Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Champtocé, où naquit Gilles de Laval, seigneur de Rais (XIII-XVIe siècles) .
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Gaudrion (de) - Réformation de la noblesse (1670)

Mercredi 10 octobre 2012, texte saisi par Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome IV, p. 165-170.

Citer cet article

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome IV, p. 165-170, 2012, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 27 juillet 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article786.

Télécharger l’article

Gaudrion (de) - Réformation de la noblesse (1670)
150.7 ko.

Seigneurs de Favrolles, de Villemorvuz, etc...

Gaudrion (de)
D’or à six coquilles d’azur, trois en chef et trois en pointe, et un chevron de mesme.

D’or à six coquilles d’azur, trois en chef et trois en pointe, et un chevron brizé de mesme.

Extrait des registres de la Chambre établie par le Roy pour la reformation de la Noblesse de la province de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté, du mois de Janvier 1668, veriffiee en Parlement le 30e Juin ensuivant :

Entre le Procureur General du Roy, demandeur, d’une part.

Et Jacques de Gaudrion, escuyer, sieur de Favrolle, et escuyer Malo-Pelage de Gaudrion, son fils aisné, demeurant à sa maison de Villemorvuz, parroisse de Pledihen, eveché de Dol, ressort de Rennes, François, Georges et Jaques de Gaudrion, ses fils puisnez, deffendeurs, d’autre  [1].

Veu par laditte Chambre :

Les declarations faites au Greffe d’icelle par lesdits deffendeurs, de soutenir les quallittes d’escuyer et de nobles par eux et leurs predecesseurs prises et avoir pour [p. 166] armes : D’or à six coquilles d’azur, trois en chef et trois en pointe, et un chevron brisé  [2] de mesme, en datte du 10e de ce mois 1668, signées : le Clavier, greffier.

Induction dudit Jacques de Gaudrion, deffendeur, sur le seing de maistre Guy Bouvet, son procureur, signiffiee au Procureur General du Roy par Testard, huissier, l’11e Avril 1669, par lequel il soutient estre noble, issu d’antienne extraction noble, et comme tels debvoir estre, luy et se posterité nee et à nestre en loyal et legitime mariage, maintenus dans la qualité d’escuyer et dans tous les droits, privileges, preeminances, exemptions, immunites, honneurs, prerogatives et advantages attribues aux antiens et veritables nobles de cette province et qu’à cet effet ils seront employes au roolle et cathalogue des nobles de la senechaussee de Rennes.

Pour etablir la justice desquelles conclusions articule à faits de genealogie qu’il est issu de Jaques de Gaudrion, escuyer, sieur de Poulanon et du Mouceau, qui eut pour fils Louis de Gaudrion, sieur du Mouceau, duquel, de son mariage avec dame Marie de Forestin, issut Jan Gaudrion, escuyer, sieur de Chaillou et de Favrolles, qui epouse en premierre nopces dame Magdelainne du Hallot, dont il n’eut d’enfans, et en seconde nopces dame Hellaine de Sanssavoir, desquels et de leur mariage issut ledit Jacques Gaudrion, sieur de Favrolles, qui a epousé dame Margueritte de Saint-Meleuc, dont est issu ledit Malo-Pelage de Gaudrion, son fils aisné, François, Georges et Jacques de Gaudrion, ses fils puisnez ; lesquels se sont tousjours comportes et gouvernes noblement et avantageusement, tant en leurs personnes que partages, ont pris les qualittes d’escuyer et de nobles et portes les armes cy devant declarees, ce que pour justiffier :

Sur le degré dudit Jacques de Gaudrion, bizayeul dudit sieur de Favrolles, sont raportees trois pieces :

La premiere est une sentence rendue par les commissaires de la generalité du Berry, pour la verification des tiltres de noblesse, par laquelle Jacques de Gaudrion, escuyer, seigneur du Mouceau, ayant sufizemment verifiez son extraction de noblesse, auroit esté ordonné qu’il jouiroit des privileges, franchizes et exemptions attribuees aux nobles du royaume, en datte du 23e Mars 1539.

La seconde est une transaction passee entre noble homme François de Gaudrion, escuyer, archer du corps du Roy, et noble homme Louis Gaudrion, escuyer, seigneur [p. 167] du Mouceau, touchant l’avantage qui avoit esté fait par Jacques de Gaudrion, escuyer, seigneur de Poulanon, leur pere, touchant l’avantage qu’il avoit fait audit Louis, son fils puisnez, au prejudice dudit François, son fils aisné, du 20e de Feuvrier 1547.

La troisieme est un contrat de mariage passé entre noble homme Louis Gaudrion, sieur de Chaillou, fils de feu Jacques Gaudrion, escuyer, sieur dudit lieu, et damoiselle Marie de Forestin, fille de noble homme Lorans de Forestin, escuyer, sieur de Coubloux, du 15e Mars 1553.

Sur le degré dud. Louis sont raportees dix pieces :

La premiere est un extrait du registre du ban et arriereban du bailliage de Blois, portant excuze pour Louis de Gaudrion, escuyer, sieur de Chaillou, attendu qu’il estoit l’un des geans d’armes de la compagnie de monsieur le duc d’Anjou, ou il servoit actuellement, en datte du dernier Septembre 1569.

La seconde est un contrat de mariage d’entre Jan Gaudrion, escuyer, sieur de Chaillou, fils de deffunt Louis Gaudrion, escuyer, sieur de Chaillou, et damoiselle Magdelainne de Hallot, fille de Jan de Hallot, escuyer, seigneur d’Ormeville, en presence de reverend pere en Dieu messire Jacques Gaudrion, conseiller, aumosnier du Roy, abbé de Notre Dame de Josapha, et Louis Gaudrion, chanoine en l’eglise cathedrale de Luçon, frere dudit Jan, du 11e Decembre 1610.

La troisieme est un autre contract de mariage dudit Jan Gaudrion, avec damoiselle Hellainne de Sanssavoir, [fille de feu Jan de Sanssavoir,] vivant escuyer, sieur de Bourique, et de damoiselle Ester d’Alonville, en datte du 11e Feuvrier 1621.

Les quatre et cinquieme sont deux actes tires des archives de l’abbaye de Josaphat, portant l’affeagement et anfiteoze de la terre de Favrolles, dependant de ladite abbaye, faite par ledit Jan Gaudrion, des 10e Feuvrier 1617 et 23e Mars 1621.

Les cinq suivantes sont baux à fermes de laditte terre de Favrolles et actes dans lesquels laditte qualitté d’escuyer est employee audit Gaudrion, des 26e Mars 1627, 22 et 29e Decembre audit an et 28e Feuvrier 1630.

Sur le degré de Jan de Gaudrion, pere dudit sieur de Favrolles, deffendeur, sont raportees deux pieces :

La premiere est une tonsure donnee à Jacques de Gaudrion, escuyer, sieur de Favrolles, fils de Jan de Gaudrion et de dame Helaine de Sanssavoir, sieur et dame de Favrolles, du 7e Aoust 1636.

[p. 168] La seconde est un collationné fait pardevant les notaires du Chatelet de Paris, d’une grosse originalle de transaction passee le 13e Juin 1662, entre escuyer Jacques de Jarnage, sieur des Aubruris, mary de damoiselle Catherinne de Gaudrion, et messire Alexandre Barun, seigneur de Chastenay, proprietaire de la terre de Favrolles, du 13e Juin 1662, par laquelle se void que ledit Jacques de Gaudrion, sieur de Favrolles, deffendeur, est fils dud. Jan de Gaudrion et de dame Helainne de Sanssavoir, ses pere et mere.

Requeste attachee audit acte, presentee en ladite Chambre par ledit sieur de Favrolles, le 24e Septembre dernier.

Sur le degré dudit Jacques de Gaudrion, sieur de Favrolles, deffendeur, sont raportees six pieces :

La premiere est un extrait du papier de mariage de la parroisse de Pleudihen, portant que escuyer Jacques de Gaudrion, sieur de Favrolles, et damoiselle Margueritte de Saint-Melleuc, dame de Saint-Germain, furent epouzes le 19e Juillet 1654.

La seconde est un extrait du papier baptismal de laditte parroisse de Pleudihen, ou se void que escuyer Malo-Pelage de Gaudrion, fils de Jacques, escuyer, sieur de Favrolles, et de damoiselle Margueritte de Saint-Melleuc, fut baptizé le dimanche 1er jour d’Octobre 1656.

Les trois, quatre, cinq et sixieme font commissions et missives, tant du sieur de Coetlogon, lieutenant general pour le Roy en Bretagne, que du sieur marquis de Couesquen, gouverneur de Saint-Malo, et autres officiers et commandants pour le Roy, adressees au sieur de Favrolles, deffendeur, capitainne de la parroisse de Pleudihen, pour le service de Sa Majesté, des 16e Mars 1666, 10e Febvrier 1667, 28e Febvrier et 21e Mars 1668.

Seconde induction dudit sieur de Favrolles, deffendeur, signifiee au Procureur General du Roy par Dutac, huissier, le 24e Aoust 1669.

Requeste presentee en laditte Chambre par ledit deffendeur, luy repondue le 22e May 1670, avec l’acte y attaché, qui est un hommage fait au sieur duc d’Estampes par Louis de Gaudrion, sieur de Chaillou, à cause des heritages luy eseheus de la succession de Jacques de Gaudrion, sieur de Mousseau, du 25e May 1658  [3].

Autre requeste presentee en laditte Chambre par ledit de Gaudrion, sur son seing et dudit Bouvet, son procureur.

Declaration faite au Greffe de laditte Chambre par lesdits François, Georges et [p. 169] Jacques de Gaudrion, enfents puisnez dudit Jacques de Gaudrion, sieur de Favrolles, deffendeur, le 30e Octobre dernier, de soutenir laditte qualitté de noble et d’escuyer, suivant les tiltres que produirait leurdit pere.

Contredits du Procureur General du Roy, signifiez audit Bouvet, procureur desdits deffendeurs, par Boulogne, huissier, le 27e Avril 1669, et Busson, aussy huissier, le dernier May 1670.

Et tout ce que par lesdittes parties a esté mis et induit, consideré.

La Chambre, faisant droit sur l’instence, a declaré et declare lesdits Jacques de Gaudrion et Malo-Pelage, François, Georges et Jacques de Gaudrion, ses enfents, nobles, issus d’extraction noble, et comme tels leur a permis de prendre la qualité d’escuyer et les a maintenus au droit d’avoir armes et escussons timbres apartenants à laditte qualitté et à jouir de tous droits, franchises, privileges et preeminences attribues aux nobles de cette province, et ordonné que leurs noms seront employes au roolle et cathalogue desdits nobles de la senechaussee de Rennes.

Fait en laditte Chambre, à Rennes, le 30e Novembre [4] 1670.

Signé : J. Le Clavier.

(Copie ancienne. — Bib. Nat. — Cabinet des titres. Nouveau d’Hozier, vol. 150.)


[1M. le Jacobin, rapporteur.

[2Les mots chevron brisé doivent être pris ici dans le sens de chevron ordinaire.

[3NdT : L’année doit être erronnée, car Louis de Gaudrion, sieur de Chaillou, est décédé entre 1569 et 1610.

[4NdT : Ou plutôt le 3 novembre, comme le rapportent des sources fiables comme le Ms516 de la Bibliothèque municipale de Rennes ou le Livre du Botcol