Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Vestiges du château-fort de la Hunaudaye, forteresse des Tournemine (XIII-XVIIe).
Photo A. de la Pinsonnais (2008).

Nos derniers articles

  • Sérent (de) - Preuves pour Malte (1663)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 22 septembre 2018.

    Publié une première fois dans le Bulletin de la Société polymathique du Morbihan en 1897 par René de Laigue, puis sous un livret de quinze pages l’année suivante à Vannes (Imp. de Galles), cet article reprend la liste des pièces présentées par Pierre de Sérent en vue de son admission dans l’ordre de Malte en 1663.

  • Ermar - Réformation de la noblesse (1671)

    par Jérôme Caouën, le 19 septembre 2018.

    Arrêt de la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne octroyant à Joseph Ermart, sieur de Lieuzel, fils de feu Jean Ermart, sieur de Lieuzel, et de Mathurine Nicolaso, la qualité d’ancienne extraction, le 20 mars 1671.

  • Louis Bechameil de Nointel, intendant en Bretagne, décharge Auffray de Lescouet et Servanne Froter son épouse, héritière de dame Jeanne Alleaume de Saint-Thual sa mère, qui avait été condamnée à 2000 livres d’amende au roi pour usurpation de la qualité d’écuyer pour René Frotet son mari, le 21 avril 1698 à Rennes.

  • Quelen (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1745)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 13 septembre 2018.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse d’Urbain-Guillaume, fils de Jacques-Louis de Quelen, seigneur de Kerhoant, et d’Eleonore Le Gris, pour son admission en tant que page dans la Grande Écurie du roi, le 26 janvier 1745.

  • Lambilly (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1695)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 10 septembre 2018.

    Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Pierre-Joseph, fils de Pierre de Lambilly, seigneur de Kergrois, et de Jeanne Rolée sa femme, le 20 mars 1695, en vue de son admission comme page de la Grande Écurie du roi.