Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Joyeux Noël !

Tudchentil et toute son équipe vous souhaitent un joyeux Noël et une belle année 2019 !


Soutenez Tudchentil, en 2019, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Nos derniers articles

  • Marche (de la) - Preuves pour la Petite Ecurie (1739)

    par Armand Chateaugiron, le 15 janvier 2019.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de François-Louis, fils de Louis de la Marche, seigneur de Kerfors, et d’Anne de Botmeur, sa femme, le 13 mai 1739, en vue de son admission comme page de la Petite Écurie du roi.

  • Le livre « Guingamp - Etudes pour servir à l’Histoire du Tiers-Etat en Bretagne », écrit par Sigismond Ropartz, a été publié chez Prud’homme à Saint-Brieuc en 1859, Jean-Yves Marjou en a réalisé l’index en décembre 2018 pour Tudchentil.

  • La Guerche - Erection en marquisat, visite (1683)

    par Armand Chateaugiron, le 4 janvier 2019.

    Procès-verbal de la visite du marquisat de la Guerche, à Saint-Brévin et Paimboeuf, suite à son érection en marquisat en faveur de René de Bruc, seigneur de la Guerche et de Monplaisir, par Christophe Fouquet, président à mortier au parlement de Bretagne, Louis de la Roche et Miche d’Espinose, conseillers audit parlement, en septembre 1683.

  • Bertaut - Décharge et maintenue de noblesse (1698)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 30 décembre 2018.

    Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge Jean Bertaut, sieur du Hertré, de l’assignation à lui donnée afin de présenter les titres justifiant sa noblesse, et le maintient en cette qualité.

  • Fleuriot de Langle - Preuves pour la Grande Ecurie (1762)

    par Karl Enz, le 25 décembre 2018.

    Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Sébastien-Jérôme-Charlemagne, fils de Charlemagne Fleuriot, vicomte de Langle, et de Jacquemine de Varennes, sa femme, le 20 avril 1762, en vue de son admission comme page de la Grande Écurie du roi.