Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Bogard, Quessoy, bâti par Guillaume-François de la Nouë (fin XVIIIe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Nos derniers articles

  • Bonnenfant - Induction (1671)

    par Armand Chateaugiron, le 20 août 2019.

    Induction de Julien et Jean Bonenfant à la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne suite au recouvrement des extraits des actes de baptêmes auprès des prêtres de Combourg qui refusaient de les communiquer, en mars 1671.

  • L’ancienne institution féodale du ban et de l’arrière-ban devient en Bretagne au XVIe siècle une institution militaire à part entière. Antoine Rivault étudie sa transformation et les enjeux sociaux et politiques liés au port des armes du second ordre durant les troubles de religion dans notre province.

  • Julien Bonenfant, recteur de Miniac, et Jean son père, sieur de la Villeneuve, sont interloqués devant la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne qui leur ordonne de représenter les « papiers de baptême » dont ils ont produit des extraits. La copie de l’arrêt est accompagné de la signification de l’huissier du parlement à leur procureur, ainsi que de l’assignation à comparaître donnée par un sergent royal à deux prêtres de Combourg, en février 1671.

  • Chasteaufur (de) - Réformation de la noblesse (1671)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 10 août 2019.

    Maurice de Chasteaufur, sieur de Kervolant, est maintenu noble et d’ancienne extraction noble par la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne à Rennes en 1671 ; mais est condamné à 100 livres d’amende pour s’être servi d’un document suspect de faux.

  • Le président au parlement de Bretagne Christophe-Paul de Robien (1698-1756) incarne par excellence la réussite nobiliaire en France au XVIIIe siècle. Toutefois, celui qui fut un des plus grands collectionneurs français de son temps et un érudit dynamique vit, à plusieurs reprises, ses projets échouer, notamment lorsqu’il voulut doter Rennes d’une académie.