Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

La Roche-Jagu en Ploëzal, édifié en 1405 par Catherine de Troguindy après autorisation du duc Jean V.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Quélo - Réformation de la noblesse (1668)

Mardi 8 janvier 2013, texte saisi par Jean-Claude Michaud.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome I, p. 470-475.

Citer cet article

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome I, p. 470-475, 2013, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 21 août 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article826.

Télécharger l’article

Quélo - Réformation de la noblesse (1668)
99.6 ko.

Seigneurs de Cadouzan, de Kerdrean, etc…

Quelo
D’azur à trois taffs d’argent.

Extraict des registres de la Chambre establye par le Roy pour la reformation de la Noblesse du pais et duché de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté du mois de Janvier dernier, verifiees en Parlement [1] :

Entre le Procureur General du Roy, demandeur, d’une part.

Et messire Yves Quelo, sieur de Cadouzan, fils et heritier principal et noble de deffunct messire René Quelo, vivant conseiller au Parlement, deffendeur, d’autre part [2].

Veu ladicte Chambre :

L’extrait de comparution faite au Greffe d’icelle par ledict deffendeur, le 24e Septembre 1668, contenant sa declaration de maintenir la qualité d’escuyer et noble chevalier, par luy prise et ses predecesseurs, et porter pour armes : D’azur à 3 taffs [3] d’argent.

Carte genealogique de la maison dudit deffendeur, au frontispice de laquelle [p. 471] lequel [4] la qualité et comportement noble est justiffié, et recogneu que ledict Jacques Quelo et ses predecesseurs estoient nobles, se sont gouvernes advantageusement en leurs partages, mesme que Silvestre Quelo, fils de ladicte Françoise [5], etoit heritier principal et noble d’icelle Guyomart, en datte du 12e Octobre 1625, deuement signé et garenty.

Autre contract de mariage d’ecuyer René de Querpoisson, sieur de Querallan, fils mineur de deffunct escuyer David de Kerpoisson et de damoiselle Gillette du Masle, ses pere et mere, vivans sieur et dame de Querallan, avecq damoiselle Jeanne Quelo, fille puisnee dudict escuyer Jacques Quelo, sieur de Querdrean, de son mariage avec ladicte Guyomart, sa premiere femme, par lequel son pere lui donne pareillement partage, et ou les memes qualites de noble et le comportement avantageux est pareillement recogneu, en datte du 16e Octobre 1619, deuement signé et garenty.

Acte de tutelle faitte en ladicte jurisdiction de la Rochebernard, des enfans mineurs dudict Jacques Quelo, de son second mariage avec ladicte damoiselle Renee Guilloré, par lequel il se void que dudict mariage issut ledict René Quelo, pere du deffendeur, et que ladicte Guilloré fut instituee tutrice, de l’advis et consentement des parents desdicts mineurs, en datte du 17e de Septembre 1625, duement signé et garenty.

Autre acte d’emancipation dudict René de Quelo, faite en ladicte jurisdiction de la Rochebernard, auquel il est qualifié fils unique, principal et noble dudict Jacques Quelo, de son mariage avecq damoiselle Renee Guilloré, et ou la qualité d’escuyer est employee, en datte du 25e Febvrier 1633, deuement signé et garenty.

Contrat de mariage d’entre nobles gens Yves Quelo, sieur de Querdrean, et damoiselle Yvonne de Kerveno, fille aisnee de la maison de Kerroux, en datte du 14e Mars 1562, signé par collationné : Descartes, de Lorgeril et Frangeul.

Requeste dudict deffendeur, portant la commission dudict sieur Descartes, conseiller rapporteur, pour proceder au susdict collationné, avecq la signiffication au pied, en datte du 12e Novembre dernier.

Proces verbal dudict sieur Descartes, conseiller, touchant le susdict collationné, du 26e Novembre aussi dernier.

Lettres obtenues en la Chancellerye de ce pays, par ledit Jacques Quelo, qualifié escuyer, sieur de Querdrean, pour etre mis en l’administration de ses biens, attendu sa [p. 472] minorité, par lesquelles les juges de la juridiction de Canzillon sont commis pour l’induire en l’administration et disposition de sesdicts biens et descharger Jean Guillou, escuyer, sieur de la Rochelays, son beau-pere de sa charge de tutelle et curatelle, tenant et rendant compte, sans touttefois que ledict Jacques Quelo eust peu vendre ny allienner aucuns de ses heritages, durant sa minorité, sans l’advis et consentement de ses parents. Lesdictes lettres signees, par le Roy, à la relation du Conseil : Savary, et scellees.

Acte de minu et adveu rendu par ledict Jacques Quelo, qualifié noble homme, sieur de Querdrean, à hault et puissant François Tournemine, chevalier de l’Ordre du Roi, seigneur baron de Campzillon, des maisons, terres et heritages qu’il tenoit et possedoit noblement, à foy, hommage et rachapt, dudict seigneur de Campzillon, par le deceds de feu noble homme Yves Quelo, son pere, vivant sieur de Querdrean, en datte du 14e Aoust 1586, deuement signes et garentys.

Acte d’hommage faict par ledict Jacques Quelo, aux susdictes qualites, de ladicte maison noble de Querdrean et autres terres mentionnees aux susdicts adveu, en datte du 25e May 1601, deuement signé et garenty.

Autre acte d’adveu et minu rendu au Roi par ledict Jacques Quelo, qualifié noble homme, sieur de Querdrean, des terres et heritages qu’il possedoit, à foy, hommage et rachapt, par le deceds dudict Yves Quelo, son pere, et de ladicte damoiselle Isabeau le Bihan, son ayeulle, en datte du 24e Avril 1618, duement signé et garenty.

Deux arrests de la Chambre des Comptes, portant reception dudict adveu, dans lesquels les qualites d’escuyer sont employees, en datte du 26e Avril 1618 et 17e Juin 1620, deuement signes, garentys et scellez.

Autre acte d’adveu pareillement rendu par ledict Jacques Quelo, qualifié d’escuyer, audict seigneur baron de Campzillon, des terres et heritages nobles lui eschus par le deceds desdicts deffuncts noble gens Yves Quelo, son pere, et Yvonne de Querveno, sa mere, en datte du 2e Juillet 1621.

Autre acte d’adveu, pareillement rendu au Roy par ledict noble homme Jacques Quelo, sieur de Querdrean, des heritages lui advenus par le deceds desdicts Yves Quelo, son pere, et damoizelle Isabeau le Bihan, son ayeulle, en datte du 17e Juin 1587, duement signes et garentis et scelles.

Autre acte d’adveu rendu au Roy par noble homme Yves Moris, sieur du Parc, au [p. 473] nom et comme tuteur et garde de noble homme Yves Quelo, sieur de Querdrean, qualifié fils aisné, heritier principal et noble de noble homme Claude Quelo, en datte du 21e Juin 1550, auquel acte est raporté que ledict Claude Quelo avoit esté notoirement durant le cours des grandes guerres, pris sur mer par les Anglois ou leurs allies et mis à rançon, et en iceluy lieu estre decedé, et declaroit ledict curateur par iceluy qu’il y avoit deux douairieres en ladicte maison, scavoir damoiselle Perrine Pineau, mere dudict Claude Quelo, et Isabeau le Bihan, femme dudict Claude, faisant protestation pour ledict ....... [6] et pour ledict Yves, son fils, que d’autant que ledict Yves Quelo ne seroit decedé et que ladicte cour jouiroit, de repetter les jouissances que ledict seigneur de Campzillon pouroit faire par son recepveur, à la raison.

Acte de partage noble et advantageux donné par ledict Yves Quelo, en qualité de fils ainé, heritier principal et noble dudict Claude Quelo, à damoiselle Marguerite Quelo, sa sœur, tant en la succession dudict Claude, leur pere, qu’en celle de Raoul Quelo, leur frere commun, decedé sans hoirs de corps, sur ce qu’il en pouvoit apartenir à ladicte Marguerite, dans lequel acte il est raporté entr’autres que ladicte Quelo payeroit seulement le tiers des dettes, et ledict Yvon Quelo, les deux tiers, en datte du 20e Decembre 1561, deuement signé et garenty. Acte d’adveu rendu audict seigneur de Campzillon, par ledict Yvon Quelo, des heritages lui escheuz par le deceds dudict Claude Quelo, son pere, auquel la qualité de noble et de sieur de Kerdrean est employee, en datte du 29e May 1564, deuement signé et garenty.

Acte de partage noble et advantageux donné par ledict Claude Quelo, comme fils aisné, heritier principal et noble dudict Yvon Quelo, à Françoise Quelo, sa soeur jouveugneure, en la succession dudict Yvon, leur pere commun, par lequel se justiffie le mariage dudict Yvon Quelo avecq ladicte Perrine Pineau, et que ledict Claude estoit leur fils aisné, heritier principal et noble, en datte du 1er jour de Febvrier 1544, deuement signé et garenty.

Acte de transaction passe entre Guy Quelo et Yves Quelo, son frere juveigneur, sur le suject du partage pretendu par ledict Yvon, en son nom et ayant les droits de damoiselle Guillemette Quelo, sa sœur, en la succession de Jan Quelo, leur pere, sur ce [p. 474] qu’il lui pouvoit etre deub en la succession de Jeanne Quelo, sœur commune, en ce qu’elle possedoit de meubles et heritages roturiers, et se void que ledict Guy Quelo est qualiffié fils aisné, heritier principal et noble dudict Jan, en datte du 12e Aout 1502, deuement signé et garenty.

Acte d’accord passé entre Silvestre de la Lande et Yvon Quelo, qualifié, fils aisné, heritier principal et noble dudict Jan Quelo, touchant une rente censive luy deue par ledict de la Lande, en datte du 24e Janvier 1510, deuement signé et garenty.

Extraict de la Chambre des Comptes de cette province, levé le 13e Decembre, presant mois et an, dans lequel entre autres choses est raporté qu’aux montres generalles des nobles et anoblis et autres tenans fiefs nobles de l’evesché de Nantes, tenues audict Nantes par noble homme messire Jan Chauvin, chevalier, seigneur de Lespronniere, et Guillaume de Chavigné, conseillers du Roy, en l’annee 1472, auroit comparu Jan Quelo, jusarmier, lequel avoit choisy le sire de Rieux à capitaine ; et qu’aux montres des nobles et autres tenans fiefs nobles au terrouer de Guerrande, tenues audict lieu par les commissaires deputes de Sa Majesté, auroit comparu, soubs la paroisse de Batz, en l’an 1476, Jan Quelo, à un cheval, en habillement de brigandine, sallade, banniere (?), vouge, espee et dague. Ledict extraict signé et garenty.

Lettres de conseiller honoraire, obtenues par ledict messire René Quelo, conseiller en la Cour, en consideration de plusieurs bons et agreables services par lui rendus à Sa Majesté, comme plus au long est contenu auxdictes lettres, en datte du dernier jour de Decembre 1656, signé : Louis, et plus bas, par le Roy : de Lomenie, et scellees.

Requeste predentee à la Cour par ledict Quelo, affin d’enregistrature d’icelles.

Arrest de ladicte Cour, portant l’entherinement desdictes lettres, en datte du 13e jour de Janvier 1653, signé : Reminiac.

Induction des susdicts actes dudict deffendeur, fournie au Procureur General du Roy, le 16e de Decembre dernier, tendante et les conclusions y prises à ce qu’il pleust à ladicte Chambre de maintenir ledict deffendeur aux qualites de messire, escuyer et chevalier, comme estant d’ancienne extraction et gouvernement noble, et dans tous les droits, honneurs, prerogatives et preseances deus et attribuez à personnes nobles, et à porter, comme ont faict ses predecesseurs, armes timbrees, et en consequence ordonner qu’il seroit inseré dans le catalogue des autres gentilshommes du comté Nantois.

[p. 475] Et tout ce qu’a eté mis vers ladicte Chambre, au desir de sadicte induction, conclusions du Procureur General du Roy consideré.

La Chambre, faisant droit sur l’instance, a declaré et declare ledict Yves Quelo noble et issu d’extraction noble, et comme tel lui a permis et à ses descendants en mariage legitime, de prendre la qualité d’escuyer et les a maintenus au droit d’avoir armes et escussons timbrez apartenans à leur qualité et à jouir de tous droits, franchises, preeminances et privileges attribues aux nobles de cette province, a ordonné que son nom sera employé au roolle et catalogue des nobles de la senechaussee de Nantes.

Faict en ladicte Chambre, le dernier jour de Decembre 1668.

Signé : Malescot.

(Copie ancienne . — Bib. Nat. — Cabinet des titres. Nouveau d’Hozier, vol. 277.)


[1NdT : Texte saisi par Jean-Claude Michaud pour Tudchentil.

[2M. des Cartes, rapporteur.

[3NdT : pour tau, ou croix de Saint-Antoine.

[4NdT : L’original passe ainsi de la page 470 à la page 471. Il y a visiblement une erreur de l’imprimeur qui nous prive d’une partie de cet arrêt.

[5Il faut évidemment lire Elizabeth au lieu de Françoise.

[6Ainsi en blanc dans cet arrêt.