Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Bruc, en Guéméné-Penfao, berceau de la famille du même nom (XV-XVIIe siècles).
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Le Rouge de Guerdavid - Preuves pour la Grande Ecurie (1748)

Dimanche 13 mai 2012, transcription de Marie-Dominique Dolo.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Preuves de noblesse pour la Grande Écurie, BNF, Département des manuscrits, Français 32107, no 22, fo 45.

Citer cet article

Preuves de noblesse pour la Grande Écurie, BNF, Département des manuscrits, Français 32107, no 22, fo 45, transcrit par Marie-Dominique Dolo, 2012, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 26 juin 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article1071.

Télécharger cet article

Le Rouge de Guerdavid - Preuves pour la Grande Ecurie (1748)
127.9 ko.

Bretagne, janvier 1748.

Preuves de la noblesse de Charles le Rouge de Guerdavid agréé par le Roi pour être élevé page de Sa Majesté dans sa Grande Écurie sous le commandement de S. A. monseigneur le prince Charles de Lorraine, Grand Écuyer de France.

D’argent à une fleur de lis de sable, surmontée d’une merlette de même, becquée et membrée de gueules. Casque de deux tiers.

Ier degré, produisant. Charles le Rouge de Guerdavid, 1732.

Extrait du regitres des batêmes de la paroisse de St Melaine de la ville de Morlaix, évêché de Tréguier, portant que Charles le Rouge, fils de messire Louis-Hyacinthe le Rouge, chevalier, seigneur de Guerdavid, et de dame Françoise Marigo, sa femme, fut batisé le deux mars mil sept cent trente-deux, né le même jour. Cet extrait signé Lonnes, curé de la dite église, et légalisé.

IIe degré, père et mère. Louis-Hyacinthe Le Rouge, seigneur de Guerdavid, Françoise-Renée Marigo, 1709. De gueules à un lion d’or, écartelé d’or, à trois testes de cerf de gueules, posées de front, deux et une.

Contrat de mariage de messire Louis-Hiacinthe Le Rouge, seigneur de Guerdavid, fils unique de messire François le Rouge, vivant seigneur dud. lieu de Guerdavid, et de dame Madeleine le Rouge, sa veuve, accordé le trois février mil sept cent neuf avec demoiselle Françoise-Renée Marigo, fille de messire Claude Marigo (qualifié chevalier) sieur de Villeneuve, du Guermeur, etc et de dame Hyacinthe-Christophotte Guillemin. Ce contrat passé devant Rivière et Meillon, notaires à Châteaulin.

Transaction faite le vingt cinq octobre mil sept cent cinquante-quatre sur le partage des biens de messire Joseph du Parc, vivant chevalier seigneur de Coatrescar, d’une part, et messire Louis-Hiacinthe Le Rouge, chevalier, seigneur de Guerdavid, fils unique et héritier de messire François le Rouge, seigneur de Guerdavid, qui étoit héritier principal et noble de Constance du Parc, sœur dudit Joseph du Parc, d’autre part. Cet acte reçu par Doillet notaire à Morlaix.

IIIe degré, ayeul. François Le Rouge de Guerdavid, Madeléne-Renée le Rouge du Kermeur, sa femme 1686. D’argent à une fleur de lis de sable, surmontée d’une merlette de même, becquée et membrée de gueules.

Contract de mariage de messire François le Rouge, seigneur de Renteville, fils aîné de messire Loüis le Rouge, seigneur de Guerdavid, et de dame Françoise le Rodellec, sa femme, accordé le quatorze juin mil six cent quatre-vingt six, avec demoiselle Madeleine-Renée le Rouge, dame de Kermeur, fille aînée de messire Michel Le Rouge, vivant seigneur du Kermeur, et de dame Jeanne Carion. Ce contrat passé devant Bocher notaire à Carhaix.

Sentence rendüe en la cour royale de Morlaix, le trois mars mil six cent quatre vingt dix, par laquelle est donnée acte à François le Rouge, ecuyer, seigneur de Renteville, fils aîné et héritier principal et noble sous bénéfice d’inventaire de messire Louis le Rouge, seigneur de Guerdavid, de sa renonciation à la communauté de biens qui avoient été entre le dit feu sieur de Guerdavid et feüe dame Françoise Rodellec, sa première femme, les père et mère. Cette sentence signée Négeou, greffier de ladite cour.

IVe degré, bisayeul. Loüis Le Rouge, seigneur de Guerdavid, Françoise Rodellec, sa femme, dame de Trémoguer, 1664. D’argent à deux flêches d’azur, posées en pal, l’un à côté de l’autre, les pointes en bas.

Contrat de mariage de messire Loüis le Rouge sieur de Renteville, fils aîné héritier principal et noble de messire François le Rouge, seigneur de Guerdavid et de dame Jeanne du Parc, sa femme, accordé le dix-sept février mil six cent soixante-quatre, avec demoiselle Françoise Rodellec, dame de Trémoguer, fille aînée de Michel Rodellec, ecuyer, sieur de Pencaroff et de demoiselle Marie le Dall. Ce contrat passé devant Cabou notaire en la cour de Lesneven.

Arrest rendu à Rennes le cinq avril mil six cent soixante neuf par les commissaires établis par le Roi pour la réformation des faux nobles en Bretagne, par lequel ils déclarent nobles et issus d’extraction noble, François le Rouge ecuyer, sieur de Guerdavid, et Louis le Rouge, son fils, ecuyer, en conséquence des titres qu’ils avoient représentés depuis l’an mil quatre cent quarante-neuf. Cet arrest signé Malescot.

Ve degré, trisayeul. François Le Rouge, seigneur de Guerdavid, Jeanne du Parc, sa femme, 1633. D’argent à trois jumelles de gueules, posées l’une au-dessus de l’autre en fasce.

Contrat de mariage de nobles homs François le Rouge, seigneur de Guerdavid, de Guerndoret, de Guergroas, de Guerlener, etc, accordé le vingt et un octobre mil six cent trente trois, du consentement de demoiselle Constance Bernet, sa mère, avec demoiselle Jeanne du Parc, dame de Lesquern, fille de noble et puissant messire François du Parc, Seigneur de Lezverzault, de Gueranroux, de Penanchech, etc, et de dame Françoise de la Forest. Ce contrat passé devant Corman, notaire au lieu de Guerlisguin.

Partage noble dans les successions de nobles homs Nicolas le Rouge, seigneur de Guerdavid, de Guerndoret, de Guergroas, etc, et de demoiselle Constance du Parc, sa femme, donné le quatre décembre mil six cent soixante trois par messire François le Rouge, seigneur des dits lieux, leur fils aîné, héritier principal et noble, et Isabelle le Rouge, dame de Kergroasquœr, et Guillemette le Rouge, dame de Lesder, ses sœurs. Cet acte remis par Agraffec, notaire de la juridiction de Bodister.

VIe degré, 4e ayeul. Nicolas Le Rouge, seigneur de Guerdavid, Constance le Bernet du Parc, sa femme, 1603. D’argent à trois jumelles de gueules, posées l’une au-dessus de l’autre en fasce.

Contrat de mariage de Nicolas le Rouge, ecuyer, sieur de Kerangroas, fils aîné présomptif héritier principal et noble, de noble homs Pierre le Rouge, et de demoiselle Louise de la Boüessière, sa femme, sieur et dame de Guerdavid, de Kerndoret, etc, accordé le huit décembre mile six cent trois, avec demoiselle Constance le Bernet, fille unique de François le Bernet, ecuyer sieur de Toulanlan, de Keryvon etc, et de demoiselle Isabeau le Long. Ce contrat passé devant le Diouguel et de Poligné, tabellions des cours de Morlaix et de Lanmeur.

Retrait d’une rente en froment fait le trente un janvier mil six cent huit sur Jeanne Corre, veuve de François Tallasace par Nicolas le Rouge ecuyer, sieur de Kerangroix, fils de Pierre le Rouge, ecuyer et de demoiselle Loüise de la Bouessière. Cet acte reçu par de Poligné, notaire à Morlaix.

VIIe degré, 5e ayeul. Pierre Le Rouge, seigneur de Guerdavid, Loüise de la Bouessière, sa femme, 1568. D’argent à un arbre de sinople, arraché.

Contrat de mariage de noble homme Pierre le Rouge, sieur de Kerangroas, fils aîné, héritier principal et noble d’Hervé le Rouge, ecuyer, sieur de Guerdavid et de feue demoiselle Jeanne le Ploüegroix, sa femme, accordé le vingt sept avril mil cinq cent soixante-huit, avec demoiselle Louise de la Bouessière, fille puînée de Christophe de la Boüessière, ecuyer, sieur de la Bouessière, et de demoiselle Louise Barach. Ce contrat passé devant Jégou, notaire de la cour de Morlaix.

Transaction faite le quinze novembre mil cinq cent soixante dix huit, entre demoiselle Anne le Rouge, dame de Kersallun, et Pierre le Rouge, son frère, ecuyer sieur de Guerdavid, sur les diférends qu’ils avaient pour le partage noble des biens nobles et du gouvernement noble et avantageux de nobles gens, extraits et issus de gens nobles Hervé le Rouge et Jeanne de Ploüegroix, sa femme, leurs père et mère, sieur et dame de Guerdavid, dont ledit Pierre le Rouge était le fils aîné, héritier principal et noble. Cet acte reçu par Vary, notaire de la cour de Morlaix.

VIII et IXe degré, 6e et 7e ayeul. Hervé Le Rouge II, seigneur de Guerdavid, fils de Hervé le Rouge Ier, seigneur dudit lieu,Jeanne de Ploüegroix, sa femme, 1543. D’argent à une croix de gueules, pattée.

Accord fait le neuf juillet mil cinq cent soixante cinq entre Hervé le Rouge, ecuyer, sieur de Guerdavid et Ambroise le Rouge, son frère juveigneur, ecuyer, sieur de Guerroudour, sur les diférends qu’ils avoient pour le passage des successions de nobles gens Hervé le Rouge et demoiselle Jeanne de Guizcanou, sa femme, leurs père et mère dont le dit Hervé le Rouge étoit fils aîné et héritier principal. Cet acte reçu par de la Tour, notaire de la cour de Bodister.

Transaction faite le vingt trois mai mil cinq cens quarante trois entre Hervé le Rouge, ecuyer, seigneur de Guerdavid, et Yvon Kergabin, sur les diférends qu’ils avoient en la cour de Bodister pour l’assiette de deux quartiers et demi de froment de rente que le dit Yvon Kergabin avoit droit de prendre sur les héritages dudit seigneur de Kerdavid. Cet acte reçu par Sugarde, notaire à Morlaix.

Nous, Louis-Pierre d’Hozier, juge d’armes de France, chevalier de l’ordre du Roi, conseiller en ses conseils, maître ordinaire en la Chambre des Comptes de Paris, généalogiste de la Maison de la Chambre et des Écuries de sa Majesté et de celles de la Reine, et de madame la Dauphine,

Certifions au Roi et à Son Altesse monseigneur le prince Charles de Lorraine, Grand Écuyer de France, que Charles le Rouge de Guerdavid a la noblesse nécessaire pour être admis au nombre des pages que Sa Majesté fait élever dans sa Grande Écurie, comme il est justifié par les actes énoncés dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée et dressée à Paris le 25 de janvier de l’an mil sept cent quarante huit.

[Signé : ] d’Hozier.