Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

La Roche-Jagu en Ploëzal, édifié en 1405 par Catherine de Troguindy après autorisation du duc Jean V.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Becdelièvre du Brossay (de) - Preuves de noblesse pour la Grande Écurie (1786)

Dimanche 5 février 2023, transcription de Tugdual Le Rouge de Guerdavid.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de Franc, département des Manuscrits, Français 31258 (Nouveau d’Hozier 33), dossier Becdelievre, folio 8.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de Franc, département des Manuscrits, Français 31258 (Nouveau d’Hozier 33), dossier Becdelievre, folio 8, transcrit par Tugdual Le Rouge de Guerdavid, 2023, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 12 mars 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1592.

Becdelièvre du Brossay (de) - Preuves de noblesse pour la Grande Écurie (1786)

Télécharger ou imprimer cet article
148.1 kio.

Lecture

Les pages des Ecuries du Roi, par Gaston de Carné, nouvelle édition, 9,90€.

Bretagne, Grande Écurie, 1786

 

Preuves de la noblesse de Louis-Clair de Becdelievre du Brossay agréé ... [1]

 

De sable à deux croix haussées et fleuronnées d’argent, ayant le pied fiché, et une coquille aussi d’argent posée à la pointe de l’écu.

 

1er degré, produisant – Louis-Clair de Becdelievre du Brossay, 1771.

Extrait des registres de baptemes de la paroisse de Guemené Penfao, subdelegation de Blain, diocese de Nantes, portant que Louis-Clair, fils de Pierre Louis de Becdelievre, ecuyer, seigneur du Brossay, Cannée etc., et de dame Rose Elisabeth Orthion, son epouse, naquit et fut baptisé le 24 aoust 1771. Cet extrait delivré par le sieur David, vicaire de ladite paroisse, et légalisé.

 

IIe degré, père et mère – Pierre-Louis de Becdelievre, seigneur du Brossay, Elisabeth Rose Orthion de la Peniciere, sa femme, 1766.

Contrat de mariage de messire Pierre-Louis de Becdelievre, seigneur du Brossay et du Canaye, fils majeur de feu messire Alexandre de Becdelievre, seigneur desdits lieux, et de dame Françoise Marie Moraud, accordé le 5 decembre 1766 avec demoiselle Elisabeth Rose Orthion de la Peniciere, fille de monsieur maître Jean Orthion, ancien senechal et provost d’Ancenis, et dame Elisabeth Michel, seigneur et dame de la Peniciere et de la Hardiere. Ce contrat passé devant Papin Le Jeune, notaire royal.

Partage noble fait le 7 decembre 1764 entre messire Pierre-Louis de Becdelievre, seigneur du Brossay, Canez etc., fils et heritier principal et noble de feu messire Gabriel Alexandre de Becdelievre et de dame Marie Françoise Moraud, sa veuve, et demoiselle Lucrece Augustine de Becdelievre, fille puinée dudit défunt. Ce partage signé de Becdelievre, Becdelievre, etc.

 

IIIe degré, ayeul – Alexandre Gabriel de Becdelievre, seigneur du Brossay, Françoise Marie Moraud, sa femme, 1736. De sable a trois coquilles d’argent posées deux et une.

Contrat de mariage de messire Alexandre Gabriel de Becdelievre, seigneur du Brossay, fils ainé héritier principal et noble de feu messire René François de Becdelievre, seigneur du Brossay, et de dame Gabrielle Saulnier, accordé le 12 septembre 1735 avec demoiselle Françoise Marie Moraud, fille de feu messire Louis Joseph Moraud, seigneur du Deron, de Launay etc., commandant de messieurs de la noblesse de l’eveché de Nantes, et de dame Françoise de Montaudouin, sa veuve. Ce contrat passé devant Huby et Gascart, notaires.

Acord fait sous seings privés le 26 octobre 1739 entre messire Alexandre Gabriel de Becdelievre, seigneur du Brossay, fils et seul héritier principal et noble de feu messire René de Becdelievre, seigneur du Brossay, et ses oncles et tantes, sur leurs droits dans les successions des dames Rouaud de [folio 8v] Treguel, tantes dudit feu seigneur de Brossay. Cet acte signé Alexandre de Becdelievre, Pierre de Becdelievre, etc.

 

IVe degré, bisayeul – René François de Becdelievre, seigneur du Brossay, Gabrielle Saunier, sa femme, 1713.

Contrat de mariage de Messire René-François de Becdelievre, fils ainé principal et noble de Messire Gabriel Becdelievre, seigneur du Brossay, et de dame Gillonne Rouaut, acordé le 15 fevrier 1713 avec demoiselle Gabrielle Saunier, dame de Roherman, fille unique de noble homme Georges Saunier et de dame Marguerite Becdelievre son épouse. Ce contrat passé devant Reffray et Guyhou, notaire.

Partage noble donné le 20 juin 1731 par messire René François Becdelievre, seigneur du Brossay, fils ainé heritier principal et noble de feu messire Gabriel Becdelievre et de demoiselle Gilonne Rouaud, seigneur et dame du Brossay, à ses frères et sœurs, enfants puinés desdits defunts. Cet acte signé Becdelievre du Brossay, Pierre Becdelievre, Magdelaine Becdelievre, etc.

 

Ve degré, trisayeul – Gabriel de Becdelievre, seigneur du Brossay, Gillonne Rouaud sa femme, 1683. D’argent a six coquilles de gueules posées trois deux et une.

Contrat de mariage de messire Gabriel Becdelievre, seigneur du Broussay, fils ainé principal et noble de défunt messire Claude Becdelievre et de dame Gilonne Costard, seigneur et dame de la Motte, acordé le 11 septembre 1683 avec demoiselle Gillonne Rouaud, dame de Lanvaux, fille de messire René Rouaud et de dame Marguerite Maudet, seigneur et dame de Triguel et Lanvaux. Ce contrat passé devant Ch. Bougot et J. Bougot, notaires.

Sentence rendue en la cour de Derval, le 25 juin 1680, par laquelle Gabriel Becdelievre, ecuyer, sieur du Brossay, fils et heritier principal et noble de defunts Claude Becdelievre, ecuyer, et dame Gilonne Costard, sieur et dame de la Motte et du Brossay, est emancipé en vertu des lettres de dispense d’age par lui obtenues et données a Rennes le 22 may precedent. Cette sentence signée Janot, greffier.

 

VIe degré, IVe ayeul – Claude de Becdelievre, seigneur de la Motte, Gilonne Costard, sa femme, 1669.

Arrest rendu le 27 juin 1669 en la chambre établie pour la réformation de la noblesse du pays et duché de Bretagne par laquelle, vu les titres representés par dame Gilonne Costard, veuve de Claude Becdelievre, ecuyer, seigneur de la Motte, fils de François Becdelievre, ecuyer, sieur de Saint Maure, et de dame Françoise Le Marchand, et tutrice de Gabriel Becdelievre, ecuyer, sieur de la Motte et du Brossay, fils dudit feu seigneur de la Motte et d’elle, ladite cour declare ledit Gabriel Becdelievre, noble et issu d’ancienne extraction noble. Cet arrest signé Malescot.

Partage des biens de defunts François Becdelievre, ecuyer, et demoiselle Françoise Le Marchand, sa femme, sieur et dame de Saint Maure, donné le 19 septembre 1642 par René [folio 9] Becdelievre, ecuyer, sieur de Saint Maure, leur fils ainé et heritier principal et noble, à Guillaume et Claude Becdelievre, ecuyer, sieurs de Penhouet et la Motte, ses freres, enfans puisnés desdits defunts. Cet acte reçu par Georges et Fontaine, notaires.

 

VIIe degré, Ve ayeul – François de Becdelievre, seigneur de Saint Maure, Françoise Le Marchand, sa femme, 1623.

Compte fait le 5 mars 1623, entre François Becdelievre, ecuyer, sieur de Sainct Maure et de Penhouet, demeurant en sa maison de Penhouet, paroisse de Maure, et Jean Denis et Pierre Denis, des jouissances de la maitairie de Sainte Maure, que lesdits Denis avaient eu en consequence des fermes faites, tant avec demoiselle Gregorine de la Corbiniere, mère dudit seigneur de Saint Maure, qu’avec ledit seigneur de Saint Maure même. Cet acte passé devant Marchand, notaire de la cour du Boisbasset.

Partage de la succession de feus nobles gens Pierre Le Marchand et demoiselle Jeanne Bouexie, sa compagne, sieur et dame de la Guitais, fait le 4 avril 1617, entre François Becdelievre, ecuyer, et demoiselle Françoise Le Marchand, sa compagne, sieur et dame de Saint Maure, et les frères et sœurs de ladite demoiselle Le Marchand, enfans et héritiers desdits feus sieur et dame de la Guitais. Cet acte passé en lieu et maison de la Gerinais, devant Gougeon, notaire.

Sentence rendue le 8 janvier 1611, par laquelle François Becdelievre, seigneur de Sainct Maure, fils de feus François Becdelievre, seigneur du Gouvello et de Saint Maure, et de dame Gregorine de la Corbiniere, est nommé tuteur de ses sœurs. Cette sentence employée dans l’induction d’actes présentés en 1669 a la chambre de la réformation de la noblesse de Bretagne par Guillaume Becdelievre, ecuyer, sieur de Penhouet.

 

VIIIe degré, VIe ayeul – François de Becdelievre, seigneur du Gouvello, Gregorine de la Corbiniere, sa femme, 1603.

Déclaration faite le 7 juillet 1603, par demoiselle Gregorine de la Corbiniere, dame du Gouvello, veuve de François Becdelievre, ecuyer, sieur du Gouvello, conseiller du roy en sa cour de parlement de Bretagne, et tutrice des enfans de leur mariage, savoir des heritages qu’elle tenoit noblement de la seigneurie du comté de Maure, tombés en rachapt par le décès dudit sieur du Gouvello arrivé en ladite année 1603. Cet acte passé au lieu de Saint Maure, près la ville de Maure, devant Marchand et de la Bouere, notaires.

[folio 9v] Contrat de mariage de nobles gens Jean Faurel, sieur de la Vallée, acordé le 15 may 1575 avec demoiselle Julienne Becdelievre, fille de Pierre Becdelievre, ecuyer, seigneur du Boisbasset, et de demoiselle Jacquine du Masle, et assisté de Jean Becdelievre, ecuyer, sieur du Boisbasset, son frere aisné, et de noble homme François Becdelievre, sieur du Gouvello, son frere germain. Ce contrat passé devant Yves de Seclenche, notaire.

 

IXe degré, VIIe ayeul – Pierre de Becdelievre, seigneur de Boisbasset, Jacquine du Masle, sa femme, 1545.

Arrest rendu en la cour de parlement de Bretagne le 3 avril 1545 avant Pasques, entre Gilles Le Prèbtre, seigneur de la Louhiere, demandeur, et Pierre Becdelievre, ecuyer, seigneur de Boisbasset, deffendeur, par lequel sur ce que le demandeur concluoit a ce quil fut declaré que la jouissance de la terre et seigneurie de Boisbasset luy appartenoit par tant de tems que ledit demandeur et ses predecesseurs avoient été en deffaut de luy faire hommage de ladite terre depuis la transaction du seigneur de Juch, garant de defuncts Jeanne de Bourgneuf et Louis Becdelievre, ayeulle et pere dudit deffenseur, du 14 fevrier 1515, de la quelle demande le deffendeur ayant été absous par sentence du senechal de Ploermel et le demandeur en ayant appellé ; veu les production des dites parties, il est dit qu’il avait été bien jugé par le senechal de Ploermel. Cet arrest signé Berruyer.

 

Nous Denis-Louis d’Hozier, … [2] certifions ... [3] à Paris le dix huit mars mil sept cent quatre vingt six.

[Signé] d’Hozier [4].


[1Ainsi en blanc, la formule n’est pas terminée.

[2Idem, ainsi en blanc.

[3Idem.

[4Cette signature est de la main d’Hozier