sieur de Pontpais, et demissionnaire de damoiselle Perinne Cheville sa mere, et damoiselle Jeanne Artur, femme de noble homme Bernard Siocham, sieur de Trequintin, des biens dudit sieur et dame de Pontpais, leur pere et mere.

Veu aussi la declaration dudit jour 4 septembre 1696, l’assignation donnée audit sieur de la Gibonnais le 15 dudit mois d’octobre, et le consentement dudit de Beauval du 3 de ce mois.

Tout consideré.

 

Nous, commissaire susdit, ayant egard à la representation desdits titres et y faisant droit, avons dechargé et dechargeons ledit Jean Artur, sieur de la Gibonnais, de l’assignation à luy donnée [devant] nous le 15 dudit mois d’octobre à la requete dudit de Beauval, en consequence avons declaré et declaron l’ordonnance par nous rendue le 5 du present mois en faveur d’Allain Artur, ecuier, sieur de Pellan, commune au profit dudit sieur de la Gibonnaye, son neveu, ce faisant le maintenons et gardons en la qualité de noble et d’ecuier, ensemble ses descendants nés et à naître en legitime mariage,

Ordonnons qu’il jouira des privileges et [page 642] exemptions attribuées aux autres gentilshommes du royaume tant qu’il ne fera acte derogeant à noblesse, et sera inscrit dans le catalogue des nobles de la province de Bretagne, qui sera par nous envoyé au Conseil conformement à l’arrest du 26 fevrier 1697.

Fait à Rennes le sixesme novembre mil sept cent.

Signé Bechameil.