Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Bruc, en Guéméné-Penfao, berceau de la famille du même nom (XV-XVIIe siècles).
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Le Guales - Réformation de la noblesse (1669)

Dimanche 2 novembre 2014, texte saisi par Rémy Le Martret.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Georges Le Gentil de Rosmorduc, La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671, t. II, p. 245-271.

Citer cet article

Georges Le Gentil de Rosmorduc, La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671, t. II, p. 245-271, 2014, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 26 juin 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article552.

Télécharger l’article

Le Guales - Réformation de la noblesse (1669)
156.4 ko.

Télécharger un complément

Généalogie Le Gualès par Rémy Le Martret.
133.2 ko.

Seigneurs de Mezaubran, de Coataliou, de Kergaradec, de Keryvon,
de Kerson, de Benoas, de Kerviziou, etc...

Le Guales
De gueulle à un croissant d’argent, ramparé de six coquilles de meme, trois en cheff et trois en pointe.

Extrait des registres de la Chambre establie par le Roy pour la reformation de la Noblesse de la province de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté du mois de Janvier 1668, verifiees en Parlement :

Entre le procureur General du Roy, demendeur, d’une part :

Et messire Rolland le Guales, chevaillier, seigneur de Mezaubran, cheff de nom et armes, demeurant à son manoir de Kermorvan, en la treve de Saint-Agatton, paroisse de Ploumagoer, eveché de Treguier, ressort de Lannion, Yves le Guales, escuier, sieur de Kerson, faisant pour luy et Louis le Guales, escuyer, son frere juveigneur, demeurant à sa maison de Kermartin, paroisse de Minihy, dit eveché et ressort, Toussaint le Guales, escuyer, sieur du Benoas [1], demeurant en la paroisse du Faouet, eveché de Treguier, resort de Saint-Brieuc, Bertrand le Guales, escuyer, sieur de Lahello [2], demeurant en la paroisse du Faouet, meme eveché et resort, faisant tant pour luy que pour escuyer René le Guales, sieur de Kerviziou, Artur le Guales, escuyer, sieur du Cloz, demoiselle Suzanne le Guales, dame de Pencrech, demeurante en la paroisse du Faouet et demoiselle Peronelle le Guales dame de Penfantan, demeurante en la paroisse de Pleubihan, dit eveché et resort, ses freres et soeurs puisnez, Gabriel le Guales, escuyer, sieur de Kervrannec, et Pierre le Guales, escuyer, son frere puisné, demeurant en la ville de Lannion, resort dudit lieu et eveché de Treguier, deffendeurs, d’autre [3].

Veu par ladite chambre :

Les declarations faittes au Greffe d’icelle par lesdits le Guales, deffendeurs, de soutenir, scavoir ledit sieur de Mezaubran les qualitez de messire et de chevaillier, et lesdits le Guales males celle d’escuyer et de nobles d’ancienne extraction, et lesdittes demoiselles Suzanne et Peronelle le Guales, la qualité de demoiselles, et qu’ils portent pour armes : De gueulle à un croissant d’argent, ramparé de six coquilles de meme, trois en cheff et trois en pointe, en datte du 31e May, 3, 4, 5 et 6e Juin 1669, signé : Le Clavier, greffier.

Induction dudit messire Rolland le Gualles, chevaillier, seigneur de Mezaubran, cheff du nom et armes, deffendeur, sur son sign et de Me Jan Davy, son procureur, fournie et signiffié au Procureur General du Roy par Frangeul, huissier, le 3e jour dudit mois de Juin 1669, par laquelle il soutient etre noble, issus d’ancienne extraction noble, cheff de nom et armes des Gualles, et comme tel devoir estre luy et sa posterité naye et à naistre en loyal et legitime mariage maintenus dans les qualitez d’escuyer, messire et de chevaillier, et dans tous les droits, privileges, preminances, exemptions, immunites, honneurs et prerogatives attribues aux enciens et veritables nobles de cette province, et qu’à cet effet il sera employé au rolle et catalogue d’iceux de la juridiction royalle de Lannion.

Pour establir la justice desquelles conclusions, articule à faicts de genealogie qu’il est descendu originairement de Jan le Guales, seigneur de Kerverzaut, dont issut Geffroy le Gualles, seigneur de Kerverzaut, qui epousa demoiselle Marie de Menehore, dont issut Phillipes le Guales, seigneur de Kerdorel [4], duquel de son mariage avec demoiselle Janette le Brun, issut Charles le Gualles, seigneur de Kerfeillen, qui epousa demoiselle Catherine de Landelliac, heritiere de Kercaradec, dont issut Charles le Guales, seigneur de Keryvon, qui espousa damoiselle Guillemette Lesné, duquel mariage issut Rolland le Gualles, seigneur de Keryvon, dont, de son mariage avec damoiselle Marguerite Regnard, issut Yves le Gualles, seigneur de Coataliou, qui epousa demoiselle Ysabelle de Lisle, dont issut François le Gualles, seigneur de Mezaubran, qui epousa damoiselle Anne Poences dont issut Guy le Gualles, seigneur de Mezobran, qui epousa Julienne de Rosmar, dont est issu ledit Rolland le Gualles, seigneur de Mezaubran, deffendeur, induisant, qui a epousé dame Jeanne-Jacquellinne d’Asigné [5], lesquels se sont de tout tems comportes et gouvernes noblement et avantageusement, tant en leurs personnes que biens, suivant l’assise du comte Geffroy et coutume des anciens nobles et chevailliers, pris les qualites de nobles et puissants messires, nobles escuyers et chevailliers, contracté de belles alliances de la province, sans avoir fait aucun acte degenerant à leur vertu et qualitez, et portes les armes de leur nom de le Gualles, qui est une famille en cette possession de noblesse depuis plus de quatre cent ans, et quoy qu’il peut remonter sa genealogie jusques à un Jan le Guales, qui vivoit en 1300, et faire la preuve d’onze degres de filiations en ligne directe, sans aucune interuption, cepandant, pour ne s’engager à rien qu’il ne puisse prouver si constamant qu’il n’y ait pas la moindre ombre de difficulté, il se restraint à huit degres seulement et ne parlera de Jan et de Geffroy le Gualles que pour faire voir son antiquité et celle de sa famille, pour eviter la confusion ordinaire dans toutes les geneallogies. Ledit sieur de Mezaubran, deffandeur, continura ensuite desdits Jan et Geffroy le Gualles la preuve de sa noblesse, en commencent par luy et remontant jusques à un Phillipes le Gualles, qui vivoit en l’an 1400.

Ce que pour justifier et faire voir de l’antiquité desdittes armes, raporte six pieces :

La premiere est un acte, etant en un recueil et livre relié, passé entre nobles hommes Henry de Tuonguindy, chevaillier, et Guillaume de Tuonguindy, chevaillier, douarin audit chevaillier, en datte du samedy avant la fete de la Sainte Nativité [6] 1330, lequel est refferé avoir esté scellé du seau de Guy de Bretagne, seigneur de Penthievre, pour ledit chevaillier, avec aussy le scel de Jan le Guales, escuyer, pour ledit chevaillier, aussy à sa requette et à sa priere.

La seconde est un acte du 18 Septembre 1369, refferé scellé du scel de Geffroy le Guales, auquel il y a une attache et fragement de scel ou il paroit imprimé trois coquilles en pointe, un croissant au dessus, et sur la pointe droite du croissant une autre coquille, le surplus dudit scel estant cassé.

La troisieme est une autre acte du 11e May 1390, scellee du scel de Jan de Bretagne, comte de Penthievre, et de celui dudit Geffroy le Guales, denommé audit acte, portant six coquilles, trois en chef et trois en pointe, avec un croissant en abimes.

La quatrieme est une information faite de genealogie entre personnes nobles, le 3e Novembre 1386, dans laquelle Geffroy le Gualles est employé le premier comme tesmoin.

La cinquieme, du 7e May 1396, est un acte refferé scellé du scel dudit Geffroy le Gualles.

La sixieme est une declaration des religieux de l’abbaye du Relec, qui attestent qu’ils ont eu un abbé du nom de le Gualles, qui portoit pour armes : De gueulle à un croissant de six crozilles, trois en cheff et trois en pointe. Lequel nom de le Guales est encore en veneration en ladite abbaye, pour les marques autantiques qu’il y a laissé de ses biens faits, ce qui se scait par ancienne tradition, les titres anciens et anciennes croniques ayant eté brules et incendies il y a deux cents ans, et par les armes dudit le Guales estant en plusieurs lieux, tant dans les vitres qu’en relieff et en bosse, particulierement dans l’esglise, en l’aisle du costé de midy, ou il y a de suitte cinq grandes vitres, en l’une desquelles sont deux escussons pareils et dans les quatre autres en chacune d’icelles aussy un escusson de meme, lesquelles escussons sont touts : De gueulle à un croissant d’argent, six crozilles, trois en cheff et trois en pointe, et en deux autres en laditte esglise à vis l’une de l’autre, et dans le cœur sont aussy les memes croizilles et croissant en relieff, avec la crosse abbatialle, en tous lesdits endroits, tant en vitre qu’en bosse, et dans le chapitre, ou il est enterré au coté de la tombe ou est inhumé un abbé de la maison de Rohan, sont sur la tombe deux escussons rellevees en bosse des memes armes à un croissant, accompagné de six crozilles, lesdits deux escussons separees d’une grande crosse abbatialle, aussy relevee en bosse, et dans le plat fonds d’une chambre estant dans la maison des seigneurs abbes de laditte abbaye de Rellec, nommé la chambre doree (?), ou sont les armes des anciens abbes en bosse et sculpture avec les champs des armes et se voit un escusson des memes armes et mesmes champs de gueulle à un croissant d’argent et six crozilles de meme, trois en cheff et trois en pointe, avec la crosse abbatialle. La ditte declaration en datte du 6e Octobre 1668, signee des venerables prieur et relligieux de l’abbaye de Notre Dame du Rellec.

Sur le degré de Guy le Guales, pere dudit Rolland, sieur de Mezaubran, deffendeur, sont rapportes treize pieces :

La premiere est un estat et gros du bien des successions de deffunts messire Guy le Guales et de dame Julienne de Rosmar, vivant seigneur et dame de Mezobran, fourni par messire Rolland le Guales, leur fils aisné, heritier principal et noble, seigneur de Kermorvan, à messire Louis de Kerouzy et dame Françoise le Guales, sa compagne, seigneur et dame de Kerhir, elle sœur puisnee dudit seigneur de Kermorvan, avec le rescu au pied dudit sieur de Kerouzy, en datte du 13e Septembre 1645 ; au pied duquel sont les decharges fournis par ledit sieur de Kerouzy.

La seconde est une reduction faite par les arbitres de l’estat desdittes successions.

La troisieme est un partage noble donné par ledit messire Rolland le Guales, seigneur de Mezobran, fils aisné, heritier principal et noble, à dame Françoise le Guales, sa sœur, compagne espouse dudit messire Louis de Kerouzy, seigneur et dame de Kerhir, dans les sucessions de deffunt messire Guy le Guales et dame Jullienne de Rosmar, vivant seigneur et dame de Mezobran, leur pere et mere, qu’ils reconnurent nobles et de gouvernement noble, en datte du 10e Novembre 1645.

La quatrieme est un acte de transaction passé entre messire Rolland le Guales, chevaillier, seigneur de Mezobran, fils aisné, heritier principal et noble de deffunt messire Guy le Guales, vivant seigneur dudit lieu de Mezobran, son pere, et ladite dame Françoise le Guales, sa sœur, compagne dudit messire Louis de Kerouzy, chevaillier, seigneur dudit lieu de Kerhir, le 21e Decembre 1652, par lequel ledit sieur de Mezobran ayant, en laditte qualité d’heritier principal et noble, recueilly la sucession collateralle de dame Ysabelle le Guales, dame douariere en son vivant de Pommorio, vicontesse de Treveneuc, sa tante, sœur dudit messire Guy le Guales, son pere, morte sans hoirs de corps, il auroit donné partage, tant aux meubles que acquets, dans la sucession collateralle de laditte Isabeau le Guales à laditte dame Françoise le Guales, compagne dudit sieur de Kerousy, lesquels recongnurent laditte sucession estre noble et d’ancien gouvernement noble et ce qui estoit du tige et tronc commun d’icelluy appartenoit en antier audit sieur de Mezobran, comme heritier principal et noble, renonçant laditte dame de Kerouzy à rien pretandre qu’aux acquets et meubles.

Les cinq, six, sept, huit et neufieme sont cinq contracts d’acquets faits tant par messire Claude Crestien, vicomte de Treveneuc, mary de laditte Ysabeau le Gualles, que par ycelle le Guales, sa veuve, l’un par ledit sieur de Treveneuc, le 30e Avril 1647, pour la somme de 6000 livres ; autre en datte du 19e Octobre audit an 1647, pour 4200 livres ; autre du 9e Mars 1627, pour 108 livres, 4 sols ; autre du 8e Avril 1649, par laditte le Guales, lors veuve, pour 198 livres, et le dernier, du 5e Novembre, au meme an 1649, par icelle le Guales, jointement avec ledit sieur de Mezobran, son neveu, 1800 livres, moitié par moitié.

La dixieme est un contrat de mariage passé entre messire Louis de Kerousy, seigneur de Kerhir, fils aisné, heritier principal et noble presomptif de noble et puissant messire Jan de Kerouzy, seigneur de Kerouzy, et damoiselle Françoise le Guales, fille aisnee tierciere de messire Guy le Guales, seigneur de Mezobran, en datte du 15e Fevrier 1634.

L’onzieme est un contrat de mariage d’entre nobles hommes Guy le Guales, seigneur et Mezobran et Kermorvan, et damoiselle Gillette de Coetlogon, fille de messire François de Coetlogon, chevaillier, et dame Marie de la Lande, sa compagne, seigneur et dame de Ancremel, Mejussaume, en datte du 18e Fevrier 1626.

La douzieme est un acte portant l’assignat du douaire deub par le decez dudit feu messire Guy le Guales, seigneur de Mezobran, à laditte de Coetlogon, demeuree sa veuve ; ledit assignat fait par ledit messire Rolland le Guales, fils aisné, heritier principal et noble dudit feu seigneur de Mezobran, sur la terre de Mezobran, en datte du 13e Octobre 1654.

La traizieme est un contrat de mariage passé entre ledit messire Rolland le Guales, seigneur de Mezobran, et damoiselle Janne-Jacquelinne d’Asigné, dame de Kernavalet, fille aisnee de noble et puissant Jan d’Asigné, baron de la Touche, Kernavalet, et de dame Marguerite Fleuriot, ses pere et mere, en datte du 16e Septembre 1644.

Sur le degré de François le Guales, pere dudit Guy, sont rapportees neuf pieces :

La premiere sont les points et conditions du mariage entre nobles hommes Claude Chretien, seigneur de Pommorio, et damoiselle Ysabeau le Guales, fille aisnee de feu nobles hommes François le Guales et damoiselle Anne Poences, sieur et dame de Coataliou, Mezobran, en datte du 24e Juin 1608, avec une quittance au pied, consentie par noble et puissant Claude Chretien, seigneur viconte de Treveneuc, et dame Isabeau le Guales, à Rolland le Gualles, sieur de Kergonan, mariant laditte le Guales, sa niepce, s’oblige de fait valoir son partage, tant des sucessions de ses pere et mere, que d’Isabeau de Lisle, son ayeule paternelle, cinquante sommes de froment, vallant 200 boisseaux, et au moyen de cela fait renoncer à toutes pretantions dans lesdites sucessions, et outre luy donne sur son bien la somme de 7500 livres.

La seconde est une transaction passee entre nobles hommes Guy le Guales, sieur de Mezobran, fils aisne, heritier principal et noble de nobles hommes François le Guales, sieur de Coatalliou, son pere, et escuyer Rolland le Guales, sieur de Kergonan, touchant l’administration que ledit sieur de Kergonan avoit fait, comme curateur dudit Guy le Guales, son neveu, lequel se plaignoit de l’avantage qu’il avoit fait, mariage faisant à ladite le Guales, sa sœur, avec ledit sieur de Pommoriou Chretien, protestant de les faire rapporter, en cas d’echeance de la sucession dudit sieur de Kergonan, leur oncle ; laditte transaction en datte du 12e Juin 1618.

La troisieme est une transaction passee entre François le Guales, escuyer, sieur de Coatalliou, pere et garde naturel d’escuyer Jan le Guales, son fils aisne de son mariage avec damoiselle Anne Poences, sa femme, et damoiselle Claude Poences, dame proprietaire de Kermorvan et douariere de Kerdaniel, touchant le partage deub à laditte Anne Poences par laditte Claude Poences, sa sœur, en qualité d’heritiere principalle et noble de deffunt nobles hommes François Poences et damoiselle Peronnelle de Lanloup, par lequel acte elle donne pour partage audit le Guales 550 boisseaux de froment de rente, avec autres rentes par moyant et argent, reconnoissant que les sucessions estoient nobles et de gouvernement noble, s’estant lesdits François et femme toujours comportes et gouvernes noblement, en datte du 17e Juillet 1595, signé : François le Guales, Claude Poences, Jean Fleuriot, abbé de Sainte-Croix, G. de la Garde, Fleuriot, Jean le Guales, du Boisgelin, Kernechriou, de Kerguezec, Yves de Kerleau.

La quatrieme est un inventaire et certification fait apres le decez de deffunte dame Claude Poences, vivante dame de Kermorvan, des biens meubles dependants de sa sucession, à la requette de ses heritiers collateraux, commencé le dernier Juin 1625, signé : Guy le Guales et Claude Crestien.

La cinquieme est un partage fait entre nobles hommes Guy le Guales, seigneur de Mezobran, et nobles hommes Claude Crestien, seigneur de Pommoriou, et damoiselle Isabeau le Guales, sa compagne, touchant la sucession collateralle de deffuncte dame Claude Poences, vivante dame de Kermorvan, escheu auxdits seigneur de Mezobran et dame de Pommoriou, frere et sœur, lesquels reconnurent ladite sucession estre noble et par consequant laditte dame de Pommoriou, suivant, la Coutume, n’avoit aucun droit qu’aux acquets, tant nobles que roturiers, faits par laditte deffunte, meubles et credits de laditte succession, en datte du 19e Aoust 1625 et autres jours, signé : de Trolong.

La sixieme est un inventaire des biens dependants de la sucession de deffunt noble homme François le Guales, vivant sieur de Coataliou, conseiller du Roy et son senechal en Treguier, à la requette d’escuier Rolland le Guales, sieur de Kergonnan, curateur des enfans mineurs dudit deffunt sieur de Coataliou, en presances des parens desdits mineurs, en datte du 22e Decembre 1595.

La septieme est un soussigné consenty par le seigneur de Kerduel au sieur capitaine la Jalliere, par lequel il promet de luy represanter le sieur de Mezobran, senechal de Lannion, comme son prisonnier de guerre, ou de payer la somme de 1400 escus restant de la composition de sa rançon, en datte du 26e Novembre 1589.

La huitieme est un accord passé entre escuyer François le Guales, sieur de Mezobran, senechal de Lannion, et escuier Jean le Levyer [7], sieur de Runguen, conseiller en la Cour, touchant l’argent par ledit sieur de Runguen pretté audit sieur de Mezobran pour le payement de sa rançon, estant prisonnier de guerre, en datte du 13e Decembre 1593.

La neufieme est un arrest de la Cour, rendu sur la requette presantee par Rolland le Guales, sieur de Kergonnan, curateur des enfans mineurs dudit deffunt François le Guales, vivant senechal royal de Treguier, à Lannion, par lequel la Cour auroit arresté, en consideration des bons services qu’avoit fait au Roy ledit deffunt le Guales, et de ses grandes pertes et la longue detention qu’avoit fait l’ennemy de sa personne, qu’il seroit, au nom de laditte Cour, escrit à Sa Majesté pour la supplier de vouloir conserver ledit estat et office de senechal au profit des enfans dudit deffunt le Guales et cependant qu’autre ne seroit rescu au prejudice desdits mineurs. Ledit arrest en datte du 12e Octobre 1595, signé : Couriolle.

Sur le degré d’Yves le Guales, pere dudit François, sont rapportees six pieces :

La premiere est un contrat de mariage passé entre noble François de Goesbriand, sieur de Roscoat, et damoiselle Louise le Guales, fille aisnee de noble Yves le Guales et damoiselle Isabeau de Lisle, son epouse, sieur et dame de Coataliou, par lequel lesdits sieur et dame de Coataliou donnent à leur ditte fille 50 livres de rente en fond et 20 sommes de froment, mesure de treguier, et 300 escus en argent, et une chaisne de 100 escus d’or. Ledit contrat en datte du 15e juillet 1568, avec la quittance au pied, du 16e Aoust suivant, de la somme de 300 escus, signé : Guales et François de Goesbriand.

La seconde est un partage noble donné par nobles gens Yves le Guales et damoiselle Ysabeau de Lisle, sa compagne, sieur et dame de Coataliou, à François le Guales, leur fils aisné, heritier principal et noble, Rolland le Guales, le premier puisné, Pierre le Guales, aussy puisné, et damoiselle Louise le Guales, leur fille, dame du Roscoat, leurs enfans, des biens des successions futures desdits sieur et dame de Coataliou, par l’avis et deliberation des parens, tant du costé paternel que maternel, suivant et conformemant à la Coutume des nobles, reconnoissants que lesdittes successions estoient nobles et de gouvernement noble, s’estant lesdits sieur et dame de Coataliou et ses predecesseurs toujours regis et gouvernes noblement et avantageusement, tant en leurs personnes que biens : par lequel le mariage donné à laditte Louise le Guales, dame du Roscoat, par sesdits pere et mere, luy demeura pour partage et luy en fut par eux fait assiette, comme à fille noble. Ledit partage en datte du 9e Decembre 1581, avec transaction au pied, passee sur ledit partage entre ledit François le Guales, escuier, sieur de Coataliou, et Rolland et Pierre le Guales, ses freres puisnes, en datte du 24e Decembre 1582, signé de Blaise Guillemot, Artur de Goeslin, de Kerleau, Laurant de Ploesquellec, Jan le Guales, de Kerbouric et Y. le Guales.

La troisieme est un aveu fourny au seigneur eveque de Treguier, de la terre de Mezobran, par nobles gens Yves le Guales et Ysabelle de Lisle, sa femme, sieur et dame de Coataliou, datté du 1er Novembre 1578, signé : Y. le Guales, Gurigun (?), le Blois et P. le Guales.

La quatrieme est un inventaire des biens meubles dependant de la succession de deffunte damoiselle Ysabelle de Lisle, dame douariere de Coataliou et proprietaire de Mezobran, veuve de feu escuier Yves le Guales, son mary, vivant sieur de Coataliou, ledit inventaire à requette de Rolland le Guales, escuyer, sieur de Kergonnan, fils puisné de laditte de Lisle et curateur des enfans mineurs de feu escuyer François le Guales, sieur de Coataliou, fils aisné, heritier principal et noble de laditte deffunte de Lisle ; ledit inventaire en datte du 25e May 1598.

La cinquieme est un acte judiciel portant mainlevee adjugee dans la succession de deffunt Rolland le Guales, escuyer, sieur de Kergonnan, decedé sans hoirs de corps, à nobles homs Guy le Guales, sieur de Mezobran, comme fils aisné, heritier principal et noble de feu nobles homes François le Guales, vivant sieur dudit lieu de Mezobran, Coataliou, qui frere aisné estoit dudit sieur de Kergonnan ; ledit acte en datte du 17e Avril 1621, signé : Primaigné.

La sixieme est un acte de testament et declaration de derniere volonté fait par ledit Rolland le Guales pour obvier au procez et differans qui pouroient estre entre ses heritiers au partage des acquets par luy faits de bource commune, sur la qualité et quantité d’iceux, et entretenir paix, union et amitié entre eux, lequel testament porte eschange de certains partages, lequel il supplioit sesdits heritiers d’executer de la forme qu’il l’a stipulé, en date du 12e Avril 1621, avec l’acceptation faite par tous les heritiers dudit Rolland le Guales, les 18e May 1621 et 30e Decembre 1622, signé : le Bigot et le Berre.

Sur le degré de Rolland le Guales, pere dudit Yves, sont rapportees traize pieces :

La premiere est un acte d’assiette fait à nobles gens Rolland le Guales et Margueritte Regnard, sa femme et compagne, de la dotte promisse à laditte Regnard par ses conventions matrimonialles avec ledit le Guales, laditte assiette faite comme à personne issue des maisons de Kerdroniou et Kerbilhoet, des plus enciennes et meilleures de l’eveché de Treguier, en datte du 10e Fevrier 1507.

La seconde est une coppie de l’acte inseré dans ledit livre cy devant costé, passé entre nobles gens Jacques et Yves le Guales, touchant le partage des successions de Rolland le Guales et Margueritte Regnard, sa femme, meme de Guillaume le Guales et Marie Lesers [8], par lequel il est dit que ledit Yves aura le tiers des heritages nobles, dont l’assiette se feroit au lieu noble de Coataliou, et que, pour les heritages non nobles, il seroit partagé moitié par moitié, lesdites successions estant nobles et de gouvernement noble, en datte du 23e juillet 1552.

La troisieme est un acte du 30e Juillet audit an 1552 par lequel ledit Yves le Guales declare approuver le traitté et accord fait entre eux et Jacques le Guales, sieur de Kerusan, son frere aisné, touchant la succession de Rolland le Guales, sieur de Kerusan, et Margueritte Regnard, leur pere et mere, du 23e du meme mois.

La quatrieme est un acte de transaction par lequel il est dit que pour demeurer quitte, Jacques le Guales, sieur de Kerusan, quitte de la demende de partage luy faite par Yves le Guales des successions de feu nobles gens Rolland le Guales et damoiselle Margueritte Regnard, leur pere et mere, et de celle de Guillaume le Guales et Marie le Sers, sa femme, leur oncle et tante paternels, morts sans hoirs, la succession duquel Guillaume estoit collateralle, attendu qu’ils estoient nobles, ledit Jacques le Guales fait assiepte audit Yves, son frere, dans la succession de leur pere et mere et celle collateralle dudit Guillaume, qui usoit de bourse commune, du partage luy promis aux deux parts et en tiers, reconnoissant qu’ils estoient nobles et que leurs predecesseurs s’estoient toujours gouvernes noblement et avantageusement en leurs personnes et partages ; ledit acte en datte du 13e Septembre 1552.

La cinquieme est une sentance rendue en la juridiction de Lannion, par laquelle ledit Guillaume le Guales, usant de bourse commune, ayant esté imposé aux fouages, il auroit eté ordonné aux egailleurs d’employer la qualité de noble qu’ils luy avoient obmis, n’estant imposé aux fouages qu’à cause de son traffic, usant de bourse commune, en datte du 20e Janvier 1540, signé : de Larmor.

La sixieme est un extrait tiré de la Chambre des Comptes de Bretagne, dans lequel, à l’endroit de la reformation des personnes nobles de l’eveché de Treguier, fait le 25e Mars 1535, sous le rapport de la paroisse de Buhulien est marqué la maison et metairie de Coedeven (?), appartenant à Rolland le Guales, noble personne et maison.

La septieme est un contract de mariage estant dans ledit livre de recueil d’actes cy-devant datté et cotté, passé entre nobles gens Jacques le Guales, fils aisné presomptif et heritier noble de nobles gens Rolland le Guales et Marguerite Regnard, sa compagne, et damoiselle Françoise Meur, fille aisnee de nobles gens Me Nicolas Meur et Catherine de Kermellec, sa compagne, sieur et dame de Kerazren, en datte du 12e Juillet 1535.

La huitieme est un autre contract de mariage passé entre nobles homs François Raison, authorisé de noble escuyer Pierre Raison, sieur de Kersenant, son pere, et damoiselle Marie le Guales, fille de noble escuyer Jacques le Guales et dame Françoise Meur, sa compagne, sieur et dame de Keruzan, en datte du 19e Octobre 1561.

La neufieme est un partage noble et avantageux donné par Jan le Guales, escuyer, sieur de Kerusan, fils aisné, heritier principal et noble, à damoiselle Catherinne le Guales, sa sœur, dame de Kergoumar, authorisee d’escuyer Christophe de la Haye, sieur dudit lieu, son mary, dans les successions de deffunts nobles gens Jacques le Guales et dame Françoise Meur, sieur et dame de Kerusan, leur pere et mere, qu’ils reconnurent nobles et de gouvernement noble, en datte du 14e Janvier 1576, signé : le Blois.

La dixieme est un contract de mariage passé entre noble homme Yves de Trolong, sieur de Munehorre, et damoiselle Françoise le Guales, fille aisnee de nobles homs Jan le Guales et damoiselle Janne de Cresolles, sa compagne, sieur et dame de Keryvon, en datte du 14e Aoust 1599, signé : le Moal.

L’onzieme est un autre contract de mariage passé entre nobles homs Louis Rogon, seigneur de Ville-Rogon, et damoiselle Françoise le Guales, dame proprietaire de Keryvon, veuve de deffunt messire Amory de Kerguezay, seigneur de Kermorvan, en datte du 20e Aoust 1620.

Le douzieme est autre contract de mariage passé entre noble homme monsieur maistre Anthoine Quintin, sieur de Coatamour, conseiller du Roy et son senechal à Morlaix, et damoiselle Marie le Guales, fille puisnee de deffunt noble homme Jan le Guales et damoiselle Janne de Crezolles, sieur et dame de Keryvon, en datte du 24e Juillet 1608.

La traisieme est un partage noble et avantageux donné par laditte Françoise le Guales, dame de Carcaradec, fille aisnee, heritiere principalle et noble, compagne et espouse de messire Louis Rogon, seigneur dudit lieu, son mary, à dame Marie le Guales, dame douariere de Kerprigent, sa sœur puisnee, dans la succession de deffunte dame Janne de Crezolles, leur mere, vivante femme de deffunt messire Jan le Guales, sieur de Keryvon, leur pere, en datte du 24e Octobre 1648, signé : Françoise le Guales, Marie le Guales, René du Trevou, Louis Bugallé et le Bars.

Sur le degré de Charles, pere dudit Rolland le Guales, sont rapportees trois pieces :

La premiere est un partage noble à viage donné par Rolland le Guales à Guillaume le Guales, son frere puisné, sous l’authorité de Charles le Guales, leur pere, de la succession d’Yvon Lesné et de Catherine de Kerguezay, pere et mere de deffunte Guillemette Lesné, mere desdits Rolland et Guillaume le Guales, de son mariage avec ledit Charles, leur pere lesquels ils reconnurent nobles et de gouvernenent noble ; ledit partage en datte du 27e Decembre 1509.

La seconde est un autre partage à viage et usurfruit donné par ledit Rolland le Gualès, fils aisné, heritier principal et noble de deffunt Charles le Guales et Guillemette Lesné, ses pere et mere, à Yvon le Guales, son frere puisné du second mariage dudit Charles le Guales avec Marie Allain, de laquelle il estoit heritier principal et noble, lesquelles successions ils reconnurent nobles et de gouvernenement noble, s’estant leurs pere et mere et leur predecesseurs toujours comportes et gouvernes noblement et avantageusement en leurs personnes et biens, en datte du 16e Septembre 1520.

La troisieme est un acte de donation fait par ledit Rolland le Guales à Guillaume le Guales, son frere, de la jouissance d’une maison estant en la ville de Treguier, dont il est fait mention audit partage cy devant, pour en jouir par viage et usurfruit seulement ; ledit acte estant audit livre de recueil, en datte du 23e Aoust 1532.

Sur le degré de Charles le Guales, premier du nom, pere dudit Charles, sont rapportees vingt et quatre pieces :

La premiere est un supleement de partage noble et avantageux donné par Jan le Guales, fils aisné, heritier principal et noble de feu Philipes le Guales, son pere, qui aussy fils aisné, heritier principal et noble estoit de feu Charles le Guales et Catherine Landillac, ses pere et mere, à autre Charles le Guales, fils puisné desdits le Guales et Landillac, frere juveigneur dudit Phillipes le Guales, des biens des successions de ses pere et mere, ayeuls dudit Jan le Guales, lesquels ils reconnurent nobles et de gouvernement noble, en datte du 30e Janvier 1506, signé Jan le Tortelers (?), senechal de Treguier, Louis Rogon, Gabriel Taillard.

La seconde est une transaction passee entre Jan le Guales, escuyer, seigneur de Kercaradec, fils aisné, heritier principal et noble d’escuyer Philippes le Guales, et Rolland le Guales, fils aisné, heritier principal et noble de Charles le Guales, frere juveigneur dudit Philippes, enfans de nobles gens Charles le Guales et Catherine Landillac, leurs pere et mere, par laquelle, pour ledit Jan le Guales demeurer quitte du reste de l’assiepte deub audit Rolland, du partage de son pere, il le quitte d’une somme de 8 livres, prix de la promesse de deux rennees froment, en datte du 22e Avril 1518.

La troisieme est un acte d’echange par lequel ledit Jan le Guales, authorisé dudit Phillippes, son pere, promet et s’oblige de faire ratifier Margueritte Busic, sa femme, heritiere de la maison de Porzjezegou, les heritages de laquelle ledit Jan le Guales, son mary, eschangeroit, en datte du 24e Aoust 1503.

La quatrieme est un partage noble et avantageux donné par ledit Jan le Guales, fils aisné, heritier principal et noble, à Thomas le Guales, son puisné, dans les successions paternelle et maternelle de leurs pere et mere, dans lequel le gouvernement noble et avantageux de tout tems est reconnu, tant dans les personnes desdits le Guales et Landillac que de leurs biens, en datte du 2e Decembre 1507, signé : Christophle du Dresnay et le Guales.

La cinquieme est une sauvegarde accordee par Louis XII, roy de France, audit Philipes le Guales et Jan le Guales, son fils, sieur de Kercaradec, tant pour leurs personnes, terres, manoirs et fieffs, juridictions, seigneuries, moulins, preminances et biens que leurs enfans et serviteurs, en datte du 11e Septembre 1504, signé par le Roy et donné à la relation de son Conseil.

La sixieme est un partage noble et avantageux donné par ledit Jan le Guales, escuyer, sieur de Kercaradec, fils aisné, heritier principal et noble, à damoiselles Marie, Margueritte, Françoise et Janne le Guales, ses sœurs germaines, dans les successions de deffunts Philipes le Guales et Margueritte Maurice, leur pere et mere, sieur et dame de Kercaradec, qu’ils reconnurent noble et de gouvernement noble, en datte du 21e Mars 1510, signé : Droniou et Guales.

La septieme est un autre partage noble et avantageux donné par Jan le Guales, fils aisné, heritier principal et noble de feu autre Jan le Guales, sieur de Kercaradec, à damoiselles Guyonne et Margueritte le Guales, ses sœurs, dans les successions de leur pere, qu’ils reconnurent noble et de gouvernement noble, s’estant luy et ses predecesseurs toujours comportes et gouvernes noblement et avantageusement, tant en ses personne que biens, en datte du 8e Octobre 1521.

La huitieme est ledit extrait de la reformation des nobles de l’eveché de Treguier, de l’an 1535, dans lequel, sous le rapport de la paroisse de Ploulech, est marqué la maison de Kercaradec, appartenant à Jan le Guales, maison et personne noble, et sous le rapport de la paroisse de Rospez, la maison de Kervegan, appartenant à Jan le Guales, gentilhomme.

La neufieme est un partage noble et avantageux donné par escuyer Jacques le Guales, seigneur de Kercaradec, fils aisné, heritier principal et noble, à damoiselle Françoise le Guales, dame douariere de Kernegues, sa sœur puisnee, dans lesdittes successions de deffunts nobles gens Jan le Guales et Marie Begaignon, sa femme et compagne, sieur et dame de Kercaradec, leur pere et mere, qu’ils reconnurent noble et de gouvernement noble et leurs successions devoir estre partagees noblement et advantageusement, en datte du 15e Aoust 1565, signé : Ploesquellec.

La dixieme est un autre partage donné par ledit Jacques le Guales, comme fils aisné, principal et noble heritier, dans lesd. successions, à damoiselle Margueritte le Guales, dame de Kermoan, aussy sa sœur, avec la meme reconnoissance de gouvernenemtn noble d’icelle succession, à laquelle le Guales il donna en partage la maison de Kerdorel, situee en la paroisse de Langoat ; ledit partage en datte du 15e Decembre 1561.

La onzieme est une transaction passee entre messire Yves de Kerverder, seigneur de Kerjan, heritier principal et noble, en l’estoc paternel, de deffunte damoiselle Helaine de Kerverder, dame de Launay, et messire Louis Rogon, seigneur de Carcaradec, heritier principal et noble de laditte deffunte, au coté maternel, par laquelle la maison de Kerdorel est escheue collaterallement audit Rogon, sieur de Kercaradec ; laditte transaction en datte du 3e Avril 1656, signé : Louis Rogon.

La douzieme est une transaction passee entre damoiselle Françoise de Keranglas et damoiselle Louise de Kerbuzic, dame douariere de Kercaradec, tutrice d’escuyer Pierre le Guales, sieur dudit lieu de Kercaradec, en datte du 27e Novembre 1570.

La traizieme est une sentance rendue en la juridiction de Lannion, par laquelle Margilie de Goesbriand, ayeule maternelle de demoiselle Margueritte le Guales, demeuree heritiere par la mort de Pierre le Guales, son frere, auroit esté instituee par preferance tutrice de laditte le Guales, sa petite fille, au lieu et place de Jan le Guales,escuyer, sieur de Keruzan, son tuteur, qui demeura curateur special de laditte mineure pour faire l’assiepte du douaire qu’elle devoit à laditte de Kerbuzic, sa mere, en datte du 24e Septembre 1572, signé : Guillemot.

La quatorzieme est une coppie du decret de mariage d’entre Margueritte le Guales et noble homs Pierre Rogon, sieur de la Ville-Rogon, en datte du 28 Septembre 1580, avec toutes les procures des parans nommes et trouves audit decret, au nombre desquels parans est le seigneur de Gouernachanay et plusieurs autres de la meme famille, personnes qualifiees.

La quinzieme est une transaction passee entre Guillaume de la Lande, sieur de Goarnachanay, et Vincent de la Lande, son oncle, touchant la succession de dame Marie le Guales, heritiere de Kerverzault, de Goarnachanay, son ayeulle, en datte du 2e Aoust 1529, signé : Prezour et Guales, avec un memoire de genealogie de la maison de Gouarnachanay, sortie de la maison desdits le Guales.

Les saizieme et dixseptieme sont deux procures consenties par laditte noble damoiselle Marie le Guales, dame de Gouarnachanay, Kervegan, Kerverzault, le Gara, à escuyer Vincent de la Lande, sieur de Kerverzault, son fils auquel elle donne pouvoir d’establir une ou plusieurs bources au College de Treguier, dans l’Universitté de Paris, duquel elle estoit fondatrice, en datte du 8e Juin 1519 et 8e Mars 1520.

La dixhuitieme est un inventaire des actes dellivres par noble et puissant Yves du Kosquer, sieur de Gouarnachanay, à nobles homs Pierre le Guales, sieur de Kerouriou, en datte du 19e Aoust 1621, avec la quittance des memes actes au pied, du 15e Juin 1628.

La dixneufieme est l’extrait de la reformation des nobles de l’eveché de Treguier, fait le 8e Janvier 1479, dans lequel, sous le rapport de la paroisse de Pomerit-Jaudy, est marqué à l’endroit des montres generales dudit eveché Jan le Guales, comparant par Vincent, son fils, à deux archiers en brigandines et page.

La vintieme est une transaction passee entre Jan le Gales, fils aisné, heritier principal et noble de Geffroy le Guales, et Janne le Guales, sœur dudit Jan, femme de Rolland Bocent, seigneur du Glesquer [9], touchant le partage deub à laditte le Guales dans la succession dudit Geffroy, qu’ils reconnurent noble et de gouvernement noble, en datte du 4e Mars 1427, signé : de Launay.

La vingtunieme est ledit extrait de la Chambre des Comptes, dans lequel lors de la reformation des nobles de l’eveché de Treguier, fait le 20e Octobre 1427, sous le rapport de laditte paroisse de Pomerit-Jaudy, est marqué au rang desdits nobles, Jan le Guales, et sous le raport de la paroisse de Louargat, la metairie de Coatgourdars [10] (?), apartenant audit Jan le Guales.

La vingtdeuxieme est un aveu de la terre de Mezobran, rendu au seigneur eveque de Treguier, en l’an 1369, dans lequel sont employes tous les droicts d’une seigneuriale.

La vingtroisieme est autre aveu de la terre de Kercaradec, en datte du 2e Juin 1507.

Sur le degré de Philipes, pere de Charles le Guales, sont raportees quatre pieces :

La premiere est un partage noble et avantageux donné par nobles gens Charles le Guales, fils aisné, heritier principal et noble de Philipes le Guales, à autre Philipes le Guales, son frere puisné, auquel il donne 25 livres de rente, dont il luy fait assiepte sur la maison de Kerdorel, dans la succession dudit Philipes le Guales, son pere, qu’ils reconnurent noble et de gouvernement noble, dans laquelle maison demeuroit dame Janette le Brun, heritiere de Kerfeillien, leur mere, veuve dudit deffunt Philipes le Guales, leur pere, laquelle le Brun fit donation audit Philipes le Guales, son fils, des meubles qu’elle avoit en laditte maison ou elle demeuroit. Le dit partage datté du 30e juin 1447.

La seconde est un acte passé entre Charles le Guales, d’une part, et Jan Roger et Plesouve [11] le Brun, sa femme, de laquelle ledit le Guales est qualifié de cousin et heritier presomptif principal et noble, en datte du 15e Decembre 1437.

La troisieme est une transaction passee entre Philipes le Guales, sieur de Kercaradec, et les paroissiens de Louanec, touchant une pierre tumbale accordee dans laditte eglise de laditte parroisse à Allain le Brun, duquel ledit Philipes estoit heritier principal et noble, ainsy que de Charles le Guales, son pere, en datte du 15e Decembre 1492.

La quatrieme est ledit extrait de la reformation des nobles dudit eveché de Treguier, de l’an 1427, ou sous le raport de la paroisse de Langoat est marqué au deuxieme rang damoiselle Janne le Brun, veuve de Philipes le Guales.

Sur le degré dudit Rolland le Guales, sieur de Mezobran, deffendeur, sont raportees neuf pieces :

La premiere est une lettre par Louis XIII, roy de France ecrite à Monsieur de Mezobran, luy donnant avis de l’avoir pour ses vertus et merites choisy et elu dans l’assemblee des chevailliers de l’Ordre de St-Michel, pour etre aupres de Sa Majesté et associé à laditte compagnie ; et pour en recevoir le collier dudit Ordre il eut à le retirer vers le sieur baron de Ponchateau, chevaillier du meme Ordre, auquel Sa Majesté envoyoit les depeches pour cet effet. Laditte lettre en datte du 25e May 1646, signé : Louis.

La seconde est une lettre dudit sieur de Pontchateau, portant avis audit sieur de Mezobran d’avoir ordre de Sa Majesté de luy delivrer le collier de chevaillier de St-Michel, suivant le choix et estime que le Roy avoit fait et faisoit de sa personne, en datte du 29 May 1646.

La troisieme est le certificat dudit sieur de Pontchateau d’avoir, suivant l’ordre et volonté du Roy, donné et presenté audit sieur de Mezobran le collier de chevaillier de St-Michel et de luy rescu le serment, avec les ceremonies accoutumees, en datte du 16e Juin ensuivant.

La quatrieme est une coppie de commission adressee par les sieurs marechaux de France aux sieurs marquis de Locmaria, Carnavallet et de Mezobran pour passification des querelles qui pouroient survenir entre les gentilhommes, et autres suittes, de l’eveché de Treguier, en datte du 24e May 1668.

La cinquieme est une coppie de lettre d’attache et consentement du duc de Mazariny, lieutenant general pour Sa Majesté en Bretagne, octroyees auxdits sieurs de Locmaria, de Carnavallet et de Mezobran, en la meme annee 1668. Laditte commission et attache signé : de Locmaria, comme saisy de l’original, Manach et Thomas, notaires royaux.

La sixieme est une lettre dudit sieur de Mazariny, adressee audit sieur de Mezobran, portant avis et envoy de laditte commission et attache ; laditte lettre signee : le duc de Mazarin.

La septieme est une commission adressee par ledit sieur de Mazariny ausdits de Mezobran et de Kergrist pour l’arriere ban de l’eveché de Treguier et regler les compagnies d’iceluy, en datte du 26e Juillet 1666, signé : le duc de Mazarin.

La huitieme est un memoire et instruction pour composer les compagnies de cavailleries.

La neufieme sont autres ordres dudit duc de Mazarin, en consequance de son ordonnance du 26e Juillet 1666, pour la convocation des compagnies de cavalerie de l’eveché de Treguier, signé : Brique.

Induction dudit Yves le Guales, escuyer, sieur de Kerson, et Louis le Guales, son frere juveigneur, deffendeurs sur le seing de maistre Louis Bourgeois, leur procureur, fournie et signifiee au Procureur General du Roy par Boulongne, huissier, le 6e jour de Juin, presant mois et an 1669, par laquelle ils soutiennent aussy estre nobles, issus d’ancienne extraction noble, et comme tels devoir estre eux et leur posterité nee et à naistre en loyal et legitime mariage maintenus dans la qualité d’escuyer et dans tous les droits, privilleges, preminences, exemptions, immunites, honneurs, prerogatives, qui seront attribues tant audit sieur de Mezobran, aisné, qu’aux autres enciens et veritables nobles de cette province, et qu’à cet effet ils seront employes au rolle et catalogue des nobles de la jurediction royalle de Lannion, comme estant sortis cadets de la maison dudit sieur de Mezobran, par Yves le Guales, sieur de Coataliou, et damoiselle Isabeau de Lisle, sa compagne, lesquels eurent quatre enfans, dont Pierre le Guales, bisayeul desdits deffendeurs, estoit l’un d’iceux, qui epousa damoiselle Marie de Launay dont issurent François le Guales, qui deceda sans hoirs de corps, et Nicolas le Guales, sieur de Kerson, duquel, de son mariage avec dame Constance de Kervezec [12], issurent ledit Yves le Guales, sieur de Querson, et Louis le Guales, deffendeurs, lesquels n’ont en aucune façon degeneré à la vertu et qualité de leurs predecesseurs et se sont ainsy comportes noblement et avantageusement, pris les qualites de nobles, escuyers et seigneurs, et porté les armes qu’ils ont cy devant declarees, qui sont : De gueulle à un croissant d’argent, accompagné de six crozilles de meme, trois en cheff et trois en pointe.

Pour la justification de laquelle qualité ledit sieur de Mezobran, leur aisné, a produit les titres auxquels ils se referent, et ont eté par luy reconnus pour etre de sa famille.

Ce que pour faire voir, raportent lesdits Yves et Louis le Guales, deffendeurs, un arrest rendu en laditte Chambre, sur la requette par eux y presentee, par lequel, en consequance de la declaration du procureur dudit Rolland le Guales de les reconnoitre de sa famille, elle auroit joint leur induction à celle dudit Rolland le Guales pour en jugeant leur etre fait droit jointement par un meme arrest, ainsy qu’il appartiendra, en datte du 5e May dernier et an presant 1669, signé dudit le Clavier, greffier.

Sur le degré dudit Yves le Guales raporte ledit partage cy devant datté, par luy donné audit Pierre le Guales et autres ses enfants, en datte dudit jour 9e Decembre 1581, signé : Primaigné.

Sur le degré de Pierre le Guales, fils dudit Yves, raportent trois pieces :
La premiere est un partage donné par escuyer Pierre de Launay, sieur du Cosquer, heritier principal et noble de deffunts nobles gens Gilles de Launay et Jeanne le Goagueler [13], sa femme, sieur et dame de Kerson, à nobles gens Pierre le Guales, en qualité de pere et garde naturel des enfants de luy et de deffunte Marie de Launay, sa femme, sieur de dame de Kerouriou, elle sœur dudit Pierre de Launay, en datte du 8e Decembre 1603.

La seconde est un aveu fourny à la Chambre des Comptes par François le Guales, heritier principal et noble de Pierre le Guales, escuyer, sieur de Kerouriou, de la maison de Kerson, qui luy avoit eté donnee en partage par ledit Pierre de Launay, sieur du Cosquer, en datte du 15e decembre 1638.

La troisieme est un minu fourny au Roy par noble homme Nicolas le Guales, sieur de Kerson, heritier collateral et noble de deffunt escuyer François le Guales, son frere aisné, vivant sieur dudit lieu de Kerson, pour le rachapt deub par cause du decez dudit le Guales ; ledit minu en datte du 6e Decembre 1646.

Sur le degré dudit Nicolas raporte deux pieces :

La premiere est un extrait des epousailles d’ecuyer Nicolas le Guales, sieur du Pratledan, et damoiselle Marie le Bugalez, dame de Kerneechmartin (?), en datte du 11e Avril 1616.

La seconde est un partage noble et avantageux donné par noble homme Guy le Guales, sieur de Kerson, fils aisné, heritier principal et noble de deffunt noble homme Nicolas le Guales et damoiselle Marie le Bugallez, sieur et dame de Pratledan, à damoiselle Françoise le Guales, dame de Lancadou, et Adelice le Guales, dame de Kerouriou, sœurs juveigneures dudit Guy le Guales, dans les successions de leurs dits pere et mere et qu’ils reconnurent nobles et de gouvernement noble, en datte du 15e Septembre 1653.

Sur le degré de Guy le Guales, fils dudit Nicolas, raporte un acte judiciel par lequel demoiselle Constance de Kervezec, veuve dudit deffunt noble homme Guy le Guales, sieur de Kerson, avoit eté instituee tutrice d’escuyers Yves le Guales, Louis le Guales, damoiselles Renee le Guales et Margueritte le Guales, enfants de leur mariage, en datte du 9e Septembre 1667.

Induction dudit Toussaint le Guales, sieur du Bennoas, deffendeur, sur son seing et de Me René Berthou, son procureur, fournye et signifiee au Procureur General du Roy par Boullogne, huissier, le 4e jour de Juin, present mois et an 1669, par laquelle il soutient aussy etre noble, issu d’ancienne extraction noble, et comme tel devoir etre maintenu, luy et sa posterité et descendants en loyal et legitime mariage, dans la qualité d’escuyer et dans tous les droits, privileges, preminances, exemptions et immunites qui seront attribues tant audit sieur de Mezobran et aux autres nobles de cette province, et à cette fin il sera employé au rolle et catalogue des nobles de la jurisdiction royalle de St-Brieuc.

Articulant pour faits de genealogie qu’il est issu originairement de Charles le Guales, sieur de Keryvon, lequel de son mariage avec dame Marie Allain eut pour fils Yves le Guales, sieur du Bennoas, qui epousa damoiselle Janne Estienne, dont issut Yves le Guales, sieur du Bennoas, qui epousa damoiselle Anne de la Cuisine, dont issut Alain le Guales, sieur du Bennoas, duquel de son mariage avec damoiselle Françoise de Porzou issut Pierre le Guales, sieur du Bennoas, qui epousa damoiselle Lucresse Tavignon, dont issut René le Guales, sieur du Bennoas, duquel de son mariage avec damoiselle Marie Loz issut ledit Toussaint le Guales, sieur du Bennoas, deffendeur et induisant, lesquels se sont toujours comportes et gouvernes noblement et avantageusement, pris les qualites de nobles, escuyers et seigneurs, et porté les armes qu’il a cy devant declarees.

Ce que pour justifier :

Sur le degré dudit René le Guales, pere dudit Toussaint, deffendeur, raportent quatre pieces :

La premiere est un extrait du papier baptismal de la paroisse du Faouet, contenant que Toussaint le Guales, fils d’escuyer René le Guales et demoiselle Marie Loz, sieur et dame du Bennoas, capitaine du general de la paroisse, fut baptisé le 6e Novembre 1639.

La seconde est un acte judiciel portant l’institution de damoiselle Marie Los dans la charge de tutrixe d’escuyer Toussaint le Guales, sieur du Bennoas, et de damoiselle Radegonde le Guales, ses enfants de son mariage avec deffunt noble homme René le Guales, son mary, en datte du 12e Avril 1655.

La troisieme est un acte d’assiepte et recompence fait par escuyer Toussaint le Guales, sieur du Bennoas, fils aisné, heritier principal et noble de deffunt escuyer René le Guales, vivant sieur dudit lieu, à damoiselle Françoise le Guales, sa sœur, filles dudit deffunt René le Guales, de son premier mariage avec dame Marie Chrestien, de certaines alliennations faittes des propres de laditte Chrestien par ledit deffunt le Guales, son mary, en datte du 16e Juillet 1659.

La quatrieme est un partage noble et provisional donné par ledit escuyer Toussaint le Guales, fils aisné, heritier principal et noble, à damoiselles Françoise, Renée, Lucresse et Radegonde le Guales, ses sœurs, dans la succession dudit deffunt escuyer René le Guales, vivant sieur du Bennoas, leur pere, en datte du 7e Aoust 1659.

Sur le degré de Pierre le Guales, pere dudit René, sont raportees cinq pieces :

La premiere est une transaction de partage final passé entre escuyer Toussaint le Gales, sieur du Bennoas, fils aisné, heritier principal et noble de deffunt escuyer René le Guales, sieur dudit lieu, et damoiselles Renée, Lucresse et Radegonde le Guales, ses sœurs, d’une part, et messire Johathas de Kergariou, sieur de Kergrist, mary et procureur de droit de damoiselle Moricette le Gouz, noble homme Gabriel le Gouz, sieur de Trorozec, et noble homme François le Gouz, sieur du Portal, lesdits le Gouz enfans et heritiers de feu Olivier le Gouz, escuyer, et de dame Françoise le Guales, elle sœur dudit feu René le Guales, touchant les succession de deffunts escuyer Pierre le Guales et dame Lucresse Tavignon, vivants sieur et dame du Bennoas, pere et mere desdits René et Françoise le Guales, lequel René estoit heritier, fils aisné, principal et noble desdits Pierre le Guales et Lucresse Tavignon, les successions desquels partagerent au noble comme au noble et au partable comme au partable, reconnoissant que les personnes estoient nobles, qu’eux et leurs predecesseurs s’estoient toujours comportes et gouvernes noblement et avantageusement, en datte du 3e Fevrier 1664.

La seconde est une transaction et partage final passé entre escuyer Toussaint le Guales, sieur du Bennoas, fils aisné, heritier pincipal et noble dudit deffunt escuyer René le Guales, sieur dudit lieu, et damoiselles Lucresse, Renee et Radegonde le Guales, ses sœurs, d’une part, et escuyer Guy le Guales, sieur de Kerpuns, frere juvigneur dudit René, touchant le partage deub audit Guy le Guales dans les successions desdits Pierre le Guales et Lucresse Tavignon, leur pere et mere, qu’ils reconnurent nobles et de gouvernement noble, s’estant eux et leurs predecesseurs toujours regis et gouvernes noblement et avantageusement, en datte du 9e mars audit an 1664.

Le troisieme est un acte judiciel de la jurisdiction de Quimperguezenec, par lequel escuyer René le Guales avoit eté, par avis de parens, mis en l’administration de ses biens, et ses freres et sœurs pourvus dans la personne de damoiselle Lucresse Tavignon, leur mere et tutrixe apres le decez dudit deffunt escuyer Pierre le Guales, leur pere, en datte du 16e Mars 1621.

La quatrieme est une declaration fournie au commissaire de l’arriere ban de l’eveché de Treguier, par ledit René le Guales, sieur du Bennoas, en datte du 11e Octobre 1636.

La cinquieme est une transaction passee entre escuyer René le Guales, sieur du Bennoas, heritier collateral et noble de deffunte damoiselle Peronnelle le Guales, sa sœur, dame de Kergroas, enfans dudit feu Pierre le Guales, leur pere, et les religieux Augustins du couvent de Lannion, en datte du 26e Septembre 1648.

Sur le degré d’Allain le Guales, pere dudit Pierre, sont raportees trois pieces :

La premiere est un partage noble et avantageux donné par escuyer Pierre le Guales, sieur du Bennoas, fils aisné, heritier principal et noble de deffunt Allain le Guales et damoiselle Françoise le Porzou, ses pere et mere, à nobles gens François, Magdelaine et Peronnelle le Guales, ses freres et soeurs puisnes, dans les successions de leursdits pere et mere, qu’ils reconnurent noble et de gouvernement noble, s’estant eux et leurs predecesseurs regis et comportes noblement, en datte du 21e Novembre 1604.

La seconde est un aveu fourny par ledit noble Pierre le Guales, fils dudit Allain, à la seigneurie de Querguezenec [14], de la terre de Bennoas en datte du 18e Mars 1602.

La troisieme est un contract de mariage passé entre damoiselle Françoise le Guales, dame de Kerriou, fille aisnee d’escuyer Pierre le Guales, sieur du Bennoas, et noble homme Ollivier le Gouz, sieur de Kermerien, par lequel il donne à saditte fille la somme de 12.000 livres, usant de la faculté qu’à une personne noble d’avantager ses puisnees sur les meubles, en datte du 29e Juillet 1620.

Sur le degré de Yves le Guales, pere dudit Allain, sont raportees quatre pieces :

La premiere est un acte de transaction passé entre nobles gens Yves le Guales, sieur du Bennoas, et Allain le Guales, sieur de Kerpuns, son fils aisné, heritier presomptif principal et noble, par lequel ledit Yves le Guales ayant marié ledit Allain le Guales, son fils, à laditte du Porzou, il auroit transigé avec luy pour eviter au procez que luy vouloit faire sondit fils, sur l’article 460 de la Coutume, qui l’obligeoit de donner le tier de la jouissance de sa terre à sondit fils en le mariant, estant personne noble, en datte du 29e Decembre 1586.

La seconde est un partage noble et avantageux donné par escuyer Pierre le Guales, sieur du Bennoas, fils aisné, heritier principal et noble d’Allain le Guales, escuyer, sieur dudit lieu, son pere, qui fils aisné, heritier principal et noble estoit de feu noble homme Yves le Guales, son pere, à nobles gens Gilles et Guillaume le Guales, freres dudit Alllain, dans la succession dudit Yves le Guales, leur pere, qu’ils reconnurent noble et de gouvernement noble, s’estant luy et ses predecesseurs de tout temps comportes noblement et advantageusement, en datte du 24e Septembre 1594.

La troisieme est un autre partage noble donné par ledit Pierre le Guales, en laditte qualité de fils aisné, heritier principal et noble, auxdits Gilles et Guillaume les Guales, ses oncles, dans la succession de dame Anne de la Cuisine, leur mere, femme dudit Yves le Guales, qu’ils reconnurent pareillement nobles et de gouvernement noble, en datte du 27e May 1604.

La quatrieme est un aveu fourny à la seigneurie de Quemperguezenec par ledit Allain le Guales, fils aisné, heritier principal et noble d’escuyer Yves le Guales, en datte du 19e Juin 1589.

Sur le degré d’autre Yves le Guales, pere dudit Yves, second du nom, sont raportees trois pieces :

La premiere est une information faite à requette d’Yves le Guales, de sa filiation, pour avoir mainlevee, comme heritier principal et noble, par represantation d’autre Yves le Guales, son pere, dans la succession collateralle de deffunte damoiselle Margueritte Allain, tante de damoiselle Janne Estienne, compagne dudit Yves le Guales, premier du nom, et mere dudit Yves second, en datte des 25 et 26e octobre 1551.

La seconde est une transaction passee entre Guillaume de la Haye, escuyer, sieur de Kergoumar, et damoiselle Janne Estienne, veuve de feu Yves le Guales, en datte du 10e Novembre 1543.

La troisieme est ledit partage cy devant cotté, justifiant que ledit Yves estoit fils puisné de Charles le Guales et qu’il fut partagé noblement par Rolland le Guales, son frere aisné, heritier principal et noble, en datte dudit jour 16e Septembre 1520.

Induction dudit Bertrand le Guales, sieur de Lahello, faisant tant pour luy que pour escuyer René le Guales et damoiselle Claire le Guales, ses enfans, issus de son mariage avec deffunte damoiselle Renée de Kernec [15], et escuyer René le Guales, sieur de Kerviziou, Artur le Guales, sieur du Clos, et damoiselle Suzanne le Guales, dame de Pencrech, deffendeurs, sur le seing de Me Guillaume de Trolong, leur procureur, fournye et signifiee au Procureur General du Roy par Boulogne, huissier, le 6e Juin, presant mois et an 1669, par laquelle ils soutiennent estre nobles, issus d’ancienne extraction noble, et comme tels devoir etre pareillement maintenus, eux et leur posterité nee et à naitre en loyal et legitime mariage, dans les qualites de nobles escuyers et dans tous les droits, privileges et preminances attribues audit escuyer Toussaint le Guales, sieur du Bennoas, son aisné, et aux autres nobles de cette province, et qu’ils seront employés au rolle et catalogue de la jurediction royalle de St-Brieuc.

Articulant pour faits de genealogie qu’il est descendu d’Yves le Guales, sieur du Bennoas, qui epousa damoiselle Anne de la Cuisine, dont issut Allain le Guales, heritier principal et noble, Guillaume le Guales, juveigneur, et Gilles le Guales, puisné, qui epousa damoiselle Alliette de Cheffdubois, et de leur mariage issut Yves le Guales, duquel de son mariage avec damoiselle Barbe Pied-Derryere sont issus lesdits Bertrand le Guales, sieur de Lahello, René le Guales, sieur de Kerliviou, Artur le Guales, sieur du Clos, Suzanne le Guales et Peronnelle le Guales, deffendeurs, induisants ; que ledit Bertrand le Guales epousa demoiselle Renee de Kernech, dont sont issus lesdits René et Claire le Guales, lesquels ont toujours continué dans la vertu et gouvernement noble de leurs predecesseurs.

Et pour la justification de leur qualité ils se referent aux actes produits par ledit Toussaint le Guales, leur aisné, auquel il leur est necessaire de justifier leur attache, et pour cet effet :

Sur le degré dudit Yves le Guales, pere desdits Bertrand, René et Artur le Guales et leurs sœurs, deffendeurs, raporte trois pieces :

La premiere est un acte d’assiette, du 15e Septembre 1668, par lequel ledit Yves le Guales, sieur de Lahello, baille audit Bertrand, son fils aisné, heritier principal et noble de damoiselle Barbe Pied-Derryere, sa mere, ayant droit d’avoir la saizinne de sa succession, la recompense du bien par sondit pere alliené apartenant à saditte mere precedant et constant leur mariage.

La seconde est un extrait du papier baptismal de la paroisse du Faouet, contenant que René et Artur le Guales, enfans d’escuyer Yves le Guales et de damoiselle Barbe Pied-Derriere, furent baptizes en ladite eglise ; ledit extrait datté au delivrement du 26e Mars 1669.

La troisieme est un decret de mariage d’entre ledit Bertrand le Guales, sieur de Kermenguy, et damoiselle Renee de Kernech, dame de Kerloch, fille puisnee de nobles homs Amaury de Kernech et de damoiselle Marie de Tourmellin, en datte du 22e octobre 1650.

Sur le degré de Gilles le Guales, pere dudit Yves, sont raportees deux pieces :

La premiere est un partage noble donné par noble homs Jan de Cheffdubois, sieur de Tromeur, fils aisné, héritier principal et noble, à damoiselle Alliette de Cheffdubois, sa sœur, dans la succession de deffunt Vincent de Cheffdubois, leur pere, en datte du 20e novembre 1576.

La seconde est un partage passé entre ledit Gilles le Guales, sieur de Kerviziou, et Yves, Margueritte et Marie le Guales, ses enfans, des acquets de la communité d’entre lesdits Guy [16] le Guales et laditte deffunte Alliette de Cheffdubois, sa femme, en datte du 19e Septembre 1613.

Sur le degré dudit Yves le Guales, pere dudit Gilles, sont raportes lesdits deux partages cy devant dattes desdits jours 24e Septembre 1594 et 27e May 1604, par lesquels se voit que ledit Gilles le Guales estoit fils puisné dudit Yves le Guales et de damoiselle Anne de la Cuisine et qu’il fut partagé noblement dans leurs successions par son aisné.

Requette presantee à laditte Chambre par lesdits Gabriel le Guales, sieur de Kervranec, et escuyer Pierre le Guales [17], son frere, par laquelle ils soutiennent estre issus de deffunt escuyer Guy le Guales, sieur de Kerpuns, puisné dudit escuyer Toussaint le Guales, deffendeur, qui a produit les titres au soutien de leur qualité, en consequance desquels ils concluent à estre maintenus dans la qualité d’escuyer et dans les memes droits, privileges, preminances, exemptions, immunites et prerogatives qui leur seront attribuees et aux autres nobles de cette province et qu’ils seront employes au rolle de la jurisdiction royalle de Lannion.

Et pour justifier leur attache audit Toussaint le Guales, raportent :

Le partage par luy produit cy devant, en datte dudit jour 9e Mars 1664, par lequel se voit que Guy le Guales estoit frere juveigneur de René le Guales, enfans de Pierre le Guales et de Lucresse Tavignon ; lequel René estoit pere dudit Toussaint le Guales.

Un extrait du papier baptismal de l’eglise de Saint-Jan du Baly, paroisse de la ville de Lannion, contenant que Gabriel le Guales, fils d’escuyer Guy le Guales et de damoiselle Janne le Gouz, sa compagne, fut baptizé le 26e Janvier 1639.

Un autre extrait du papier baptismal de la meme paroisse, contenant que Pierre le Guales, fils dudit escuyer Guy le Guales et de laditte le Gouz, fut baptizé le 14e Decembre [18] 1642.

Et tout ce que par ledit deffendeur a eté mis et induit, conclusions du Procureur General du Roy, consideré.

La Chambre, faisant droit sur les instances, a declaré et declare lesdits Rolland le Guales, Yves le Guales, Louis le Guales, Toussaint le Guales, Bertrand le Guales, René le Guales, Artur le Guales, Gabriel le Guales, Pierre le Guales, Suzanne le Guales, et Peronnelle le Guales et leurs descendants en mariage legitime, lesdits le Guales masles nobles, issus d’ancienne extraction noble, et comme tels a permis audit Rolland le Guales de prendre les qualites d’escuyer et de chevallier, aux autres le Guales masles celle d’escuyer, et auxdites Suzanne et Peronnelle le Guales, celle de damoiselle, et les a maintenus au droit d’avoir armes et ecussons timbres apartenant à leur qualité et à jouir de tous droits, franchises, privileges et preminances attribues aux nobles de cette province, et ordonné que leurs noms seront employes aux rolles et catalogues d’iceux, scavoir lesdits Rolland, Yves, Louis, Gabriel et Pierre le Guales de la jurisdiction royalle de Lannion, lesdits Toussaint, Bertrand, René et Artur le Guales de la jurisdiction royalle de Saint-Brieuc.

Fait en laditte Chambre, à Rennes, le 8e jour de Juin 1669.

Signé : Malescot.

(Copie ancienne – Bib. Nat. – Cabinet des titres. Nouveau d’Hozier, vol. 167.)


[1NdT : ou de Benvoaz.

[2NdT : pour Lanhello

[3M. Huart, rapporteur.

[4NdT : pourKerdoret.

[5Rolland le Gualès et Jeanne Jacqueline d’Acigné, seigneur et dame de Mézaubran, eurent pour fille aînée, héritière principale et noble, Marie le Gualès, dame de Mézaubran, qui épousa par contrat du 27 avril 1675, Leonor-Marie du Maine, comte du Bourg, maréchal de France en 1724.

[6Alias : Trinité.

[7NdT : pour Le Veyer

[8Alias : le Seis, le Sciet.

[9NdT : du Groesquer

[10NdT : de Coetgourdes.

[11NdT : pour Plezou.

[12Cette alliance est inexacte. Les pièces rapportées plus loin établissent en effet que Nicolas le Gualès, s. de Kerson, épousa Marie le Bugalez, dont il eut Guy le Gualès, s. de Kerson. C’est ce dernier qui épousa Constance de Kervezec et qui fut père de Yves et de Louis le Gualès.

[13NdT : pour Le Goasgueller.

[14NdT : pour Quemper-Guézennec.

[15NdT : de Kergrec’h.

[16NdT : pour Gilles.

[17Pierre le Gualès épousa à Ploubezre, le 27 juin 1684, demoiselle Renée Blonsart, et fut père de Michel le Gualès, s. de la Villeneuve, dont la postérité est encore représentée de nos jours.

[18Alias : 14 septembre.