Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château du Châteaugiron, principalement bâti par Jean de Derval (XVe) et la famille Le Prestre (XVIIIe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Nos derniers articles

  • Henry de Kermartin - Preuves pour le Collège royal de la Flèche (1773)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 9 juillet 2018.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Jaques-Charles-Maurille Henry de Kermartin, agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le Collège royal de la Flèche.

  • Maisons nobles de Cesson (Côtes d’Armor)

    par Pascal Lorant, le 6 juillet 2018.

    Cet inventaire des maisons nobles de la paroisse de Cesson (diocèse de Saint-Brieuc) se trouve dans le fond de l’évêché de Saint-Brieuc et, d’après les dates de vies des personnes citées dans le document, nous semble être antérieur à décembre 1618.

  • Grandin - Preuves pour le Collège de la Flèche (1769)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 2 juillet 2018.

    Preuves de la noblesse de Robert-Jean-Louis Grandin de Mansigny, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le collège royal de la Flèche.

  • Extraict des registres de la chambre establie par le roy pour la reformation de la noblesse du pais et duché de Bretagne par lettres patentes de Sa Majesté du mois de janvier mil six cents soixante et huict, veriffiées en parlement le trantiesme juin ensuivant.

  • Goyon de Vaux - Preuves pour la Grande Ecurie (1734)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 18 juin 2018.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse d’Armand-Louis, fils de Guillaume Goyon de Vaux, pour son admission en tant que page dans la Grande Écurie du roi, le 12 août 1734.