Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Manoir du Vaumadeuc, en Pléven, possédé à l'origine par les Madeuc, seigneurs du Gué-Madeuc (XV-XVIIe siècles).
Photo A. de la Pinsonnais (2005).

Baronnie de la Hunaudaye

Jeudi 1er novembre 2007, texte saisi par Bertrand Yeurc’h.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Dom Hyacinthe Morice, Preuves, t. III, col. 553-555.

Citer cet article

Dom Hyacinthe Morice, Preuves, t. III, col. 553-555, 2007, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 23 octobre 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article461.

François, par la grace de Dieu Duc de Bretaigne, Comte de Montfort, de Richemont, d’Estampes & de Vertus, à tous ceux qui ces présentes lettres verront ou orront, salut.

Comme à nous de nos droits souverains appartient & non à autre en nostre pays & Duché donner telle prééminence, honneur & avantages à nos vassaux & féaux sujets qu’il nous plaist, & entr’autres ayons vouloir & affection de le faire à ceux qui le valent & qui l’ont ien merité & deservi, & soit ainsi que nous cognoissans estre trés-expedient & convenable pour le bien, honneur & augmentation de nostre Principauté, Seigneurie & de la chose publique d’icelle, créer Barons, Bannerets, Bacherliers & Chevaliers pour assister avec nous à nos Estats & Parlemens géneraux & autres assemblées qu’il nous est requis faire pour déliberer des grands matieres & affaires de nous, nostredit pays & Duché & l’utilité du bïen public d’icelui, en quoi est besoin avoir les grands personnages & gens de grande puissance & faculté de biens, constituez en grans estat, honneur, dignité & Seigneurie de nostredit pays & Duché toutesfois & quantes pouvons vraisemblablement cognostre que le défaut desdites personnes requis en ce que dessus se trouve on peut trouver, nous soit permis & loisible faire, créer & augmenter esdites dignités & Seigneuries ceux que cognoissons qui la valent & en peuvent porter le feix & charge tant de leurs personnes que facultès : sçavoir faisons que nous en consideration de ce que dessus, mesme que plusieurs des Baronies de nostredit pays & Duché sont reduites & encore se peuvent reduire en un seul support & personnage, & entr’autres le Baronnie du Vicomte de Leon & celle de Fougieres qui à présent sont en nostre main ; autre sont vraisemblablement disposées à y tourner & eschoir ; sçavoir la Baronie de Quintin en la main de nostre trés-cher & trés-amé cousin & féal François de Laval Sire & Baron de la Rochebernard ; les Baronnies de Chasteaubrient, de Malestroit & de Derval ès mains de nostre trés-honoré & trés-amé cousin & féal François de Laval Seig. de Montafilant, & de nostre trés-chere & trés-amée cousine & féales Françoise de Rieux sa compagne, tant à cause de lui que d’elle, ou ès mains de leurs heoirs, successeurs ou cause ayant respectivement, au moyen de quoi en l’avenir l’honneur de nous & de nosdits Etats, Parlemens generaux & assemblées, qui anciennement & de tout temps ont accoutumez estre ournez & décorez de plusieurs & grand nombre de Prelats, Barons, Bannerets, Bacheliers, Chevaliers & Escuyers, & le bien de la chose publique de nostredit pays pourroient estre diminuez & nous moins bien conseillé & servi, & les affaires de nostredit pays pirement traitées au grand dommage & préjudice de nous & de toute la chose publique de nostredit pays & Duché :

Nous pour lesdites causes considerans les bons, loyaux, louables, agréables & recommandables services que par ci-devant ont faits à nos prédecesseurs Ducs & Princes de Bretagne, que Dieu absolve, & à nous mesme & à chacun en son temps les prédecesseurs de nostre trés-cher & trés-amé cousin le Sieur de la Hunaudaie, & aussi nostredit cousin de tout son temps & singulierement ceste présente année que le Roy a fait intelligence avec plusieurs & la pluspart des Barons & nobles, de nostredit pays & Duché ; nous a invadé & assailli à puissance d’armes & fait de guerre en nostredit pays, tendant à la totale destruction d’icelui, ne voulant ensuivre l’entreprise dudit Roi & sedition faite desdits Barons & nobles, à laquelle ils l’ont à toute leur puissance voulu persuader par dons & promesses, menaces, terreurs & espouvantes ; mais comme nostre bon é loyal vassal & sujet en ensuivant l’ordre de ses progeniteurs nous accompagner & servir à la défense de nostredit pays & Duché s’est toujours tenu avec nous durant ladite guerre & le siege, qui devant nous & nostre ville de Nantes a esté mis & assis par les François, en quoi il a employé corps & biens, & y a frayé & despensé de son bien en grande abondance & largesse, & en sa compagnie sont venuz & renduz en nostre service grand nombre des nobles & grands personnages de nostre pays & Duché & ensuivant nostredit cousin & le bon vouloir qu’il avoit à nostre service, lesquels nous ont bien & loyaument servi à la défense de notredit pays, & nostredit cousin, comme nostre Lieutenant général, réduit nostre ville, chasteau & forteresse de Moncontour, qui par lesdits François & leurs alliez avoit par subtils moyens esté prise, à nostre vraye & loyale subjection & obéissance, de quoi nostredit cousin a merité d’estre granbement reconnu de nous : considerant mesme que icelui nostre cousin est d’extraction, puissance & faculté de biens & richesses pour entretenir & maintenir l’estat & honneur requis à entretenement de Baron & Baronnie. Pour lesdites causes & autres à ce nous mouvans, avons de nostre autorité, pleniere puissance, propre mouvement & certaine science crée, & nommé, créons & nommons par cesdites présentes Barons en nostredit pays & Duché, sçavoir en premier lieu nostredit cousin de la Hunaudaie, du nom & titre dudit lieu & Seigneurie de la Hunaudaie, & en second lieu nostre cher & bien amé cousin le Sieur de Coetmen du nom & titre de Coetmen, aux droits, lieux, noblesses, rangs, assietes, privileges, honneurs & prérogatives appartenans à Baronnie & estat de Baron, tels & pareils que ont eu, ont & peuvent avoir les autres Barons de nostredit pays & Duché, voulans & voulons que d’iceux il & ses principaux heritiers & successeurs usent & jouissent à l’avenir tout ainsi que font, peuvent & ont accoutumé faire les autres Barons de nostredit pays & Duché ; car ainsi le voulons & nous plaist. Et pour ce que notredit cousin nous a dit & fait remonstrer, que à la création par nous derrainement faite desdits Barons & Baronnies de Quintin, Derval & Malestroit à nosd. Estats & Parlemens géneraux, feu ... Tournemine son pere s’y estoit opposé en préjudice qu’il n’eust son rang & assiete ou ses hoirs avant lesdits Estats & Parlemens géneraux & autres assemblées à la fin que nostre plaisir seroit le créer ou ses hoirs Barons pour ce qu’il disoit que de tout temps comme Banneret & l’un des grands Seigneurs de nostre pays il les préferoit ès dites assietes, de quoi lui avons reservé faire raison, & encore & présent le lui réservons à la foi que debat en adviendra. En tesmoins de tout ce & affin que ce soit chose ferme & fiable à durer & valoir en perpetuel, nous avons signé ces présentes de nostre main & fait sceller de nostre scel en laz de soie & cire verte.

Donné en nostre ville de Nantes le 6. jour de Septembre l’an 1487. ainsi signé, François. Et plus bas : Par le Duc, de son commandement & en son conseil, auquel l’Evesque de Nantes, le Comte de Comminges, le Sieur de Coetquen grand Maistre d’Hostel, le Sieur de Maupertuis Maistre de l’Artillerie, le Gouverneur de Monfort & plusieur autre estoient. Signé, G. Guenguen.