Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Manoir du Vaumadeuc, en Pléven, possédé à l'origine par les Madeuc, seigneurs du Gué-Madeuc (XV-XVIIe siècles).
Photo A. de la Pinsonnais (2005).

Introduction sur la châtellenie de Quimper-Corentin

Lundi 16 décembre 2002, par Norbert Bernard.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Citer cet article

Norbert Bernard, Introduction sur la châtellenie de Quimper-Corentin, 2002, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 22 juin 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article2.

La châtellenie de Quimper-Corentin est entrée dans le domaine ducal lorsque la maison comtale de Cornouaille accéda au duché de Bretagne, en 1066, pour ne plus en sortir par la suite. Son ressort particulièrement vaste fut accru de petites châtellenies satellites (Pont-l’Abbé et Cap-Caval, Pont-Croix et Cap-Sizun) qui lui furent rattachées au XVe siècle. Le duc doit y tenir compte de la présence de fiefs puissants aussi biens civils (baronnie du Pont) que religieux (évêque-comte de Cornouaille).

Le prince (duc puis roi) ne possédait de la ville de Quimper que la Terre-au-Duc, faubourg de Saint-Mathieu, l’intra-muros appartenant à l’évêque.

Relevaient de cette châtellenie les paroisses et trêves suivantes : Beuzec-Cap-Caval, Beuzec-Cap-Sizun, Bodivit, Bothoa, Briec (compris ses trèves de Landudal, Langolen, Quilinen), Cléden-Cap-Sizun, Combrit, Coray, Crozon, Cuzon, Daoulas, Dirinon et Saint-Urbain, Edern (compris sa trève de Guellevain), Ergué-Gabéric, Esquibien, Guengat, Le Haut-Corlay, Irvillac et Saint-Eloy, Kerfeunteun, Lambaban, Landrévarzec (compris sa trève de Tréflez), Landudec, Laniscat, Lanniron, Laz (compris sa trève de Saint-Goazec), Locmaria-Quimper, Loctudy, Loperhet, Mahalon, Peumerit-Cap, Penhars, Penhars, Ploaré (compris ses trèves de Gourlizon et du Juch), Plobanalec,Plogastel-Saint-Germain, Plogonnec, Plomelin, Plomeur, Plomodiern en partie, Plonéis, Plonéour, Plonévez-Porzay et Kerlaz, Plonivel, Plounévez-Quintin, Plouhinec, Plouaray, Plovan, Plozévet, Pluguffan, Plussulien, Pouldergat, Pouldreuzic, Poullan, Primelin, Quimper, Saint-Thomas de Landerneau, Telgruc en partie, Treffiagat, Trégourez, Tréguennec, Tréogat, Tréoultré et Penmarc’h, Saint-Gilles-Pligeau, Saint-Mayeuc, Saint-Mathieu de Quimper, Saint-Martin des Prés, LeVieux Bourg de Quintin.

Cependant une partie de Briec relevait de Châteaulin et une partie d’Edern relevait de Châteauneuf-du-Faou. En 1481, Landrévarzec, apparaît pourtant sous le ressort de Châteaulin. Et les paroisses de Crozon, d’une part, et Daoulas, Logonna-Daoulas et Irvillac, d’autre part, étaient séparée par la châtellenie de Châteaulin.

La ville était chef-lieu de bailliage et de sénéchaussée et s’y ajoutera le présidial en 1552. Les autres offices qui s’y rattachaient étaient ceux de receveur de Quimper ou Cornouaille, les sergenteries féodées de Briec, Crozon et Ergué-Gabéric.