Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Lorge, en l'Hermitage, bâti au XVIIIe siècle par Guy-Nicolas de Durfort.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Nos derniers articles

  • Lesmeleuc (de) - Preuves pour Malte (1579)

    par Armand Chateaugiron, le 14 mai 2018.

    Procès-verbal des preuves de noblesse de Maurice et François de Lesmeleuc, frères, enfants de feu Jean et de Françoise de la Mare, seigneur et dame de Belleville, la Bourdonnaye, etc, présentés par leur frère Guillaume pour être reçu chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en mai 1579

  • Coëtlogon (de) - Preuves pour les Ecoles royales militaires (1783)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 7 mai 2018.

    Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Louis-Marc-Anne, fils de Jean-Marie de Coëtlogon, chef de nom et d’armes, et de Jeanne Nouël de Kersalaun son épouse, en vue de son admission dans la Grande Écurie, en octobre 1783.

  • Hamon - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 3 mai 2018.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur d’Olivier Hamon, sieur du Cottier, ses enfants et autres, rendu à Rennes par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1669.

  • Bouëtier (du) - Preuves pour la Grande Ecurie (1741)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 30 avril 2018.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Vincent-Caradec, fils de François du Bouëtier, seigneur de Quellenec, et de Marie Briand son épouse, en vue de son admission dans la Grande Écurie, en juin 1741.

  • Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Michel-Armand, fils de Guillaume-Jacques de Cornouaille, seigneur de Kerlez, en vue de son admission dans les Écoles royales militaires, le 20 octobre 1786.