Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Vestiges du château-fort du Guildo (Créhen), au bord de l'Arguenon, dnas la mouvance de Dinan (XIII-XVe).
Photo A. de la Pinsonnais (2008).

Nos derniers articles

  • Croc de la Robinaye - Maintenue de noblesse (1670)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 16 février 2017.

    Maintenue de noblesse de Paul Croc, dit de la Robinaye, conseiller au parlement de Bretagne, par la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne, le 24 mars 1670.

  • Rabasté - Maintenue au Conseil d’État (1672)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 11 février 2017.

    Arrêt du Conseil d’État maintenant Charles Rabasté, sieur de la Besnelaye, Claude, sieur de la Chapelle, Guy, sieur de Ponthilly, ses frères puînés, René, sieur de la Rivière, et Arnaud, sieur de la Haute-Touche, dans leur noblesse. Ils avaient été déboutés par un arrêt du 18 décembre 1670 rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne.

  • Picot - Décharge d’une taxe pour usurpation de noblesse (1701)

    par Armand Chateaugiron, le 6 février 2017.

    Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge Claude Picot, sieur de Closriviere, du payment de la somme de 2200 livres à laquelle il avait été taxé comme usurpateur de noblesse, le 1er mars 1701 à Rennes.

  • Lespronnière (de) - Maintenue au parlement de Bretagne (1677)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 1er février 2017.

    Maintenue de noblesse au parlement de Bretagne de Jean de Lespronnière et son fils, le 8 octobre 1677. Ils avaient été déboutés par la Chambre de réformation de la noblesse le 24 mars 1671.

  • Cadier - Décharge d’une taxe pour usurpation de noblesse (1704)

    par Guillaume de Boudemange, le 25 janvier 2017.

    Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge Jeanne des Timbrieux (alias de Saint-Brieux), du paiement de la somme de 2600 livres à laquelle elle avait été taxée comme héritière de Sébastien Cadier, pour usurpation de noblesse, le 4 mai 1704 à Rennes.