Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Joyeux Noël !

Tudchentil et toute son équipe vous souhaitent un joyeux Noël et une belle année 2020 !


Soutenez Tudchentil, en 2020, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Manoir du Vaumadeuc, en Pléven, possédé à l'origine par les Madeuc, seigneurs du Gué-Madeuc (XV-XVIIe siècles).
Photo A. de la Pinsonnais (2005).

Dresnay (du) - Réformation de la noblesse (1670, II)

Samedi 22 septembre 2012, texte saisi par Jean-Claude Michaud.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2018 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome III, p. 292-293.

Citer cet article

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome III, p. 292-293, 2012, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 15 novembre 2019,
www.tudchentil.org/spip.php?article779.

Télécharger l’article

Dresnay (du) - Réformation de la noblesse (1670, II)
89.8 ko.

Idées de lecture

Messieurs de Saint-Malo

Par André Lespagnol. Préface de Jean Delumeau.

Noblesse et pauvreté

Par Michel Nassiet, préface de Jean Meyer.

Noblesses de Bretagne

Sous la direction de Jean Kerhervé.

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

Sous la direction d’Alain Salamagne, Jean Kerhervé et Gérard Danet.

Les Premiers Bretons d’Armorique

Sous la direction de Pierre-Roland Giot, Philippe Guigon et Bernard Merdrignac.

>> Voir toutes nos idées de lecture.

Seigneurs de Dandrou, de Launay, etc...

Entre le Procureur General du Roy, demandeur, d’une part.

Et Jean du Dresnay, escuyer, sieur de Dandrou, demeurant à la paroisse de de Plouegat-Moisan, evesché de Treguier, ressort de Morlaix, et Philipes du Dresnay, escuier, sieur de Launay, demeurant en la paroisse de Brellevenez, evesché de Treguier, ressort de Lannion, deffendeurs, d’aultre.

Veu par la Chambre :

Les declarations faictes au Greffe d’icelle, par lesditz deffendeurs de soustenir la qualité d’escuier d’antienne extraction par eux et leurs predecesseurs prize et porter pour armes : D’or  [1] à une croix ancree de sable, accompagnee de troys cocquilles de gueulle, deux en cheff et une en pointe, en datte du 26e Aoust 1670, signé : Le Clavier, greffier.

Induction desditz deffendeurs, sur le seing de Me Philipes le Meur, leur procureur, fournye au Procureur General du Roy par du Tac, huissier, le 29e desd. mois et an, [p. 293] tandant à ce qu’ils soyent maintenus en la qualité d’escuiers et de noble d’antienne extraction et en tous les previleges, preminances, advantages atribues aux nobles de la province et estre leurs noms inseres au rolle et cathologue des nobles du ressort du siege royal de Morlaix, comme estant issus d’escuier Claude du Dresnay et de damoiselle Isabelle de Rochhuel ; ledit Claude du Dresnay estoit issu de deffunct Hervé du Dresnay et de damoiselle Anne de Lessormeil ; que ledit Hervé estoit issu de Lazare du Dresnay de son mariage avecq dame Janne de Reunancorre  [2], ainsy qu’il se void par l’induction d’escuier Pierre du Dresnay, sieur de Queramear, lequel a esté confirmé en la qualité d’escuier et noble par arest de la Chambre, et ainsy ils pretendent de sa justice que leurs conclusions leur seront adjugees, ayant deubmant faict voir leur attache audit Pierre du Dresnay, par leur induction.

Les actes et pieces mentionnees en icelle.

Et tout ce que par lesditz deffendeurs a esté mis et induit, conclusions du Procureur General du Roy, consideré.

Il sera dit que :

La Chambre, faisant droict sur l’instance, a declaré et declare lesditz Jan et Philipes du Dresnay nobles, issus d’extraction noble, et comme tels leur a permins et à leurs dessandans en mariage legitime de prendre la qualité d’escuier et les a maintenus au droit d’avoir armes et escussons timbres apartenans à ladite qualité et à jouir de tous droitz, franchises, privileges et preminances atribues aux nobles de cette province et ordonné que leurs noms seront employes au rolle et cathologue desditz nobles, sçavoir ledit Jan du Dresnay, de la jurediction royalle de Morlaix, et celuy dudit Philipes du Dresnay, de la jurediction royalle de Lannion.

Faict en laditte Chambre, à Rennes le unziesme jour de Septembre 1670.

Signé : d’Argouges.

J. C. Le Jacobin.

(Minute originale. — Archives du Parlement de Bretagne, à Rennes.)


[1Il doit y avoir une erreur, car toutes les autres branches de la famille du Dresnay avaient dans leur blason un champ d’argent.

[2Elle est nommée Janne de Menehore dans l’arrêt de maintenue de noblesse obtenu le 27 juillet 1669 par Jan du Dresnay, s. de Kerbaul.