Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Le château de Suscinio, une des résidence des ducs de Bretagne (XIII-XVe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Extrait des enquêtes faites en 1410 & 1411 sur les droits du vicomte de Léon en Cornouaille

Mardi 7 février 2006, texte saisi par Bertrand Yeurc’h.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Dom Hyacinthe Morice, Preuves, t. II, col. 849-853.

Citer cet article

Dom Hyacinthe Morice, Preuves, t. II, col. 849-853, 2006, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 27 avril 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article102.

Pour un meilleur lisibilité, les patronymes ont été mis en gras, les prénoms en italique et les noms de lieux (titré ou pas) en gars et italique. Les abréviations ont été développées entre crochets.

Cy ensuivent les Enquestes d’entre le Procureur de Cornouaille pour le Duc nostre souverain Seigneur d’une part, & noble & puissant Seigneur le Vicomte de Rohan Sire de Leon , d’autre part, commencées le 4 jour d’Aoust 1410 & 28 Janvier 1411.

Hervé Lochan de l’âge de 60 ans ou environ, Estagier du Sire de Combois sous la tenüe du dit Seigneur de Leon , tesmoin produit, recorde que puis le temps qu’il a memoire, il a veu & ouy dire & reputer comme chose notoire que le dit Vicomte est un des neuf Barons de Bretagne, & le Seig[neur] de Leon aussi Baron de Bretagne ; quelles Baronies sont & appartiennent au dit Vic[omte] de Rohan  ; & les aveu jouir & user des prerogatives de Barons. Dit de plus ce témoin que le Seigneur de Leon a plusieurs hommes Taillifs à motte selon la coutume & condition de Rivelen en ses terres de Leon & de Cornouaille, lesqueles il peut contraindre à faire residence à leurs mottes selon la dite coutume & les taillera à volonté deux fois par an, en leur laissant provision convenable pour eux, leurs femmes & leurs enfans.

Riou de Lesmez de l’âge de 62 ans ou environ, Estagier du Sire de Rostrenen , dit & recordre par son serment la même chose que le precedent tesmoin.

Guillaume Riou de l’âge de 66 ans ou environ dit qu’il a ouy dire des anciens qu’au temps d’un Seigneur de Leon appellé Hervé fieuz Mahaut, il y ot un vessel d’estrange pais, qui posa à l’ancre ou port de Camaret & s’en départit du port sans payer le devoir d’ancrage ou dit Seigneur, & ouit dire que celuy vessel fust tant poursuivi, qu’il fut prins & rendu au dit Seigneur dans le havre de Landerneau, devant son manoir de Guoeslet-forest , ou il pourist.

Jean Kerperiou de la paroisse de Crauzon , âge de 50 ans ou environ, Estagier à Catherine de Keroulas femme de Bernard de Keranrez, dit & recordre par son serment que le dit Vicomte & ses sugets ont plusieurs terres ès paroisses de Crauzon , de Camaret , de Rozcamvel , de Telgruc , de Saint Vic , de Ploemodiern & de Ploeven , & que les dites terres sont & appartiennent au dit Seigneur à cause de sa Baronie de Leon & sont nommées la terre à la condition de Rivelen, & qu’en icelles paroisses le dit Seigneur & ses sugets ont plusieurs hommes taillifs astraints à motte selon la condition d’icelle terre de Rivelen.

R. P. En Dieu Yvon de Poulmic Abbé de Saint-Grinolay du Bois de l’âge de 54 ans dit la même chose que le precedent tesmoin.

Raoul Henri de la paroisse de Camaret à Crauzon , de l’âge de 59 ans ou environ, Estagier du dit Vicomte, dit que la terre de Rivelen est issuë de la Baronie de Leon & appartient au dit Seigneur tant en domaines qu’en fiés, & qu’en icelle terre y a plusieurs hommes taillifs abstraints à motte tant qu dit Seigneur, qu’à autres nobles ses sugets.

Hervé Hirgaz, Guillaume du Fou, Bernard de Keroureuf & Guillaume de Lescuz enquis le 28 Janvier 1411 disent la même chose.

Henri de Kercaro de l’âge de 51 ans ou environ recorde qu’il ouit dire que le dit Vicomte durant l’absence de Monseigneur le Duc hors le pais de Bretagne avoit eu en partie le gouvernement du Duché, non pas en Cornouaille, mais de certain rien ne scait. Enquis touchant les droits d’ancrage dit qu’il y a un havre entre la grande mer & la ville de Pontecroix  ; que les fiefs du dit Vicomte sont du cotté du midy ; qu’il y a une pierre & une pointe de terre qui se boute dedans le dit havre ; & qu’entre cette pierre & la ville de Pontcroix la coutume ancienne de tous les vessels qui entrent au dit lieu, est deuë à Monseigneur le Duc & au Sire de Tyouarlen , & si aucuns vaisseaux sont vendus, les ventes sont deuës au dit Sire de Tyouarlen , & ainsi l’a veu regler & gouverneur. Bien est vray que les vessels qui entrent au dit havre sans passer la pierre borne & sans descendre leurs denrées, ne doivent aucune coutume. Item dit que le dit Vicomte a un Village ferant sur le dit havre entre la dite pierre & la grande mer, que l’en appelle Polgouzec , & qu’en iceluy Village aucuns Marchands font descente de vins & autres denrées, qui poyent aussi les devoirs, comme il a ouyt, mais de certain ne le scait ; & celuy endroit & les autres endroits entre la grande mer & la dite Ville sont reputez un havre appellé par aucuns Lettier Goezian  ; & dans les dites mettes a le dit Vicomte ses hommes, ses vessels mareans & ses secheries.

Gourmelon de Kernech âgé de 51 ans ou environ, estager à mondit Sieur par le moyen de Messire Riou de Rosmadec, tesmion produit par le dit Procureur & enquis sur les heritages S[aint] Alouarn à Kerlazron , recorde que il est certain que Margilie deguerpie Daniel de Saint Alouarn & mere de Jehan de Saint Alouarn avoit un estage ou tenement de terre en celle ville de Kerlazron & qu’il vit le dit Jehan ès pleds generaux de Kimpercorentin , presens les Procureurs & Officiers du dit Vic[omte] avouer Monsieur le Duc de proche Seigneur de ligence des dits estagers, & de ce qu’il avoit en celle ville ne scait si ce fut puis la mort de sa dite mere ou auparavant. Et ouyt dire par Monsieur Alain Seigneur de Tyouarlen & la Dame de Penault sa compagne, que les heritages du dit Saint Alouarn en icelle ville sont tenuz en ligence de Monsieur le Duc & du Sire de Tyouarlen en ramage, quelle Seigneurie de ramage tient le dit Sire de Tyouarlen du dit Vic[omte] à cause de la Seigneurie de Leon & en ligence de Monseigneur le Duc.

Enquis sur les droits de coutume recorde que le port de Goezian que aucuns appellent Odierne, dure de la ville de Pontecroix jusqu’à une pierre appellée le Gannereau qui est bien avant en la mer ; bien est vray qu’il y a bornes anciennes entre le dit lieu de Poulgouzec & la ville de Pontecroix  ; & quiconque passe les dites bornes doit les coutumes anciennes de ses denrées, descharge ou non ; mais au dessous d’icelles bornes devers la grande mer ne devent sinon de ce que ils deschargent. Et prend M. le Duc de coutume ancienne sur chacun tonnel de bled douze deniers, & le Sire de Tyouarlen prend deux deniers & maille & un pot de vin de chacun tonnel de vin des vaisseaux qui sont d’entre le Ras de Capsizun & le midy, & des vaisseaux qui sont de l’autre cotté d’entre le nort du dit Ras prend cinq deniers & un pot de vin de chacun tonnel & autres devoirs dessus autres denrées & les ventes des vesseaux qui sont vendus au dit havre. Et aussi prend Glazren du Fou certains devoirs dessus le vin & sel au dit havre, n’est pas certain combien. Et ouyt dire & appeler le dit havre le Port Goezian , autrement Odiern , jusqu’à de nouvel en ça que les gens du dit Vicomte ont nommé port un lieu nommé Poulgouzec , qui est ou costé & ès mettes du dit havre ; & a le dit Vicomte un Village en sa terre du dit Poulgouzec , lequel & tout le terrouer jusqu’à la ville de Pontecroix , excepté la terre des Templiers, sont tenus du dit Vicomte. Mais en celui lieu de Poulgouzec ne vit oncques aucunes denrées descendre ne prendre rien de coutume ; mais en tous les endroits du dit havre il a veu lever les dits devoirs & coutumes anciennes, & luy mesme a levé au nom du dit Sire de Tyouarlen les dits devoirs. Bien est vray que il ne vit aucun payement ne descendre faite au dit lieu de Poulgouzec  ; mais il croit & a ouy dire les dites coutumes devent estre payées au dit lieu comme aux autres endroits du dit havre de Goezian.

Daniel Daniel, Jehan Guillot & Yvon Queffreuc recordent de même que le précèdent témoin.

Maistre Geffroi le Coedic de l’âge de 70 ans ou environ, tesmoin produit du Procureur de mon dit Sieur recorde que il vit Henry Morillon & Messire Bizien Pestivien ou temps que feu Monsieur le Duc fut absent du pais, Capitaines par l’espace de six ans l’un après l’autre à Kemperlé , establis de par le Vicomte de Rohan se disant au nom du Roy, c’est à scavoir la premiere fois que Monsieur le Duc alla en Angleterre après la bataille d’ Aurai  ; & aussi furent Capitaines de Kermpercorentin Jehan Poulmic & Messire Yvon de Tresiguidy de par le Sire de Cliçon se disant au nom du Roy ; & à Conq fut le Sire du Juch que l’en disoit le tenir par don du Roy. Item a ouy dire le dit tesmoin & est voix publique que les heritages que le dit Vicomte tient ou Quemenet & en la paroisse de Penharz furent de l’heritage du Sire de Pontlabbé , & que sur certains debats meuz entre Hervé de Leon & Hervé du Pont sur la richesse du Pont le dit Hervé de Leon eut par accord les dits terroirs de Quemenet & de Penhars & a veu lettres faisant mention de laditte accordance. De plus recorde le dit tesmoin qu’il a veu la justice du Pont & la justice du dit Vicomte à Penharz par long-temps à deux posts, & que depuis quinze ans les dites justices ont été faites à quatre posts.

Maistre Macé de Keranguen de l’âge de 63 ans ou environ, tesmoin produit du Procureur de Monsieur le Duc, recorde par son serment qu’il fut present ès generaux pleds de Quimpercorentin ou le dit Jehan de Saint Alouarn à l’instigation de la Dame de Tyouarlen avoua Mons[eigneur] le Duc a proche Seigneur en ligence des heritages qu’il avoit à Kerlazrou & desavoua le dit Vicomte. Et dit que le dit Jehan luy déclara quinze jours après là ou cesluy tesmoin délivroit les pleds du dit Vicomte, que il se repentoit d’avoir fait le dit desaveu ; que celle Dame de Tyouarlen le luy avoit fait faire ; qu’il tenoit les dits heritages en ligence du dit Vicomte ; qu’il avoit lettres d’appropriement d’icelles choses par la Cour du dit Vicomte ; & que le dit Jehan pria la cest tesmoin plusieurs fois par Messagers de remedier à cest desaveu. Recorde aussi le dit tesmoin avoir veu la justice du dit Vicomte à Penharz & celle du Sire du Pont au Pontlabbé à deux posts ; n’est membrant du temps, & emprés les a veuz à quatre posts. Et mesme dit avoir veu la justice de Kemper à deux posts & que Jehan Kermoisan la fit faire de quatre posts.

Even Cren de la paroisse de Landudec âgé de 80 ans ou environ recorde par son serment, que il a ouy dire aux anciens qu’il y eut un Seigneur de Tyouarlen nommé Harscouet qui fit lever une justice près du manoir qu’il avoit ès mettes du village de Kerlazron , & que aucuns luy mirent debat de non faire ne tenir justice, & que il informa estre ramager du Seigneur de Leon , par quoy celle justice luy demeura.

Bernardon de Castel, Maurice de Kerlozreuc, Jehan Tuouerran, Hervé de Rougart, Alain Sotouet, Jehan Morice, Jehan Harscouet, Bernard de Poulmic, Henri Guilliou, Jehan Mazeas, Hervé an Mascon & Jehan de la Chambre deposent sur les mêmes faits.

Dame Plesou de Pennault Dame de Tyouarlen de l’âge de 60 ans ou environ dit & recorde par son serment qu’elle connoit la situation d’un estage & tenement de terre que avoit Margilie la femme Daniel de Saint-Alouarn en la ville de Kerlazron en la paroisse de Ploezenet au diocese de Cornouaille, & que le dit estage est tenu en ligence de Monsieur le Duc & en ramage du Seigneur de Tyouarlen . Quelle Seigneurie tient celle Dame à cause de son douaire, & est tenuë du dit Vicomte en ramage à cause de sa Seigneurie de Leon . Item recorde que les heritages que tiennent Henri de Kerardelec & sa femme, Yvon Queffrant & Hervé du Perier en celuy Village sont de la mesme tenuë. Enquise comme elle le scait, dit le scavoir par ce que le Sire de Tyouarlen a droit de chefrentes sur celles choses & que dans l’année du rachat de son feu mari, les Receveurs de Monsieur le Duc leverent les dits devoirs deuz au Sire de Tyouarlen .

Item dépose que le havre de Goezian , autrement Odierne , est tenu & reputé durer depuis la dites ville de Pontecroix jusqu’à un rochier en la mer, nommé le Gamereau , & n’y a ès dites mettes avant port, & que Monsieur le Duc prend en celluy havre d’ancienne coutumes, sur chacun tonnel de bled douze deniers, & le Sire de Tyouarlen prend tous les autres devoirs & coutumes ou dit havre, comme vente de vaisseaux, devoirs du vin, du sel, des porcs & de autres denrées & tient les dits devoir de Mons[eigneur] le Duc ligement. Et dit avoir ouy dire que le dit Vicomte a secherie en un lieu nommé Poulgaseuc , qui est d’un costé du dit havre, & qu’il y a descente de vins & autres marchandises au dit lieu, & que le Duc & le dit Sire de Tyouarlen ont & prennent les devoirs sur le bled, vin, sel & autres marchandises au dit havre. Et n’oyt dire nulle fois qu’il y eut port ne havre ou le dit Vicomte prensit aucun devoir. La deposition de Macé de Keranguen rend celle de la Dame de Tyouarlen suspecte. Yvon Jouhannic, Henry Autret & Henri Keradelec sont les dernier témoins entendus dans ces Enquêtes.

Mem[oire] de Molac .